Dimanche 25 Février 2018
(APA 24/02/18)
APA - Bissau (Guinée Bissau) - Le chef de l'Etat, José Mário Vaz, a déclaré qu'il n’est pas ‘’inquiet’’ des sanctions imposées par la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) à 19 personnalités politiques du pays, dont son propre fils. La déclaration du Président Bissau guinéen a été faite vendredi, lors de la visite des anciens locaux du complexe industriel de dans la ville de Cumeré, au nord du pays. Selon le chef de l’état, il aurait conseillé à son fils Emerson Goudjabi Vaz de rester ferme, car il ne peut pas être un cas particulier, c'est-à-dire, différent des autres Bissau-guinéens ciblés par les sanctions de la Cedeao. "Il a l'âge [mon...
(Xinhua 23/02/18)
"La Chine a pris une position équilibrée, rationnelle et de non-ingérence dans la crise politique institutionnelle en Guinée-Bissau", a estimé jeudi un politologue bissau-guinéen, Seco Cassama. "La Chine est un partenaire incontournable du développement et révèle une totale impartialité pendant cette crise", a-t-il affirmé devant la presse locale. Le politologue a souligné que la Chine est un partenaire stratégique depuis le début de la lutte pour l'indépendance nationale de la Guinée-Bissau. "Toutes les positions de la Chine sont rationnelles et en faveur du peuple bissau-guinéen", a déclaré M. Cassama. "La Chine est un fervent partisan des solutions africaines aux problèmes africains", a-t-il relevé en se référant au rôle joué par la Chine dans la crise politique actuelle en Guinée-Bissau. M...
(RFI 23/02/18)
Les quatre chefs d'Etats membres du groupe de travail sur la monnaie unique de la Cédéao ont adopté, le 21 février à Accra, une nouvelle feuille de route afin d'accélérer la mise en oeuvre de cette monnaie. La date de lancement est fixée à 2020. Le principe étant que les pays qui sont prêts pourront démarrer en attendant d'être rejoints par les autres. Dès cette année, un institut monétaire commun à l'espace Cédéao devrait voir le jour. Mais au-delà de...
(APA 19/02/18)
Des milliers de partisans du président José Mario Vaz ont manifesté dimanche à Bissau contre les sanctions de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) contre 19 personnalités bissau-guinéennes pour non-respect d'un accord de sortie de crise politique. Une caravane de milliers de personnes partie de la périphérie de Bissau s'est terminée devant le siège de la Cédéao, sur la route de l'aéroport, sur quatre kilomètres, a rapporté un journaliste de l'AFP. Les manifestants ont scandé des slogans hostiles à la Cédéao. Sur des pancartes, on pouvait lire : "Cédéao dehors". La Cédéao a annoncé le 1er février des sanctions prévoyant une interdiction de voyager dans l'espace régional et le gel...
(RFI 19/02/18)
En Guinée-Bissau, des milliers de partisans du président José Mario Vaz ont manifesté dimanche 18 février, à Bissau, pour exprimer leur colère face aux sanctions appliquées par la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) à l’encontre de 19 personnalités bissau-guinéennes. Des partis politiques de l’opposition, le groupe des 15 frondeurs du PAIGC, figuraient parmi les manifestants. La caravane est partie du siège du Parti de la rénovation sociale (PRS) parcourant une distance d’environ 4 km et qui s’est...
(AFP 15/02/18)
L'émissaire de l'ONU pour la Guinée-Bissau, Modibo Ibrahim Touré, a appelé mercredi le Conseil de sécurité à réclamer au plus vite des élections législatives en Guinée-Bissau, petit Etat d'Afrique de l'Ouest en crise politique depuis 2015. "Je souhaite voir le Conseil de sécurité souligner l'importance d'organiser urgemment des élections législatives dans le cadre constitutionnel prévu", a souligné l'émissaire lors d'une liaison vidéo avec la plus haute instance de l'ONU. Il faut aussi "réaffirmer la centralité de l'Accord de Conakry" (2016) afin de sortir le pays de la crise, a-t-il ajouté lors d'une réunion publique du Conseil de sécurité consacrée à la Guinée-Bissau.
