Mardi 21 Novembre 2017
(AFP 26/10/17)
La Guinée équatoriale a entériné mardi la suppression des visas pour les ressortissants de la Communauté économique et monétaire d'Afrique centrale (Cémac), en application de l'accord conclu en 2013 sur la libre circulation en Afrique centrale. "Tout ressortissant des pays de la Cémac (Cameroun, Centrafrique, Congo Brazzaville, Guinée équatoriale, Tchad) peut désormais entrer sans visa en Guinée équatoriale, mais doit être détenteur d'un passeport biométrique", selon un décret. Le séjour ne doit pas dépasser trois mois, précise le décret lu à la télévision. La Guinée équatoriale emboite le pas au Gabon, son voisin pétrolier, avec qui elle bloquait la mise en vigueur de la décision depuis 2013.
(Agence Ecofin 26/10/17)
Selon la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), si la question du changement climatique n'est pas abordée, il y aura des conséquences désastreuses. « Comme je l'ai déjà dit, si nous ne faisons rien en ce qui concerne le changement climatique maintenant, dans 50 ans, nous serons, grillés et rôtis.», a déclaré Christine Lagarde (photo), lors d'un débat mardi à la Future Investment Initiative de Riyad, en Arabie saoudite. « Des décisions sont nécessaires à ce stade, ce qui implique que probablement dans 50 ans, le pétrole sera une matière première de second rang.», a ajouté Mme Lagarde. Selon la dirigeante, le changement climatique et l'inégalité croissante sont les deux questions clés imminentes. « Si nous n'abordons pas ces...
(AFP 25/10/17)
Le premier procès de l'affaire des "biens mal acquis" connaît vendredi son épilogue avec le jugement à Paris du vice-président de Guinée équatoriale, Teodorin Obiang, accusé de s'être frauduleusement bâti en France un patrimoine considérable. Le fils du président Teodoro Obiang Nguema, ancien ministre de l'Agriculture et des forêts promu vice-président par son père, a été jugé du 19 juin au 6 juillet pour blanchiment d'abus de biens sociaux, de détournement de fonds publics, d'abus de confiance et de corruption. Teodorin Obiang, 48 ans, ne s'est pas présenté devant le tribunal correctionnel de Paris. Le parquet national financier a requis à son encontre trois ans de prison, 30 millions d'euros d'amende et la confiscation de l'ensemble de biens saisis pendant...
(AFP 25/10/17)
Le jugement concernant Teodorin Obiang, fils du président de Guinée équatoriale, qui doit être prononcé vendredi à Paris, s'inscrit dans l'affaire des "biens mal acquis", sur les conditions d'acquisition de riches patrimoines en France par plusieurs dirigeants africains. - Plaignants: le parcours du combattant - - 27 mars 2007: Trois associations (Sherpa, Survie et la Fédération des Congolais de la diaspora) déposent des plaintes visant des chefs d'État africains accusés d'avoir bâti en France une fortune avec de l'argent public détourné de leurs pays. L'enquête préliminaire est classée sans suite en novembre. - décembre 2008: Une nouvelle plainte déposée par Transparency International, Sherpa et un ressortissant gabonais vise le Gabonais Omar Bongo (décédé en 2009), le Congolais Denis Sassou Nguesso...
(Agence Ecofin 21/10/17)
La compagnie pétrolière américaine Kosmos Energy a signé avec le ministère équato-guinéen de l’Energie et la société publique équato-guinéenne du pétrole, GEPetrol, un contrat de partage de production couvrant les blocs offshore S, W et EG21. L’annonce a été faite par un communiqué officiel du ministère de l’Energie datant du mardi dernier. Le document précise que cette opération s’inscrit dans le cadre d’une politique de relance de l’activité pétro-gazière, étant donné que la faiblesse des prix du pétrole pèse lourdement sur l’économie, d’une part. D’autre part, le gouvernement craint la maturation des principaux champs de production. Kosmos Energy qui a été, en 2016, l’une des plus importantes firmes exploratoires sur le continent, grâce à plusieurs campagnes de forages à succès,...
