Vendredi 15 Décembre 2017
(Kaba Bachir 06/03/13)
Sept jours après les violences qui avaient suivies la marche autorisée de l'opposition guinéenne et qui ont fait au moins 9 morts, des centaines de blessés et de destructions des biens publics et privés, un retour de l'accalmie semble régner depuis quelques heures dans la banlieue de Conakry. Selon plusieurs témoignages des habitants des quartiers chauds de la banlieue de Conakry joints au téléphone par kabanews, les tirs ont cessé depuis la mi-journée. Sur l'axe Hamdallaye - Bambéto -Cosa, un calme précaire règne, mais les rues restent désertes, même si quelques voitures s'aventurent dans la circulation, avec la peur qu'on ne tombe dans des embuscades des groupes des jeunes manifestants postés dans divers endroits et qui ont échangé des jets...
(Guineeconakry.info 06/03/13)
Alors que la République de Guinée donnait, ces derniers temps, quelques signes de stabilité d’un pays « soft», les images de chaos d’un pays à l’instabilité chronique malgré ses énormes potentialités reviennent drues, sous les feux de rampe d’une presse nationale et internationale avide de scoop. Certes, Conakry ne s’est pas embrasé, et les jeunes qui se sont lancés à l’assaut des forces de l’ordre n’ont pas pu imposer leur loi, mais jamais le fossé d’incompréhension n’aura été aussi grand entre une opposition et un pouvoir figés dans leur position. Quelle lecture faut-il faire de ces derniers évènements qui ont secoué, cette semaine, Conakry et sa banlieue, marqués par une suite de « journées ville morte » et de marches...
(Kaba Bachir 06/03/13)
Devant la crise politique que traverse la Guinée depuis près d'une semaine et qui est émaillée des violences dans la Banlieue de Conakry, l'Union Européenne, a exprimé sa vive préoccupation face à la situation politique actuelle dans notre pays et demande l'arrêt des violences. A ce propos, le porte-parole de Catherine Ashton, Haute Représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et vice-présidente de la Commission, a fait ce jour une déclaration dont nous vous livrons: "La Haute Représentante suit avec préoccupation les événements violents qui ont lieu en Guinée à la suite d'une manifestation autorisée de l'opposition. Elle appelle toutes les parties à la retenue et les appelle à poursuivre le dialogue démarré le 4...
(Afrik.com 06/03/13)
Le Tribunal arbitral du sport a rejeté ce mardi le second recours déposé par Jacques Anouma contre la réforme des statuts de la Confédération africaine de football, visant à modifier les conditions pour être éligible à la présidence de l’instance. Ainsi, le Camerounais Issa Hayatou sera le seul candidat à sa propre succession, ceci sans que personne ne trouve rien à redire. La CAF n’a donc pas peur de se couvrir de ridicule. Une fois de plus serait-on tenté de dire. Au moment où le Tribunal arbitral du sport a rejeté le second recours de Jacques Anouma contre la réforme des statuts de la CAF qui le prive de pouvoir se présenter lors des élections présidentielles de l’instance prévues pour...
(Africatime 05/03/13)
Le coordinateur du Front d’union pour la démocratie et le progrès (FDP) et président de l’Union des Forces démocratiques (UFD) a estimé dans une déclaration publiée lundi qu’en Guinée « se développent dans une situation d’une extrême gravité qui ne peut laisser indifférent aucune Guinéenne ni aucun Guinéen conscient des enjeux énormes du moment ». « Le blocage politique », une résultante « de la volonté du pouvoir d’organiser des élections législatives à ses conditions exclusives » et le « refus de dialogue sincère entre toutes les composantes de la scène politique, a atteint un point critique » a constaté Mamadou Ba Baadiko. Pour lui, « la politique de discrimination et d’exclusion ne pouvait conduire qu’à cette catastrophe ». «...
