Lundi 29 Mai 2017

Les Etats de la CEMAC priés d’établir les passeports CEMAC avant le 31 décembre 2017

Les Etats de la CEMAC priés d’établir les passeports CEMAC avant le 31 décembre 2017
(Agence Ecofin 11/05/17)

Examinant les dossiers inscrits à l’ordre du jour de la 2ème réunion du Comité de pilotage (COPIL) tenue le 6 mai dernier, et portant sur l’examen de la matrice des réformes, devant permettre à la zone Cémac de rétablir les équilibres macroéconomiques avec sérénité, les experts financiers de la sous-région ont, au nombre des mesures adoptées, invité les Etats de la CEMAC à établir les passeports CEMAC avant le 31 décembre 2017.

Selon le COPIL, cette résolution s’inscrit dans le cadre des initiatives mises en œuvre en vue de garantir la libre circulation des personnes et des biens au sein de la communauté. Elle fait suite à cette volonté réitérée le 17 février 2017 à Djibloho, en Guinée-équatoriale, par les chefs d’Etat de la CEMAC, en marge de la 13ème session ordinaire de leur conférence. Laquelle planchait également sur la perspective d’une application intégrale de la politique commune d’émi-immigration et d’équipement en dispositifs de contrôle dignes, adaptés au système I-24/7 d’Interpol, de tous les postes de contrôle-frontières de la Cémac.

Au chapitre des politiques macroéconomiques, les experts du Comité de pilotage ont également examiné le document de programme du PREF-CEMAC, le suivi du programme des réformes, en vue d’affiner la principale matrice des actions à mettre en œuvre pour la réalisation de ces objectifs.

Sur ce volet, le COPIL a exigé aux Etats membres de finaliser, dans un délai raisonnable, les négociations en cours avec cette institution financière internationale, et instruit son secrétariat technique de proposer un nouveau canevas de restitution de la mise en œuvre des programmes conclus avec le FMI.

Abordant le volet lié à la restitution des réserves de change, le COPIL a invité les Etats membres à mettre en œuvre, dans les meilleurs délais, quelques mesures complémentaires ambitieuses. Il s’agit entre autres : d’engager les structures étatiques, toutes les entreprises à rapatrier l’intégralité de leurs recettes d’exportation, conformément à la règlementation de change communautaire en vigueur ; exiger de l’exportateur, une caution bancaire chaque fois qu’il réalise une opération d’exportation hors zone CEMAC, ainsi que de diversifier l’économie et le commerce intra-régional afin de réduire les sorties de devises.

Stéphane Billé

Commentaires facebook