Samedi 18 Novembre 2017
(Tam-tam Guinee 03/09/13)
Le budget de la FOSSEL aurait réduit, a-t-on appris de sources procheS de la gendarmerie. « Sur un budget prévu de 5 millions de dollars, la FOSSEL ne perçoit plus que 2.5 millions soit la moitié, a indiqué l’officier de communication de la gendarmerie nationale, justice militaire. « Le montant a été revu à la baisse parce qu’il y avait déjà un premier investissement lors des élections présidentielles en 2010. Et le matériel qui nous a été octroyé est là jusqu’à présent. Donc, nous allons utiliser ça un premier temps et les moyens complémentaires vont arriver après". S’est défendu commandant Barry. Selon le Commandant Mamadou Alpha Barry, cette diminution n’affectera en rien la mission de la FOSSEL qui est celle...
(Le Jour Guinée 03/09/13)
L’opposition guinéenne continue de dénoncer les manœuvres du pouvoir dans les localités réputées être ses fiefs. Après le président de l’Union des forces républicaines (UFR), Sidya Touré, c’est son ancien allié, Cellou Dalein Diallo de l’UFDG, qui menace de nouveau de descendre dans la rue. A la préfecture de Mali où il séjourne depuis lundi, dans les hauteurs du Foutah Djallon, le président de l’UFDG, constate avec amertume que l’administration publique est en train de violer systématiquement le processus électoral. Pour Cellou Dalein, les autorités veulent fabriquer « une victoire artificielle au RPG ». Dans un village de la sous-préfecture de Balaki, explique-t-il, les citoyens sont envoyés à plus de 50 km pour voter. Or, poursuit le chef de file...
(Guinee Live 03/09/13)
La CENI, commission électorale nationale indépendante coure toujours derrière la date du 24 septembre pour sortir enfin la Guinée de la léthargie en ce qui concerne la longue transition qui n'a que trop durée. Mais sur le plan financier, le bas blesse toujours, a confié à Guineelive un des commissaire de l'institution chargée d'organiser les élections législatives. Motif invoqué, c'est que l'argent promis par la communauté internationale a toujours du mal à tomber dans les comptes troués de la CENI. A titre d'exemple, le montant promis par l'union africaine tarde toujours à quitter l'union pour la Guinée. Et avec l'approche des législatives, les dépenses explosent au sein de l'institution qui n'arrive pas à satisfaire ses engagements auprès de ses fournisseurs...
(Aminata 03/09/13)
Le président de la Cour d’assises de Conakry, Fodé Bangoura, a prononcé récemment la libération de deux accusés dans l’affaire de la présumée tentative d’assassinat du Chef de l’Etat, survenue le 19 juillet 2011. Ayant purgé leur peine de deux ans de prison ferme ont été libérés ce lundi 2 septembre. A en croire à Me Amadou Oury Diallo, avocat des ex-accusés, ces derniers dont les peines sont déjà épuisées étaient condamnés pour “détention et vente illégale d’armes de guerre“. La dernière libération remonte à celle du commandant Aboubacar Sidiki Camara alias De Gaulle, ancien membre de la garde rapprochée du général Sékouba Konaté. Le 7 juillet, après plusieurs mois de procès, deux accusés, le commandant Alpha Oumar Boffa Diallo...
(Guinee Live 03/09/13)
Depuis le début de la semaine derrière, l’opposition radicale et le pouvoir rivalisent d’ardeur et de propos parfois désobligeant et déplacés pour rallier les citoyens à leur cause. Et bien, c’est dans cette atmosphère délétère que l’opposition radicale a repris avec ses menaces sur le processus électoral. Il s’agit des manifestations de rue qu’elle projette déjà à partir du 5 septembre. Le président de l’UFR, union des forces républicaines, Sidya Touré était le premier à donner le ton en début de semaine dernière. Au cours d’une conférence de presse, Sidya Touré qui avait juré de ne plus se mettre au capot des voitures dans la rue parmi la foule entrain de manifester a annoncé les couleurs pour dire qu’il va...
