Samedi 16 Décembre 2017
(Le Monde 20/10/17)
Après la démission surprise d’un membre de la Commission électorale, plus fragilisée que jamais, le vote du 26 octobre risque d’être gravement perturbé. « Pas de réformes, pas d’élection » : c’était le mot d’ordre de l’opposition kényane depuis l’annonce de son leader, Raila Odinga, de ne pas participer au scrutin présidentiel du 26 octobre l’opposant au président Uhuru Kenyatta. Depuis l’annulation du scrutin du 8 août par la Cour suprême, M. Odinga exige une série de modifications dans l’organisation du vote, à commencer par un renouvellement des membres de la Commission électorale (IEBC), accablée pour ses « défaillances » et les « irrégularités » constatées, notamment, dans la transmission des résultats des bureaux de vote. Depuis mercredi soir 18...
(APA 20/10/17)
APA-Nairobi (Kenya) - La nouvelle élection présidentielle kenyane aura bel et bien lieu le 26 octobre, conformément à la Constitution et à la décision de la Cour suprême, a affirmé jeudi le président Uhuru Kenyatta, assurant que les Kényans ne céderont pas à l'intimidation. S'adressant à ses partisans lors d'un meeting à Sirisia dans le comté de Bungoma, dans l'Ouest du pays, Kenyatta a déclaré que "personne n’a le droit d’empêcher les Kényans d'exercer leur droit démocratique." «Autant certains peuvent exercer leur droit démocratique en boycottant les élections, autant il y a des millions de Kenyans qui comptent se rendre aux urnes le 26 octobre pour exercer leur droit que leur confère la Constitution» a déclaré le président sortant. A...
(Xinhua 20/10/17)
Les universités kenyanes adoptent l'enregistrement biométrique des étudiants dans le cadre des efforts visant à réduire les réseaux terroristes au sein des institutions, a annoncé mercredi un responsable gouvernemental. Les étudiants sont devenus des cibles faciles pour les groupes terroristes au Kenya, comme en témoigne l'attaque d'avril 2015 à l'Université de Garissa où 148 étudiants ont été tués. Certains des hommes armés auraient été des étudiants. En juin 2016, Fred Matiangi, secrétaire du cabinet pour l'Education, a ordonné à toutes les universités d'enregistrer électroniquement leurs étudiants, de créer et de mettre à jour une base de données pour chaque programme et chaque année d'études afin de faciliter leur suivi. M. Matiangi a noté que la hausse de l'insécurité et des...
(Xinhua 20/10/17)
Le fossé qui sépare les dirigeants kenyans, le président Uhuru Kenyatta et son principal rival Raila Odinga, demeure alors que le pays s'approche de la date des nouvelles élections. Tout montre que les élections, dont M. Odinga s'est retiré, se dérouleront le 26 octobre, le gouvernement ayant annoncé jeudi que cette journée serait chômée. M. Kenyatta a fait campagne durant ces deux dernières semaines dans ses bastions ainsi que sur les fiefs de M. Odinga afin de mieux se faire connaître. M. Odinga a quant à lui promis qu'il n'y aurait pas d'élection le 26 octobre et a appelé à des manifestations nationales ce jour-là. Les divisions entre les deux leaders sont si profondes que les tentatives de les faire...
(APA 20/10/17)
APA-Brazzaville (Congo) – Le 7-ème sommet extraordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL) a pris fin jeudi soir à Brazzaville sur l’adoption de plusieurs recommandations dont celle d’’’envoyer rapidement’’ au Kenya en guise de médiateur le nouveau président en exercice de l’organisation sous-régionale, Denis Sassou N’Guesso. Sur place, le chef de l’Etat congolais devra ‘’soutenir les efforts visant à créer les conditions favorables à la tenue de l’élection présidentielle’’, souligne le communiqué final de la réunion, ajoutant qu’après s’être informés ‘’des efforts de préparation’’ de la présidentielle du 26 octobre prochain, les dirigeants de la CIRGL expriment leur ‘’solidarité avec le peuple du Kenya en invitant toutes les fractions...
