Mardi 12 Décembre 2017
(RFI 05/12/17)
Une mission d’évaluation de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao), conduite par le ministre togolais des Affaires étrangères Robert Dussé, était en Guinée-Bissau ce week-end. L’objectif était de constater sur place les avancées sur l’application de l’accord signé à Conakry en automne 2016. Cet accord de sortie de crise en dix points prévoit entre autres le choix d’un Premier ministre de consensus ayant la confiance du président de la République et accepté par l’opposition, la formation d’un gouvernement d’union nationale et le retour des 15 dissidents du PAIGC dans leur famille politique. La mission interministérielle de la Cédéao a dressé un constat d’échec devant la presse. L’accord signé en octobre 2016...
(APA 04/12/17)
APA-Bissau (Guinée-Bissau) – Une mission de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), au terme d’un séjour de trois jours à Bissau, a appelé dimanche les acteurs politiques bissau-guinéens à travailler à la réalisation de l’Accord de Conakry portant sur la sortie de la crise en cours dans le pays, à défaut, souligne la mission, des ‘’sanctions collectives et individuelles’’ seront appliquées aux contrevenants. Conduite par le ministre togolais des Affaires étrangères de la Coopération et de l'Intégration africaine, Robert Dussey, la mission de la CEDEAO a rencontré le président de la République, le président de l'Assemblée et les dirigeants des partis politiques et de la société civile.
(BBC 04/12/17)
La CEDEAO est profondément préoccupée face à la crise persistante en Guinée Bissau. Une délégation de l'organisation sous régionale s'était rendue à Bissau ce week-end pour procéder à l'évaluation de la mise en œuvre des accords de Conakry et de Bissau en vue d'une sortie de crise. Et le constat est plutôt décevant, selon la CEDEAO. La délégation de la CEDEAO constate que les trois mois accordés aux autorités bissau-guinéennes, pour mener des consultations internes en vue d'une solution consensuelle...
(AFP 01/12/17)
Le président français Emmanuel Macron a précisé jeudi son projet de lutte contre les réseaux criminels de passeurs de migrants en Libye, plaidant pour le déploiement de forces policières africaines, l'envoi de troupes française n'étant pas à l'ordre du jour. "Nous avons des échanges bilatéraux avec des pays africains pour contrôler les trafics, d'une manière structurée dans une +task force+", a déclaré Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse à Accra, dernière étape de sa tournée africaine. "Il appartient aux Etats africains d'opérer sur leur sol et de mener des opérations de police...
(AFP 30/11/17)
Le 5e sommet Europe-Afrique a débouché mercredi soir sur une série de mesures d'urgence pour mettre un terme à l'esclavage de migrants en Libye, devenu un des thèmes centraux des débats. Evacuation d'urgence des Africains désirant quitter la Libye, "task force" policière et de renseignement, commission d'enquête mais aussi une communication pour dissuader les jeunes de tenter l'exode sont prévus, a annoncé le président français Emmanuel Macron à l'issue d'une réunion d'urgence de neuf pays sur le sujet. Après le scandale international né de la diffusion d'images de marché aux esclaves en Libye, l'immigration s'est imposée comme le thème majeur du sommet qui réunit environ 80 chefs d'Etat...
(AFP 29/11/17)
Les chefs d'Etat et de gouvernement arrivaient progressivement mercredi à Abidjan pour le cinquième sommet Union européenne (UE) - Union africaine (UA), qui se penchera principalement sur les questions d'immigration et de sécurité, avec l'ambition de donner un meilleur avenir à la jeunesse africaine. Parmi les 83 dirigeants attendus, la chancelière allemande Angela Merkel, le secrétaire général de l'ONU Antiono Gutteres, le président rwandais Paul Kagame, entre autres, ont été accueillis par le président ivoirien Alassane Ouattara, hôte du sommet, avant l'ouverture officielle à 14 heures (locales et GMT).
