Jeudi 17 Août 2017
(RFI 14/08/17)
Le Tchad a annoncé, jeudi 10 août, sa décision de supprimer l'obligation de visas pour les ressortissants des Etats membres de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac). Joint par RFI, Hissein Brahim Taha, ministre tchadien des Affaires étrangères, souligne que son pays devient ainsi le premier à mettre en application une décision prise par les chefs de l’État de l'organisation régionale, il y a plus de quatre ans.
(BBC 11/08/17)
Le Tchad a annoncé jeudi qu'il accorde la libre circulation sur l'ensemble de son territoire aux ressortissants des Etats membres de la communauté économique et monétaire d'Afrique centrale. Selon le ministre tchadien des Affaires étrangères, de l'Intégration africaine et de la Coopération internationale, Hissein Brahim Taha, les ressortissants de la zone Cemac n'auront plus besoin de visas pour entrer dans le pays. "Tout ressortissant de l'un des Etats membres, Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon et Guinée Equatoriale, détenteur d'une pièce d'identité sécurisée (Passeport ou carte d'identité) en cours de validité, n'est plus soumis à l'obligation de visa d'entrée ou d'autorisation de sortie pour tout séjour ne dépassant pas 3 mois en territoire tchadien", a déclaré le ministre. Cette décision devrait faciliter...
(AFP 28/07/17)
Le parti Citoyens pour l'Innovation (CI), qui affirme être la principale force d'opposition en Guinée équatoriale, a annulé jeudi une manifestation prévue pour le lendemain après avoir été finalement autorisé à participer aux prochaines élections législatives. "Le leader national de C.I, Gabriel Nse Obiang Obono a ordonné la suspension officielle de la manifestation car le gouvernement de Guinée équatoriale a accepté la participation du parti aux prochaines élections législatives et municipales" de la fin de l'année, a indiqué le parti...
(AFP 17/07/17)
Le parti "Citoyens pour l'Innovation" (CI), qui affirme être le principal parti d'opposition en Guinée équatoriale, a dénoncé lundi sa mise à l'écart du processus électoral, a affirmé à l'AFP son président. Une commission électorale, comprenant des représentants du gouvernement et des partis politiques en lice pour les prochaines élections sénatoriales, législatives et municipales prévues pour fin 2017, doit sillonner le pays pour sensibiliser la population à ce processus. "Personne ne nous a communiqué (quoi que ce soit sur) la tournée de la...
(Xinhua 14/07/17)
La Chine et la Guinée équatoriale peuvent accroître leur coopération dans le cadre de l'initiative "la Ceinture et la Route", a indiqué jeudi le plus haut conseiller politique chinois, Yu Zhengsheng. M. Yu, président du Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois, s'est ainsi exprimé lors de sa rencontre avec Teodoro Nguema Obiang Mangue, vice-président de la Guinée équatoriale. Saluant l'amitié profonde entre les deux pays et leur coopération fructueuse dans divers domaines, M. Yu a indiqué...
(Jeune Afrique 10/07/17)
Dans le procès des « biens mal acquis » (BMA), qui implique notamment Teodoro Nguema Obiang Mangue, le vice-président de la Guinée équatoriale, le jugement ne sera rendu que le 27 octobre. Mais les Équato-Guinéens s’activent en coulisses, notamment sous la houlette de leur ambassadeur en France, Miguel Oyono Ndong Mifumu. À Malabo, la présidence a prié le procureur général de Guinée équatoriale de diligenter des enquêtes à partir du témoignage de Simon Mann. Le 26 juin à Paris, à la barre, l’ex-mercenaire sud-africain avait mis en cause le Français William Bourdon, par ailleurs avocat de la partie civile...
(AFP 07/07/17)
Dans le procès des « biens mal acquis » (BMA), qui implique notamment Teodoro Nguema Obiang Mangue, le vice-président de la Guinée équatoriale, le jugement ne sera rendu que le 27 octobre. Mais les Équato-Guinéens s’activent en coulisses, notamment sous la houlette de leur ambassadeur en France, Miguel Oyono Ndong Mifumu. À Malabo, la présidence a prié le procureur général de Guinée équatoriale de diligenter des enquêtes à partir du témoignage de Simon Mann. Le 26 juin à Paris, à la barre, l’ex-mercenaire sud-africain avait mis en cause le Français William Bourdon, par ailleurs avocat de la partie civile ...