(Jeune Afrique 19/10/17)
Alors que le verdict du procès des « biens mal acquis », qui vise Teodoro Nguema Obiang Mangue - dit Teodorín -, le vice-président de la Guinée équatoriale, devrait être rendu le 27 octobre à Paris, la diplomatie équato-guinéenne s’active en coulisses. Miguel Oyono Ndong Mifumu, l’ambassadeur en France, a rencontré Franck Paris, le « Monsieur Afrique » de l’Élysée, le 15 septembre au Quai d’Orsay, à qui il a dit déplorer le caractère « politique » de ce procès. Le 24 septembre, le même Mifumu a été reçu par Rémi Maréchaux, directeur Afrique et océan Indien au ministère des Affaires étrangères, à qui il a remis une lettre.
(Agence Ecofin 19/10/17)
Mardi, le pétro-gazier britannique Ophir Energy et GEPetrol, la société publique équato-guinéenne du pétrole ont signé un mémorandum d’entente (MoU) relatif à un nouveau contrat de partage de production sur le bloc EG-24 situé au large de Rio Muni. Ce bloc fait partie des 20 ouverts au marché, lors du dernier cycle de licences lancé par Malabo en 2016. Selon les termes de l’accord, Ophir détient 80% des parts du bloc et GEPetrol, les 20% restants, avec pour option d’ajouter 10% à ses parts en cas de découverte commerciale. La compagnie listée sur la London Stock Exchange (LSE) aura six ans pour mener des activités exploratoires sur le bloc. Elle devra ensuite acheter auprès de la Guinée équatoriale les résultats...
(Agence Ecofin 19/10/17)
ONU Femmes, l’entité des Nations Unies pour l’autonomisation des femmes et l’égalité des genres, a profité de la célébration de la Journée internationale de la femme rurale, ce 15 octobre 2017, pour rappeler les inégalités dont sont victimes les femmes dans l’accès aux terres agricoles, particulièrement dans les pays en développement. « Les agricultrices sont tout aussi productives et entreprenantes que leurs homologues masculins, mais ne sont pas toujours en mesure d’obtenir des prix comparables pour leurs cultures. Elles n’ont pas non plus un accès égal à la terre, au crédit, aux intrants agricoles, aux marchés et aux chaînes agroalimentaires de grande valeur qui sont essentiels à leurs moyens de subsistance », dénonce notamment Phumzile Mlambo-Ngcuka, la directrice exécutive d’ONU...
(AFP 18/10/17)
La Guinée équatoriale a signé mi-octobre plusieurs contrats pétroliers avec des entreprises étrangères, a annoncé le gouvernement équatoguinéen, saluant une relance du secteur pour un pays qui fait face à une crise économique conséquence de la chute des cours du brut en 2014. La firme britannique Ophir Energy et l'américaine Kosmos Energy ont signé le 12 octobre avec la compagnie pétrolière nationale de Guinée équatoriale GEPetrol des contrats de "partage de production", a indiqué mardi le gouvernement sur son site internet. Ces contrats concernent respectivement le bloc EG24 pour Ophir Energy, et les blocs S, W et EG21 pour Cosmos Energy, a précisé le gouvernement.
(APA 13/10/17)
APA - Brazzaville (Congo) - La croissance économique en Afrique subsaharienne devrait ressortir à 2,4 % en 2017, contre 1,3 % en 2016, selon la dernière édition d’Africa’s Pulse, un rapport semestriel de la Banque mondiale qui analyse l’état des économies africaines parvenu ce jeudi à APA à Brazzaville. Les anticipations d’avril dernier, tablaient sur une progression de 2,6 %, rappelle le rapport. Au deuxième trimestre de cette année , les deux principales locomotives du continent — l’Afrique du Sud et le Nigéria — ont renoué avec la croissance après respectivement deux et cinq mois de performances négatives, entraînant dans leur sillage la croissance régionale. Par ailleurs, l’amélioration de la conjoncture internationale, à la faveur notamment de la hausse des...
