Mardi 24 Avril 2018

Guinée-Bissau: initiative du président Vaz pour une sortie de crise

Guinée-Bissau: initiative du président Vaz pour une sortie de crise
(AFP 14/12/17)
Le président bissau-guinéen José Mario Vaz

Le président bissau-guinéen José Mario Vaz a proposé l'ouverture d'un dialogue sur la crise qui secoue son pays à quelques jours d'un sommet régional qui évoquera la question, mais il s'est heurté à un rejet de ses opposants, a-t-on appris mercredi auprès des deux parties.

M. Vaz a invité les signataires de l’accord de Conakry signé l'an dernier afin de tenter de trouver une solution à une rencontre "pour analyser ensemble" son application, selon une note de la présidence datée du 11 décembre 2017.

L'accord visait à sortir la Guinée Bissau des turbulences créées par la destitution en août 2015 par le président Vaz de son Premier ministre, Domingos Simoes Pereira, leader du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC).

Les pourparlers, menés par le président guinéen Alpha Condé, avaient demandé de nommer un nouveau Premier ministre et de mettre en place un gouvernement comprenant des membres du PAIGC. Un nouveau chef du gouvernement, Umaro Sissoco Embalo, a prêté serment en décembre, mais le PAIGC l'a rejeté, accusant le président Vaz de violer l'accord demandant un choix consensuel.

"Dans le processus de l’application de l’accord de Conakry, il me revient en ma qualité de chef d'Etat d’inviter deux membres de chaque parti signataire à une analyse à propos de l’application de l’accord", a dit le président Vaz dans la note.

Sont notamment concernés le PAIGC, d'autres partis politiques, les représentants de la société civile et de la communauté internationale.

Le PAIGC et ses alliés, dont l’Union pour le changement (UM), le Parti de la convergence démocratique (PCD) et le Parti de la nouvelle démocratie (PND) ont toutefois décliné l’invitation, demandant à la présidence de "fournir tous les détails concernant les points inscrits à l’ordre du jour de la rencontre", selon un communiqué du PAIGC .

Selon plusieurs observateurs, trois points entravent l’application de l'accord de Conakry: le choix d’un Premier ministre de consensus, la formation d’un gouvernement d’union et le retour sans conditions de 15 dissidents du PAIGC dans leur parti d’origine.

La crise en Guinée Bissau sera étudié au sommet des dirigeants de la région dans le cadre de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) prévu pour le 16 décembre à Abuja.

Par ailleurs, une réunion entre les signataires de l’accord de Conakry, sous l’égide des présidents guinéen Condé et togolais Faure Gnassingbé se tiendra en marge du sommet d'Abuja, a-t-on appris de source proche de la Cédéao.

Commentaires facebook