Guinée-Bissau : le comité permanent de l'Assemblée nationale refuse de discuter du programme gouvernemental | Africatime
Mercredi 29 Mars 2017

Guinée-Bissau : le comité permanent de l'Assemblée nationale refuse de discuter du programme gouvernemental

Guinée-Bissau : le comité permanent de l'Assemblée nationale refuse de discuter du programme gouvernemental
(Xinhua 23/02/17)
L'Assemblée nationale de Guinée-Bissau

BISSAU, (Xinhua) -- Le Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale (ANP) de Guinée-Bissau, a rejeté le calendrier de discussion du programme du gouvernement, a révélé ce mercredi à la presse le conseiller du président de l'ANP.

Le Comité permanent, organe consultatif, a-t-il déclaré, considère comme illégal le gouvernement dirigé par le général Umaro Sissoco Embalo et refuse d'inscrire à l'ordre du jour le calendrier de discussion du programme.

Le calendrier proposé par le gouvernement a été rejeté par neuf voix du Parti africain de l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC) contre six voix du Parti de rénovation sociale (PRS).

Selon une résolution adoptée à l'issue de la réunion du Comité permanent, le programme que le gouvernement a déposé au Parlement, a été considèré comme illégitime parce que ce gouvernement "n'a pas été nommé conformément à l'Accord de Conakry, encore moins à la constitution de la Guinée-Bissau".

"Même si la nomination du gouvernement avait obéi à l'Accord de Conakry, la date limite pour la présentation du programme du gouvernement au Parlement a été largement dépassée", a expliqué le comité.

Le comité, ajoute le texte, encourage les acteurs politiques nationaux impliqués dans la crise à respecter les "accords politiques" adoptés à Conakry, parce qu'ils constituent un instrument équilibré et capable de conduire le pays à la normalité institutionnelle et la stabilité sociale.

Le PAIGC, majoritaire à l'Assemblée nationale, reproche au président José Mario Vaz d'avoir nommé M. Embalo, sans son aval et de n'avoir pas respecté les accords signés en octobre dernier à Conakry, sous médiation de la CEDEAO et du président guinéen Alpha Condé, pour sortir le pays de 18 mois d'impasse politique.

Commentaires facebook