(Agence Ecofin 11/10/17)
La Guinée équatoriale et le Gabon risquent des sanctions pour non-respect de la libre circulation au sein de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac). C’est la décision prise par le Comité de pilotage du programme des réformes économiques et financières de la Cemac (Pref-Cemac), qui s'est réuni, le 28 septembre 2017, à Douala, au Cameroun. A la lecture du communiqué final des travaux signé par Gilbert Ondongo, le président du Comité, l’on note dans un premier temps qu’il y a eu rappel de la décision des chefs d'Etat de la Cemac prise lors de leur dernier Sommet a Djibloho (Guinée équatoriale), en février 2017. A cette occasion, il avait été décidé de rendre effective et de manière...
(Le Point 09/10/17)
Le moins que l'on puisse dire, c'est que la démocratie ne se porte pas bien en Afrique centrale. Pourquoi ? Eléments d'explications. Les régimes bâtis sur les ruines de guerres civiles en Angola, au Burundi, au Congo, en République démocratique du Congo (RDC), en Ouganda et au Rwanda ont reposé sur des forces politico-militaires. Hormis au Kenya, en Tanzanie et en Zambie, où le multipartisme a été rétabli au début des années 1990 et a perduré malgré des élections entachées de violences, partout les espérances démocratiques ont été trahies ou manipulées. Entre juin 2015 et août 2017, la région a ainsi connu un enchaînement ininterrompu d'élections générales. Les scrutins du Burundi en 2015 et de la RDC, initialement prévu en...
(Agence Ecofin 06/10/17)
Le barrage hydroélectrique de Sendje, d’une capacité de 200 MW, actuellement en construction, sera livré d’ici 2020. C’est ce qu’a confié à Energies Media, Andrii Hvozdik, le directeur commercial adjoint de Duglas Alliance, l’entreprise ukrainienne en charge du développement de l’infrastructure. La centrale hydroélectrique qui sera la plus grande du pays, est implantée sur la rivière Weller à 40 km à l’est de Bata. Sa construction a débuté en 2012 et était prévue pour s’achever au bout de cinq ans. Elle sera composée de 4 turbines Alstom de 50 MW de capacité chacune et son coût de mise en place a été estimé à près de 525 millions $. L’achèvement de ce barrage portera la puissance électrique de la Guinée...
(Agence Ecofin 06/10/17)
Il faut s’attendre à des changements dans la supervision des activités de la Banque de développement de l’Afrique centrale (Bdeac). C’est ce qui ressort du conseil d’administration de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac), réuni le 26 septembre dernier, dans la capitale économique du Cameroun, Douala. Evoquant l’état de mise en œuvre de la convention de financement existant entre les deux institutions communautaires, le conseil a souligné « l’urgence qu’il y a à assujettir la Bdeac à un organe de supervision externe ». Dans la même logique, les administrateurs ont réitéré la nécessité pour la Bdeac d’être accompagnée dans ses activités par la Beac. Le Conseil a rappelé que, « le déblocage par la Beac de tranches de...
(RFI 06/10/17)
La seconde réunion semestrielle de l’année des ministres des Finances, des gouverneurs des Banques centrales et des présidents des institutions régionales de la zone franc s’est tenue ce jeudi à Paris. La situation générale de la zone est marquée par un réendettement rapide. Le débat soulevé par les Africains, qui appellent à remplacer le franc CFA par une monnaie qui n’est pas arrimée à l’euro, n’a pas été officiellement évoqué. Réduction des déficits publics, diversification des économies et augmentation des recettes, en faisant notamment rentrer le secteur informel dans le système fiscal, ce sont des pistes évoquées par les ministres des Finances de la zone franc ce jeudi à Paris pour baisser le taux d’endettement. Quant à une éventuelle réforme...
