Lundi 19 Février 2018

L’UA et l’ONU s’inquiètent de la crise politique prolongée en Guinée Bissau

L’UA et l’ONU s’inquiètent de la crise politique prolongée en Guinée Bissau
(APA 05/02/18)
Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres (G) et le Président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat (D)

APA - Dakar (Sénégal) - Le Président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat et le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres ont exprimé leur préoccupation face à la crise politique prolongée en Guinée-Bissau, malgré les multiples opportunités offertes aux principaux acteurs politiques de trouver une solution consensuelle.

Dans une déclaration commune sur la Guinée-Bissau reçue dimanche à APA, les deux responsables ont dénoncé ‘’les mesures prises par ceux qui cherchent à entraver et à empêcher une résolution de la crise’’.

Ils ont également condamné les mesures prises récemment par les autorités nationales pour empêcher le Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap Vert (PAIGC) de convoquer et de tenir son congrès, notamment la directive donnée aux services de sécurité nationale d’évacuer et de fermer le siège de ce parti.

Mahamat et Guterres ont appelé toutes les autorités concernées "à adhérer strictement au droit international des droits de l’homme et du droit humanitaire, et à lever immédiatement toutes les restrictions au droit de réunion pacifique, à la participation politique et à la liberté d’expression".

Le Président de l’UA et le Secrétaire général de l’ONU "approuvent pleinement les récentes décisions prises par l’Autorité des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) sur la Guinée-Bissau en marge du Sommet de l’Union africaine à Addis Abeba en Ethiopie, le 27 janvier".

Ils approuvent également la décision de la 30ème Session ordinaire des dirigeants de l’UA prise le 29 janvier 2018, et se félicitent du communiqué publié par la mission ministérielle de la CEDEAO qui s’est rendue en Guinée-Bissau les 31 janvier et 1er février.

La déclaration conjointe a ajouté que les deux dirigeants soutiennent les mesures prises par la CEDEAO contre les "obstructionnistes politiques" dans le pays.

"Ils réitèrent leur soutien à la centralité de l’Accord de Conakry qui, entre autres, prévoit la nomination d’un Premier ministre consensuel, et appellent les principaux acteurs politiques à appliquer fidèlement et de toute urgence cet accord, ainsi que la feuille de route de la CEDEAO qu’ils ont tous signés".

"Le Président de la Commission de l’Union africaine et le Secrétaire général des Nations Unies réaffirment leur engagement à continuer à suivre de près tous les développements politiques dans le pays et à soutenir les efforts de la CEDEAO pour résoudre rapidement la crise qui persiste en Guinée-Bissau, et à se tenir prêts à prendre des mesures supplémentaires si la situation l’exige", a conclu la déclaration conjointe UA-ONU sur la Guinée Bissau.

Commentaires facebook