Mardi 21 Novembre 2017
(Agence Ecofin 12/07/17)
A l’occasion du Comité de politique monétaire de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac), le 11 juillet à Yaoundé, le gouverneur Abbas Mahamat Tolli, a démenti la rumeur sur les projets de dévaluation du FCFA dans la zone Cemac (Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée équatoriale, Tchad). « Les rumeurs sur la dévaluation du FCFA ont cours depuis quelques temps. Entretenues sur les réseaux sociaux et par une certaine presse, ces mesures apparaissent de manière épisodique sur la scène sous-régionale depuis le milieu des années 90, après la dévaluation intervenue le 12 janvier 1994. Ce phénomène n’est donc pas nouveau. Et, comme les autres fois, ces rumeurs sont sans aucun fondement. La spécificité aujourd’hui est que cette rumeur touche...
(Jeune Afrique 10/07/17)
Dans le procès des « biens mal acquis » (BMA), qui implique notamment Teodoro Nguema Obiang Mangue, le vice-président de la Guinée équatoriale, le jugement ne sera rendu que le 27 octobre. Mais les Équato-Guinéens s’activent en coulisses, notamment sous la houlette de leur ambassadeur en France, Miguel Oyono Ndong Mifumu. À Malabo, la présidence a prié le procureur général de Guinée équatoriale de diligenter des enquêtes à partir du témoignage de Simon Mann. Le 26 juin à Paris, à la barre, l’ex-mercenaire sud-africain avait mis en cause le Français William Bourdon, par ailleurs avocat de la partie civile...
(AFP 07/07/17)
Dans le procès des « biens mal acquis » (BMA), qui implique notamment Teodoro Nguema Obiang Mangue, le vice-président de la Guinée équatoriale, le jugement ne sera rendu que le 27 octobre. Mais les Équato-Guinéens s’activent en coulisses, notamment sous la houlette de leur ambassadeur en France, Miguel Oyono Ndong Mifumu. À Malabo, la présidence a prié le procureur général de Guinée équatoriale de diligenter des enquêtes à partir du témoignage de Simon Mann. Le 26 juin à Paris, à la barre, l’ex-mercenaire sud-africain avait mis en cause le Français William Bourdon, par ailleurs avocat de la partie civile ...
(AFP 07/07/17)
Le président de Guinée équatoriale, Teodoro Obiang, a été reconduit à la tête du Parti démocratique de Guinée équatoriale (PDGE, au pouvoir) pour une "durée indéterminée" à l'issue du 6è Congrès ordinaire du parti. "Le président fondateur du PDGE, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, est le président du PDGE pour une durée indeterminée", a déclaré Jeronimo Osa Osa Ecoro, secrétaire général du parti, lisant une des résolutions du 6è Congrès à la télévision nationale.
(RFI 07/07/17)
La parole était à la défense ce jeudi 6 juillet au procès de Teodorin Obiang à Paris. Le vice-président équato-guinéen est poursuivi dans l'affaire dite des «biens mal acquis». Le ministère public a requis mercredi trois ans de prison, 30 millions d'euros d'amende et la confiscation des biens saisis. Le jugement a été mis en délibéré au 27 octobre prochain. Emmanuel Marsigny, l’avocat de la défense, le répète comme un mantra : c’est au nom de la morale que l’on demande au tribunal de tordre le bras de la loi. Et il pose ce diagnostic : il n’est pas possible, dit-il, d’appliquer le droit français pour des faits commis à l’étranger en faisant abstraction du droit étranger. « Le parquet...
(Jeune Afrique 07/07/17)
Le procès des biens-mal-acquis se poursuivait jeudi à la 32e chambre correctionnelle du tribunal de Paris. Alors que le procureur a requis trois ans de prison et 30 millions d'euros d'amende contre Teodoro Nguema Obiang Mangue, la défense jouait ses dernières cartes avant le jugement, que le tribunal prononcera le 27 octobre. Récit. Teodoro Nguema Obiang Mangue, dit Teodorín, ou en tout cas sa défense, a-t-il prié pour que la nuit lui porte conseil ? Ses avocats ont, en tout cas, dû rêver qu’elle leur porte chance. Alors que le procureur a requis mercredi 5 juillet trois ans de prison et trente millions d’euros d’amende, sans oublier la confiscation de ses biens saisis en France, la défense du vice-président équato-guinéen...
(AFP 05/07/17)
Trois ans de prison, 30 millions d'euros d'amende et la confiscation des biens saisis, dont un immeuble évalué à plus de 100 millions d'euros, ont été requis mercredi contre le vice-président de Guinée équatoriale Teodorin Obiang, au procès à Paris de l'affaire des "biens mal acquis". Fils du président Teodoro Obiang, l'ancien ministre de l'Agriculture et des Forêts promu vice-président par son père, Teodorin Obiang, bientôt 48 ans, est poursuivi à Paris pour blanchiment d'abus de biens sociaux, de détournement de fonds publics, d'abus de confiance et de corruption.