(Xinhua 20/11/17)
Le président de la Commission de l'Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, a appris avec consternation les rapports sur la vente aux enchères des migrants africains en Libye comme esclaves, affirme un communiqué publié ce week-end par l'UA. Le président "condamne fermement ces actes méprisables qui sont en contradiction avec les idéaux des Pères fondateurs de notre Organisation et des instruments africains et internationaux pertinents, y compris la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples", selon le communiqué. Le président a appelé à la fin immédiate de ces pratiques et d'autres actes criminels de traite des êtres humains. Il a appelé à une action rapide pour identifier tous les auteurs et complices...
(RFI 30/10/17)
En Guinée-Bissau, 18 partis de l’opposition regroupés au sein du Forum de concertation politique occupent la rue depuis vendredi 27 octobre, et ce pour une semaine. Quelques milliers de leurs partisans sont sortis pour exiger la chute du gouvernement et l’application de l’accord de Conakry signé en octobre 2016. Aucun incident n’a jusqu’ici été rapporté, mais le collectif veut passer à la vitesse supérieure dès cette semaine en organisant des journées « ville morte » et une vaste campagne de désobéissance civile. « C’est juste un réchauffement. Quand la machine sera bien chauffée, nous allons tous ensemble, civils et militaires, confessions religieuses et société civile...
(Xinhua 30/10/17)
Un groupe de 17 partis politiques bissau-guinéens dirigé par le Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC, majoritaire) a exigé la démission du chef de l'Etat, José Mario Vaz, l'accusant d'être incapable de résoudre la crise politique qui sévit depuis plus de deux ans dans le pays, a constaté Xinhua. La position du groupe a été exprimée vendredi lors d'un meeting populaire marquant le début d'une série de manifestations contre le président. Tous les partis politiques...
(AFP 28/10/17)
L'opposition a réuni vendredi un millier de personnes dans la capitale pour réclamer la démission du gouvernement de Guinée-Bissau, un an après l'échec d'un processus de médiation visant à mettre fin à la crise politique dans le pays. Le petit état ouest-africain est en proie à une lutte de pouvoir depuis août 2015, lorsque le président José Mario Vaz a limogé son Premier ministre, Domingos Simoes Pereira, leader du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC). Des pourparlers, menés par le président guinéen Alpha Conde en octobre 2016, avaient pressé de nommer un nouveau Premier ministre...
(AFP 25/10/17)
Le président de la Fédération de football de Guinée-Bissau, député dissident du parti au pouvoir, a été placé sous contrôle judiciaire et doit comparaître le 3 novembre pour "coups et blessures" portés à un voisin de quartier, a t-on appris mardi de source judiciaire. Manuel Lopes Nascimento, député du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC, au pouvoir), dirige depuis une dizaine d'années la Fédération nationale de football. Il fait partie des 15 députés du parti...
(Xinhua 24/10/17)
Le Parti africain de l'Indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC, parti majoritaire en Guinée Bissau), tiendra son 9ème congrès ordinaire du 30 janvier au 4 février 2018 à Bissau, a annoncé lundi son Comité central. Le congrès se déroulera en présence de 1.200 délégués en provenance des différentes régions du pays et de la diaspora, prévoit-on de même source. Il aura pour thème "Le PAIGC uni dans la discipline autour des idéaux d'Amilcar Cabral (fondateur du parti) au...
(AFP 18/10/17)
Des échauffourées ont éclaté mercredi au siège du parti au pouvoir en Guinée-Bissau entre partisans de 15 députés dissidents de cette formation et de la direction, a constaté un correspondant de l'AFP. Ces activistes ont été repoussés par les militants proches de la direction du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC, au pouvoir) et quatre d'entre eux ont été blessés à l'arme blanche, selon une source hospitalière. La Guinée-Bissau, petit Etat d'Afrique de l'Ouest, traverse...
(RFI 18/10/17)
La crise en Guinée-Bissau se déplace de nouveau à Conakry chez le médiateur et président guinéen Alpha Condé. Après le Premier ministre Umaro Sissoco Emballo la semaine dernière, ses prédécesseurs Baciro Dja et Domingos Simoes Pereira se sont rendus cette semaine dans la capitale guinéenne pour dénoncer et accuser le blocage des accords de Conakry signés il y a tout juste un an. Les anciens Premiers ministres Biciro Dja et Domingos Pereira, président du PAIGC, la principale force politique du...
