Vendredi 20 Octobre 2017
(AFP 19/10/17)
Le leader de l'opposition kényane, Raila Odinga, a estimé jeudi qu'il n'était pas trop tard pour faire les réformes qui pourraient l'amener à "reconsidérer" sa décision de se retirer du scrutin présidentiel du 26 octobre. "Si de vraies consultations ont lieu, si de vraies réformes sont menées et qu'une réponse est apportée aux craintes que nous avons exprimées et qui nous avaient fait nous retirer, alors nous reconsidérerons" notre position, a déclaré M. Odinga à l'issue d'une rencontre avec le président de la Commission électorale (IEBC), Wafula Chebukati. "Mais en l'état, notre position est celle que nous avons annoncée hier" mercredi, a-t-il ajouté. L'opposition a promis mercredi qu'il n'y aurait "pas d'élection" le 26 octobre...
(AFP 19/10/17)
Le Kenya est censé élire son président le 26 octobre à la suite de l'invalidation, historique sur le continent, de la réélection du président Uhuru Kenyatta le 8 août par la Cour suprême. Mais à une semaine du scrutin, la polarisation des deux camps et la mise en garde pessimiste du chef de la Commission électorale laissent craindre une nouvelle élection tronquée aux conséquences potentiellement dramatiques. L'élection aura-t-elle lieu le 26 ? A priori oui, mais dans quelles conditions et avec qui ? L'élection présidentielle 2017 a été marquée par de nombreux rebondissements, chaque jour apportant son lot de nouvelles, souvent mauvaises. Mercredi, dans un discours où il a pris le pays à témoin, le chef de la Commission électorale...
(Xinhua 19/10/17)
Le directeur de la commission électorale du Kenya a déclaré mercredi qu'il était difficile de garantir que le scrutin présidentiel du 26 octobre serait libre et équitable. Wafula Chebukati, président de la Commission indépendante des élections et des frontières (IEBC), a déclaré qu'il ne souhaitait plus endurer les pressions de commissaires le poussant à accepter des avis juridiques qui servent des intérêts partisans et ne sont pas fondés sur la Constitution ou sur la Loi. "J'ai fait plusieurs tentatives pour...
(AFP 18/10/17)
Le président de la Commission électorale (IEBC) au Kenya et une autre de ses responsables, qui a démissionné, ont mis en doute mercredi, en des termes dénués de toute ambiguïté, la possibilité d'organiser un scrutin présidentiel crédible le 26 octobre. Le chef de l'IEBC, Wafula Chebukati, dans un long et poignant message lu devant les caméras, s'est estimé incapable de garantir l'équité de l'élection du 26 octobre, prévue après l'annulation du scrutin présidentiel du 8 août. Quelques heures après la...
(AFP 18/10/17)
Le leader de l'opposition au Kenya, Raila Odinga, a appelé mercredi à Nairobi ses partisans à des manifestations de masse le 26 octobre, jour de l'élection présidentielle à laquelle il a décidé de ne pas participer. "Les manifestations vont se poursuivre et, le 26, ce seront les plus grandes manifestations, dans l'ensemble du pays", a déclaré M. Odinga, 72 ans, devant plusieurs milliers de personnes qui assistaient à un meeting dans la capitale kényane. M. Odinga a également promis que...
(RFI 18/10/17)
L’incertitude règne toujours au Kenya avant l’élection présidentielle prévue le 26 octobre. Dernier rebondissement en date : la démission d'une responsable de la commission électorale, Roselyn Akombé, ce mercredi 18 octobre. Selon elle, la commission dans son état actuel « ne peut certainement pas garantir une élection crédible ». Dans la foulée, le président de cette même commission a donné une conférence de presse à Nairobi. Il a émis de sérieux doutes sur la tenue du scrutin le 26 octobre...
