Mardi 23 Janvier 2018
(Agence Ecofin 02/11/17)
Le groupe bancaire Equity Bank veut davantage investir dans sa filiale ougandaise. « L’Ouganda est susceptible de devenir une économie très importante en Afrique de l’Est du fait de son pétrole, et de la stabilité politique qui y prévaut par rapport à certains pays comme le Kenya » a déclaré James Mwangi (photo), le PDG du groupe kényan. Equity Bank Ouganda a réalisé de meilleurs résultats au terme des 9 premiers mois de l’année s’achevant à fin septembre 2017. Le bénéfice net de cette filiale a augmenté de 37 %, contribuant à hauteur de 700 millions de shillings kényans dans le bénéfice net consolidé du groupe. En revanche, les performances des autres filiales du groupe, en Tanzanie, au Rwanda, au...
(Agence Ecofin 02/11/17)
Le groupe botswanais Choppies envisage d’ajouter 20 à 25 nouvelles enseignes à son portefeuille au Kenya durant les trois prochaines années. C’est ce qu’a indiqué hier à Reuters, Ramachandran Ottapathu (photo), directeur général du groupe qui ne précise pas toutefois le montant de cette opération. Ce plan d’expansion s’inscrit dans le cadre de l’ambition du groupe visant à positionner le Kenya comme un pivot de sa présence en Afrique de l’Est, et plus largement à renforcer ses activités sur le continent. Pour rappel, Choppies a débuté son aventure sur le marché kenyan en juin 2015, grâce au rachat de la chaîne Ukwala Supermarkets pour 10 millions $. Actuellement l’entreprise possède 11 enseignes dans le pays et emploie environ 883 personnes...
(AFP 31/10/17)
Le leader de l'opposition kényane, Raila Odinga, a promis mardi de ne pas en rester là avec la "parodie d'élection" du 26 octobre, qu'il avait boycottée et qui a débouché sur la victoire du président sortant Uhuru Kenyatta, avec 98% des voix. "On ne peut pas en rester là avec cette parodie d'élection", a déclaré M. Odinga lors d'une conférence de presse, au cours de laquelle il a redit son intention d'organiser une campagne de résistance nationale, avec toutes les "formes légitimes de protestation".
(AFP 31/10/17)
L'opposant Raila Odinga, 72 ans, inusable vétéran de la politique kényane, s'est à nouveau dressé mardi en héraut de la démocratie, en promettant de contester jusqu'au bout la réélection du président sortant Uhuru Kenyatta, qu'il juge illégitime. "On ne peut pas en rester là avec cette parodie d'élection", a-t-il déclaré mardi, au lendemain de la victoire de M. Kenyatta avec 98% des voix. Raila Odinga avait appelé au boycotage, car il estimait qu'elle ne pourrait jamais être libre et équitable. Ne rien faire reviendrait à valider "la fin du scrutin électoral comme moyen d'instituer le gouvernement au Kenya", a-t-il estimé, se posant une nouvelle fois en défenseur de la démocratie, lui qui a passé des années derrière les barreaux dans...
(AFP 31/10/17)
Le Kenya attendait mardi les déclarations de l'opposant Raila Odinga, qui devait détailler sa stratégie pour contester la victoire écrasante du président sortant Uhuru Kenyatta au scrutin du 26 octobre, boycotté par l'opposition. Nombre de Kényans espèrent que l'annonce lundi par la Commission électorale (IEBC) de la victoire de M. Kenyatta, 56 ans, sur un score plébiscitaire (98,26%), sonnera la fin de près de trois mois d'une crise qui a profondément divisé le pays. C'est toutefois bien peu probable. L'opposition a été confortée dans son choix de boycotter l'élection par le faible taux de participation (38,8%), en très forte baisse par rapport au scrutin du 8 août (79%)...