(Agence Ecofin 05/07/17)
Au cours du débat, à Libreville, portant sur les solutions devant être apportées à la résolution de la crise économique et financière qui frappe singulièrement le Gabon, et globalement les pays de la Cemac, l’économiste Jean-Jacques Ekomie de l’université Omar Bongo s’est prononcé sur le destin du FCFA, en cette période où les économies communautaires subissent de plein fouet les affres de la conjoncture. Ainsi pour lui, «il va de soi que si la mise en œuvre du Plan de relance n’est pas réussie, et que la situation continue à se dégrader, probablement, d’autres mesures d’ajustement pourront être envisagés, y compris l’ajustement monétaire. C’est-à-dire la dévaluation», tranche l’économiste selon des propos rapportés par Gabon Review. Car, d’après l’économiste, la question...
(Jeune Afrique 04/07/17)
Il était le témoin le plus attendu au procès des « biens mal acquis », à Paris. Des diamants sierra-léonais au pétrole angolais, des geôles zimbabwéennes à la prison de Black Beach, l’ex-mercenaire dévoile en exclusivité pour Jeune Afrique son parcours interlope. Ne vous fiez pas à ses cheveux grisonnants, à ses yeux bleus pénétrants ou à son sourire enjôleur : à 65 ans, ce Britannique est probablement l’un des derniers représentants...
(Jeune Afrique 04/07/17)
Le procès des «biens mal acquis» devrait livrer son verdict le 4 juillet prochain, sauf retournement de situation ou mise en délibéré. L'aboutissement de dix ans de procédures que Jeune Afrique se propose de vous résumer en une infographie. On ne dira pas (encore) que c’est celui du siècle. Mais tout de même. Pour la première fois s’est ouvert à Paris, le 19 juin, le procès dit des biens mal-acquis, avec un vice-président africain en accusé, Teodoro Nguema Obiang Mangue, plusieurs centaines de millions d’euros de préjudices estimés et une partie civile fermement...
(APA 04/07/17)
APA – Douala (Cameroun) - Le marché des titres publics de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) sera animé mercredi avec l’émission de 28 milliards de francs CFA que solliciteront le Cameroun, la Centrafrique, le Congo et le Gabon a-t-on appris mardi d’après le calendrier publié par la Banque centrale. Sur la base de ce calendrier, le Gabon qui sollicite la plus grosse enveloppe, entend lever 11 milliards de francs CFA au moyen d’une émission de Bons du Trésor assimilables (BTA) d’une maturité de 26 semaines. La deuxième enveloppe revient au Congo qui se propose de mobiliser 8 milliards de francs CFA de BTA d’une durée de maturité de 13 semaines. Le Cameroun pour sa part ambitionne de...
(Agence Ecofin 04/07/17)
Le marché des titres publics de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), institut d’émission commun aux six Etats de la Cemac, sera très animé ce 5 juillet prochain. Quatre des six pays de cet espace communautaire, à savoir le Cameroun, le Gabon, le Congo et la RCA, y émettront des titres publics pour tenter de lever une enveloppe globale de 28 milliards de francs Cfa. Le plus gros demandeur de la séance d’adjudication du 5 juillet 2017 est le Gabon, qui ambitionne de lever 11 milliards de francs Cfa, au moyen d’une émission de bons du Trésor assimilables (BTA) d’une maturité de 26 semaines. Idem pour la RCA, qui tentera d’engranger 4 milliards de francs Cfa. Le Trésors...
(RFI 01/07/17)
Au procès du vice-président équato-guinéen, Teodorin Obiang, poursuivi pour corruption et blanchiment de fonds publics, il y a parfois durant les audiences, des moments cocasses. Ce jeudi après-midi, l'un des avocats du prévenu s'est un peu pris les pieds dans le tapis. La situation est totalement inédite, elle est même invraisemblable. L’entier dossier de la procédure pénale s’est retrouvé entre les mains des juges de la Guinée équatoriale, le 12 juin 2017. Et s’appuyant sur ce dossier, ils ont rendu un jugement...
(Jeune Afrique 30/06/17)
Le procès des « biens mal-acquis », dans lequel Teodoro Nguema Obiang Mangue, dit « Teodorín », est accusé de détournement de fonds publics, d’abus de confiance et de blanchiment, se poursuivait jeudi. Au programme : l'examen d'une question prioritaire de constitutionnalité (QPC), qui a donné lieu à des passes d'armes entre juristes chevronnés. QPC, l’acronyme était sur toutes les lèvres jeudi 29 juin, sous les colonnes aux abords de la 32e chambre correctionnelle du Tribunal de Paris, où se tient le procès des « biens mal-acquis ». Qu’importe, au fond, si tous les observateurs ne sont pas des spécialistes du droit constitutionnel, chacun sait ici que la QPC est sans doute la dernière carte de la défense pour obtenir...
