Guinée Equatoriale : Le Chef de l'Etat se porte garant de la justice de la rue | Africatime
Mercredi 26 Avril 2017

Guinée Equatoriale : Le Chef de l'Etat se porte garant de la justice de la rue

Guinée Equatoriale : Le Chef de l'Etat se porte garant de la justice de la rue
(Autre média 08/03/17)
Teodoro Obiang Nguema.

Teodoro Obiang Nguema est en croisade contre la criminalité. Mais au lieu de s’en remettre à la justice pour punir les divorcés sociaux, le président équato-guinéen a plutôt opté pour la loi de Talion. Une façon bien curieuse de régler ce phénomène en recrudescence dans le pays.
TweetShare11ShareShareE-mail
Curieuse est la thérapie du président équato-guinéen face à la criminalité grandissante dans le pays. Mettant de côté les services judiciaires ainsi que les forces de sécurité publique, Teodoro Obiang Nguema a opté pour la loi de Talion. Dans son appel à Bata, la deuxième ville du pays, ce week-end, selon bb.com, le chef de l’Etat a appelé ses concitoyens à tuer les voleurs et autres criminels qui pourrissent la vie à la nation. La Guinée équatoriale est confrontée à la montée de la criminalité dans un contexte de crise économique sévère consécutive à la baisse des cours du pétrole.

Pour le chef de l’Etat, la situation économique du pays ne pourrait pas être considérée comme une circonstance atténuante pour les voleurs qui n’hésitent pas à perpétrer des attaques à main armée. Dans tous les cas, le chef de l'Etat a assuré les Equato-Guinéens de sa détermination à empêcher toute action en justice contre quiconque aurait tué un délinquant.

C’est aussi une insulte à la police et à la gendarmerie qui sont à l’avant-garde dans la lutte contre la criminalité sous toutes ses formes dans tous les pays du monde. Enfin, le septuagénaire semble perdre de vue, les revers sociaux de son appel. Sous cette lutte bien spéciale contre le banditisme et la criminalité, il pourrait y avoir des règlements de compte et même des troubles à l’ordre public. C'est bien tentant de demander à l’homme fort de Malabo, comment désigner celui qui tue un criminel. De ce fait, le chef de l’Etat légitime la justice de la rue. Sous d’autres cieux, Teodoro Obiang Nguema serait appelé à démissionner. Malheureusement, les choses ne fonctionnent pas de cette façon sous les tropiques.

Christophe SESSOU /
Source : beninmondeinfos.com

Commentaires facebook