| Africatime
Samedi 29 Avril 2017
(Dw-World 28/04/17)
La Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) commence à retirer ses troupes déployées depuis cinq ans en Guinée Bissau. Or ce pays demeure politiquement instable et organise bientôt des élections. L'ÉCOMIB se retire de la Guinée Bissau et cela suscite des inquiétudes. Après cinq ans passés dans ce pays en crise, la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) a décidé de retirer ses troupes qui assuraient jusqu'ici la sécurité des personnalités politiques et des édifices publics. Ce retrait commence ce vendredi 28 avril et devrait s'achever le 30 juin selon les indications de l'organisation sous régionale ouest-africaine.
(BBC 27/04/17)
Les forces de la Commission économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) vont entamer vendredi le retrait de sa force en Guinée Bissau "du 28 avril au 30 juin. L'Ecomib avait été déployée en mai 2012 après le coup d'Etat militaire du 12 avril 2012. L'opération a pour but d'aider à sécuriser le processus de transition politique marquée par l'élection du président José Maro Vaz. Ses troupes s'occupent notamment de la protection des personnalités et des édifices publics. Selon un communiqué publié mardi, le retrait de cette force a été décidé par les quinze chefs d'Etat et de gouvernement de la CEDEAO.
(RFI 26/04/17)
La Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) serait-elle fatiguée de la crise sans fin que traverse la Guinée-Bissau depuis plus de deux ans ? Les multiples efforts de l'organisation sous-régionale n'ont pas apporté les résultats escomptés. Elle a décidé de retirer ses troupes dès ce vendredi 28 avril. C’est une première décision prise par la Cédéao après plusieurs médiations infructueuses en Guinée-Bissau : l’organisation sous-régionale envisage de retirer ses troupes du pays dès vendredi 28 avril. L'opération se...
(RFI 15/04/17)
Le coordinateur d’une organisation de la société civile de Guinée-Bissau qui réclame le départ du président du pays a été violemment agressé, jeudi 13 avril 2017, à l’aube. Sa vie n’est pas en danger, mais selon des témoins, il présente plusieurs contusions sur le corps et sur la tête. Legio Monteiro est un dirigeant du Mouvement citoyen conscient et non conforme, opposé au régime en place. Cette organisation se réclame de la société civile et, depuis plusieurs mois, bat le...
(RFI 11/04/17)
A Abidjan, se tenait ce lundi 10 avril un conseil extraordinaire des 8 pays de l'UEMOA qui ont le franc CFA comme monnaie commune. La population globale de l'Uemoa avoisine les 90 millions d'habitants. La politique d'échange et de développement de cette union économique et monétaire est dictée par les président des Etats membres et la Commission, qui siège à Ouagadougou, en est le maître d'œuvre. Hier lundi, à Abidjan, les huit chefs d'Etat se sont mis d'accord pour trouver...
(AFP 10/04/17)
Au moins 10 personnes ont péri lors du naufrage dans l'archipel des Bijagos, en Guinée-Bissau, d'une pirogue transportant 45 passagers qui a chaviré dimanche en raison du mauvais temps, a-t-on appris lundi auprès de la police maritime. Dix-huit personnes ont été secourues, tandis que les autres sont portées disparues et les recherches se poursuivent, ont rapporté des témoins joints au téléphone par l'AFP à Bubaque, la principale ville de cet archipel d'Afrique de l'Ouest, qui compte 88 îles. Les victimes,...
(La Voix de l'Amérique 10/04/17)
Les prix de produits de premières nécessités ne cessent d’augmenter en Guinée-Bissau, conséquence de la crise politique qui prévaut dans le pays depuis plus de deux ans. Dans les rues de Bissau, la capitale et ailleurs, les consommateurs déplorent la cherté de la vie. " L’huile manque ces temps-ci au marché. Tu achètes de l’huile à une valeur de deux cents francs mais c’est comme si tu n’en as acheté que pour cent francs. Cette huile de marque Foula qui...
(Jeune Afrique 30/03/17)
Le plus grand groupe de production et d'exploration pétrolière de Chine devient opérateur d'un bloc à la frontière entre le Sénégal et la Guinée-Bissau. Le géant chinois, déjà présent en Ouganda, au Ghana et au Nigeria, fait son entrée au Sénégal et en Guinée-Bissau. L’arrivée de CNOOC intervient après la découverte de gisements pétroliers et gaziers au large des côtes du Sénégal, qui ont déjà attiré d’autres leaders mondiaux, comme le britannique BP.
(Jeune Afrique 27/03/17)
À la tête de la Commission de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) depuis début 2016, l’ancien ministre béninois du Développement estime que le Maroc et la Tunisie peuvent être des partenaires privilégiés de cette zone sans en devenir pour autant membres à part entière. Jeune Afrique : Confirmez-vous que, comme le Maroc, la Tunisie a fait une demande d’adhésion à la Cedeao ? Marcel Alain de Souza : Oui. C’est d’abord le ministre tunisien de la Coopération internationale...
(RFI 13/03/17)
Le président José Mario Vaz poursuit sa tournée à l’intérieur du pays. Après Bafat, c’est la région de Gabù, à 200 kilomètres à l’est de Bissau qui l’a accueilli ce dimanche 12 mars en grande pompe, alors que des milliers de ses adversaires politiques manifestent dans les rues de Bissau exigeant sa démission. C’est la première sortie du président José Mario Vaz depuis son élection à la magistrature suprême à l'été 2014. Ses adversaires du Parti africain pour l'Indépendance de la Guinée et le Cap-Vert (PAIGC), sa famille politique, l’accusent d’être en pré-campagne.
