Mercredi 16 Août 2017
(Financial Afrik 04/05/17)
La Bourse des valeurs mobilières d’Afrique centrale (BVMAC) a levé des fonds d’un montant de plus de 800 milliards de francs CFA sur le marché sous régional de la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (CEMAC), durant la période 2008-2017. Selon le président de la Commission de surveillance du marché financier de l’Afrique centrale (COSUMAF), Rafael Tung Nsue, «sur le plan régional, l’évolution est positive. Nous sommes passés à plus de 800 milliards de FCFA de levée de fonds sur le marché financier sous régional entre 2008 et 2017. Ce qui veut dire que le marché évolue positivement ». Créée en 2003, la BVMAC est spécialisée dans l’organisation, la gestion et l’animation du marché financier sous régional de la CEMAC...
(AFP 03/05/17)
L'accès à certains sites d'information, d'opinion et de réseaux sociaux dont Facebook est toujours interdit en Guinée équatoriale depuis près de 4 ans, constate l'AFP mercredi, journée internationale de la liberté de la presse. Un virus informatique, selon les autorités équato-guinéennes, aurait été responsable de ces blocages sélectifs, survenus pour la plupart le 10 mai 2013, peu de temps après l'annonce d'une marche d'étudiants et à 16 jours d'élections législatives, "Un des fournisseurs de services...
(LibreAfrique 02/05/17)
Face à d’énormes difficultés de trésorerie, dues à la baisse des cours mondiaux des matières premières, la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC) a décidé de relever de 50 points son principal taux directeur, passant de 2,45 à 2,95% afin de contribuer à freiner la fuite des capitaux. Pour rappel, selon le rapport 2015 de l’ONG Global Financial Integrity, l'Afrique subsaharienne est la région qui souffre le plus de la fuite des capitaux en pourcentage du PIB. Sur la période 2008-2012, le Togo avec un taux de 76,8% du PIB est le pays ayant enregistré le taux le plus élevé de sortie illicite de capitaux dans le monde. Dans la zone CEMAC, les trois pays ayant enregistré les taux...
(RFI 02/05/17)
La Banque de développement des Etats de l'Afrique centrale (BDEAC) dispose, depuis le 29 avril, d'un plan stratégique 2017-2021 qui va mettre un accent particulier sur le financement de l'agriculture, en vue de limiter les importations qui coûtent 3 000 milliards de FCFA par an à six pays de l’Afrique centrale. Cette institution a pour rôle essentiel de financer le développement du Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée équatoriale et Tchad qui composent la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC). Dans son plan stratégique quinquennal arrêté, la BDEAC entend financer prioritairement l’agriculture, l’agro-industrie, la pêche, la pisciculture et l’élevage. Le but visé est de limiter les importations des denrées alimentaires, des produits laitiers et autres, que ces six pays...
(AFP 27/04/17)
Un militants des droits de l'homme incarcéré sans charge depuis le 17 avril a été libéré mardi par les autorités de Guinée équatoriale contre la somme de 2 millions de FCFA (3.000 euros), a appris l'AFP de source proche du militant. "Enrique Asumu a été libéré hier (mardi) contre deux millions de francs CFA que nous avons cotisés avec sa famille parce qu’il est souffrant", a déclaré mercredi à l’AFP Mariano Nkogo Mba, vice président du Centre des études et des initiatives pour le développement de Guinée équatoriale CEID-GE, l'ONG dont M. Asumu est le président. Le deuxième vice-président du CEID, Alfredo Okenve, arrêté lundi 17 avril également, est toujours détenu sans aucune charge au commissariat central de Malabo connu...
(Agence Ecofin 27/04/17)
(Agence Ecofin) - La Banque des Etats d’Afrique centrale vient de lancer un appel d’offres international en vue de la sélection d’un organisme spécialisé dans la gestion des portefeuilles d’actifs financiers en vue du placement des fonds de la caisse de retraite de la Banque centrale (CRBC). L’institut d’émission sous-régional informe que la mise en place de cette caisse vise à garantir un régime de retraites complémentaires à ses personnels retraités ainsi qu’aux ayant-droits des familles. Cette caisse créée en janvier 1999 fait partie intégrante de la banque, mais jouit d’une autonomie de gestion. La gestion de ses ressources est confiée contre rémunération, sur la base de mandats, à des institutions spécialisées dans la gestion de portefeuilles d’actifs financiers. SeM
(Agence Ecofin 27/04/17)
(Agence Ecofin) - Depuis le 25 avril, les représentants des onze pays (Gabon, Cameroun, Centrafrique, Tchad, RD Congo, etc.) de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (Ceeac), planchent à Libreville sur la problématique des menaces des multiples catastrophes liées aux phénomènes naturels et comment s’y prendre en cas de besoin. Evoquant le cadre de la rencontre de Libreville, Lambert-Noël Matha, le ministre gabonais de l’Intérieur, a déclaré que les mesures préventives valent mieux que celles dites curatives. Avant de poursuivre que le Gabon avait pleinement pris conscience que toutes les catastrophes qui sèment la désolation dans le monde n’arrivent pas qu’aux autres. Dans la même veine Marie Thérèse Chantal Mfoula épouse Nganongo, secrétaire général adjoint de la Ceeac,...