(AFP 18/10/17)
Une des principales responsables de la Commission électorale au Kenya (IEBC) a jeté l'éponge mercredi, en estimant que la présidentielle du 26 octobre, organisée après l'invalidation du scrutin du 8 août, ne pouvait pas être crédible. La démission de Roselyn Akombe, une des sept commissaires de l'IEBC, constitue un énième rebondissement dans la présidentielle kényane qui a plongé le pays dans sa pire crise politique depuis dix ans. "La commission dans son état actuel ne peut certainement pas garantir une...
(AFP 17/10/17)
La Cour suprême du Kenya, qui a invalidé le 1er septembre la réélection du président sortant Uhuru Kenyatta, a clarifié mardi le rôle de la Commission électorale (IEBC) dans la vérification et l'annonce des résultats du nouveau scrutin prévu le 26 octobre. Dans une réponse aussi argumentée que cinglante à une requête de l'IEBC, la plus haute juridiction du Kenya a expliqué qu'il était du devoir du chef de la Commission de vérifier l'exactitude des résultats, mais que si des incohérences apparaissaient, il ne pouvait pas les corriger lui-même et devait en saisir la Cour suprême. Cette décision limite la possibilité de falsification des résultats...
(AFP 17/10/17)
L'opposition kényane a annoncé mardi suspendre les manifestations visant à obtenir une réforme de la Commission électorale (IEBC), pour honorer la mémoire des trois personnes tuées par balles ces derniers jours, selon un communiqué signé de son leader Raila Odinga. "En hommage aux victimes innocentes de l’État, nos manifestations resteront suspendues. Vendredi, nous honorerons la mémoire de ces victimes comme héros de la lutte pour la justice électorale", a déclaré M. Odinga, en précisant qu'il indiquerait "la marche à suivre" le même jour. La coalition d'opposition Nasa a organisé depuis trois semaines une série de manifestations pour réclamer une réforme...
(AFP 17/10/17)
Un tribunal kényan a levé temporairement mardi l'interdiction prise par le gouvernement de manifester dans les centres d'affaires des trois principales villes du pays - Nairobi, Mombasa et Kisumu - dans l'attente d'un jugement sur le fond. En attendant un examen complet de la requête déposée par l'opposition, "une injonction est rendue empêchant et/ou restreignant le droit (du gouvernement et de la police) à mettre en œuvre l'interdiction d'exercer le droit fondamental et la liberté de manifester, comme garanti par...
(Le Monde 17/10/17)
A neuf jours du nouveau scrutin, le principal opposant au président Kenyatta clame toujours qu’il boycottera le vote, sans pour autant avoir fait les démarches nécessaires. L’élection présidentielle aura-t-elle lieu le 26 octobre ? Et si oui qui seront les candidats en lice ? A moins de dix jours du vote, personne au Kenya ne sait répondre avec assurance à ces deux questions. Quelques semaines seulement après avoir obtenu de la Cour suprême l’annulation historique du scrutin du 8 août,...
(RFI 17/10/17)
Au Kenya, la mobilisation de l’opposition continue malgré un récent arrêt du gouvernement interdisant les rassemblements dans les grandes villes. Raila Odinga, qui s’est retiré de la course à la présidentielle, appelle maintenant ses partisans à manifester quotidiennement. Il demande une réforme de la Commission électorale et l’annulation de l'élection présidentielle prévue le 26 octobre. Un mouvement diversement suivi dans le pays lundi 16 octobre, et une nouvelle fois émaillé de violences. Un jeune homme de 18 ans a été...
(AFP 16/10/17)
Un jeune manifestant a été tué par balle lundi dans l'ouest du Kenya, a-t-on appris auprès de témoins, alors que des centaines de partisans de l'opposition sont à nouveau descendus dans les rues pour demander des réformes en vue de la présidentielle du 26 octobre. La police a encore utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser la foule à Kisumu, sur les rives du lac Victoria (ouest), un fief du principal opposant, Raila Odinga. Les manifestants avaient auparavant bloqué des routes,...
