Dans le monde | Africatime
Mardi 28 Mars 2017

Dans le monde

(AFP)

Un homme avec un paquet suspect a été interpellé mardi matin près de la Maison Blanche, a annoncé le Secret Service, unité chargée de la sécurité du président américain.

L'homme, qui s'était approché d'un membre du Secret Service en uniforme et avait tenu des propos "suspects", a été interpellé.

Des équipes spécialisées dans la détection d'explosifs sont sur les lieux où un périmètre de sécurité a été établi.

(AFP)

Le nombre de Kényans ayant besoin d'une aide alimentaire d'urgence a doublé en trois mois et s'élève à présent à trois millions, a annoncé mardi la Croix-Rouge kényane, qui s'inquiète des conséquences dramatiques de la sécheresse.

(AFP)

Les collaborateurs de l'opposant russe Alexeï Navalny, arrêtés comme lui dimanche, ont tous été condamnés mardi à de courtes périodes de détention ou à des amendes, après des manifestations d'une rare ampleur à travers la Russie.

Les 13 membres du Fonds de lutte contre la corruption (FBK), arrêtés dimanche dans les locaux de l'association dirigée par Alexeï Navalny, étaient jugés pour refus d'obtempérer aux policiers lors de leur arrestation, a déclaré sur son site l'opposant.

(AFP)

Le président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a promis mardi à la Catalogne que 4,2 milliards d'euros seraient investis sur son territoire d'ici 2020, une stratégie visant à contrer l'indépendantisme dans la région gouvernée par les séparatistes.

Le conservateur Mariano Rajoy, au pouvoir en Espagne depuis 2011, a annoncé à Barcelone "un effort qui s'élèvera jusqu'à 4,2 milliards d'euros d'investissements en infrastructures, transports et logement, entre cette année et 2020, c'est-à-dire plus d'un milliard par an".

(AFP)

Les chefs de gouvernement des pays du groupe de Visegrad (Pologne, Hongrie, République tchèque et Slovaquie) ont dénoncé mardi "le chantage" et "le diktat" européens à leur égard concernant la politique migratoire commune.

Réunis à Varsovie, les Premier ministres des quatre pays qui refusent les quotas obligatoires de répartition de immigrés entre les pays de l'UE, ont fermement manifesté leur désaccord à l'idée de lier la distribution des fonds européens à l'adhésion à la politique migratoire commune.

(AFP)

La Hongrie a encore resserré son dispositif anti-immigration, avec l'entrée en vigueur mardi d'une loi de placement en détention systématique des demandeurs d'asile, une disposition dénoncée comme non-conforme au droit international et qui place l'UE dans l'embarras.

Selon la nouvelle législation, tous les demandeurs d'asile présents en Hongrie ou y arrivant doivent être regroupés dans deux camps fermés installés à la frontière serbe, à Röszke et à Tompa.

(AFP)

Le maire de Londres Sadiq Khan a mis en garde l'Union européenne mardi, estimant que "punir" le Royaume-Uni lors des négociations sur le Brexit aurait des conséquences néfastes pour les deux parties.

"Il n'est pas nécessaire pour l'UE d'envoyer un message ou d'instiller la peur en punissant le Royaume-Uni", a lancé Sadiq Khan lors d'une conférence à Bruxelles organisée par le journal Politico Europe.

"Un mauvais accord sur le Brexit qui pénalise Londres pénaliserait également l'UE", a-t-il assuré.

(AFP)

L'ONU et Amnesty International ont appelé mardi à renforcer la protection des civils à Mossoul-Ouest, où plus de 300 d'entre eux ont péri depuis le lancement à la mi-février d'une offensive pour en déloger le groupe Etat islamique (EI).

Ce chiffre, publié par l'ONU, concerne la période allant du 17 février au 22 mars.

(AFP)

Le vote sur le référendum pour l'indépendance écossaise mardi au Parlement régional fait écho à une histoire marquée par de nombreuses péripéties entre l'Ecosse et l'Angleterre, avant l'union de ces deux couronnes en 1707.

Dès le début du IIe siècle (vers 120), les Romains érigèrent le mur d'Hadrien pour se protéger des tribus calédoniennes et marquer la frontière nord de l'actuelle Angleterre.

(AFP)

Pauvre, déscolarisée et fille de prêtresse taoïste lesbienne: durant toute son enfance à Taïwan, la cinéaste Huang Hui-chen s'est sentie oppressée par les étiquettes qui lui collaient à la peau.

