Dimanche 22 Octobre 2017

Guinée-Bissau: grève des fonctionnaires pour une hausse du salaire minimum

Guinée-Bissau: grève des fonctionnaires pour une hausse du salaire minimum
(AFP 09/08/17)
Le ministre bissau guinéen des Finances, Alhaji Joao Amadu Fadia.

Les fonctionnaires de Guinée-Bissau ont entamé mardi une grève de trois jours pour réclamer une augmentation du salaire minimum et le paiement d’arriérés de salaires, selon leurs syndicats et le gouvernement.

La grève a été lancée à l'appel de l'Union nationale des travailleurs de Guinée-Bissau (UNTG), la principale centrale syndicale du pays.

L'UNTG réclame une hausse de 19.200 FCFA (plus de 29 euros) à 59.000 FCFA (près de 90 euros) du salaire minimum et le paiement d’arriérés de salaires dus au titre de l'année 2003, a affirmé à l'AFP un de ses responsables, Julio Mendonça.

Dans la capitale Bissau, les ministères et autres services publics étaient fermés mardi sauf dans le principal hôpital où un service minimum était observé, a constaté un journaliste de l'AFP.

"Le mouvement a été largement suivi, à 90% sur l'ensemble du pays. Nous restons ouverts au dialogue en vue de trouver une solution si la volonté existe du côté des autorités", a indiqué à l'AFP M. Mendonça.

"Cette grève n'a pas sa raison d'être d'autant plus que les responsables syndicaux sont au courant des efforts du gouvernement pour résoudre" les revendications posées par les syndicats, a affirmé à l'AFP le ministre des Finances, Alhaji Joao Amadu Fadia.

"Le gouvernement avait promis lors de nos négociations précédentes en janvier de procéder" à une augmentation du salaire à 59.000 FCFA "dès juillet", a expliqué M. Mendoça.

"Aujourd’hui il a changé de langage prétextant que le budget de l’Etat n’a pas encore été voté" par l'Assemblée nationale, a-t-il ajouté.

Les travaux à l'Assemblée nationale sont bloqués depuis plus d'an en raison des divergences entre le président José Mario Vaz et le Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC, au pouvoir).

La Guinée-Bissau traverse des turbulences politiques depuis la destitution en août 2015 par le président Vaz de son Premier ministre Domingos Simoes Pereira, chef du PAIGC, auquel tous deux appartiennent.

Depuis lors, M. Vaz, membre du PAIGC, ne parvient pas à s'entendre avec cette formation sur la désignation d'un Premier ministre.

La Guinée-Bissau a connu pendant plusieurs années des périodes d'instabilité politique et militaire marquées par des coups d'Etat et des mutineries de soldats.

Commentaires facebook