Dimanche 24 Septembre 2017

Monnaie unique / CEDEAO : un nouveau report décrédibilisera-t-il le projet ?

Monnaie unique / CEDEAO : un nouveau report décrédibilisera-t-il le projet ?
(La Tribune 16/08/17)

En visite chez le président nigérien Mahmadou Issoufou également coordonnateur de la coopération monétaire au sein de la CEDEAO, le président de la commission de la CEDEAO, Marcel de Souza, est revenu sur le projet de création d’une monnaie unique, assurant que celui-ci n’est pas réalisable à l’horizon 2020, comme initialement planifié. En cause, la situation économique de certains pays de la sous-région. Un énième report potentiellement préjudiciable pour la crédibilité du projet ?
« On ne peut plus aller à la monnaie unique en 2020 », a martelé Marcel de Souza, président de la commission de la Communauté économique Des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) au sortir de sa rencontre ce lundi 14 août à Niamey (Niger) avec le président Mahmadou Issoufou également coordonnateur de la coopération monétaire au sein de la CEDEAO. Ayant cette charge depuis 2013, le locataire du Palais présidentiel de Niamey a également pour responsabilité d'accompagner la création d'une monnaie unique propre à tout l'espace communautaire en 2020, conformément à la feuille de route adoptée par l'organisation communautaire.

Cependant, estime, Marcel de Souza :

« L'analyse des critères de convergence et de stabilité montre que c'est un pari qui ne pourra pas être tenu, surtout dans la précipitation ».
Pour soutenir sa thèse, le patron de la commission de la CEDEAO évoque plusieurs contraintes dont les plus importantes concernent la situation économique de deux pays à l'impact majeur sur toute la sous-région. D'abord le Nigéria qui est entré dans une récession sans précédent en 2016 avec un taux d'inflation de 18% à fin décembre, ainsi que le Ghana qui présente, à son tour, un taux d'inflation moindre mais tout aussi grave de 15%. Or, face à ces deux économies, appuie cet expert des questions monétaires dans la sous-région, « les 8 pays de l'UEMOA réunis et même en bonne santé économique, ne représentent, en termes de PIB, qu'un peu au-dessus de 10% ».

Lire la suite sur: http://afrique.latribune.fr/economie/strategies/2017-08-16/monnaie-uniqu...

Commentaires facebook