(APA 17/10/17)
APA-Bissau (Guinée Bissau) - Nuno Nabian, président du parti de l'Assemblée populaire unie - Parti démocratique de la Guinée-Bissau (APU -PDGB), a déclaré ce mardi qu'il va mobiliser populations dans la rue pour obliger le président de la République, José Mário Vaz, à démissionner de ses fonctions. « Nous allons envoyer les gens dans la rue, nous allons travailler avec d'autres partis parce que ce pays appartient au peuple de la Guinée-Bissau. Nous serons d'accord avec tous les partis politiques, sans exception, pour mettre la population de la Guinée-Bissau dans la rue, pour revendiquer ses droits », a déclaré Nuno Nabian lors d'une conférence de presse.
(APA 17/10/17)
APA Bissau (GuinéeBissau) - Le président du parti de l'Assemblée populaire unie - Parti démocratique de Guinée-Bissau (APU-PDGB) et candidat malheureux aux dernières élections présidentielles, Nuno Gomes Na Biam, appelle les différentes formations politiques du pays à boycotter les prochaines élections législatives de 2018, si celles-ci sont organisées par l’actuel gouvernement dirigé par Umaro Sissoco Embalo. Biam a garanti que ce gouvernement ne va jamais organiser les prochaines élections dans ce pays parce qu'il risque de faire sombrer le pays dans le chaos. Nabian a mis en garde le président de la République José Mario Vaz et la communauté internationale des éventuels risques...
(RFI 13/10/17)
Longtemps en froid, le président guinéen et le Premier ministre de la Guinée-Bissau se sont rencontrés ce jeudi à Conakry. Un entretien à l'occasion d'une brève visite que Umaro Sissoco Embalo a effectuée dans la capitale. Une visite brève, mais significative et pleine d’espoir qui réchauffe les relations entre le président guinéen et le Premier ministre de Guinée-Bissau. Alpha Condé, médiateur de la Cédéao dans la crise bissau-guinéenne, et Umaro Sissoco Embalo ont eu dans la foulée un tête-à-tête au...
(Guinée News 13/10/17)
Le Président de la République, le Pr. Alpha Condé, a reçu en audience dans la soirée de ce jeudi, 12 octobre 2017 au Palais Sékhoutouréya, le Premier ministre de la Guinée Bissau, Monsieur Umaro El Mokhtar Sissoco EMBALO. Les entretiens entre le Président Alpha Condé, médiateur de la CEDEAO dans la crise en Guinée Bissau et Monsieur Umaro El Mokhtar Sissoco EMBALO, ont porté sur les liens d’amitié et de coopération entre les deux pays et la situation qui prévaut...
(Xinhua 02/10/17)
Un forum des Premières Dames de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), sur l'éradication de la fistule obstétricale en Afrique de l'Ouest et la protection des droits de l'enfant, se tiendra le 5 octobre prochain à Niamey, capitale nigérienne, a-t-on appris dimanche à Cotonou de source officielle. Ce forum permettra de faire un plaidoyer pour le renforcement du partage d'expériences pour l'élimination des mutilations génitales féminines en Afrique de l'Ouest, et de formuler une recommandation sur...
(Xinhua 26/09/17)
BISSAU, (Xinhua) -- Le président bissau-guinéen José Mario Vaz a estimé que la solution de la crise politique en Guinée-Bissau est entre les mains du Parlement. "La solution de la crise n'est pas entre les mains de la communauté internationale, mais de l'Assemblée nationale qui doit exercer sa fonction constitutionnelle", a-t-il déclaré dimanche dans un discours à Gabu, à l'est, à l'occasion de la cérémonies du 44ème anniversaire de l'indépendance du pays. Le parlement de Guinée-Bissau ne fonctionne pas depuis plus de deux ans en raison de profondes divisions entre les deux principales formations politiques...

Pages