Samedi 24 Février 2018
(RFI 30/10/17)
En Guinée-Bissau, 18 partis de l’opposition regroupés au sein du Forum de concertation politique occupent la rue depuis vendredi 27 octobre, et ce pour une semaine. Quelques milliers de leurs partisans sont sortis pour exiger la chute du gouvernement et l’application de l’accord de Conakry signé en octobre 2016. Aucun incident n’a jusqu’ici été rapporté, mais le collectif veut passer à la vitesse supérieure dès cette semaine en organisant des journées « ville morte » et une vaste campagne de désobéissance civile. « C’est juste un réchauffement. Quand la machine sera bien chauffée, nous allons tous ensemble, civils et militaires, confessions religieuses et société civile...
(Xinhua 30/10/17)
Un groupe de 17 partis politiques bissau-guinéens dirigé par le Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC, majoritaire) a exigé la démission du chef de l'Etat, José Mario Vaz, l'accusant d'être incapable de résoudre la crise politique qui sévit depuis plus de deux ans dans le pays, a constaté Xinhua. La position du groupe a été exprimée vendredi lors d'un meeting populaire marquant le début d'une série de manifestations contre le président. Tous les partis politiques détenant des sièges parlementaires, à l'exception du Parti de la rénovation sociale (PRS), ont participé au meeting. "Le président devrait démissionner le plus rapidement possible", a affirmé Nuno Gomes Na Biam, ancien adversaire de M. Vaz au second tour des...
(AFP 28/10/17)
L'opposition a réuni vendredi un millier de personnes dans la capitale pour réclamer la démission du gouvernement de Guinée-Bissau, un an après l'échec d'un processus de médiation visant à mettre fin à la crise politique dans le pays. Le petit état ouest-africain est en proie à une lutte de pouvoir depuis août 2015, lorsque le président José Mario Vaz a limogé son Premier ministre, Domingos Simoes Pereira, leader du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC). Des pourparlers, menés par le président guinéen Alpha Conde en octobre 2016, avaient pressé de nommer un nouveau Premier ministre...
(APA 28/10/17)
APA-Bissau (Guinée Bissau) - Le représentant résident du Fonds monétaire international (FMI) en Guinée Bissau, Óscar Melhado, a félicité vendredi les autorités pour la discipline dont ils font preuve dans la gestion des finances publiques, suite aux conclusions du quatrième rapport d'évaluation de la Facilité élargie de crédit (FAC). Óscar Melhado a fait cette déclaration à la presse à la sortie de sa rencontre avec le Président José Mário Vaz, indiquant que les autorités ont obtenu une note positive grâce à leurs efforts et leur engagement, soulignant que « c'est la première fois que le pays respecte le programme. » Melhado a ajouté que la quatrième évaluation du FMI devrait être approuvée par le Conseil d'administration de l’institution financière internationale,...
(Xinhua 28/10/17)
L'Union africaine (UA) et ZTE, une entreprise chinoise spécialisée dans le secteur de l'information et des télécommunications, ont lancé jeudi un projet de système de surveillance de la santé intelligente au siège de l'UA à Addis-Abeba. Les deux parties avaient signé l'année dernière l'accord sur le projet, pour renforcer la coopération dans le domaine des TIC et de la transformation numérique intelligente, et fournir à la Commission de l'UA un centre de surveillance de la santé intelligente. Le Centre de surveillance de la santé intelligente offre une plate-forme opportune pour contribuer aux efforts de développer une solution de soins de santé durable, a déclaré Albert M. Muchanga, Commissaire à l'Industrie et au Commerce de l'UA, à la cérémonie d'inauguration. Le...
(Xinhua 27/10/17)
Les médias du service public de la Guinée-Bissau (télévision, radio, agence de presse et journal No Pintcha) ont démarré ce jeudi une grève de cinq jours, a-t-on appris de source syndicale. La grève a été déclenchée pour exiger la fin de censure à la télévision publique et le respect par le gouvernement de son engagement d'équiper ces organes de presse de matériel, notamment d'ordinateurs et de véhicules. Francisco Indeque, coordinateur des syndicats des organes publics, a dénoncé l'attitude du gouvernement dans la résolution des problèmes qui affectent les organes publics. Il a en outre accuse le gouvernement de poursuivre la pratique de la censure à la télévision nationale.
(Agence Ecofin 26/10/17)
Selon la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), si la question du changement climatique n'est pas abordée, il y aura des conséquences désastreuses. « Comme je l'ai déjà dit, si nous ne faisons rien en ce qui concerne le changement climatique maintenant, dans 50 ans, nous serons, grillés et rôtis.», a déclaré Christine Lagarde (photo), lors d'un débat mardi à la Future Investment Initiative de Riyad, en Arabie saoudite. « Des décisions sont nécessaires à ce stade, ce qui implique que probablement dans 50 ans, le pétrole sera une matière première de second rang.», a ajouté Mme Lagarde. Selon la dirigeante, le changement climatique et l'inégalité croissante sont les deux questions clés imminentes. « Si nous n'abordons pas ces...