(Jeune Afrique 12/02/18)
Après l'ultimatum formulé en marge du sommet de l'Union africaine, la Cedeao a choisi de sanctionner mercredi des personnalités politiques et économiques accusées de perturber le processus de sortie de crise politique en Guinée-Bissau. « Les chefs d’État et de gouvernement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest ont mis en œuvre des sanctions individuelles contre les personnes ou organisations qui entravent le processus de sortie de crise en Guinée-Bissau », explique le communiqué de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao), publié mercredi 7 février. Vingt personnalités politiques et du milieu des affaires sont visées.
(Xinhua 09/02/18)
L'Institut Gorée dédiée aux problématiques de la démocratie et du développement en Afrique, a ouvert ce jeudi à Bissau, un forum de dialogue politique entre les Bissau-guinéens pour surmonter la crise politique qui dure depuis plus de deux ans dans le pays. La cérémonie d'ouverture du forum, dirigée par l'ancien président de transition du Mali, Dioncounda Traoré, a mobilisé les acteurs politiques bissau-guinéens, les organisations de la société civile, les entités religieuses et le pouvoir traditionnel. L'objectif du forum est...
(RFI 08/02/18)
La Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) a décrété des sanctions contre 19 personnalités bissau-guinéennes, dont des proches du président José Mario Vaz, pour non-respect d'un accord de sortie de la crise politique. La Guinée-Bissau, petit Etat d'Afrique de l'Ouest, traverse des turbulences politiques depuis la destitution en août 2015 par le président Vaz de son Premier ministre, Domingos Simoes Pereira, chef du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC, au pouvoir), auquel M. Vaz appartient également.
(APA 08/02/18)
APA - Bissau (Guinée Bissau) - La Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), a publié une liste de 19 personnalités bissau-guinéennes sanctionnées pour ''violation de l'accord de Conakry'', y compris l’actuel procureur général, Bacari Biai et Herson Gudjabi Vaz le fils du président de la République. Selon un communiqué de presse de l'organisation sous régionale parvenu ce mercredi à APA, des personnalités sanctionnées et les membres de leur famille sont empêchés de participer aux activités de l'organisation, de...
(AFP 06/02/18)
La Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) a décrété des sanctions contre 19 personnalités bissau-guinéennes, dont des proches du président José Mario Vaz, pour non-respect d'un accord de sortie de la crise politique. La Guinée-Bissau, petit Etat d'Afrique de l'Ouest, traverse des turbulences politiques depuis la destitution en août 2015 par le président Vaz de son Premier ministre, Domingos Simoes Pereira, chef du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC, au pouvoir), auquel M. Vaz appartient également. Après une série de mises en garde, la Cédéao a annoncé le 1er février l'entrée...
(Jeune Afrique 06/02/18)
Le 20 janvier 1973, Amílcar Cabral était assassiné à Conakry par la police politique portugaise. Elikia M'Bokolo, historien congolais, revient sur le décès et l’engagement de l'homme politique bissau-guinéen, entre panafricanisme et anticolonialisme. S’il y eut, dans les luttes de libération de l’Afrique, un intellectuel capable de combiner la profondeur et le brio des choses de l’esprit avec l’engagement concret des combats sur le terrain et la vision stratégique à l’échelle panafricaine et globale, c’est bien Amílcar Cabral. Panafricain, il...
(APA 05/02/18)
APA - Dakar (Sénégal) - Le Président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat et le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres ont exprimé leur préoccupation face à la crise politique prolongée en Guinée-Bissau, malgré les multiples opportunités offertes aux principaux acteurs politiques de trouver une solution consensuelle. Dans une déclaration commune sur la Guinée-Bissau reçue dimanche à APA, les deux responsables ont dénoncé ‘’les mesures prises par ceux qui cherchent à entraver et à empêcher une résolution de la crise’’. Ils ont également condamné les mesures prises récemment par les autorités nationales pour empêcher le Parti africain...