(AFP 29/06/17)
Le vice-président de Guinée équatoriale Teodorin Obiang a qualifié jeudi de "montage contre le gouvernement légal de la Guinée équatoriale" son procès en France dans l'affaire dite des "biens mal acquis", réagissant pour la première fois depuis le début de ce procès. Teodorin Obiang, fils du président équato-guinéen Teodoro Obiang, a fait ces déclarations jeudi devant des journalistes et des officiels en marge du Forum panafricain de la jeunesse dans la capitale tchadienne N'Djamena. "Le procès en cours en France contre le vice-président de la Guinée équatoriale est une mascarade qui ne répond à aucune procédure légale. C'est un montage contre le gouvernement légal de la Guinée équatoriale et contre l'Afrique", a-t-il estimé. "Que l'on sache, l'achat de biens en...
(RFI 29/06/17)
Depuis le début de la semaine dernière, se tient devant le tribunal correctionnel de Paris le procès du vice-président équato-guinéen, Teodorin Obiang, poursuivi pour corruption et blanchiment de fonds publics. Après une journée de pause, le procès a repris ce 28 juin avec une audience au cours de laquelle il a beaucoup été question de flux financiers. Plusieurs sociétés équato-guinéennes ont permis à Teodoro Nguema Obiang Mangue (« Teodorin »), leur actionnaire, de mener grand train.
(Jeune Afrique 28/06/17)
Le procès dit des biens mal acquis, dans lequel Teodoro Nguema Obiang Mangue, dit « Teodorín », est accusé de détournement de fonds publics, d’abus de confiance et de blanchiment, se poursuivait lundi, avec l’audition, tant attendue, des témoins. Récit. Les lions avaient affuté leurs griffes et, comme prévu, le combat a été âpre et a même failli, comme on le craignait, tourner au cirque, ou plutôt à la suspension d’audience sur décision du conseil de l’ordre… En ce lundi 26 juin, belle journée ensoleillée à Paris, l’atmosphère était orageuse à la 32ème chambre correctionnelle du tribunal de Paris, où se tient le procès des biens mal acquis. Dans cet événement historique, qui voit Teodoro Nguema Obiang Mangue, le vice-président...
(Agence Ecofin 28/06/17)
Les ventes globales de bière au Cameroun en 2016 sont estimées par Société des brasseries du Cameroun (Sabc) à environ 6,5 millions d’hectolitres (650 millions de litres), importations comprises, en régression de 0,6% par rapport à 2015. « Cette baisse s’explique, selon la Société des brasseries du Cameroun, par l’hyperactivité des concurrents au niveau des promotions capsules ainsi que par la non récurrence des achats spéculatifs qui avaient eu lieu un peu avant la hausse des prix en février 2015 et par les massives importations illégales en provenance du Nigeria et de Guinée Equatoriale ». Néanmoins, nuance la Sabc, cette baisse a été atténuée par les effets positifs de la promotion « Tempête sur la ville » et par les...
(AFP 27/06/17)
Le mercenaire anglais Simon Mann, impliqué dans une tentative de coup d'Etat en 2004 contre le président équato-guinéen Teodoro Obiang, a accusé lundi le financier américain Georges Soros et l'avocat de Transparency William Bourdon d'avoir voulu renverser le régime. Simon Mann, 65 ans, était cité par la défense de Teodorin Obiang, fils du président équato-guinéen, jugé à Paris dans l'affaire des biens mal acquis, devant le tribunal correctionnel de Paris. Condamné à 34 ans de prison en Guinée équatoriale pour la tentative de coup d'Etat, Simon Mann a été gracié par le président Obiang puis libéré en 2009. "Je n'ai pas de preuve écrite", a-t-il averti avant de livrer son récit. A la barre, le sexagénaire en costume sombre a...
(RFI 27/06/17)
Coup de théâtre et coup de colère au procès Obiang à Paris lundi 26 juin. Alors que le mercenaire Simon Mann est venu témoigner pour raconter le coup d'Etat manqué en 2004 contre le régime Obiang, il a donné les identités des commanditaires et la défense de Teodorin Obiang a alors produit un courriel laissant entendre que les parties civiles étaient proches des commanditaires de putsch. Avec notre envoyé spécial au palais de justice de Paris, Franck Alexandre Le témoignage de Simon Mann sentait le soufre ; il a tenu toutes ses promesses. L’ex-militaire britannique qui, bien volontiers, affirme être un mercenaire évoque à la barre le coup d’Etat raté qu’il a fomenté en 2004 en Guinée équatoriale pour renverser...

Pages