(AFP 07/07/17)
Le président de Guinée équatoriale, Teodoro Obiang, a été reconduit à la tête du Parti démocratique de Guinée équatoriale (PDGE, au pouvoir) pour une "durée indéterminée" à l'issue du 6è Congrès ordinaire du parti. "Le président fondateur du PDGE, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, est le président du PDGE pour une durée indeterminée", a déclaré Jeronimo Osa Osa Ecoro, secrétaire général du parti, lisant une des résolutions du 6è Congrès à la télévision nationale.
(RFI 07/07/17)
La parole était à la défense ce jeudi 6 juillet au procès de Teodorin Obiang à Paris. Le vice-président équato-guinéen est poursuivi dans l'affaire dite des «biens mal acquis». Le ministère public a requis mercredi trois ans de prison, 30 millions d'euros d'amende et la confiscation des biens saisis. Le jugement a été mis en délibéré au 27 octobre prochain. Emmanuel Marsigny, l’avocat de la défense, le répète comme un mantra : c’est au nom de la morale que l’on...
(Jeune Afrique 07/07/17)
Le procès des biens-mal-acquis se poursuivait jeudi à la 32e chambre correctionnelle du tribunal de Paris. Alors que le procureur a requis trois ans de prison et 30 millions d'euros d'amende contre Teodoro Nguema Obiang Mangue, la défense jouait ses dernières cartes avant le jugement, que le tribunal prononcera le 27 octobre. Récit. Teodoro Nguema Obiang Mangue, dit Teodorín, ou en tout cas sa défense, a-t-il prié pour que la nuit lui porte conseil ? Ses avocats ont, en tout...
(AFP 05/07/17)
Trois ans de prison, 30 millions d'euros d'amende et la confiscation des biens saisis, dont un immeuble évalué à plus de 100 millions d'euros, ont été requis mercredi contre le vice-président de Guinée équatoriale Teodorin Obiang, au procès à Paris de l'affaire des "biens mal acquis". Fils du président Teodoro Obiang, l'ancien ministre de l'Agriculture et des Forêts promu vice-président par son père, Teodorin Obiang, bientôt 48 ans, est poursuivi à Paris pour blanchiment d'abus de biens sociaux, de détournement...
(Jeune Afrique 04/07/17)
Il était le témoin le plus attendu au procès des « biens mal acquis », à Paris. Des diamants sierra-léonais au pétrole angolais, des geôles zimbabwéennes à la prison de Black Beach, l’ex-mercenaire dévoile en exclusivité pour Jeune Afrique son parcours interlope. Ne vous fiez pas à ses cheveux grisonnants, à ses yeux bleus pénétrants ou à son sourire enjôleur : à 65 ans, ce Britannique est probablement l’un des derniers représentants...
(Jeune Afrique 04/07/17)
Le procès des «biens mal acquis» devrait livrer son verdict le 4 juillet prochain, sauf retournement de situation ou mise en délibéré. L'aboutissement de dix ans de procédures que Jeune Afrique se propose de vous résumer en une infographie. On ne dira pas (encore) que c’est celui du siècle. Mais tout de même. Pour la première fois s’est ouvert à Paris, le 19 juin, le procès dit des biens mal-acquis, avec un vice-président africain en accusé, Teodoro Nguema Obiang Mangue, plusieurs centaines de millions d’euros de préjudices estimés et une partie civile fermement...
(RFI 01/07/17)
Au procès du vice-président équato-guinéen, Teodorin Obiang, poursuivi pour corruption et blanchiment de fonds publics, il y a parfois durant les audiences, des moments cocasses. Ce jeudi après-midi, l'un des avocats du prévenu s'est un peu pris les pieds dans le tapis. La situation est totalement inédite, elle est même invraisemblable. L’entier dossier de la procédure pénale s’est retrouvé entre les mains des juges de la Guinée équatoriale, le 12 juin 2017. Et s’appuyant sur ce dossier, ils ont rendu un jugement...