(Xinhua 20/10/17)
Le parti du président Uhuru Kenyatta a porté plainte jeudi devant la Cour suprême pour tenter d'incarcérer le leader de l'opposition Raila Odinga et son partenaire de campagne Kalonzo Musyoka pour six mois pour désobéissance à un tribunal. Le Parti Jubilé soutient que les manifestations de masse organisées par les dirigeants de la Super-alliance nationale (NASA) dans certaines parties du pays constituent une désobéissance à l'ordre du tribunal qui a ordonné à la Commission indépendante des élections et des frontières (IEBC) d'organiser un nouveau scrutin dans 60 jours. Les dirigeants de la NASA organisent des manifestations qui durent depuis trois semaines et exigent des réformes au niveau du corps électoral ainsi que la démission de certains membres du personnel de...
(RFI 20/10/17)
Le Kenya est de plus en plus dans le doute. Le président de la Commission électorale, l'IEBC, a dit que dans les conditions actuelles il serait difficile d'organiser des élections crédibles jeudi prochain 26 octobre. Le principal opposant Raïla Odinga refuse de participer et appelle à des manifestations de masse le jour du vote. L'IEBC a tenté d'organiser une rencontre avec tous les candidats mais l'initiative a avorté. La tension ne cesse de monter et diverses organisations tirent la sonnette d'alarme. C'est un véritable réquisitoire qu'a tenu Francis Ole Kaparo, le président de la Commission pour la cohésion et l'intégration (NCIC). Créée spécialement après les violences post-électorales de 2007, la NCIC a dénoncé les divisions politiques et ethniques de plus...
(AFP 19/10/17)
Le leader de l'opposition kényane, Raila Odinga, a estimé jeudi qu'il n'était pas trop tard pour faire les réformes qui pourraient l'amener à "reconsidérer" sa décision de se retirer du scrutin présidentiel du 26 octobre. "Si de vraies consultations ont lieu, si de vraies réformes sont menées et qu'une réponse est apportée aux craintes que nous avons exprimées et qui nous avaient fait nous retirer, alors nous reconsidérerons" notre position, a déclaré M. Odinga à l'issue d'une rencontre avec le président de la Commission électorale (IEBC), Wafula Chebukati. "Mais en l'état, notre position est celle que nous avons annoncée hier" mercredi, a-t-il ajouté. L'opposition a promis mercredi qu'il n'y aurait "pas d'élection" le 26 octobre et qu'elle organiserait des manifestations...
(AFP 19/10/17)
Le Kenya est censé élire son président le 26 octobre à la suite de l'invalidation, historique sur le continent, de la réélection du président Uhuru Kenyatta le 8 août par la Cour suprême. Mais à une semaine du scrutin, la polarisation des deux camps et la mise en garde pessimiste du chef de la Commission électorale laissent craindre une nouvelle élection tronquée aux conséquences potentiellement dramatiques. L'élection aura-t-elle lieu le 26 ? A priori oui, mais dans quelles conditions et avec qui ? L'élection présidentielle 2017 a été marquée par de nombreux rebondissements, chaque jour apportant son lot de nouvelles, souvent mauvaises. Mercredi, dans un discours où il a pris le pays à témoin, le chef de la Commission électorale...
(Xinhua 19/10/17)
Le directeur de la commission électorale du Kenya a déclaré mercredi qu'il était difficile de garantir que le scrutin présidentiel du 26 octobre serait libre et équitable. Wafula Chebukati, président de la Commission indépendante des élections et des frontières (IEBC), a déclaré qu'il ne souhaitait plus endurer les pressions de commissaires le poussant à accepter des avis juridiques qui servent des intérêts partisans et ne sont pas fondés sur la Constitution ou sur la Loi. "J'ai fait plusieurs tentatives pour apporter des changements essentiels mais mes motions ont été repoussées par la majorité des commissaires. Dans ces conditions, il est difficile de garantir des élections libres, équitables et fiables", a déclaré M. Chebukati aux journalistes à Nairobi. "Je suis convaincu...