(Afrik.com 05/03/13)
Le rencontre entre le président Alpha Condé et la classe politique le lundi 4 mars au Palais Sékoutouréyah semble accoucher d’une souris. Malgré cet entretien, les violences continuent dans la banlieue de Conakry notamment sur l’autoroute Le Prince où forces de l’ordre et jeunes manifestants se livrent depuis quatre jours à un affrontement sans précédent. Des affrontements inter-communautaires opposent les jeunes malinkés (ethnie du président Condé) et les jeunes peulhs (ethnie de son principal rival, Cellou Dalein Diallo) depuis mercredi 27 février, au lendemain de la marche de l’opposition réclamant l’organisation des élections législatives libres et transparentes. Selon un bilan provisoire, ces violences ont fait six morts et ont causé plusieurs dégâts matériels. Une médiation internationale Les opposants réunis au...
( 05/03/13)
Depuis une semaine, des heurts ont lieu à Conakry entre forces de l'ordre, pillards, opposants, et membres de différentes ethnies. Deux personnes ont été tuées et sept blessées par balles dans la nuit de lundi à mardi 5 mars à Conakry, en Guinée, où des tirs ont été entendus dans plusieurs quartiers pendant plusieurs heures, a appris l'AFP de source hospitalière et auprès de proches des victimes. Ces violences sont intervenues pendant que des "hommes en uniforme accompagnés de civils" pillaient des quartiers de la capitale guinéenne en majorité habités par des Peuls, dont celui de Cosa où les morts et les blessés ont été recensés, selon ces sources. HUIT MORTS ET 200 BLESSÉS EN UNE SEMAINE On compte désormais...
(Xinhua 05/03/13)
De nouveaux affrontements ont opposé des partisans de l'opposition aux forces de l'ordre lundi à Conakry, au moment où le président guinéen Alpha Condé et la classe politique tiennent un conclave au Palais Sékoutouréyah. Les affrontements ont eu lieu le long de l'axe Hamdallaye-Cosa, considéré comme un fief de l'opposition, entraînant des perturbations dans la circulation, a constaté un correspondant de Xinhua sur place. D'autres incidents sont enregistrés dans des zones périphériques comme dans les quartiers riverains du grand marché de Conakry, avec des barricades érigées le long des voies par des jeunes manifestants. De nombreuses écoles sont restées fermées à Conakry. Les chefs de ces établissements scolaires ont pris cette décision pour préserver les élèves d'éventuelles violences. Selon des...
(22 Septembre 01/03/13)
Alors que plus de 2 milliards de personnes bénéficient d'un accès Internet dans le monde, un internaute sur trois n’a pas accès à un Internet libre et ouvert à tous en raison de la censure des gouvernements, de filtrage et de la surveillance en ligne. Près de 180 citoyens-journalistes, blogueurs et net-citoyens à travers le monde sont actuellement en prison, pour leurs activités d’information en ligne. Pour soutenir leurs efforts, et à l’occasion de la Journée mondiale contre la cyber-censure, Reporters sans frontières et Google remettent chaque 12 mars le prix du Net-citoyen afin de sensibiliser le grand public à la nécessité de défendre la liberté d'expression en ligne. Depuis 2008, le Prix a rendu hommage à des journalistes, blogueurs...
(22 Septembre 01/03/13)
(Agence Ecofin) - Premier pays exportateur de textile de la planète, la Chine investit de plus en plus directement sur le sol africain et tend à y maîtriser l'ensemble de la filière, rapporte Le Monde citant une étude menée par la Fédération française de la maille et de la lingerie et rendue publique hier au Salon Zoom by Fatex à Paris. Les Chinois interviennent à travers l'achat de champs de coton pour sécuriser les approvisionnements ou la création de filatures et d'usines de confection. « Les ventes des entreprises chinoises fléchissant aux Etats-Unis et en Europe, l'Afrique offre de nouvelles opportunités », selon Anne-Laure Linget, Ulyana Sukach et Louis-François Bacou, auteurs de cette étude. Entre janvier et août 2012, les...
