| Africatime
Vendredi 27 Mai 2016
(AFP 27/05/16)
Le nouveau Premier ministre bissau-guinéen Baciro Dja, dont la nomination jeudi par le président José Mario Vaz est contestée par le parti au pouvoir, le Parti africain pour l'indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert (PAIGC), a prêté serment vendredi. M. Dja a été investi devant le chef de l'Etat, le président de la Cour suprême, le procureur de la République et le corps diplomatique, lors d'une cérémonie au palais présidentiel, dont les abords étaient protégés par un cordon policier, a constaté le correspondant de l'AFP. "Cette nouvelle nomination comme Premier ministre est un gage de la confiance que je place en cet homme. C'est la deuxième fois que je vous choisis", a déclaré M...
(Jeune Afrique 27/05/16)
Bissau est sous haute tension. Quelques heures après que José Mario Vaz a nommé Baciro Dja au poste de Premier ministre jeudi soir, l'armée a été déployée devant le palais présidentiel, situé à quelques mètres seulement du siège du PAIGC, le parti majoritaire à l'Assemblée nationale. L’accès à la place centrale de la capitale a en effet été interdit par les militaires, vendredi 27 mai, selon de nombreux témoignages sur place. Objectif : empêcher les militants du PAIGC de manifester leur colère suite à la nomination controversée à la primature de Baciro Dja, qui doit être investi ce vendredi. Le gouvernement de Correa refuse sa démission Une désignation « inconstitutionnelle », fait valoir le PAIGC, vainqueur des élections législatives de...
(BBC 27/05/16)
Le président José Mario Vaz a de nouveau nommé Premier ministre jeudi Baciro Dja, provoquant la colère de militants du parti au pouvoir. M. Dja avait déjà été nommé Premier ministre le 20 août 2015. Cette nomination qui survient deux semaines après la dissolution du gouvernement bissau-guinéen, a été accueillie par une manifestation de colère de militants du PAIGC, dont le siège est proche de la présidence. La police a tiré des gaz lacrymogènes. M. Dja avait été contesté par...
(AFP 27/05/16)
Deux semaines après la dissolution du gouvernement en Guinée-Bissau, le président José Mario Vaz a nommé Premier ministre jeudi Baciro Dja, décision aussitôt contestée dans la rue par des militants du parti au pouvoir dans ce pays en proie depuis neuf mois à une crise politique. Cette ex-colonie portugaise traverse des turbulences politiques depuis la destitution en août 2015, par le président Vaz de son Premier ministre, Domingos Simoes Pereira, décision rejetée par le Parti africain pour l'indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert (PAIGC, au pouvoir). D'après leurs entourages, les deux hommes - membres du PAIGC, M. Pereira en étant le chef - ne s'entendaient pas sur la direction...
(Xinhua 27/05/16)
BISSAU, (Xinhua) -- La nomination jeudi de Baciro Dja comme Premier ministre par le président bissau-guinéen, José Mario Vaz, a été jugée illégale par le parti majoritaire au parlement, le Parti africain pour l'indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert (PAIGC). "La décision du président est illégale", a déclaré Oscar Antonio Barbosa, chef du département de la Communication du PAIGC, parti vainqueur des dernières législatives, et à qui revient le choix du Premier ministre selon la Constitution. M. Barbosa a...
(RFI 27/05/16)
Deux semaines après la dissolution du gouvernement en Guinée-Bissau, le président José Mario Vaz a nommé, jeudi 26 mai, Baciro Dja Premier ministre. Une annonce qui a aussitôt provoqué la colère des militants du PAIGC, le parti au pouvoir, qui ont attaqué à coup de cailloux le palais présidentiel. A peine le décret présidentiel a-t-il été transmis par les radios que des dizaines de militants du Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC, au pouvoir) qui...
(AIP 27/05/16)
Le Président ivoirien, Alassane Ouattara, a officiellement procédé à l’installation dans leurs fonctions des huit juges de la Cour de justice de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), lors d’une cérémonie de prestation de serment organisée au Palais présidentiel d’Abidjan, jeudi. « Nous prenons acte du serment que vous venez de prêter. Je vous déclare officiellement dans vos fonctions », a affirmé le président en exercice de l’UEMOA. M. Ouattara a invité ces nouveaux membres de la Cour de justice...