Son documentaire "Small talk" a remporté le mois dernier le Teddy Award décerné par le festival interational du film de Berlin, qui récompense des films portant sur la thématique LGBT. C'est le point culminant de 20 années passées à filmer ses difficiles relations avec sa mère.

(AFP)

Décoré pour ses services dans la Royal Air Force en Irak, Paul Hughes "n'abandonnerait jamais" son passeport britannique. Mais l'ancien militaire installé en Allemagne, "bouleversé" par le Brexit, s'apprête à demander la nationalité allemande.

Le jeune vétéran de 34 ans se passerait volontiers "de tout ce cirque" mais il entend "garder le droit" de s'installer n'importe où dans l'Union européenne, lui qui s'est établi d'abord à Amsterdam puis à Wiesbaden, près de Francfort (ouest), avec son épouse allemande.

(AFP)

La justice allemande a ouvert mardi une enquête contre X sur des soupçons d'espionnage de la part de la Turquie envers des partisans du prédicateur Fethullah Gülen en Allemagne, ouvrant un nouveau front dans la crise germano-turque.

L'affaire a été révélée par un haut responsable régional allemand qui a affirmé qu'Ankara avait demandé à Berlin de l'aider à espionner en Allemagne 300 personnes et organisations jugées proches du mouvement Gülen. Cette organisation est accusée par le pouvoir turc du putsch raté de l'été dernier.

(AFP)

Les jihadistes du groupe Etat Islamique (EI) ont lancé mardi des contre-attaques dans le nord de la Syrie pour bloquer l'offensive de l'alliance de combattants kurdes et arabes épaulée par les pays occidentaux, notamment les Etats-Unis.

L'EI cherche à freiner l'avancée des Forces démocratiques syriennes (FDS) qui encerclent progressivement Raqa (nord) et se trouvent au plus proche à seulement 8 km de cette ville, qui est sa capitale de facto en Syrie depuis 2014.

(AFP)

Le Cambodge a officiellement interdit mardi l'exportation de lait maternel, un commerce mis en place pendant quelques semaines par une entreprise américaine qui l'achetait auprès de Cambodgiennes pauvres.

Sur son site internet, l'entreprise Ambrosia Labs, qui présentait cela comme une première, précisait que le lait collecté dans ce pays pauvre d'Asie du Sud-Est était ensuite congelé avant d'être expédié aux Etats-Unis pour être vendu 20 dollars les 147 ml.

(AFP)

L'Indonésie est ouverte à un moratoire sur la peine de mort si la population y est favorable, a déclaré le président Joko Widodo dans une interview exclusive à l'AFP, à la veille de la visite à Jakarta du président français François Hollande.

Dix-huit condamnés à mort pour trafic de drogue, en majorité des ressortissants étrangers, ont été exécutés dans l'archipel d'Asie du Sud-Est depuis l'arrivée au pouvoir fin 2014 de M. Widodo, et des dizaines d'autres sont dans le couloir de la mort, parmi lesquels le Français Serge Atlaoui.

(AFP)

Les catastrophes naturelles et les désastres causés par l'homme dans le monde ont engendré des dommages économiques de 175 milliards de dollars en 2016, soit deux fois plus qu'en 2015 (94 milliards), selon l'étude annuelle SIGMA publiée par le réassureur suisse Swiss Re.

Sur ce montant, 54 milliards sont à la charge des assurances, soit 42% de plus qu'en 2015, a ajouté Swiss Re dans un communiqué publié à Zurich.

Ces catastrophes ont cependant été moins meurtrières, avec 11.000 victimes en 2016, contre plus de 26.000 en 2015.

(AFP)

Les fragments d'os retrouvés par les équipes chargées de renflouer le ferry sud-coréen Sewol, dont le naufrage avait fait 304 morts en 2014, sont des os d'animaux, ont annoncé les autorités sud-coréennes, douchant les espoirs des proches de disparus de la tragédie.

Le navire de 6.825 tonnes et 145 mètres de long avait coulé le 16 avril 2014 au large de l'île de Jindo (sud-ouest), l'une des pires catastrophes maritimes de l'histoire de la Corée du Sud. La majorité des 304 victimes étaient des lycéens.

Le Sewol reposait depuis lors sur le flanc par 44 mètres de fond.