(RFI 16/10/17)
« Tuez ces criminels », c'est le titre du nouveau rapport publié, ce lundi, par Amnesty International et Human Right Watch. Les deux organisations de défense des droits humains dénoncent l'usage excessif de la force par la police kényane lors des manifestations qui ont suivi l'élection présidentielle du 8 août 2017. Pour les deux ONG, la police kényane est directement impliquée dans la mort d'au moins 33 personnes. Elle est aussi responsable de centaines de blessés. Les violences documentées se...
(AFP 14/10/17)
Un étudiant soupçonné d'avoir participé tôt samedi à une attaque ayant fait six morts contre un lycée dans le nord du Kenya a été lynché par des habitants de Lokichogio (nord du Kenya), ont annoncé des responsables. Après l'attaque, qui a tué cinq élèves et un garde de sécurité de l'internat, le suspect, un lycéen suspendu de l'établissement, a été arrêté. Par la suite, des habitants en colère l'ont lynché pour se venger. "Six personnes ont été tuées dans l'attaque,...
(AFP 13/10/17)
Deux opposants, qui participaient vendredi à une manifestation dans la ville de Bondo, dans l'ouest du Kenya, ont été tués par balle au cours d'affrontements avec la police, selon plusieurs témoins. "L'un d'entre eux a une large blessure à la tête et l'autre à la poitrine. Ils reposent dans une mare de sang", a déclaré l'un des témoins, Charleston Okelo. Quelque 500 personnes ont manifesté à Bondo, la ville d'où est originaire le leader de l'opposition, Raila Odinga. Les manifestants s'opposaient à la police, juste devant le poste de police local, quand des coups de feu ont été tirés, selon les témoins.
(AFP 13/10/17)
Des centaines de partisans de l'opposition ont commencé à manifester vendredi dans les principales villes du Kenya, bravant l'interdiction du gouvernement, pour faire entendre leur voix en vue de la présidentielle du 26 octobre. Le gouvernement kényan a interdit jeudi les manifestations dans les centres d'affaires des trois principales villes du pays, Nairobi, Mombasa et Kisumu, "en raison de la menace claire, présente et imminente de troubles à l'ordre public". Mais les partisans du leader d'opposition Raila Odinga n'ont pas hésité à défier cet ordre. A Kisumu, un bastion de l'opposition dans l'ouest, sur les rives du lac Victoria, où plusieurs personnes avaient été blessées mercredi lors d'une précédente manifestation...
(Xinhua 13/10/17)
L'impasse politique au Kenya entre dans une phase décisive, l'opposition et le parti au pouvoir se préparant à une longue bataille avant les nouvelles élections du 26 octobre. Le leader de l'opposition, Raila Odinga, s'est retiré de la course mardi, invoquant l'absence de changements au niveau de l'organisme électoral et les amendements forcés imposés par le Parti Jubilee, dont le passage devant le parlement est presque achevé. Le président Uhuru Kenyatta a fait savoir qu'il les transformerait immédiatement en loi...
(APA 13/10/17)
APA-Nairobi (Kenya) - Le président de la Commission de l’Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, a indiqué qu’il suivait de près la situation au Kenya, à l’approche du nouveau scrutin présidentiel du 26 octobre. Il a indiqué avoir pris note de la décision du chef de l’opposition, Raila Odinga, de la coalition de la Super Alliance nationale (NASA) de se retirer de la course à la présidence et des développements politiques ultérieurs. Le président de la Commission de l’UA a...
(AFP 12/10/17)
Le gouvernement kényan a interdit jeudi les manifestations dans le centre des trois principales villes du pays, après l'appel de l'opposition à de nouveaux rassemblements, cette fois quotidiens, en amont de la présidentielle du 26 octobre. Prise dans un climat politique tendu, la décision risque d'entraîner de nouvelles confrontations entre policiers et partisans de l'opposition, alors que la saga électorale kényane va de rebondissement en rebondissement depuis l'invalidation en justice de la réélection du sortant Uhuru Kenyatta à la présidentielle...

Pages