(Jeune Afrique 30/06/17)
Le procès des « biens mal-acquis », dans lequel Teodoro Nguema Obiang Mangue, dit « Teodorín », est accusé de détournement de fonds publics, d’abus de confiance et de blanchiment, se poursuivait jeudi. Au programme : l'examen d'une question prioritaire de constitutionnalité (QPC), qui a donné lieu à des passes d'armes entre juristes chevronnés. QPC, l’acronyme était sur toutes les lèvres jeudi 29 juin, sous les colonnes aux abords de la 32e chambre correctionnelle du Tribunal de Paris, où se...
(AFP 29/06/17)
Le vice-président de Guinée équatoriale Teodorin Obiang a qualifié jeudi de "montage contre le gouvernement légal de la Guinée équatoriale" son procès en France dans l'affaire dite des "biens mal acquis", réagissant pour la première fois depuis le début de ce procès. Teodorin Obiang, fils du président équato-guinéen Teodoro Obiang, a fait ces déclarations jeudi devant des journalistes et des officiels en marge du Forum panafricain de la jeunesse dans la capitale tchadienne N'Djamena. "Le procès en cours en France...
(Jeune Afrique 29/06/17)
Le procès des « biens mal-acquis », dans lequel Teodoro Nguema Obiang Mangue, dit « Teodorín », est accusé de détournement de fonds publics, d’abus de confiance et de blanchiment, se poursuivait mercredi. Et il a été question, entre autres, de « sentiments ». Même les lions peuvent avoir des sentiments. Et, à la 32e chambre correctionnelle du tribunal de Paris, on en a parlé, dans le cadre du procès de Teodoro Nguema Obiang Mangue, vice-président de la Guinée équatoriale...
(RFI 29/06/17)
Depuis le début de la semaine dernière, se tient devant le tribunal correctionnel de Paris le procès du vice-président équato-guinéen, Teodorin Obiang, poursuivi pour corruption et blanchiment de fonds publics. Après une journée de pause, le procès a repris ce 28 juin avec une audience au cours de laquelle il a beaucoup été question de flux financiers. Plusieurs sociétés équato-guinéennes ont permis à Teodoro Nguema Obiang Mangue (« Teodorin »), leur actionnaire, de mener grand train.
(Jeune Afrique 28/06/17)
Le procès dit des biens mal acquis, dans lequel Teodoro Nguema Obiang Mangue, dit « Teodorín », est accusé de détournement de fonds publics, d’abus de confiance et de blanchiment, se poursuivait lundi, avec l’audition, tant attendue, des témoins. Récit. Les lions avaient affuté leurs griffes et, comme prévu, le combat a été âpre et a même failli, comme on le craignait, tourner au cirque, ou plutôt à la suspension d’audience sur décision du conseil de l’ordre… En ce lundi...
(AFP 27/06/17)
Le mercenaire anglais Simon Mann, impliqué dans une tentative de coup d'Etat en 2004 contre le président équato-guinéen Teodoro Obiang, a accusé lundi le financier américain Georges Soros et l'avocat de Transparency William Bourdon d'avoir voulu renverser le régime. Simon Mann, 65 ans, était cité par la défense de Teodorin Obiang, fils du président équato-guinéen, jugé à Paris dans l'affaire des biens mal acquis, devant le tribunal correctionnel de Paris. Condamné à 34 ans de prison en Guinée équatoriale pour la tentative de coup d'Etat, Simon Mann a été gracié par le président Obiang puis libéré en 2009. "Je n'ai pas de preuve écrite", a-t-il averti avant de livrer son récit. A la barre, le sexagénaire en costume sombre a affirmé avoir en 2011 "averti" le président Obiang que le financier américain "George Soros et William Bourdon", ainsi que deux autres protagonistes du coup d'état raté de 2004, l'opposant en exil Severo Moto et l'homme d'affaires Ely Khalil, "avaient l'intention de renverser le gouvernement". "J'ai expliqué au président que ça pouvait être par n'importe quel moyen", a-t-il poursuivi. Selon lui, le président Obiang lui a alors produit un email de 2007, "du bureau d'Ely Khalil à M. Bourdon, qui mettait en cause le comportement du vice-président", Teodorin Obiang.

Pages