(AFP)

En cette semaine placée sous le signe du Brexit, les Britanniques se préparent à un autre chamboulement, plus symbolique celui-là, avec l'apparition mardi d'une nouvelle pièce d'une livre, qui ne sera plus ronde mais dotée de 12 côtés.

La pièce d'une livre actuelle accompagnait les consommateurs britanniques dans leur quotidien depuis plus de 30 ans, rappelle dans un communiqué le ministère des Finances.

Sa remplaçante sera la pièce de ce type la plus sûre au monde, assure-t-il, rappelant qu'une pièce d'une livre sur 30 est actuellement contrefaite.

(AFP)

La nouvelle ambassadrice des Etats-Unis à l'ONU Nikki Haley a promis lundi devant la plus grande organisation américaine pro-israélienne que le "dénigrement" de l'Etat hébreu aux Nations unies était "terminé".

Mme Haley est la représentante à l'ONU de l'administration du président Donald Trump, lequel avait vilipendé en décembre son prédécesseur Barack Obama pour n'avoir pas opposé son veto à la résolution 2334 du Conseil de sécurité dénonçant la colonisation israélienne dans les Territoires palestiniens.

(AFP)

En rang, les élèves chantent l'hymne national puis saluent le drapeau: au collège Amine al-Husseini, situé dans les Territoires palestiniens occupés à quelques encablures d'une colonie israélienne, cette cérémonie est quotidienne, comme dans toutes les écoles palestiniennes.

L'ancien grand mufti de Jérusalem Amine al-Husseini est pour les Palestiniens le héros de la révolte contre le mandat britannique sur la Palestine en 1936.

(AFP)

Donald Trump entame mardi le détricotage des mesures de lutte contre le réchauffement climatiques mises en place par son prédécesseur Barack Obama, avec la volonté affichée de donner un coup de pouce aux énergies fossiles, au nom de l'emploi.

Dans une séquence chargée en symboles, le président américain, qui a ouvertement mis en doute la réalité du changement climatique, se rendra au siège de l'Agence de protection de l'environnement (EPA), à quelques centaines de mètres de la Maison Blanche, pour signer le "Décret sur l'indépendance énergétique".

(AFP)

Le Nord-Est de l'Australie essuyait mardi les pluies torrentielles et les vents violents du cyclone Debbie qui a arraché des arbres et des toitures sur son passage et provoqué l'évacuation de milliers d'habitants, avant de faiblir.

Plusieurs îles au large de l'Etat du Queensland, prisées des touristes étrangers car proches de certains sites de la Grande barrière de corail, ont été les premières touchées par la tempête qui a été accompagnée de rafales à 270 km/h.

(AFP)

Le groupe de télévision américain hispanophone Univision prépare, pour fin avril, une série sur le trafiquant de drogue mexicain Joaquin Guzman alias "El Chapo", qui sera diffusée, dans un second temps, sur la plateforme Netflix.

"El Chapo" (59 ans) a été extradé du Mexique vers les Etats-Unis en janvier dernier et est actuellement détenu dans le district de Brooklyn, dans l'attente de son procès.

(AFP)

Le projet de loi sur la légalisation du cannabis au Canada sera examiné dès avril prochain, avec pour objectif d'autoriser son usage récréatif au 1er juillet 2018, jour de la fête nationale.

La perspective de ce calendrier a fait bondir lundi les valeurs des sociétés de production de cannabis à des fins médicales, à la Bourse de Toronto.

Promesse de campagne du Premier ministre Justin Trudeau, la légalisation du cannabis au Canada serait une première dans un pays du G7.

(AFP)

A la veille du lancement du Brexit, les députés écossais ont autorisé mardi par un vote leur Première ministre, Nicola Sturgeon, à demander à Londres l'organisation d'un nouveau référendum d'indépendance, susceptible de dynamiter le Royaume-Uni.

Le Parlement régional, dominé par les indépendantistes du parti national écossais SNP, s'est prononcé, par 69 voix contre 59, en faveur de cette nouvelle consultation après celle perdue en 2014.

(AFP)

Les forces irakiennes sont reparties à l'assaut contre le groupe Etat islamique (EI) à Mossoul, où des frappes ayant tué de nombreux civils font l'objet d'une enquête des autorités irakiennes et d'une autre de la coalition pilotée par Washington.

Le Pentagone a annoncé lundi étudier plus de 700 vidéos des frappes aériennes de la coalition internationale antijihadistes dans l'ouest de Mossoul, pour faire la lumière sur les informations faisant état d'un grand nombre de civils tués dans ces bombardements et jetant une ombre sur l'offensive.