(Guinee7 03/09/13)
Contre toute attente, l’opposition radicale menace de reprendre la rue, au nom du manque de transparence dans l’organisation des élections législatives du 24 septembre prochain. D’abord, c’est le leader de l’UFR, l’ex-Premier ministre Sidya Touré, qui a donné le ton de la menace. C’était au cours d’une conférence de presse, il y a une semaine, menaçant de reprendre les manifestations de rue parce que la CENI, selon lui, n’a pas respecté tous les points de l’Accord politique global du 3 juillet dernier. Ensuite, c’est au tour de l’UFDG d’être encore plus précise. Par la voix d’un de ses vice-présidents, Fodé Oussou Fofana, le parti de Cellou Dalein Diallo a lancé samedi dernier, un ultimatum au Gouvernement, affirmant que s’il continue...
(Guinee Actu 03/09/13)
En recevant les magistrats à Sékhoutoureya le vendredi dernier, Alpha Condé pensait désamorcer la crise qui couve entre l’exécutif et le judiciaire avec une communication apaisée. Il n’en est rien. Les magistrats persistent : « si on ne voit rien de concret concernant nos revendications, les élections se tiendront sans nous ». Dans des propos emprunts de bonne foi, Alpha Condé avait reconnu lors de sa rencontre avec les hommes en robe que leur situation est difficile. Poursuivant, il s’est montré disponible à signer le décret d’application de leur statut particulier. Plus encore, il aurait demandé à ces derniers de lui faire des propositions dans ce sens. Se méfiant toutefois de faire des promesses sur le volet de la revalorisation...
(Guinee Actu 03/09/13)
Le bouche-à-oreille étant le canal d’information le plus crédible à Conakry, on avait appris qu’avec le contrat conclu par EDG avec le groupe britannique Agreeko, les populations verraient un peu plus de lumière à la fin de ce mois d’août. Mais le mois d’août fini, les ténèbres demeurent. Très alerte et veillant au grain, la presse s’interroge et suscite le débat. Pour toute réponse, on apprend que dans les meilleurs cas, l’électricité provenant des 50 MW d’Agreeko n’alimentera les foyers de la capitale guinéenne qu’à partir de fin septembre. Autrement dit, alors que les élections se seront tenues. D’où la question de savoir si quelqu’un ne s’était pas trompé dans la planification ? En effet, c’est un secret de polichinelle...
(Kaba Bachir 03/09/13)
Visiblement, on n'en aura jamais fini avec les rebondissements à propos de la crise socio-économique qui a fini par mettre à genou l'usine de Fria. En effet, alors que dernièrement il était question d'une possible entente entre Rusal et Fria, on apprend désormais que la solution serait plutôt d'en chasser les Russes et de lancer un nouvel appel d'Offres en vue de trouver un autre repreneur. Ce seraient en tout cas les propositions faites par l'institution de Michel Kamano. Ce serait le gouvernement guinéen en général et le premier ministre Mohamed Saïd Fofana en particulier qui aurait sollicité du Conseil économique et social qu'il se penche sur cette épineuse crise en vue d'aider à y voir clair. A son tour,...
(Guinee24 03/09/13)
Depuis son avènement, le gouvernement de la troisième République fait de la modernisation de l'Administration une priorité. C'est dans ce cadre qu'une formation a été organisée en faveur des secrétaires généraux des ministères et directeurs de cabinet des régions. Sous le thème : "Le secrétaire général et la conduite du changement". Une initiative du ministère du Travail et de la Fonction publique, réalisée par le Centre de perfectionnement administratif en collaboration avec l’Institut Forhon à la Rochelle en France, sur financement du PNUD. La formation a débuté 28 août pour une durée de six jours. Le premier ministre Mohamed Saïd Fofana, Hadja Mariam Baldé, ministre du Travail et de la Fonction et d'autres membre du gouvernement étaient à la cérémonie...