(APA 26/04/17)
L’Equato guinéen Manuel Sabino Asumu Cawan a été élu président des comités nationaux olympiques des sept pays de l’Afrique centrale, membres de la zone 4, lors d’une Assemblée générale tenue ce mardi à Bangui. Il sera en poste pour un mandat de 4 ans. Selon le Président sortant de la zone 4, le Camerounais Ahmed Kalcabar Malboum, la solidarité olympique doit se manifester au profit de la RCA, en proie aux violences. La rencontre a aussi discuté du bilan de la participation des comités olympiques et sportifs de la zone 4 aux jeux olympiques de Rio au Brésil, le choix de leur futur siège
(BBC 26/04/17)
Les pays de la Communauté économiques des Etats d'Afrique centrale, (CEEAC) ont réclamé la matérialisation de leur zone de libre-échange au cours d'une réunion à Libreville. Les experts du commerce des États membres de la CEEAC souhaitent lever les points de blocage du marché régional. Ces pays réfléchissent à la manière de rendre effective la zone de libre-échange. Avec près de 130 millions de consommateurs, ce marché est très important du point de vue économique mais plusieurs pays ont du mal à écouler leurs marchandises. Ce qui génère un manque à gagner important.
(Le Monde 25/04/17)
Le directeur adjoint du département Afrique du Fonds monétaire international, Roger Nord, assure que les programmes sociaux des Etats pourront être préservés. C’était il y a quatre mois. Le 23 décembre 2016, les dirigeants des pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac), réunis en sommet à Yaoundé, au Cameroun, décidaient d’en appeler au soutien financier du Fonds monétaire international (FMI). La morosité ambiante ne laissait plus guère de choix aux économies de cette sous-région de la zone franc, ultra dépendantes de la rente pétrolière : dans le sillage de la chute des cours, leur croissance s’est effondrée, tout comme leurs recettes budgétaires, tandis que les déficits se sont creusés dangereusement. Le recours à l’institution de Bretton...
(APA 25/04/17)
APA-Yaoundé (Cameroun) - La Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC) vient de lancer un avis de sélection internationale ouverte pour le placement des fonds de sa Caisse de retraite (CRBC) en actifs financiers, libellés en FCFA, dans les zones de la Communauté économique et monétaire des États de l'Afrique centrale (CEMAC) et de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA). Le plan de retraite de l’Institut d’émission est financé par ses contributions propres ainsi que celles de son personnel, sur la base de pourcentages spécifiques liés au régime à cotisations définies. La gestion de ces ressources est confiée, contre rémunération sur la base de mandats de gestion, à des institutions spécialisées dans l’administration des portefeuilles d’actifs financiers. La CRBC a...
(AFP 18/04/17)
Deux militants des droits de l'homme ont été arrêtés lundi et emmenés au commissariat central de Malabo, surnommé localement "Guantanamo", a annoncé mardi à l'AFP leur ONG. "Alfredo Okenve et Enrique Asumu, respectivement président et vice-président du Centre d'éducation et d'initiative pour le développement de la Guinée équatoriale (CEID-GE) sont détenus depuis lundi 16h30 (15h30 GMT) sur ordre du ministre de la sécurité nationale" au commissariat central de Malabo, a déclaré à l'AFP le vice-président du...
(Agence Ecofin 18/04/17)
(Agence Ecofin) - Selon un rapport des commissaires aux comptes Mazars Cameroun et Kpmg Afrique centrale, rendu public le 16 avril, le solde global du compte d’opérations de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac) a regressé de 3288,31 milliards en 2015 à 1155,95 milliards de FCFA en 2016. Comprendre le vocable « compte d’opérations » c'est se referer à celui ouvert par la Beac au service de contrôle du ministère des Finances de la France. La Beac, d’après ses conventions, doit impérativement y déposer 50% de ses avoirs extérieurs. Toutefois, la convention du 3 octobre 2014 stipule que cette quotité peut être abaissée en deçà de 50% mais, sans être inférieure à 40%. De façon détaillée, indiquent les...
(APA 13/04/17)
APA – Douala (Cameroun) - Les réserves de change au sein de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale ont connu une réelle érosion au cours de ces dernières années, passant de 6000 milliards de FCFA en 2010, à seulement 2000 milliards de FCFA en 2017. Cette chute vertigineuse de 4000 milliards de FCFA en l’espace de sept ans s’explique principalement, selon Kadima Kalondji, représentant résident du Fonds monétaire international (FMI) au Cameroun, par l’effondrement des recettes et la chute des exportations pétrolières sur le marché international dont cinq des six pays de la CEMAC en sont producteurs et exportateurs. Cette dégringolade des réserves de change est favorisée également par l’explosion des dépenses d’investissement public dans une conjoncture difficile...