(22 Septembre 01/03/13)
Le gouvernement guinéen constate avec regret que, suite aux incidents enregistrés lors des manifestations autorisées qui se sont déroulées dans la banlieue de Conakry, le mercredi 27 février 2013, de nouveaux incidents sont signalés aujourd’hui dans certains quartiers de la capitale. Le gouvernement invite l’ensemble de la population à garder le calme et la sérénité, afin que les forces de sécurité continuent leur mission de maintien de l’ordre. Le gouvernement demande également à tous nos compatriotes, de faire confiance à la justice qui prend toutes les dispositions, afin que dans le cadre de la loi, tous les auteurs de délits de trouble à l’ordre public puissent répondre de leurs actes. A un moment où le Président de la République reçoit...
(22 Septembre 28/02/13)
Une manifestation d'opposants guinéens exigeant l'organisation d'élections législatives libres et transparentes en mai, a dégénéré mercredi 27 février à Conakry en violents affrontements qui ont fait quelque 130 blessés dont 68 membres des forces de l'ordre. Ces affrontements ont fait ressurgir la crainte d'une campagne électorale agitée dans un pays à l'histoire marquée par les violences politiques et militaires, où les manifestations de l'opposition sont le plus souvent durement réprimées. Le dernier bilan de 130 blessés donné à la télévision nationale par le ministre de la Sécurité, Maramany Cissé, a été établi selon lui en collaboration avec les divers établissements hospitaliers de Conakry où ont été admis les victimes. Des blessés "à coups de pierres" Un précédent bilan officiel faisait...
(22 Septembre 28/02/13)
La Guinée investit dans la micro financeLe ministre de l’économie et des finances ainsi que la présidente du conseil d’administration de l’Agence nationale de la micro finance guinéens ont signé, jeudi dernier, un protocole d’accord sur la mise à disposition d’un fonds de crédit destiné aux jeunes et femmes, a informé une source officielle. Promis par le gouvernement dans le cadre de l’appui aux activités au micro crédit, les fonds, d’une valeur de plus de 3 millions de dollars, serviront à faire de la micro finance un véritable instrument de développement, a certifié la présidente du conseil. Aux dires de celle-ci, ce financement favorisera la bancarisation des populations pauvres, l’auto-emploi des couches sociales les plus démunies, notamment les jeunes et...
(22 Septembre 22/02/13)
Que diriez-vous si l’on vous disait que des terroristes Nigérians ou Vietnamiens s’étaient réfugiés quelque part dans le Cantal ou en Dordogne ? Qu’ils comptent s’y planquer pour se faire oublier et se refaire une santé ? Vous ne le croiriez certainement pas. D’abord parce que, à moins d’avoir emmené leur bouffe avec eux, il faudra bien que ces messieurs se ravitaillent dans les patelins du coin. Ensuite, ne serait-ce que pour demander un paquet de nouilles à l’épicier, ils seront bien obligés de s’exprimer dans la langue du pays, et sans accent, sinon il est fort probable que ledit épicier, déjà alerté par la rumeur, émette quelques doutes sur l’origine de ses clients. Vous vous direz certainement que c’est...
(22 Septembre 21/02/13)
Pour le Cinéma Numérique Ambulant (CNA), le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou est désormais un rendez-vous incontournable. Pour sa cinquième participation consécutive au Fespaco, le CNA a choisit de prendre ses quartiers au «Maquis du Festival» à la Cité An III en plein cœur de Ouagadougou, où il a installé un Village CNA. C’est sur ce site que se tiendront les activités du CNA. Pour ce 23ème Fespaco, le CNA initie le projet «Fespaco classique » et revisite, en cinq soirées thématiques, les classiques du cinéma africain plébiscités par les publics des villages d’Afrique. Ainsi, du dimanche 25 février au vendredi 1er mars, six films seront projetés. Il s’agit de Yaaba d’Idrissa Ouédraogo (Burkina Faso)...