(BBC 13/03/17)
Des milliers de personnes sont descendues dans les rues de la capitale Bissau pour exiger le départ du président José Mario Vaz. Ils avaient déjà manifesté samedi pour demander au président de quitter le pouvoir. Au même moment, Alpha Condé, le médiateur de la crise, exige l'application des accords de Conakry.
(RFI 08/03/17)
Le Premier ministre bissau-guinéen a vivement réagi ce mardi 7 mars à une interview de Marcel Alain de Souza sur RFI. Pour Umaro Sissoco Embalo, le président de la Commission de la Cédéao joue la carte Alpha Condé, président de la Guinée voisine et médiateur choisi par l'organisation sous-régional. Or, ce dernier veut remettre sur pied le PAIGC, ancien parti au pouvoir dans le pays, une piste qui va à l'encontre de la volonté du président bissau-guinéen José Mario Vaz...
(La Tribune 21/02/17)
La Guinée-Bissau dispose d’une nature et d’une biodiversité exceptionnelles et préservées mais peine à s’imposer comme une destination touristique. Le pays est à la fois miné par une instabilité politique est le trafic de drogue. Le président de la République, José Mario Vaz, veut aujourd’hui renverser cette tendance. José Mario Vaz a affirmé sa volonté de développer le secteur touristique de son pays, lors d'une réunion samedi avec les opérateurs économiques à Bissau. En même temps, le chef de l'Etat...
(RFI 15/02/17)
La crise politique en Guinée-Bissau commence à user les patiences à la Cédéao où l'on envisage sérieusement d'accélérer le retrait de l'Ecomib, la force ouest-africaine forte de 550 hommes. Les responsables de la Cédéao estiment qu'il faut envoyer un signal fort au président Vaz qui n'applique pas l'accord de Conakry signé en octobre dernier. « Dix-huit mois de crise politique à Bissau, c'est beaucoup trop long ! » Voilà le constat d'un diplomate de la Cédéao visiblement excédé par les atermoiements de la classe politique et en particulier ceux du président José Mário Vaz.
(APA 10/02/17)
APA-Bissau (Guinée-Bissau) - La direction du parlement de la Guinée-Bissau a donné son accord pour la levée de l'immunité parlementaire du député et ancien Premier ministre Domingos Simões Pereira, président du PAIGC, a annoncé Alberto Nambeia. Selon le président du Parti de rénovation sociale (PRS, principal parti d'opposition) qui donnait une conférence de presse jeudi à Bissau, c’est à l’unanimité que les cinq membres du conseil d'administration de l'Assemblée populaire nationale (ANP), réunis mercredi, se sont prononcés contre le maintien de l'immunité parlementaire de Domingos Simões Pereira. "Notre position a été unanime, nous pensons que M. Domingos Simões Pereira devrait être entendu au Parlement»...
(RFI 09/02/17)
Crise de confiance dans la médiation de la crise bissau-guinéenne. Le Premier ministre, Umaro Sissoco Embalo, a accusé le président de Guinée-Conakry, Alpha Condé, médiateur choisi par la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao), de jouer un rôle négatif. Il a déclaré qu’il pourrait demander à la Cédéao de remplacer le médiateur. Dans une interview exclusive à RFI, le Premier ministre bissau-guinéen, Umaro Sissoco Embalo, a accusé le président Alpha Condé, médiateur dans la crise qui affecte son pays depuis un peu plus d’un an, de jouer un rôle négatif...
(BBC 04/02/17)
Le chef d'état-major de l'armée bissau-guinéenne déclare que ses troupes ne mèneront plus de coup d'Etat. Il a donné cette assurance lors d'une cérémonie de présentation des vœux aux militaires. A cause de la crise politique qui a duré plusieurs mois, les Bissau-Guinéens redoutent une intervention des militaires. Le pays a connu de nombreux coups d'Etat depuis l'indépendance en 1974.
(Le Monde 24/01/17)
Même si elle a été éliminée dimanche après sa défaite face au Burkina Faso (0-2), la Guinée-Bissau, a bien figuré, malgré des moyens très limités. Son histoire ressemble de loin à celle de son cousin lusophone cap-verdien, sorti de l’anonymat au début de la décennie avec deux qualifications pour les CAN 2013 ou 2015. Ou à celle de l’Islande, un ancien petit du football européen et récent quart-de-finaliste de l’Euro 2016. Mais les comparaisons s’arrêtent là. Alors que les insulaires...
(RFI 23/01/17)
Le Burkina Faso a validé son ticket pour les quarts-de-finale de la CAN Total 2017 en battant la Guinée-Bissau 2-0 à Franceville ce dimanche 22 janvier. Les Etalons ont ouvert le score en première période grâce à Préjuce Nakoulma. Bertrand Traoré a doublé la mise en seconde période. Pour sa première participation à une CAN, la Guinée-Bissau est éliminée au premier tour. ♦ Découvrez : le calendrier et les résultats, les équipes, les joueurs. Franceville, envoyé spécial Pour les Etalons, la donne étaient simple : il fallait une victoire face à la Guinée-Bissau pour atteindre les quarts-de-finale de la CAN 2017.
(RTL 19/01/17)
Le Cameroun a battu la Guinée-Bissau 2-1 après avoir été mené au score. les Lions indomptables prennent la tête du groupe A. Renversant. Le Cameroun a du batailler mais a montré un visage uni et solide face à une Guinée-Bissau trop juste physiquement face à l'un des cadors africains. Les Lions indomptables se sont imposés 2-1 après avoir été menés une bonne partie du match, mais l'équipe de Hugo Broos était plus aguerrie et mérite en fin de compte les trois points et la tête du groupe A. "Il n'y a pas de petite équipe": la Guinée-Bissau a parfaitement illustré cette figure toute faite du commentaire sportif...

Pages