Lundi 22 Mai 2017

Quelles pourraient être les priorités du nouveau président José Mario Vaz ?

José Mario Vaz, ancien ministre des Finances et candidat du principal parti politique de Guinée-Bissau, a remporté haut la main le second tour de l'élection présidentielle, destinée à tirer un trait sur le coup d'Etat de 2012.

Ce résultat a été rejeté par son rival.

José Mario Vaz, candidat du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC), a remporté 61,9% des suffrages, selon les résultats publiés mardi par la commission électorale.
Son adversaire, le candidat indépendant Nuno Gomes Nabiam a obtenu 38,1% des suffrages. Ce membre des Balanta, l'ethnie majoritaire du pays, est considéré comme un proche de l'armée.
"Je n'accepterai pas le résultat, parce que les chiffres rassemblés par mon équipe de campagne dans quatre régions sur huit sont différents de ceux annoncés par la Commission électorale nationale", a déclaré le candidat vaincu.

Il s'exprimait devant la presse à l'issue d'une rencontre avec José Mario Vaz, qui assure actuellement l'intérim de la présidence, et Antonio Injai, le puissant chef de l'armée.

La précédente élection, en 2012, avait été interrompue dans l'entre-deux-tours par un putsch conduit par le chef d'état-major des forces armées.

Un observateur de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) a indiqué lundi que le scrutin avait été organisé de manière transparente.

Le taux de participation s'est établi à 78,1% contre 90% au premier tour. Pour être déclarés officiels, les résultats doivent maintenant être validés par la Cour suprême, ce qui devrait être fait dans les prochains jours.

Depuis l'indépendance, en 1974, aucun président élu n'est allé au terme de son mandat. La faiblesse des institutions étatiques de même que la topographie particulière du pays, avec un chapelet d'îles et de plages difficiles d'accès, ont fait de la Guinée-Bissau une plaque tournante des réseaux de trafics de cocaïne entre l'Amérique latine et l'Europe.

Commentaires facebook