(Aminata 03/09/13)
Le président du parti national pour le renouveau (PNR) a au cours d’une émission à la Radio Télévision Guinéenne (RTG) promis une meilleure condition de vie aux fonctionnaires guinéens lorsqu’il sera élu au poste de député à la future Assemblée Nationale et déjà des partis politiques souscrivent à la vision du PNR. Pour Alpha Bafisher, l’action phare du PNR est de faire en sorte que le salaire minimum des fonctionnaires et des travailleurs de Guinée passe de 450 000 GNF à 1 500 000 GNF. Car, estime t-il, avec 450 000 GNF de salaire minimum aucun guinéen ne peut vivre dignement et au de-là, la personne n’est pas à l’abri de la corruption. Donc, pour lutter effectivement contre la corruption,...
(Guineeconakry.info 03/09/13)
La nouvelle directrice de l’Agence Américaine pour le Développement International (USAID) pour la Guinée et la Sierra Léone, Michelle Godette a pris fonction jeudi, 29 août à Conakry en République de Guinée. La mission de l’USAID est basée à Conakry, mais soutient des programmes en Guinée et en Sierra Leone dans les domaines de l’agriculture, la démocratie et les Droits de l’Homme (DH), l’environnement, l’égalité des genres et l’initiative de Santé mondiale, a-t-on indiqué. ‘’Avant cette affectation, Michelle Godette a occupé la fonction de directrice adjointe de la même institution au Nigéria, où elle a ‘’fortement’’ contribué à la mise en œuvre de l’un des portefeuilles les plus importants du gouvernement américain, consacré au développement économique et social en Afrique...
(Le Jour Guinée 03/09/13)
Le président de la République de la Guinée Bissau est attendu à Conakry ce mardi. A cet effet, le Bureau de Presse de la Présidence a publié un communiqué. « Dans le cadre du raffermissement des liens d’amitié et de fraternité existant entre la République de Guinée et la République sœur de Guinée-Bissau, son Excellence, Serifo Nhamadjo, Président par intérim de la Guinée-Bissau, effectuera à compter du mardi 3 septembre 2013, une visite de travail et d’amitié à Conakry » indique que le communiqué du Bureau de presse de la présidence. C’est la première fois que SEM Serifo Nhamadjo vient à Conakry depuis son arrivée à la magistrature de ce pays voisin. Il faut noter que le Président guinéen, Alpha...
(Sidwaya 03/09/13)
L’objectif principal de la politique monétaire de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) est d’assurer la stabilité des prix. Quand on sait que cette stabilité des prix correspond à une progression assez faible du niveau général des prix, on peut dire que l’institution bancaire ouest-africaine a réussi son pari. Le Comité de politique monétaire au niveau de l’UEMOA a défini la stabilité des prix comme un taux d’inflation compris entre 1% et 3%, sur une période de 8 trimestres, soit 2 ans. Sur cette base, on peut affirmer que la zone UEMOA jouit d’une certaine stabilité, favorable à la croissance économique. En effet, la tendance à la baisse de l’inflation au niveau de l’espace UEMOA constatée...
(Pressafrik 03/09/13)
« Appuyer la CSRP (Commission sous régionale des pêches) pour le développement d’initiatives de cogestions et pour l’intégration des aires marines protégées dans la gestion des pêches en Afrique du Nord-Ouest», tel est le projet du comité consultatif régional pour la promotion de l’exploitation durable et la gestion coopérative des petits pélagiques en Afrique du Nord-Ouest.Organisation inter gouvernementale créée par voie de convention en mars 1985, la commission sous régionale des pêches est composée de sept états côtiers souverains, à savoir Cap Vert, Guinée, Gambie, Guinée- Bissau, Mauritanie, Sénégal et Sierra Leone. Elle a été créée pour favoriser la collaboration et la coopération entre les Etats dans le but ultime d’harmoniser les politiques nationales de pêche et la coordination des...