(APA 05/02/18)
APA - Bissau (Guinée Bissau) - Domingos Simões a été réélu dimanche, président du Parti africain de l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC) pour un nouveau mandat de quatre ans, lors du 9 eme congrès ordinaire des Libérateurs avec 98 pour cent des voix des délégués. Sur un total de 1233 délégués, 1135 voix se sont exprimées, dont 1113 en faveur soit 98%, 03 voix contre (26%) et 19 bulletins blancs (1,6%). Il y avait 98 délégués absents...
(Xinhua 05/02/18)
Domingos Simoes Pereira a été très largement réélu dimanche président du Parti africain de l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC) à l'issue neuvième congrès ordinaire de la principale force politique bissau-guinéenne, ont rapporté lundi les médias locaux. Sur les 1.135 délégués votants, 1.113 se sont prononcés en sa faveur, soit 98,03% des voix. Les autres membres de la direction du PAIGC sont le 1er vice-président Cipriano Cassama, la 2e vice-présidente Maria Odete Costa Semedo, le 3e vice-président Califa Seidi et la 4e vice-présidente, Maria Adiatu...
(RFI 05/02/18)
En Guinée-Bissau, la situation politique est bloquée depuis plus de trois ans, car le président José Mario Vaz refuse de partager le pouvoir avec un Premier ministre issu des rangs du PAIGC, le grand parti anti-colonialiste des années 1970. Mais aujourd'hui, les chefs d’État de la sous-région se fâchent et menacent de sanctions le camp présidentiel. Une solution est-elle en vue ? Idriça Djalo dirige le PUN, le Parti de l'Unité Nationale. En ligne de Bissau, il répond aux questions...
(APA 01/02/18)
APA-Bissau (Guinée Bissau) - Le président du Parti africain de l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC), Domingos Simões Pereira, a accusé mercredi après-midi lors d'une conférence de presse, le président José Mário Vaz de « séquestrer" le siège du parti pour le forcer à négocier avec les députés dissidents de son groupe parlementaire, connus sous le nom du "Groupe des 15". Dans son discours d’investiture du nouveau Premier ministre Artur Silva, ancien chef de la diplomatie bissau-guinéenne, qui...
(AFP 31/01/18)
Le président bissau-guinéen José Mario Vaz a nommé mardi soir un nouveau Premier ministre, Augusto Antonio Artur Da Silva, selon un décret présidentiel, afin de former un gouvernement chargé d'organiser des législatives dans les prochains mois. La Guinée-Bissau, petit Etat d'Afrique de l'Ouest, traverse des turbulences politiques depuis la destitution en août 2015 par le président Vaz de son Premier ministre, Domingos Simoes Pereira, chef du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC, au pouvoir), auquel M. Vaz appartient également. La désignation de M. Da Silva, lui aussi dirigeant du PAIGC, qui a déjà détenu les portefeuilles des Affaires étrangères...
(APA 31/01/18)
APA-Bissau (Guinée Bissau) - Le président José Mario Vaz a nommé ce mardi au poste de Premier ministre Artur Silva, ancien ministre de l’éducation nationale dans le gouvernement de Carlos Gomes Junior renversé en 2012 par un coup d’état. Cette nomination intervient à un moment où le pays traverse une profonde crise politique. Bon nombre d’analystes politiques se demandent déjà si cette nomination sera de nature à mettre fin à la crise politique puisque le promu n’est pas le candidat...
(Xinhua 31/01/18)
Le président de la République de la Guinée-Bissau, Jose Mario Vaz a nommé ce mardi un nouveau Premier ministre, Augusto Antonio Artur Silva, par décret présidentiel. Dans le décret, le président de la République a déclaré que la nomination M. Silva mettra fin à la crise politique qui vive dans le pays depuis plus de deux ans. Selon le document, la nomination de M. Silva résulte d'une audition faite aux partis politiques. Augusto Antonio Artur Silva est un haut dirigent...

Pages