Jeudi 17 Août 2017

Le président du Kenya demande un rééquilibrage du commerce sino-africain

Le président du Kenya demande un rééquilibrage du commerce sino-africain
(Afrik.com 16/05/17)
Le Président du Kenya, Uhuru Kenyatta.

Le Président du Kenya, Uhuru Kenyatta a demandé à la Chine de rééquilibrer la relation commerciale entre l’Afrique et la superpuissance asiatique, arguant que Pékin devrait faire davantage pour s’attaquer à l’élargissement du déficit commercial africain.

Le déséquilibre de la balance commerciale de l’Afrique avec la Chine se creuse de plus en plus avant la chute du prix de nombreuses matières premières et denrées agricoles, comme le pétrole, le cuivre, le minerai de fer et le cacao. En 2015, les 54 pays africains ont enregistré un déficit de 34 milliards de dollars avec la Chine sur un commerce total de 172 milliards de dollars, selon l’Initiative de recherche Chine-Afrique (Cari) de l’Université Johns Hopkins.

"Comme pour tous les pays, le déficit commercial est un sujet de préoccupation et nous sommes intéressés de voir comment nous pouvons accroître les opportunités pour les produits kényans de pénétrer le marché chinois ", a déclaré M. Kenyatta dans un entretien avec le Financial Times. L’économie du Kenya, qui est une des plus développée d’Afrique de l’Est, est moins dépendante de l’importation de produits que de nombreux autre pays du continent. Néanmoins, en 2015, le Kenya a importé 5,9 milliards de dollars de marchandises chinoises. La Chine a dépassé les États-Unis en tant que principal partenaire commercial d’Afrique en 2009.

M. Kenyatta, l’un des deux seuls responsables africains à participer au forum de ce week-end de Beijing sur le programme phare de l’infrastructure régionale Belt and Road / Route de la soie de la Chine, a déclaré avant la réunion : "Ceux d’entre nous qui représenterons l’Afrique pousseront. . . Pour augmenter notre commerce vers la Chine ". Dans le cadre de son initiative route et Soie, la Chine cherche à refaire l’ancienne route de la soie reliant l’Asie à l’Europe et à l’Afrique, y compris le Kenya sur la côte de l’océan Indien.

Se référant à des préoccupations dans certaines parties de l’Afrique considérant que la Chine recréait les tendances commerciales coloniales en inondant le continent avec des produits manufacturés, en extrayant des matières premières et en engloutissant des contrats de construction, M. Kenyatta a déclaré « pour que l’équilibre soit gagnant-gagnant, cela doit signifier que, tout comme l’Afrique s’ouvre à la Chine, la Chine doit aussi s’ouvrir en Afrique ".

M. Kenyatta a déclaré que le Kenya avait l’intention d’imiter l’Éthiopie en invitant les fabricants chinois dans le pays. Au fur et à mesure que les salaires chinois augmentent, les dirigeants africains pourraient attirer des emplois dans des industries à forte intensité de main-d’œuvre telles que les textiles, les chaussures et le traitement agroalimentaire comme moyen de s’attaquer au déséquilibre commercial.

M. Kenyatta a déclaré que la création de zones économiques spéciales, construite à proximité de nouvelles liaisons de transport construites par la Chine, était « cruciale pour la création d’emplois au Kenya ». "Nous croyons fermement que le développement de l’infrastructure est ce qui va nous aider à ouvrir l’Afrique de l’Est, ouvrir le continent au commerce et à l’investissement", a-t-il déclaré.

Commentaires facebook