(RFI 31/10/17)
Le président sortant du Kenya, Uhuru Kenyatta, a remporté avec 98,26% des voix l'élection présidentielle du 26 octobre, boycottée par son principal opposant, Raila Odinga, a annoncé ce lundi 30 octobre le président de la Commission électorale (IEBC). Uhuru Kenyatta a réuni sur son nom 7,483 millions de voix, contre 73 228 pour Raïla Odinga. La participation a été de 38,8 % des électeurs inscrits, en forte baisse par rapport au scrutin du 8 août (79 %), annulé par la Cour suprême pour « irrégularités ». Avant d'énoncer les résultats comté par comté, Wafula Chebukati, le président d'une Commission électorale très critiquée, a estimé que ce nouveau scrutin, organisé après l'invalidation de celui d'août, avait été « libre, équitable et...
(Le Monde 31/10/17)
Représentant de l’IEBC, John Muyekho était chargé de l’une des circonscriptions de l’ouest qui ont refusé de voter le 26 octobre. Voilà trois jours qu’il était enfermé chez lui. Depuis l’annonce, vendredi 27 octobre, d’un nouveau report de l’élection présidentielle dans quatre comtés de l’ouest du pays, John Muyekho, responsable de la Commission électorale (IEBC) pour la circonscription de Kisumu-Centre, n’est pas sorti. « J’attendais qu’on me dise quoi faire », admet humblement ce petit homme calme aux cheveux blancs naissants. Trois jours à attendre des instructions du siège de l’IEBC, occupée à comptabiliser les résultats de cette élection qui s’est tenue partout dans le pays le 26 octobre. Partout, sauf dans ces quatre comtés, où les habitants ont boycotté...
(APA 31/10/17)
APA-Nairobi (Kenya) - La Commission électorale indépendante du Kenya (IEBC) a déclaré lundi le président sortant Uhuru Kenyatta vainqueur de l’élection présidentielle du 26 octobre dernier. Selon le président de l'IEBC, Wafula Chebukati, Kenyatta a recueilli 7 483 895 du suffrage soit 98,2% des voix. Il a précisé que le taux de participation était de 38,3%, et a assuré que le scrutin a été «libre et équitable». Le scrutin a été annulé dans 25 circonscriptions de quatre comtés traditionnellement acquis à l'opposition dans la partie occidentale du pays en raison des violences. Le principal challenger de Kenyatta, le chef de l'opposition, Raila Odinga, a boycotté l’élection, en invoquant l’incapacité de l'IEBC à organiser un scrutin libre et transparent. Malgré son...
(APA 31/10/17)
APA-Nairobi (Kenya) - Les Etats-Unis ont exhorté les autorités kényanes à ouvrir une enquêter sur les allégations de brutalité policière contre des manifestants après la présidentielle du 26 octobre, a-t-on appris mardi. L’ambassadeur américain au Kenya, Robert Godec, a déclaré que les services de sécurité ont la responsabilité particulière de faire preuve de la plus grande retenue dans l’usage de la force et de ne l’utiliser qu’en dernier recours et pour protéger leurs vies. « Nous sommes profondément préoccupés par les informations faisant état d’usage excessif de force par la police; nous demandons instamment que toutes ces allégations fassent l’objet d’une enquête approfondie et que les agents qui ont agi en dehors de la loi soient tenus responsables. Les manifestants...
(La Tribune 31/10/17)
Avec 38,8% de taux de participation, soit moins de la moitié de celui enregistré lors du scrutin du 8 août dernier, le mot d'ordre du boycott du 26 octobre aura ainsi été scrupuleusement suivi par le camp Odinga. Uhuru Kenyatta a donc naturellement raflé 98,26% des voix exprimées, alors que la population est plus divisée que jamais. Il était assuré d'avance de remporter le remake de la présidentielle au Kenya, mais les résultats qui viennent de tomber confirment surtout à quel point le pays est divisé. En effet, avec 38,8% de taux de participation, soit moins de la moitié de celui enregistré lors du scrutin du 8 août dernier (79%), le mot d'ordre du boycott du 26 octobre aura ainsi...