(Jeune Afrique 25/05/16)
Plus de dix jours après le renvoi du gouvernement, les consultations pour trouver un nouveau Premier ministre sont au point mort entre le président bissau-guinéen, José Mario Vaz, et sa formation politique, le Parti africain pour l’indépendance de la Guinée du Cap-Vert (PAIGC, au pouvoir). Le point en quatre questions pour comprendre les soubresauts de cette dernière crise. Pourquoi José Mario Vaz a-t-il de nouveau destitué le gouvernement ? La décision couvait depuis plusieurs semaines. Elle a finalement été tranchée, jeudi 12 mai, quand le président Vaz a congédié le gouvernement dirigé depuis septembre 2015 par Carlos Correia. Pour justifier ce deuxième renvoi en deux ans de mandat...
(Le Monde 23/05/16)
Institutions à l’arrêt, crise au sommet de l’Etat. Depuis le 12 mai, la Guinée-Bissau est dans l’impasse. Le président José Mario Vaz, élu en 2014, a relevé de ses fonctions l’ensemble de son gouvernement, y compris Carlos Correia, son premier ministre. Une décision qui intervient huit mois à peine après la destitution du précédent chef de l’exécutif, Domingos Simoes Pereira. « Nous sommes vraiment préoccupés par l’impasse qui continue en Guinée-Bissau et crée une situation difficile pour la population parce...
(RFI 23/05/16)
En Guinée-Bissau, 41 millions d’euros auraient été retirés, sans raison, des caisses de l’Etat au début de ce mois de mai. La justice s'y intéresse de près. Le procureur général, Sedja Mam, pointe du doigt le ministère de l’Economie et des Finances qu’il soupçonne d’avoir facilité ces transactions douteuses. Il a ordonné la fermeture de tous les comptes de l’Etat et ouvert des enquêtes. Plusieurs hauts responsables politiques sont interdits de quitter le pays. Le procureur général, Antonio Sedja Mam, dit qu’il ne ménagera aucun effort pour retrouver les fonds indûment retirés des comptes de l’Etat.
(AFP 20/05/16)
Les acteurs politiques bissau-guinéens doivent "travailler ensemble" et "engager un dialogue utile" pour sortir leur pays de la crise qui y perdure depuis neuf mois, a affirmé vendredi à Dakar le représentant spécial du secrétaire général de l'ONU en Afrique de l'Ouest et au Sahel. "Nous sommes vraiment préoccupés par l'impasse qui continue en Guinée-Bissau et qui crée une situation difficile pour la population parce qu'avec le blocage, aujourd'hui, c'est difficile même pour les partenaires de la Guinée-Bissau de travailler avec le gouvernement", a déclaré Mohamed Ibn Chambas, qui dirige également le Bureau des Nations unies pour l'Afrique de l'Ouest et le Sahel (Unowas). "Les Nations unies vont continuer"...
(APA 20/05/16)
APA-Bissau (Guinée-Bissau)- Le Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC) exige la nomination d’un Premier ministre à la tête du gouvernement conformément à la Constitution, a appris APA vendredi dans la capitale bissau-guinéenne. Au terme d'une réunion de consultation de la représentation parlementaire convoquée par le Président José Mario Vaz, Domingos Simões Pereira a expliqué que sa formation politique a transmis au chef de l'Etat les efforts qui ont été faits dans le but de trouver...
(Xinhua 20/05/16)
BISSAU, (Xinhua) -- L'ambassade de Chine en Guinée-Bissau a remis jeudi, un lot de médicaments, à l'hôpital de Canchungo (nord, à 72 km de la capitale, Bissau). Le don, estimé à sept millions de francs CFA, a été remis par l'ambassadeur de Chine dans le pays, Wang Hua, en présence des autorités locales. "Ce soutien montre la bonne amitié existant entre les deux peuples", a déclaré M. Wang qui a souligné que la Guinée-Bissau a besoin de beaucoup de soutiens...
