Lundi 19 Février 2018

Guinée-Bissau : La Cédéao sanctionne 19 personnes pour non-respect de l'accord politique

Guinée-Bissau : La Cédéao sanctionne 19 personnes pour non-respect de l'accord politique
(APA 08/02/18)
Sommet de la CEDEAO en marge du sommet de l`UA Addis-Abeba, le 28 janvier 2018

APA - Bissau (Guinée Bissau) - La Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), a publié une liste de 19 personnalités bissau-guinéennes sanctionnées pour ''violation de l'accord de Conakry'', y compris l’actuel procureur général, Bacari Biai et Herson Gudjabi Vaz le fils du président de la République.

Selon un communiqué de presse de l'organisation sous régionale parvenu ce mercredi à APA, des personnalités sanctionnées et les membres de leur famille sont empêchés de participer aux activités de l'organisation, de voyager et se verront aussi refuser un visa d'entrée dans les pays membres

Les sanctions de la CEDEAO incluent également le gel des avoirs financiers dans le monde des personnes impliquées.

Les personnalités sanctionnés sont: le coordinateur du groupe des 15 députés expulsés du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC,au pouvoir) Braima Camara, Rui de Sousa Soares Día Sambu, Abel da Silva Gomes, Manuel Irênio Nascimento Lopes, Eduardo Mamadou Baldé, Maria Aurora Abissa Sano, le secretaire national du Parti de la rénovation sociale (PRS, deuxième force politique), Florentino Mendes Pereira, le vice-président de ce parti, Orlando Mendes Viegas, son leader parlementaire, Certório Biote, Domingos Quade, Carlitos Barai, Domingos Malú, António Sedja Man, Botche Candé, Victor Mandinga et Fernando Vaz.

Selon le communiqué, il est demandé au comité de suivi de ces sanctions, composé du Togo, la Guinée Conakry et la Commission de la CEDEAO, le droit de réviser la liste des sanctionnés en fonction de l'évolution.

En vertu de cette décision, la CEDEAO appelle la Commission, ainsi que le Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine, l'Organisation internationale de la Francophonie, la CPLP, l'Union européenne et les Nations Unies de soutenir la mise en œuvre de ces sanctions.

NM/of/APA

Commentaires facebook