(Xinhua 31/10/17)
Lundi, la commission électorale kenyane a déclaré la nouvelle élection présidentielle du 26 octobre libre, équitable et crédible, alors que les leaders de l'opposition du pays la critique. S'exprimant à la fin du processus électoral à Nairobi, le président de la Commission électorale indépendante (IEBC), Wafula Chabukati, s'est dit satisfait que la commission électorale remplisse toutes les conditions établies par la Cour suprême. "Je suis content que nous ayons réussi à remplir les conditions qui ont permis à la commission d'organiser une élection libre, équitable et crédible", a insisté M. Chabukati ....
(RFI 31/10/17)
Uhuru Kenyatta a été réélu président du Kenya avec plus 98 % des voix. La commission électorale a finalement donné les résultats dimanche 30 octobre de cette élection présidentielle bis controversée et boycottée par l’opposition. Dans l’ouest du pays, où quatre comtés n’ont pas voté, on a accueilli ce résultat attendu avec amertume. Pour nous, c’est juste le couronnement d’un roi. Ils ont fait ce qu’ils voulaient. Et ce n’est pas ce que nous, nous voulions. On aurait bien participé, mais ils avaient toutes les cartes en main. Et maintenant, le pays est divisé. Lire sur: http://www.rfi.fr/afrique/20171031-ouest-kenya-kenyatta-kisumu-odinga-el...
(Xinhua 31/10/17)
Le président kenyan Uhuru Kenyatta, officiellement déclaré vainqueur du scrutin présidentiel répété lundi, a fait vœu de respecter la Constitution si sa victoire dans le nouveau scrutin était contestée en justice. Le président de la Commission indépendante des élections et des frontières (IEBC), Wafula Chebukati, a annoncé que M. Kenyatta avait obtenu 7,48 millions de voix, soit 98,26% des scrutins exprimés, contre 73.228 voix, ou environ 1% des votes, pour son rival de la Super-alliance nationale (NASA), Raila Odinga. Le dirigeant d'opposition avait appelé ses partisans à boycotter le scrutin du 26 octobre, qui a été marqué par une très faible participation et des manifestations violentes dans les bastions de l'opposition. "Le nombre de suffrages exprimés s'est élevé à 7,62...
(Agence Ecofin 31/10/17)
Au Kenya, le kilogramme de riz s’est commercialisé ces trois dernières semaines à un tarif compris entre 210-230 shillings (2-2,2 $) contre 160 shillings (1,5$) en janvier dernier. D’après Businessdailyafrica, ce renchérissement du prix est lié à la réduction de 40% du volume de la céréale (- 40%) produite dans la région de Mwea, principal bassin de culture situé dans le Centre du pays et qui fournit plus de la moitié de la récolte nationale. Conséquence de cette baisse de l’approvisionnement sur le marché intérieur, les importations de riz ont atteint 353 000 tonnes pour une valeur de 15,89 milliards de shillings (152 millions $) durant les six premiers mois de l’année. « Les prix demeureront élevés jusqu’à la mi-novembre,...
(La Tribune 31/10/17)
Le géant sud-africain de la grande et moyenne distribution, Shoprite, s’apprête à s’implanter en Afrique de l’Est. L’entreprise cible ainsi le réseau de Nakumatt, une chaîne présente dans la région et qui traverse actuellement des difficultés. Shoprite lorgne également sur ses succursales ougandaises. Le marché kényan suscite l'intérêt de Shoprite, géant africain des grandes et moyennes surface de distribution (GMS), qui est actuellement en pourparlers pour lancer son implantation au Kenya en reprenant les espaces de vente de Nakumatt Holdings, une chaîne kényane qui traverse actuellement des difficultés. Une information relayée par les agences Bloomberg et Reuters. Shoprite en quête d'attractivité Le groupe sud-africain négocie actuellement avec une partie des actionnaires de Nakumatt. Shoprite attend par ailleurs, les résultats des...