(Financial Afrik 13/04/17)
Le constat est de Kadima Kalondji, représentant résident du FMI au Cameroun. Les réserves de change de la Communauté des Etats de l’Afrique Centrale (CEMAC) ont chuté de 6000 milliards de FCFA en 2010 en à peine 2000 milliards aujourd’hui. Pour cause, l’effondrement des recettes provenant de l’exportation des matières premières et l’explosion des dépenses d’investissements publics dans un contexte défavorable aux économies de rente. Signe du marasme de la sous-zone CFA, la dette communautaire a pris l’ascenseur, passant de l’équivalent de 15% du PIB en 2010 en 45% en 2016. Cette tendance va se poursuivre selon la représentante du FMI si les Etats n’adoptent pas un plan de redressement de leurs économies. Car, souligne Kadima Kalondji, les recettes pétrolières,...
(APA 13/04/17)
APA-Douala (Cameroun) - Plus de 200 000 hectares de forêt sont détruits chaque année du fait de l’agriculture itinérante sur brûlis dans le Bassin du Congo, d’après des chiffrés révélés jeudi en marge de la Foire internationale de Douala pour le développement (FIDD). Un rythme de déforestation plutôt inquiétante et qui a un impact direct sur la vie des populations, et sur l’équilibre des écosystèmes d’autant que la destruction de la forêt pour des besoins industriels est encore pire. Pour des experts, il s’agit d’un cercle vicieux lorsque les petits agriculteurs, auteurs de ce genre de pratique, apparaissent comme les premières victimes des changements climatiques, eux qui sont obligés de faire une pression soutenue sur la nature pour leur subsistance...
(Agence Ecofin 12/04/17)
En 2010, assure Kadima Kalondji, représentant résident du FMI au Cameroun, en visite à Libreville dans le cadre d’un séminaire destiné aux hommes de médias de la sous-région, les réserves de change de l’espace communautaire s’établissaient à 6000 milliards de Fcfa. Elles ont dégringolé depuis lors et se situent à 2000 milliards de Fcfa, soit une érosion de 4000 milliards de Fcfa en six ans. Ceci est la résultante de l’effondrement des recettes et de la chute des exportations pétrolières ainsi que de l’explosion des dépenses d’investissement public dans un contexte financier difficile et défavorable aux économies rentières. La dette communautaire est, quant à elle, passée de 15% du PIB en 2010, à 45% en 2016. Cette dégradation va se...
(Xinhua 10/04/17)
YAOUNDE, (Xinhua) -- Une production moyenne annuelle de 6,2 millions de tonnes d'huile de palme est envisagée par les pays membres de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC), qui déclarent vouloir faire évoluer leur statut pour cesser d'être des producteurs modestes et modifier les positions dans un marché largement dominé par la Malaisie et l'Indonésie. En 2016, un volume de 65 millions de tonnes de production a été enregistré dans le monde, fourni à environ 80% par la Malaisie et l'Indonésie, les deux géants de la filière, selon les statistiques du Worldwide Fund for Nature (WWF) ou Fonds mondial pour la nature, qui situe à un taux marginal de moins de 4% la part de l'Afrique dans...
(Agence d'information d'afrique centrale 06/04/17)
Les six Etats de la Cémac (Cameroun, Congo, Gabon, Centrafrique, Guinée équatoriale et Tchad) et la BEAC viennent de surprendre. Ils ont décidé de fabriquer eux-mêmes le Franc CFA dans un appel d’offre. « La Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) envisage d’acquérir, sur fond propres, le matériel destiné au traitement des signes monétaires. À cet effet, elle invite, les entreprises remplissant les conditions requises, à présenter une offre au plus tard le 1er juillet. L’appel à concurrence est subdivisé en deux lots indépendants. Le premier concerne 600 rouleaux de feuillards synthétiques siglés « BEAC » […] Le second lot concerne 54 machines à cercler les billets de banque, et le Dossier d’appel d’offres (DAO) doit être rédigé en...
(APA 06/04/17)
APA – Douala (Cameroun) - La Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) en partenariat avec le Fonds mondial pour la nature (WWF), a réuni une trentaine d’organisations et entreprises de la sous-région en vue de la validation du Document de stratégie régionale de développement durable de la filière huile de palme, a-t-on appris jeudi de sources concordantes. Cette initiative, a relevé Ludovic Miaro, représentant de WWF, tient au fait que les Etats de l’Afrique centrale font face à un sérieux problème de déficit d’huile de palme, soit plus de 50 % de la production et ont recours à l’importation des pays d’Asie du Sud-est pour satisfaire les demandes nationales. Les participants ont adopté des mesures pour remédier à...

Pages