Vendredi 20 Octobre 2017

Guinée-Bissau: le cajou, cette noix oléagineuse qui sauve l’agriculture

Guinée-Bissau: le cajou, cette noix oléagineuse qui sauve l’agriculture
(France TV Info 28/09/17)

Cultivée sur 12% du territoire national, la noix de cajou est le principal poste d’exportation de la Guinée-Bissau. Les autorités s’efforcent de développer la production, très lucrative. Beaucoup plus lucrative, actuellement, que la bauxite, même si le pays possède entre un tiers et la moitié des réserves mondiales de ce minerai…

En janvier 2017, une tonne de bauxite était vendue 39 dollars. Contre 1500 dollars la tonne de noix de cajou, qu’on appelle aussi parfois noix d’anarcade, très appréciée… à l’apéritif, mais aussi en cuisine (elle est décrite comme la «nouvelle amande») et dans l’industrie du cosmétique. Dans ce contexte, la demande mondiale est en constante augmentation. Et les prix grimpent en flèche.

Rien d’étonnant, dans ce contexte, que les autorités guinéennes cherchent à promouvoir une culture introduite dans le pays au cours des années 40. Une culture rémunératrice à la fois pour les paysans locaux et les recettes fiscales de l’Etat: en 2017, celui-ci espère en tirer près de 130 millions d’euros, la moitié du budget public d’un pays classé parmi les derniers à l’Indice de développement humain (IDH) de l’ONU.

Production en hausse
La culture de la noix de cajou à des fins commerciales n’a débuté que dans les années 90. Depuis, les pouvoirs publics ont multiplié les actions pour la stimuler, rapporte La Tribune. Ils ont ainsi créé une Agence nationale de la promotion rurale et du conseil agricole (Anproca) pour améliorer la productivité des paysans. Et en 2016, ils ont décidé «de réhabiliter (en plantations) 400.000 hectares d’anciennes carrières» de bauxite, signale le journal économique français.

Une politique qui semble payer: en 2017, la production à exporter devrait atteindre 200.000 tonnes, en hausse de plus de 6%, selon l’Agence nationale du cajou. Dans ce contexte, la Guinée-Bissau est devenue le troisième producteur africain, derrière la Côte-d’Ivoire et la Tanzanie. A elle seule, l’Afrique fournit la moitié des noix mondiales.

Lire la suite sur: http://geopolis.francetvinfo.fr/guinee-bissau-le-cajou-cette-noix-oleagi...

Commentaires facebook