(Jeune Afrique 31/10/17)
Dans son dernier rapport sur les perspectives régionales de l'économie de l'Afrique subsaharienne, le Fonds monétaire international confirme la reprise économique dans la zone, mais s'inquiète de voir dans certains pays le revenu par habitant se dégrader et l'endettement augmenter. C’est un tableau en demi-teinte que dresse le Fonds monétaire international (FMI) de l’économie de l’Afrique subsaharienne en cette fin d’année. Dans ses Perspectives régionales intitulées « Ajustement budgétaire et diversification économique » publiées le 30 octobre, le Fonds confirme que la zone est en cours de rétablissement. Son taux de croissance annuel se raffermit de 1,4% en 2016, à 2,6% en 2017 et à 3,4% en 2018. Si l’on exclut les deux géants malades que sont le Nigeria et...
(Agence Ecofin 31/10/17)
La start-up kényane Little qui est spécialisée dans les services de taxis et de véhicules avec chauffeurs, envisage d’ici la fin novembre 2017, de se déployer au Nigéria, le troisième marché africain d’Uber, leader mondial de ce type de services, a-t-on appris de sources médiatiques au Kenya. Kamal Budhabatti, le directeur général de Little, a indiqué que, pour l’instant, il était encore question d’adapter l’application au marché nigérian, et qu’aucune décision n’avait encore été prise, à savoir s’il s’y déploierait avec un opérateur de téléphonie mobile local. La fintech devra se préparer à affronter une rude concurrence sur ce marché. Bien que le potentiel de croissance soit important au Nigéria, les entreprises offrant ce type de service ont parfois été...
(AFP 30/10/17)
Le président kényan, Uhuru Kenyatta, proclamé vainqueur lundi de la présidentielle du 26 octobre, a estimé que cette victoire était une "nouvelle confirmation" de la volonté du peuple, en référence à sa réélection au scrutin du 8 août, ensuite invalidée en justice. "Ce n'est rien de plus qu'une nouvelle confirmation de (la) volonté" des électeurs, a déclaré M. Kenyatta, 56 ans, lors de son discours à la Nation, après avoir été déclaré vainqueur avec 98,26% des voix. Il est revenu longuement sur le scrutin du 8 août, qu'il avait remporté avec plus de 54% des voix, mais que la Cour suprême avait invalidé après avoir relevé des irrégularités dans le processus de transmission des résultats. M. Kenyatta a expliqué avoir...
(AFP 30/10/17)
Le président sortant du Kenya, Uhuru Kenyatta, a remporté avec 98,26% des voix l'élection présidentielle du 26 octobre, boycottée par son principal opposant, Raila Odinga, a annoncé lundi la Commission électorale (IEBC). M. Kenyatta, 56 ans, a réuni sur son nom 7,483 millions de voix, contre 73.228 à M. Odinga, 72 ans. La participation est de 38,8% des électeurs inscrits, en forte baisse par rapport au scrutin du 8 août (79%), annulé par la Cour suprême pour "irrégularités". Avant d'énoncer les résultats comté par comté, Wafula Chebukati, le président d'une Commission électorale très critiquée, a estimé que ce nouveau scrutin, organisé après l'invalidation de celui d'août, avait été "libre, équitable et crédible". Huit jours avant le scrutin, il avait pourtant...
(AFP 30/10/17)
Le président kényan Uhuru Kenyatta, héritier du père fondateur de la nation et représentant des élites du pays, devra faire oublier les circonstances controversées de sa réélection lundi et réconcilier un pays fracturé de toutes parts. Son score fleuve de 98,26% des voix, obtenu en raison du boycott de l'opposition, est en trompe l'oeil: seulement 7,5 millions d'électeurs sur 19,6 millions d'inscrits, ont porté leur voix sur M. Kenyatta, 56 ans, bien loin du triomphe dont il avait rêvé. Il avait obtenu 8,2 millions lors d'un premier scrutin le 8 août, annulé par la Cour suprême pour "irrégularités", et son camp a répété à l'envi qu'il visait les 10 millions cette fois-ci. Sa légitimité pourrait se ressentir de ces chiffres...

Pages