(22 Septembre 20/02/13)
Dernièrement, des rumeurs avaient fait état d'une possible réconciliation entre le président Alpha Condé et Lansana Kouyaté, son allié du second tour lors des élections présidentielles 2010. Les auteurs de ces rumeurs avaient bâti leurs hypothèses autour d'une rencontre discrète entre le chef de l'Etat et l'ancien Premier ministre du gouvernement de consensus. Sans nécessairement convaincre, Lansana Kouyaté avait vigoureusement démenti ces allégations. Paradoxalement, la marche pacifique de l'opposition d'hier aura, avec en particulier les affrontements entre militants du RPG et du PEDN à Kankan, démontré que la réconciliation n'est pas encore effective entre les deux hommes. Même si certaines sources du côté du RPG-Arc-en-ciel essaient de relativiser les incidents, il n'en demeure pas moins que le siège du Parti...
(22 Septembre 20/02/13)
L’opposition réclame à travers ce mot d’ordre la transparence dans le processus électoral qui doit aboutir à l’organisation d’élections législatives. A Conakry, la journée a été partiellement suivie. Des fonctionnaires sont allés travailler, quelques taxis ont circulé et des magasins ont également ouverts. Par contre dans la banlieue, notamment à Bambeto, les boutiques sont fermées. Il n’y avait pas d’embouteillage en ville. Dans la banlieue, notamment dans les quartiers favorables à l’opposition, la plupart des commerces sont restés fermés. Des commerçants rencontrés devant leur boutique déclarent qu’ils suivent le mot d’ordre de l’opposition. A Kaloum, le centre administratif et des affaires, quelques rares boutiques sont fermées. Certes des absences ont été notées, mais l’administration fonctionne normalement. L’opposition qui a appelé...
(22 Septembre 20/02/13)
Le 18 février, pendant que l’opposition guinéenne battait le pavé pour exiger du président Alpha Condé et de la CENI des élections transparentes, le ministre des Droits de l’homme et des libertés publiques, M. Kalifa Gassama Diaby s’activait aux côtés des forces de l’ordre, pour prévenir les affrontements, habituellement enregistrés en pareille circonstance, entre manifestants de l’opposition et contre-manifestants de la mouvance. Dès 10h, le ministre des Droits de l’homme et des libertés publiques, a débarqué à la Casse de Dixinn-gare. Une zone sensible, où sont établis des vendeurs de pièces détachées, fieffés du pouvoir. Le choix de l’endroit n’est pas anodin. Même s’il n’était encore pas ministre à l’époque, M. Kalifa Gassama Diaby a certes en mémoire, les deniers...
(22 Septembre 20/02/13)
Des militaires guinéens occupent depuis plusieurs jours un village ivoirien à la frontière entre les deux pays, à la suite d'un litige territorial remontant à leur indépendance il y a plus de 50 ans, a-t-on appris de sources sécuritaires ivoiriennes. Le village de Kpéaba, proche de la ville ivoirienne de Sipilou (à une quinzaine de km de la frontière) est occupé par « une cinquantaine de soldats guinéens armés de kalachnikov », a déclaré à l'Afp un militaire des Forces républicaines (Frci, armée ivoirienne) affecté dans la zone et joint par téléphone depuis Abidjan. « Ils ont retiré le drapeau ivoirien pour hisser celui de la Guinée », a-t-il raconté. « La situation est tendue, un contingent des Frci est...
(22 Septembre 20/02/13)
De violents affrontements entre forces de maintien de l'ordre et des manifestants ont eu lieu mardi à Bambeto et Cosa, quartiers périphériques de Conakry, qui constituent le fief de l'opposition guinéenne, a-t-on constaté sur place. Suite au mot d'ordre d'une journée "ville morte" ce mardi, lancé par l'opposition, les jeunes de ces quartiers se sont fortement mobiliser dans la matinée pour empêcher le passage des véhicules en direction du centre-ville de capitale. Les manifestants ont barricadé des routes et brûlé des pneus dans certains endroits pour bloquer tout passage sur les voies routières de ces localités. Informés, les services de sécurité composés de policiers et de gendarmes ont été dépêchés sur les lieux et ont fait usage de gaz lacrymogène...

Pages