Mercredi 13 Décembre 2017

Le résultat de la BEAC a augmenté de +2,10% en 2016 (rapport)

Le résultat de la BEAC a augmenté de +2,10% en 2016 (rapport)
(APA 04/05/17)
Le siège de la BEAC à Ndjamena au Tchad.

APA-Yaoundé (Cameroun) - Le résultat de l’exercice 2016 de la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC) est bénéficiaire de 164.177 millions FCFA, contre 160.795 millions FCFA pour l’exercice précédent, soit une progression de +2,10%, selon le rapport des commissaires rendu public mercredi.

Cette performance, indiquent les cabinets KPMG et Mazars, est fortement liée à la réalisation de plus-value de cession des titres du portefeuille d'investissement de la Banque centrale.

Le total actif et passif se situe néanmoins à -24,66% pour un résultat net de l’exercice affichant 2,10%, une situation contrastée s’expliquant, selon les commissaires aux comptes, par la chute continue des cours du pétrole, dans le prolongement de l’évolution constatée en 2015, et qui s’est traduite par une forte contraction (-55,75%) du niveau des disponibilités extérieures.

Cette morosité a ainsi amené l’Institut d’émission à céder une partie du portefeuille d’investissement, avec pour objectif d’assurer une liquidité suffisante auprès du Compte d’opérations logé auprès du Trésor français, qui reçoit 50% des avoirs extérieurs nets de la zone depuis le 1er juillet 2009, afin de respecter l’exigence de la quotité obligatoire équivalente à 50% desdits avoirs.

Ces opérations de cession partielle du portefeuille d'investissement, selon le document dont APA a pu obtenir copie, ont dégagé une plus-value de 230.656 millions FCFA, la valeur nominale du portefeuille, avant reclassement en fin d'exercice, étant revenue de 3574 millions d'euros à 1898 millions d'euros et reclassement du portefeuille de titres d'investissement, s’établissant à hauteur de 75% de sa valeur nominale

Selon les relevés de compte de la Banque de France, l’encours des avoirs détenus pour le compte de la BEAC s'établit, au 31 décembre 2016 à 27.983 millions FCFA, contre 9478 millions FCFA figurant dans les livres de la BEAC, soit un taux de centralisation de 54,29% au 31 décembre 2016.

Les soldes ayant été rapprochés au 31 décembre 2016, les suspens à forte antériorité, dont les travaux d'analyse, de justification et d'apurement sont en cours, devraient aboutir en fin mai prochain.

Selon les commissaires aux comptes, la forte dégradation du niveau des avoirs (-64,85%) au Compte d'opérations est consécutive à la baisse des recettes d'exportation des États membres, en relation avec la contraction des cours du pétrole, la contraction du poste autres avoirs extérieurs, quant à elle, fait suite aux cessions de titres intervenues au cours de l’exercice étudié.

La BEAC a toutefois enregistré une plus-value de 230.656 millions des différentes cessions partielles du portefeuille des comptes courants chez les correspondants étrangers.

Au 31 décembre 2016, le stock d'or de la Banque centrale, totalement placé auprès des contreparties de la Salle des marchés, a généré un encaissement de l’ordre de 143.865 millions FCFA au 31 décembre 2016.

En 2016, la Guinée Équatoriale a connu la plus forte variation des quotes-parts en devises auprès de la Banque centrale, alors que le Gabon possédait les avoirs en droits de tirages spéciaux (DTS) les plus importantes par État membre, que le Cameroun connaissait la plus importante circulation fiduciaire et que les concours aux banques ont connu une forte augmentation (+122,98%) sur l’exercice 2016, consécutivement à la baisse des recettes d'exportation.

Commentaires facebook