(AFP 18/10/17)
Le président de la Commission électorale (IEBC) au Kenya et une autre de ses responsables, qui a démissionné, ont mis en doute mercredi, en des termes dénués de toute ambiguïté, la possibilité d'organiser un scrutin présidentiel crédible le 26 octobre. Le chef de l'IEBC, Wafula Chebukati, dans un long et poignant message lu devant les caméras, s'est estimé incapable de garantir l'équité de l'élection du 26 octobre, prévue après l'annulation du scrutin présidentiel du 8 août. Quelques heures après la démission d'une des sept commissaires de l'IEBC, Roselyn Akombe, qui comptait parmi ses rares soutiens au sein de l'institution, M. Chebukati s'est livré à une critique virulente des dirigeants politiques kényans, de tous bords. "Je donne un carton jaune à...
(AFP 18/10/17)
Le leader de l'opposition au Kenya, Raila Odinga, a appelé mercredi à Nairobi ses partisans à des manifestations de masse le 26 octobre, jour de l'élection présidentielle à laquelle il a décidé de ne pas participer. "Les manifestations vont se poursuivre et, le 26, ce seront les plus grandes manifestations, dans l'ensemble du pays", a déclaré M. Odinga, 72 ans, devant plusieurs milliers de personnes qui assistaient à un meeting dans la capitale kényane. M. Odinga a également promis que le 26, il n'y aura "pas d'élection", sans toutefois préciser comment il comptait parvenir à ce résultat. La Cour suprême a invalidé le 1er septembre la réélection du sortant Uhuru Kenyatta à la présidentielle du 8 août, face à M...
(RFI 18/10/17)
L’incertitude règne toujours au Kenya avant l’élection présidentielle prévue le 26 octobre. Dernier rebondissement en date : la démission d'une responsable de la commission électorale, Roselyn Akombé, ce mercredi 18 octobre. Selon elle, la commission dans son état actuel « ne peut certainement pas garantir une élection crédible ». Dans la foulée, le président de cette même commission a donné une conférence de presse à Nairobi. Il a émis de sérieux doutes sur la tenue du scrutin le 26 octobre prochain. « Dans les conditions actuelles, il est difficile pour moi de garantir une élection libre, juste et transparente. » Cette phrase du président de la commission électoral (IEBC) jette un peu plus le trouble autour de l’élection présidentielle prévue...
(AFP 18/10/17)
Une des principales responsables de la Commission électorale au Kenya (IEBC) a jeté l'éponge mercredi, en estimant que la présidentielle du 26 octobre, organisée après l'invalidation du scrutin du 8 août, ne pouvait pas être crédible. La démission de Roselyn Akombe, une des sept commissaires de l'IEBC, constitue un énième rebondissement dans la présidentielle kényane qui a plongé le pays dans sa pire crise politique depuis dix ans. "La commission dans son état actuel ne peut certainement pas garantir une élection crédible le 26 octobre 2017. Je ne veux pas faire partie d'une telle parodie", a affirmé Mme Akombe dans un communiqué daté de New York, où elle est installée depuis plusieurs années. Le 1er septembre, la Cour suprême avait...
(Le Monde 18/10/17)
Le directeur et principal actionnaire du fonds d’investissement Centum pèse plus de 300 millions de dollars. On lui prête volontiers des ambitions politiques. Quinze mai 2015. A Nairobi, le soleil est déjà couché. La capitale kényane ralentit peu à peu. Mais, à la résidence de France, superbe bâtisse coloniale ceinturée d’un parc luxuriant, on rit et on trinque. L’occasion est belle : la remise de la Légion d’honneur à l’homme d’affaires Chris Kirubi. Dans la galerie des fêtes, l’ambassadeur Rémi Maréchaux porte un toast au « self-made-man à la grande intuition », à « l’entrepreneur à succès » ayant au cœur « la culture, la passion », mais aussi « le glamour, le bon vin et la bonne chère !...
