Le sommet extraordinaire de la CEMAC ouvert à Yaoundé en présence de la patronne du FMI | Africatime
Vendredi 20 Janvier 2017

Le sommet extraordinaire de la CEMAC ouvert à Yaoundé en présence de la patronne du FMI

Le sommet extraordinaire de la CEMAC ouvert à Yaoundé en présence de la patronne du FMI
(Xinhua 23/12/16)

YAOUNDE, (Xinhua) -- Un sommet extraordinaire de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC) s'est ouvert vendredi à Yaoundé pour la recherche de solutions à la crise économique qui sévit dans cette région suite à l'effondrement des prix du pétrole, en présence de la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde.

Les présidents des pays membres de la CEMAC, à savoir le Congolais Denis Sassou Nguesso, le Gabonais Ali Bongo Ondimba, l'Equato-guinéen Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, le Centrafricaine Faustin Archange Touadéra et le Tchadien Idriss Déby Itno prennent part à ces assises, avec leur homologue camerounais Paul Biya, hôte du sommet.

Ex-puissance coloniale de la quasi-totalité de ces pays à l'exception de la Guinée équatoriale, ex-colonie espagnole, la France y est représentée par son ministre de l'Economie et des Finances, Michel Sapin.

Le chef de l'Etat camerounais a dans son allocution salué cette présence, avec celle de la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, qu'il a reçue pour un entretien en tête-à-tête peu avant l'ouverture du sommet.

Ces assises visent à trouver une réponse concertée pour surmonter les défis relatifs à la crise économique qui frappe la CEMAC, du fait de l'effondrement des cours des matières premières dont le pétrole, la principale source de revenus en devises des pays de la région, a déclaré le président Paul Biya.

"Notre sous-région ne saurait rester dans une impasse", a-t-il dit, affirmant solliciter les éclairages de la patronne du FMI pour "une sortie de crise maîtrisée".

"Notre réponse devrait tenir compte des impératifs sociaux de nos Etats, dans un contexte où nous devons faire face aux besoins pressants de nos populations", a-t-il poursuivi dans son discours de la séance d'ouverture retransmise par Cameroon Radio and Television (CRTV), l'office de radio et de télévision public, avant quelques heures de de discussions à huis clos.

Les observateurs évoquent l'éventualité de l'adoption d'un programme d'ajustements structurels, synonyme de mise en place de mesures d'austérité par les pays de la CEMAC pour sortir de la crise économique.

Commentaires facebook