(AFP 25/10/17)
Le président de la Fédération de football de Guinée-Bissau, député dissident du parti au pouvoir, a été placé sous contrôle judiciaire et doit comparaître le 3 novembre pour "coups et blessures" portés à un voisin de quartier, a t-on appris mardi de source judiciaire. Manuel Lopes Nascimento, député du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC, au pouvoir), dirige depuis une dizaine d'années la Fédération nationale de football. Il fait partie des 15 députés du parti au pouvoir exclus de cette formation à la suite des turbulences politiques nées de la destitution en août 2015 par le président José Mario Vaz de son Premier ministre, Domingos Simoes Pereira, chef du PAIGC, auquel M. Vaz appartient également...
(APA 25/10/17)
APA-Niamey (Niger) - Les chefs d’Etat de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont recommandé une approche graduelle privilégiant le démarrage de la monnaie unique avec les pays qui respectent les critères de convergence. Cette recommandation a été été faite à l’issue de la 4ème réunion de la Task Force présidentielle sur le Programme de la monnaie unique de la CEDEAO(15 Etats membres), réunie mardi à Niamey. Dans son exposé à la réunion, le président de la Commission de la CEDEAO, Marcel de Souza, faisait état de ‘’faibles résultats’’ des Etats ouest africains en ce qui concerne les critères de convergence. Ce qui, selon lui, risque de compromettre la mise en circulation de cette monnaie en 2020...
(Xinhua 24/10/17)
Le Parti africain de l'Indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC, parti majoritaire en Guinée Bissau), tiendra son 9ème congrès ordinaire du 30 janvier au 4 février 2018 à Bissau, a annoncé lundi son Comité central. Le congrès se déroulera en présence de 1.200 délégués en provenance des différentes régions du pays et de la diaspora, prévoit-on de même source. Il aura pour thème "Le PAIGC uni dans la discipline autour des idéaux d'Amilcar Cabral (fondateur du parti) au service de la paix, de la stabilité et du développement de la Guinée-Bissau". Le Comité central a nommé à l'unanimité la Commission nationale préparatoire du congrès ordinaire, qui compte onze membres et qui sera présidé par le secrétaire national du...
(RFI 20/10/17)
Le débat sur le changement de monnaie dans les pays de la zone franc touche aussi la Guinée-Bissau. Cette ancienne colonie portugaise a accédé à son indépendance en 1974. Elle a décidé d’intégrer la zone Franc en 1997, pour contenir la chute du Peso. Aujourd’hui que le CFA est décrié par certaines associations de la Société civile sur le continent, Bissau est aussi traversée par les interrogations qui s’expriment dans la zone. Lire la suite sur: http://www.rfi.fr/emission/20171020-guinee-bissau-le-debat-le-franc-cfa-...
(AFP 20/10/17)
Les 500 experts comptables de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (Uémoa) réunis en congrès à Abidjan ont rappelé jeudi que la "bonne gouvernance" en Afrique passait par des chiffres fiables. "La transparence et la bonne gouvernance commence par la fiabilité des chiffres", a affirmé Flan Oulaï, président de l'ordre des experts comptables de Côte d'Ivoire lors du Congrès qui a réuni 500 experts de la sous-région. "Toutes les décisions prises par le gouvernement et ses institutions pour l'orientation économique sont basées sur des chiffres qui sont produits et contrôlés des experts comptables", a poursuivi M. Oulaï, appelant à une relation solide avec le pouvoir public. "Il est important que nous (l'ordre des experts comptables +privé+) consolidions notre relation avec le...
(La Tribune 19/10/17)
Le Fonds britannique de développement (CDC Group) vient d’annoncer un nouvel investissement massif en Afrique de l’Ouest. Sur les 2 600 milliards de Fcfa que le gouvernement du Royaume-Uni vient de mettre à la disposition du Fonds, 60% du montant seront réservés à Afrique de l’Ouest où le groupe est encore peu présent. Pays prioritaires de cette sous-région : le Sénégal et la Côte d’Ivoire où le fonds compte investir dans des secteurs stratégiques. Le Commonwealth development group (CDC-Group), le fonds de financement du développement du Royaume-Uni monte en puissance en Afrique de l'Ouest, une région dans laquelle il était jusque-là peu présent. Et pour montrer la couleur, le CDC entend faire les choses en grand à travers l'annonce d'un...
(Agence Ecofin 19/10/17)
ONU Femmes, l’entité des Nations Unies pour l’autonomisation des femmes et l’égalité des genres, a profité de la célébration de la Journée internationale de la femme rurale, ce 15 octobre 2017, pour rappeler les inégalités dont sont victimes les femmes dans l’accès aux terres agricoles, particulièrement dans les pays en développement. « Les agricultrices sont tout aussi productives et entreprenantes que leurs homologues masculins, mais ne sont pas toujours en mesure d’obtenir des prix comparables pour leurs cultures. Elles n’ont pas non plus un accès égal à la terre, au crédit, aux intrants agricoles, aux marchés et aux chaînes agroalimentaires de grande valeur qui sont essentiels à leurs moyens de subsistance », dénonce notamment Phumzile Mlambo-Ngcuka, la directrice exécutive d’ONU...