(AFP 03/09/13)
JOHANNESBURG, 3 septembre 2013 (AFP) - Le président sud-africain Jacob Zuma a salué le retour à son domicile de Nelson Mandela, dimanche, après trois mois hospitalisation, estimant que cette décision démontre les "progrès" de l'illustre malade. "Nous sommes très heureux qu'il ait pu quitter l'hôpital, ce qui indique des progrès", a déclaré le chef de l'Etat au cours d'une rencontre avec des journalistes mardi matin, reprenant ensuite une formule cent fois répétée: "Il reste dans un état critique mais stable, et réagit au traitement". "Nous sommes bien conscients qu'il est âgé, et qu'il ne va pas bien, mais nous sommes très heureux qu'il soit rentré chez lui", a ajouté M. Zuma. Le héros de la lutte contre l'apartheid, 95 ans,...
(Tam-tam Guinee 02/09/13)
Comment sécuriser le processus électoral ? Cette question était au cœur d’une rencontre entre les observateurs de l’Union Européenne et le commandant de la FOSSEL entendez forces spéciales de sécurisation des élections législatives. La mission de l’Union Européenne a rencontré ce lundi 02 septembre 2013 cette nouvelle force de sécurisation, pour discuter du dispositif sécuritaire que la FOSSEL est en passe de déployer par rapport aux élections. Plis que 22 jours nous séparent de la date prévue pour les élections législatives. Déjà, les dispositions sont en train d’être prises pour sécuriser les acteurs de cet important évènement. C’est dans ce cadre que l’Union Européenne a détaché une mission spéciale pour assister la force spéciale de sécurisation des élections législatives (FOSSEL)...
(Kaba Bachir 02/09/13)
Un ensemble de 24 observateurs européens de longue durée ont été déployés ce samedi, 31 août 2013 vers leurs zones de responsabilité dans l'ensemble du pays. Les observateurs sont arrivés le mardi 27 août à Conakry pour rejoindre la Mission d'observation électorale de l'Union européenne (MOE UE) en République de Guinée, qui est depuis le 22 août présente en Guinée afin d'observer les élections législatives prévues le 24 septembre 2013. Les observateurs ont suivi à Conakry trois journées de formation avant leur déploiement dans les différentes régions où ils travailleront par équipes de deux personnes au cours des prochaines semaines en vue de suivre l'ensemble du processus, y compris la campagne électorale. Les observateurs de longue durée examineront les préparatifs...
(Xinhua 02/09/13)
Les élections législatives de Guinée se profilent à l'horizon, et les électeurs guinéens pourront se rendre aux urnes dans trois semaines, comme prévu dans le chronogramme électorat, sauf cas de force majeure. La campagne électorale suit son cours, dans une ambiance certes morose, sur fond d'optimisme mesuré de certains leaders de l'opposition, qui tout en étant engagés dans le processus électoral, émettent des réserves sur les préparatifs du scrutin, accusant la Commission électorale nationale indépendante (CENI) de ne pas être à la hauteur dans sa tâche. Ils vont jusqu'à proférer des menaces d'intenter des actions de désobéissance civiles, si jamais les conditions pour l'organisation d'un vote "transparent" n'étaient pas réunies. La récente sortie de l'ancien Premier ministre Sidya Touré, président...
( 02/09/13)
Une mission d'observateurs de l'Union européenne a quitté Conakry samedi pour les chefs-lieux des régions administratives où ils doivent superviser les préparatifs des élections législatives du 24 septembre. Cette mission visite la Guinée dans un contexte de protestation des opposants qui menacent de redescendre dans la rue dès le 5 août si la Commission nationale électorale indépendante (Céni) ne corrige pas, les incohérences, selon eux, constatés sur les listes électorales. Les vingt-quatre observateurs de l'Union européenne de diverses nationalités ont quitté Conakry pour se rendre dans les villes de provinces. Avant le départ Toomazo Caprioglio, le chef de la délégation, a exprimé sa satisfaction de pouvoir déployer les observateurs. "On est préparé. On est prêt", a-t-il déclaré. Il a rappelé...

Pages