Lundi 19 Février 2018
(22 Septembre 28/02/13)
La Guinée investit dans la micro financeLe ministre de l’économie et des finances ainsi que la présidente du conseil d’administration de l’Agence nationale de la micro finance guinéens ont signé, jeudi dernier, un protocole d’accord sur la mise à disposition d’un fonds de crédit destiné aux jeunes et femmes, a informé une source officielle. Promis par le gouvernement dans le cadre de l’appui aux activités au micro crédit, les fonds, d’une valeur de plus de 3 millions de dollars, serviront à faire de la micro finance un véritable instrument de développement, a certifié la présidente du conseil. Aux dires de celle-ci, ce financement favorisera la bancarisation des populations pauvres, l’auto-emploi des couches sociales les plus démunies, notamment les jeunes et...
(22 Septembre 22/02/13)
Que diriez-vous si l’on vous disait que des terroristes Nigérians ou Vietnamiens s’étaient réfugiés quelque part dans le Cantal ou en Dordogne ? Qu’ils comptent s’y planquer pour se faire oublier et se refaire une santé ? Vous ne le croiriez certainement pas. D’abord parce que, à moins d’avoir emmené leur bouffe avec eux, il faudra bien que ces messieurs se ravitaillent dans les patelins du coin. Ensuite, ne serait-ce que pour demander un paquet de nouilles à l’épicier, ils seront bien obligés de s’exprimer dans la langue du pays, et sans accent, sinon il est fort probable que ledit épicier, déjà alerté par la rumeur, émette quelques doutes sur l’origine de ses clients. Vous vous direz certainement que c’est...
(22 Septembre 21/02/13)
Pour le Cinéma Numérique Ambulant (CNA), le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou est désormais un rendez-vous incontournable. Pour sa cinquième participation consécutive au Fespaco, le CNA a choisit de prendre ses quartiers au «Maquis du Festival» à la Cité An III en plein cœur de Ouagadougou, où il a installé un Village CNA. C’est sur ce site que se tiendront les activités du CNA. Pour ce 23ème Fespaco, le CNA initie le projet «Fespaco classique » et revisite, en cinq soirées thématiques, les classiques du cinéma africain plébiscités par les publics des villages d’Afrique. Ainsi, du dimanche 25 février au vendredi 1er mars, six films seront projetés. Il s’agit de Yaaba d’Idrissa Ouédraogo (Burkina Faso)...
(22 Septembre 20/02/13)
Dernièrement, des rumeurs avaient fait état d'une possible réconciliation entre le président Alpha Condé et Lansana Kouyaté, son allié du second tour lors des élections présidentielles 2010. Les auteurs de ces rumeurs avaient bâti leurs hypothèses autour d'une rencontre discrète entre le chef de l'Etat et l'ancien Premier ministre du gouvernement de consensus. Sans nécessairement convaincre, Lansana Kouyaté avait vigoureusement démenti ces allégations. Paradoxalement, la marche pacifique de l'opposition d'hier aura, avec en particulier les affrontements entre militants du RPG et du PEDN à Kankan, démontré que la réconciliation n'est pas encore effective entre les deux hommes. Même si certaines sources du côté du RPG-Arc-en-ciel essaient de relativiser les incidents, il n'en demeure pas moins que le siège du Parti...
(22 Septembre 20/02/13)
L’opposition réclame à travers ce mot d’ordre la transparence dans le processus électoral qui doit aboutir à l’organisation d’élections législatives. A Conakry, la journée a été partiellement suivie. Des fonctionnaires sont allés travailler, quelques taxis ont circulé et des magasins ont également ouverts. Par contre dans la banlieue, notamment à Bambeto, les boutiques sont fermées. Il n’y avait pas d’embouteillage en ville. Dans la banlieue, notamment dans les quartiers favorables à l’opposition, la plupart des commerces sont restés fermés. Des commerçants rencontrés devant leur boutique déclarent qu’ils suivent le mot d’ordre de l’opposition. A Kaloum, le centre administratif et des affaires, quelques rares boutiques sont fermées. Certes des absences ont été notées, mais l’administration fonctionne normalement. L’opposition qui a appelé...
(22 Septembre 20/02/13)
Le 18 février, pendant que l’opposition guinéenne battait le pavé pour exiger du président Alpha Condé et de la CENI des élections transparentes, le ministre des Droits de l’homme et des libertés publiques, M. Kalifa Gassama Diaby s’activait aux côtés des forces de l’ordre, pour prévenir les affrontements, habituellement enregistrés en pareille circonstance, entre manifestants de l’opposition et contre-manifestants de la mouvance. Dès 10h, le ministre des Droits de l’homme et des libertés publiques, a débarqué à la Casse de Dixinn-gare. Une zone sensible, où sont établis des vendeurs de pièces détachées, fieffés du pouvoir. Le choix de l’endroit n’est pas anodin. Même s’il n’était encore pas ministre à l’époque, M. Kalifa Gassama Diaby a certes en mémoire, les deniers...
(22 Septembre 20/02/13)
Des militaires guinéens occupent depuis plusieurs jours un village ivoirien à la frontière entre les deux pays, à la suite d'un litige territorial remontant à leur indépendance il y a plus de 50 ans, a-t-on appris de sources sécuritaires ivoiriennes. Le village de Kpéaba, proche de la ville ivoirienne de Sipilou (à une quinzaine de km de la frontière) est occupé par « une cinquantaine de soldats guinéens armés de kalachnikov », a déclaré à l'Afp un militaire des Forces républicaines (Frci, armée ivoirienne) affecté dans la zone et joint par téléphone depuis Abidjan. « Ils ont retiré le drapeau ivoirien pour hisser celui de la Guinée », a-t-il raconté. « La situation est tendue, un contingent des Frci est...
(22 Septembre 20/02/13)
De violents affrontements entre forces de maintien de l'ordre et des manifestants ont eu lieu mardi à Bambeto et Cosa, quartiers périphériques de Conakry, qui constituent le fief de l'opposition guinéenne, a-t-on constaté sur place. Suite au mot d'ordre d'une journée "ville morte" ce mardi, lancé par l'opposition, les jeunes de ces quartiers se sont fortement mobiliser dans la matinée pour empêcher le passage des véhicules en direction du centre-ville de capitale. Les manifestants ont barricadé des routes et brûlé des pneus dans certains endroits pour bloquer tout passage sur les voies routières de ces localités. Informés, les services de sécurité composés de policiers et de gendarmes ont été dépêchés sur les lieux et ont fait usage de gaz lacrymogène...

Pages