(Leral 18/05/16)
En dehors de la Casamance, s’il y a des gens qui sont également affectés par le blocus de la transgambienne, c’est bien les populations bissau-guinéennes. La révélation a été faite, samedi, à Ziguinchor, par le député de la Diaspora bissau-guinéenne pour l’Afrique. "Vous savez que la Guinée-Bissau est un pays sous-développé. Nous n’avons pas d’usines pour la fabrication de nourriture, il n’y a pas d’usines pour la fabrication des équipements. Ceux qui partent en Guinée-Bissau passent par la Gambie et...
(Xinhua 17/05/16)
BISSAU, (Xinhua) -- Le Parti africain de l'Indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC), vainqueur des dernières élections législatives en Guinée-Bissau, a proposé lundi la formation d'un gouvernement de 33 membres, qui inclura les partis représentés au parlement, les partis extra-parlementaires, la société civile et des personnalités proches du président de la République. "Ce sera un gouvernement où tous seront représentés", a déclaré Domingos Simoes Pereira, président du PAIGC, en reconnaissant que la taille de cette équipe gouvernementale est "assez grande, mais c'est la seule solution à la crise politique actuelle".
(Guinée-Bissau 17/05/16)
C'est un putschiste récidiviste qui n'a toutefois jamais cherché à exercer le pouvoir… si ce n'est au sein de l'armée. En avril 2010, le général Antonio Indjai destitue pour quelques semaines le Premier ministre bissau-guinéen Carlos Gomes Junior (surnommé Kadogo). Une opération qui le propulse chef d’état-major dans ce pays où les militaires détiennent un véritable pouvoir parallèle. Deux ans plus tard, Indjai interrompt l’élection présidentielle, craignant de voir Kadogo – à qui la victoire semble promise – réduire l’influence...
(AFP 14/05/16)
Le président bissau-guinéen José Mario Vaz a consulté vendredi plusieurs partis pour trouver son nouveau Premier ministre au lendemain de la dissolution du gouvernement pour tenter de sortir son pays de la crise politique qui y perdure depuis août 2015, a appris l'AFP de source officielle. Selon cette source jointe à la présidence, M. Vaz a reçu des représentants des cinq formations siégeant à l'Assemblée nationale, dont le Parti africain pour l'indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert (PAIGC, au...
(Xinhua 14/05/16)
BISSAU, (Xinhua) -- Le président de la République de Guinée-Bissau, José Mario Vaz, a démis de ses fonctions jeudi le gouvernement du Premier ministre Carlos Correia pour tenter à nouveau de sortir le pays de la crise qui le plombe depuis plusieurs mois. La crise a été déclenchée par le limogeage le 12 août 2015 du premier gouvernement de la neuvième législature dirigé par Domingos Simoes Pereira pour "corruption et népotisme". En tant que leader du PAIGC, parti majoritaire à...
(RFI 13/05/16)
Le président bissau-guinéen José Mario Vaz, dont le pays traverse une crise politique depuis août 2015, a dissout ce mercredi le gouvernement de Carlos Correia mis en place en septembre dernier. Le chef de l’Etat a prononcé dans la matinée un discours dans lequel il a évoqué les raisons qui l'ont obligé à dissoudre ce gouvernement. En limogeant son deuxième Premier ministre en l’espace de deux ans, José Mario Vaz a indiqué que les efforts consentis par la communauté internationale, la société civile et son engagement personnel n’ont pas permis de trouver une solution à la crise politique que traverse son pays...
(Dw-World 13/05/16)
C'est la deuxième fois que le président élu en 2014 se sépare de son Premier Ministre. Pour les observateurs, le président est en quête d'un gouvernement qu'il peut dominer. Or le pays a un régime semi-présidentiel. La Guinée-Bissau est toujours sans gouvernement depuis jeudi et cela pourrait replonger le pays dans la crise. Le président José Mario Vaz a dissout l'équipe du Premier Ministre nommé il y a environ un an et presque dans les mêmes conditions. La crise actuelle...

Pages