(AFP)

Les deux plus grandes villes des Etats-Unis, New York et Los Angeles, ont vigoureusement rejeté l'annonce lundi par l'administration Trump de la suppression prochaine de financements aux villes qui continueront de protéger leurs habitants sans-papiers.

"Les dernières menaces du président Trump n'y changeront rien. Nous resterons une ville d'accueil des immigrés qui ont aidé à faire de notre ville la grande métropole la plus sûre du pays", a réagi le maire de New York, Bill de Blasio.

(AFP)

La Côte d'Ivoire a été tenue en échec lundi par le Sénégal au stade Charléty à Paris (1-1) en match amical, alors que le nouveau sélectionneur, le Belge Marc Wilmots, entrera en fonction le 1er avril pour assurer la qualification pour le Mondial-2018.

La rencontre a été interrompue à la 88e minute par l'arbitre français Tony Chapron, après de multiples envahissements de la pelouse de Charléty par les supporters des deux équipes.

(AFP)

La route du nord qui conduit au barrage de Tabqa est parsemée de signes montrant la violence des combats qui y opposent les combattants kurdes et arabes soutenus par les États-Unis aux jihadistes du groupe Etat islamique (EI).

Des épaves de voitures brulées et des caisses de munitions vides jonchent la route menant au gigantesque complexe du barrage, dans lequel sont entrées les Forces démocratiques syriennes (FDS).

(AFP)

En décidant de diffuser sur les réseaux sociaux des photos de jeunes disparus, la police de Washington était loin d'imaginer que cela déclencherait une folle rumeur sur fond de tensions raciales.

Les avis de recherche officiels ont été mis en ligne sur Twitter autour de la deuxième semaine de mars: ils concernent quelques adultes mais principalement des adolescents et des adolescentes. Les filles sont majoritairement noires, souvent âgées de 13 à 15 ans. Pour chacune est mentionné le dernier endroit où elle a été vue.

(AFP)

A 16 ans, Daria Moroz n'a connu qu'un président dans sa courte vie, Vladimir Poutine. Dimanche, elle faisait partie de cette opposition rajeunie, cette génération d'adolescents descendus pour la première fois dans les rues de Moscou manifester son ras-le-bol de la corruption.

"Je ne l'ai pas dit à mes parents parce que j'avais peur de me faire gronder. Je leur ai juste dit que j'allais me promener", raconte à l'AFP la jeune fille au lendemain de la manifestation.

(AFP)

Devant le consulat turc de Berlin, les électeurs pro et anti-Erdogan s'entendent sur un point : la communauté turque sort très affectée des tensions avec les Européens autour du référendum sur le renforcement des pouvoirs présidentiels.

Comme ceux de France, Suisse ou Belgique, les quelque 1,4 million d'électeurs turcs en Allemagne ont jusqu'au 9 avril pour voter. Dès les premières heures du scrutin lundi, devant les consulats de Berlin et de Cologne (ouest), ils se pressaient en nombre.

(AFP)

Une centaine de pays ont entamé lundi à l'ONU des négociations sur un traité interdisant les armes nucléaires, convaincus qu'il réduirait le risque d'une guerre atomique malgré le boycott des débats par les grandes puissances.

(AFP)

Londres a enjoint lundi aux partenaires de la coalition gouvernementale nord-irlandaise de profiter d'une "petite fenêtre de tir" et de poursuivre leurs négociations pour régler la crise qui les oppose.

"Il y a une petite fenêtre de tir de quelques courtes semaines" pour trouver un accord entre les nationalistes du Sinn Fein et les unionistes du DUP, a déclaré le ministre britannique chargé de l'Irlande du Nord, James Brokenshire à Belfast, à l'expiration d'un premier délai fixé pour la fin de ces discussions.

(AFP)

La police britannique n'a trouvé aucun lien entre l'auteur de l'attentat qui a fait quatre morts à Londres et des groupes jihadistes, ni de preuve qu'il ait eu des complices, après cinq jours d'enquête.

Scotland Yard n'a "pas trouvé de preuve d'une association" de l'auteur de l'attentat de Londres avec les groupes jihadistes Etat islamique ou Al-Qaïda, ni de preuve qu'il s'était radicalisé en prison, indique un communiqué lundi.

Khalid Mansoor avait cependant "clairement un intérêt pour le jihad", a précisé un responsable de l'anti-terrorisme, Neil Basu.