(APA 05/10/17)
APA-Yaoundé (Cameroun) - Le Comité ministériel de l’Union monétaire de l’Afrique centrale (UMAC), dans un communiqué publié jeudi, annonce une légère hausse de la croissance sous-régionale à 0,8% en 2017, après le 0,2% enregistré l’année dernière Rendant compte des dernière projections macroéconomiques, faites lors de sa session ordinaire, tenue en fin septembre dernier dans la métropole économique camerounaise, Douala, il note également une hausse des pressions inflationnistes dans la sous-région, soit 1,6% alors qu’elles se situaient à 1,1% en 2016. Le Comité ministériel de l’UMAC est par contre encouragé non seulement par la progression de la masse monétaire, mais aussi par le redressement du solde budgétaire ainsi que celui du compte extérieur courant, qui s’établit à -7,9% du produit intérieur...
(Xinhua 05/10/17)
Le secrétaire général de l'Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE), Angel Gurria, a appelé mercredi à des solutions pour débloquer le potentiel de l'entreprenariat en Afrique, un moteur clé de l'industrialisation de l'Afrique. Tous les entrepreneurs africains n'ont pas eu l'occasion de profiter de la croissance économique bien attendue en Afrique alors que de jeunes entreprises africaines avec moins de 20 employés créent 22% de nouveaux emplois formels, a indiqué M. Gurria dans un discours prononcé au 17ème Forum économique international sur l'Afrique tenu mercredi à Paris. En Afrique, "les contraintes auxquelles sont confrontées les jeunes et les petites entreprises, comme le manque d'accès à l'infrastructure et à l'électricité, le manque de travailleurs qualifiés et les difficultés d'accès...
(Agence Ecofin 04/10/17)
Gabriel Mbaga Obiang Lima (photo), le ministre équato-guinéen en charge des Hydrocarbures, a recommandé aux autorités ougandaises en charge du secteur pétrolier de soumettre une candidature pour faire adhérer leur pays à l’organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP). C’était lors du 3e sommet international du pétrole et du gaz de Kampala qui s’est achevé, il y a quelques jours. Selon lui, cela permettra au pays d’Afrique orientale de développer de façon durable et rapide son industrie pétrolière et donnera du poids à l’Afrique dans les échanges au sein de l’organisation pour mieux impacter le marché. Rappelons que l’Ouganda commencera à produire du pétrole à partir de 2020. Obiang Lima a ajouté qu’il y a plus d’avantages que d’inconvénients à...
(APA 04/10/17)
APA-Brazzaville (Congo) – La réunion des experts de l’environnement et de l’économie de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) et de la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC) s’est ouverte mardi à Brazzaville, en prélude à la Conférence extraordinaire des ministres de l’Environnement et des Finances desdits regroupements, prévue mercredi dans la capitale congolaise. Selon le ministre de l’Environnement et du Tourisme du Congo, Arlette Soudan Nonault, les travaux des experts doivent déboucher sur la validation du plan d’action 2017-2018 de la commission climat pour le Bassin du Congo et la validation des projets et programmes sectoriels pour le développement et la promotion de l’économie bleue. L’adoption de l’agenda des activités conjointes des pays de la CEEAC...
(Agence Ecofin 03/10/17)
En Guinée équatoriale, Ophir Energy a annoncé, lundi, qu’il a attribué un contrat de construction sous-marine sur le projet de GNL Fortuna à Subsea Integration Alliance, qui est un JV entre OneSubsea, une filiale de Schlumberger et Subsea 7. Il s’agit d’un contrat EPCIC qui comprend la fourniture de services d’ingénierie, d'approvisionnement, de construction, d'installation et de mise en service pour les ombilicaux, les lignes d’écoulement et les systèmes de production sous-marins, entre autres. Ces travaux devraient permettre la livraison de 440 millions de pieds cubes par jour de gaz, via quatre puits dont 3 dans le champ Fortuna et 1 dans le champ adjacent Viscata, situé à une profondeur d'eau moyenne de 1 790 mètres. Ophir a précisé que...

Pages