(Xinhua 18/10/17)
Le syndicat kenyan des plantations a démenti lundi les informations selon lesquelles des fermiers de fleurs quittent le pays pour aller s'installer en Ethiopie en raison de fréquents conflits de travail dans cette nation d'Afrique de l'Est. Le secrétaire général adjoint du Syndicat des plantations et des travailleurs agricoles du Kenya (KPAWU), Meshack Khisa, a rejeté les rapports faits par les responsables du comté, les considérant comme alarmistes et irréfléchis. Il a fait savoir que les travailleurs du secteur avaient le droit de réclamer des salaires plus élevés en raison du coût de vie élevé qui avait fait grimper le prix des produits de base. "Les communiqués des gouverneurs concernant la délocalisation des fermiers vers l'Ethiopie sont trompeurs, alarmistes et...
(Le Point 18/10/17)
Que sait-on en réalité des perles portées par les Massaï ? L'histoire des échanges entre l'Afrique et l'Europe révèle bien des surprises. Récit. Parés de rouge, ployant presque sous leurs bijoux en perles colorées, les guerriers et les femmes Massaï sont devenus, au fil des ans, l'archétype de l'Afrique « authentique ». Ces accessoires sont en effet devenus indissociables des Massaï, immortalisés par le romancier français Joseph Kessel dans Le Lion en 1958. Pour les milliers de touristes européens se rendant chaque année en Afrique de l'Est, une visite des terres massaï, en Tanzanie ou au Kenya, demeurerait incomplète sans l'achat de ces perles et de ces couvertures écarlates. Or, peu savent que ces effets sont en réalité le résultat...
(AFP 17/10/17)
La Cour suprême du Kenya, qui a invalidé le 1er septembre la réélection du président sortant Uhuru Kenyatta, a clarifié mardi le rôle de la Commission électorale (IEBC) dans la vérification et l'annonce des résultats du nouveau scrutin prévu le 26 octobre. Dans une réponse aussi argumentée que cinglante à une requête de l'IEBC, la plus haute juridiction du Kenya a expliqué qu'il était du devoir du chef de la Commission de vérifier l'exactitude des résultats, mais que si des incohérences apparaissaient, il ne pouvait pas les corriger lui-même et devait en saisir la Cour suprême. Cette décision limite la possibilité de falsification des résultats...
(AFP 17/10/17)
L'opposition kényane a annoncé mardi suspendre les manifestations visant à obtenir une réforme de la Commission électorale (IEBC), pour honorer la mémoire des trois personnes tuées par balles ces derniers jours, selon un communiqué signé de son leader Raila Odinga. "En hommage aux victimes innocentes de l’État, nos manifestations resteront suspendues. Vendredi, nous honorerons la mémoire de ces victimes comme héros de la lutte pour la justice électorale", a déclaré M. Odinga, en précisant qu'il indiquerait "la marche à suivre" le même jour. La coalition d'opposition Nasa a organisé depuis trois semaines une série de manifestations pour réclamer une réforme...
(AFP 17/10/17)
Un tribunal kényan a levé temporairement mardi l'interdiction prise par le gouvernement de manifester dans les centres d'affaires des trois principales villes du pays - Nairobi, Mombasa et Kisumu - dans l'attente d'un jugement sur le fond. En attendant un examen complet de la requête déposée par l'opposition, "une injonction est rendue empêchant et/ou restreignant le droit (du gouvernement et de la police) à mettre en œuvre l'interdiction d'exercer le droit fondamental et la liberté de manifester, comme garanti par l'article 37 de la Constitution", a déclaré le juge. Le ministre de l'Intérieur Fred Matiangi avait annoncé le 12 octobre l'interdiction des manifestations dans les centres d'affaires de Nairobi, Mombasa et Kisumu, "en raison de la menace claire, présente et...

Pages