Mardi 24 Avril 2018

"Coup d'Etat" en Guinée équatoriale: l'ONU apporte son soutien au pouvoir

"Coup d'Etat" en Guinée équatoriale: l'ONU apporte son soutien au pouvoir
(AFP 10/01/18)

Les Nations unies appuieront la Guinée équatoriale dans ses "efforts de stabilisation", a assuré François Lounceny Fall, envoyé spécial de l'ONU en Guinée équatoriale après le "coup d'Etat" que Malabo a affirmé avoir déjoué fin décembre.

Le diplomate guinéen a souligné avoir reçu des "assurances" du président équato-guinéen, sans préciser la nature de ces "assurances", à l'issue d'une brève visite en Guinée équatoriales.

"Nous repartons d'ici réconfortés par les assurances que nous avons reçues du président de la République, et je peux dire que les Nations unies continueront à appuyer la Guinée équatoriale dans ses efforts de stabilisation", a déclaré lundi soir M. Lounceny Fall en clôture de sa visite dans le pays, dans une allocution retransmise à la télévision d'Etat.

L'émissaire de l'ONU, qui s'exprimait à l'issue d'un entretien avec le président Teodoro Obiang Nguema, était arrivé dimanche en Guinée équatoriale pour "recueillir plus d'informations" sur la tentative de "coup d'Etat" que Malabo a affirmé mercredi avoir déjoué, alors que de nombreuses interrogations restent posées quant au déroulé des événements.

"Les Nations unies se sont prononcées clairement contre l'usage de la force contre les Etats. La prise de pouvoir anticonstitutionnelle est condamnée aussi bien par l'Union africaine (UA) que par les Nations unies", a rappelé à la télévision d'Etat le haut fonctionnaire onusien.

L'opposition équato-guinéenne a réagi mardi, se disant déçue que l'émissaire de l'ONU ne l'ait pas rencontrée, malgré sa volonté prononcée d'avoir un entretien avec lui.

"Il fallait que (l'émissaire de l'ONU) parle avec nous, qu'il nous écoute. Il doit savoir que nous avons plus de 200 militants détenus et bien torturés, c'est une déception pour nous qu'il quitte (la Guinée) sans nous rencontrer", a déclaré à l'AFP Gabriel Nse Obiang, leader national du principal parti d'opposition, Citoyens pour l'Innovation (CI).

Le parti affirme que plusieurs dizaines de ses militants ont été arrêtés ces dernières semaines et que les forces de sécurité ont "assiégé" le siège du parti depuis 10 jours. Celles-ci ont abandonné leur position lundi matin, peu avant l'audience du représentant spécial du secrétaire général de l'ONU au palais présidentiel à Malabo, selon CI.

François Lounceny Fall s'est félicité mardi que les forces de l'ordre aient quitté leur position. "La stabilité passe par la liberté d'expression politique", a déclaré l'émissaire onusien.

La Guinée équatoriale, un des plus gros producteurs de pétrole d'Afrique subsaharienne, mais dont la grande majorité de sa population vit dans la pauvreté, est dirigée d'une main de fer par le président Obiang Nguema depuis 1979.

Commentaires facebook