(AFP 18/10/17)
Des échauffourées ont éclaté mercredi au siège du parti au pouvoir en Guinée-Bissau entre partisans de 15 députés dissidents de cette formation et de la direction, a constaté un correspondant de l'AFP. Ces activistes ont été repoussés par les militants proches de la direction du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC, au pouvoir) et quatre d'entre eux ont été blessés à l'arme blanche, selon une source hospitalière. La Guinée-Bissau, petit Etat d'Afrique de l'Ouest, traverse des turbulences politiques depuis la destitution en août 2015 par le président José Mario Vaz de son Premier ministre, Domingos Simoes Pereira, chef du PAIGC, auquel M. Vaz appartient également. La police, arrivée après les incidents, s'est déployée le long...
(RFI 18/10/17)
La crise en Guinée-Bissau se déplace de nouveau à Conakry chez le médiateur et président guinéen Alpha Condé. Après le Premier ministre Umaro Sissoco Emballo la semaine dernière, ses prédécesseurs Baciro Dja et Domingos Simoes Pereira se sont rendus cette semaine dans la capitale guinéenne pour dénoncer et accuser le blocage des accords de Conakry signés il y a tout juste un an. Les anciens Premiers ministres Biciro Dja et Domingos Pereira, président du PAIGC, la principale force politique du pays, ont effectué une visite de travail de quelques jours à Conakry pour faire l’état des lieux avec le président guinéen du blocage des accords de Conakry, un an après leur signature. « Ça fait un an qu’on a signé...
(AFP 18/10/17)
La Cédéao (15 pays) a demandé aux premières dames d'Afrique de l'Ouest réunies mardi à Abidjan de lutter contre une démographie galopante qui, mal maîtrisée, génère la pauvreté dans cette région qui compte 330 millions d'habitants. "Nous avons une croissance démographique très dynamique, une des plus élevées au monde", a rappelé le président de la Commission de la Cédéao, Marcel Alain de Souza. "Notre région a un taux de fécondité général de 5,6 enfants par femme (7 au Niger, pays très pauvre, NDLR), le plus élevé au monde", a-t-il ajouté. Selon lui, "tant que nous n'arrivons pas à arrimer la croissance démographique avec la croissance économique, la lutte contre la pauvreté est vaine. Au contraire, chaque fois, la pauvreté s'accroit"...
(Apa 18/10/17)
APA-Abidjan (Côte d’Ivoire) - Le ratio des décès maternels en Afrique de l’Ouest est compris entre 400 et 600 pour 100.000 naissances vivantes, a indiqué mardi à Abidjan le directeur régional de l’UNFPA pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, Mabingue Ngom, lors d’une cérémonie de lancement du rapport 2017 sur l’état de la population mondiale. "En Afrique de l’Ouest, ce ratio est compris entre 400 et 600 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes", a déclaré Mabingue Ngom, dans un discours devant un parterre de personnalités. Selon le rapport, le ratio des décès maternels en Europe de l’Ouest se situe entre 6 et 8 décès maternels pour 100.000 naissances vivantes. Ce qui montre que quand une femme meurt de...
(APA 17/10/17)
APA-Bissau (Guinée Bissau) - Nuno Nabian, président du parti de l'Assemblée populaire unie - Parti démocratique de la Guinée-Bissau (APU -PDGB), a déclaré ce mardi qu'il va mobiliser populations dans la rue pour obliger le président de la République, José Mário Vaz, à démissionner de ses fonctions. « Nous allons envoyer les gens dans la rue, nous allons travailler avec d'autres partis parce que ce pays appartient au peuple de la Guinée-Bissau. Nous serons d'accord avec tous les partis politiques, sans exception, pour mettre la population de la Guinée-Bissau dans la rue, pour revendiquer ses droits », a déclaré Nuno Nabian lors d'une conférence de presse.
(APA 17/10/17)
APA Bissau (GuinéeBissau) - Le président du parti de l'Assemblée populaire unie - Parti démocratique de Guinée-Bissau (APU-PDGB) et candidat malheureux aux dernières élections présidentielles, Nuno Gomes Na Biam, appelle les différentes formations politiques du pays à boycotter les prochaines élections législatives de 2018, si celles-ci sont organisées par l’actuel gouvernement dirigé par Umaro Sissoco Embalo. Biam a garanti que ce gouvernement ne va jamais organiser les prochaines élections dans ce pays parce qu'il risque de faire sombrer le pays dans le chaos. Nabian a mis en garde le président de la République José Mario Vaz et la communauté internationale des éventuels risques...

Pages