Dimanche 21 Janvier 2018
(Le Monde 23/11/17)
Loin des artistes torturés chouchous des médias, le Guinéen a autoproduit un nouvel album généreux, « Fé Toki », qu’il présente sur la scène du New Morning, à Paris. C’est un petit mot glissé dans le livret qui accompagne son second album, Fé Toki (« point de vue », en soussou), sorti le 22 septembre et qu’il doit présenter sur la scène du New Morning, à Paris, vendredi 24 novembre : « Aujourd’hui, alors que la différence fait peur, j’ai tenté d’exprimer à ma façon combien la vérité est relative. En acceptant de vivre ensemble, nous pouvons nous influencer positivement car nous avons tous du bon à donner. Ensemble, cultivons ce que nous avons de meilleur. » C’est vrai, Moh...
(RFI 23/11/17)
L’avalanche de réactions se poursuit suite aux images, diffusées par CNN, de personnes vendues comme esclaves en Libye. Le Niger a ainsi demandé que la question migratoire soit débattue lors du sommet Union européenne-Union africaine qui se tiendra les 29 et 30 novembre prochains à Abidjan, en Côte d'Ivoire. Des voix s'élèvent également chez les diasporas africaines d'Europe pour que les dirigeants africains protègent leurs ressortissants et fassent mieux que de négocier des enveloppes d'aide au développement. « Dans la région de Kayes, les centres de santé, les écoles… c'est la diaspora qui fait tout », peste Toudo Traoré, président de l'Union des Maliens de Montreuil. Son association finance des projets de développement vers le village de Kirané Kaniaga. Les...
(AFP 22/11/17)
Le parquet guinéen a demandé mercredi à des syndicalistes de l'enseignement d'arrêter leur mouvement de grève lancé le 13 novembre, émaillé de manifestations violentes qui ont fait deux morts cette semaine, a-t-on appris auprès des intéressés. Le calme était revenu mercredi dans les rues de la capitale, Conakry, a constaté un correspondant de l'AFP, après deux jours de heurts entre jeunes manifestants et forces de l'ordre, qui ont coûté la vie à deux adolescents, lundi et mardi. Quatre responsables du Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG)
(AFP 22/11/17)
Un adolescent guinéen, le deuxième en 24 heures, a été tué mardi à Conakry lors d'affrontements avec les forces de l'ordre en marge de manifestations dénonçant la situation dans l'éducation, a-t-on appris de sources concordantes. Saifoulaye Bah, un apprenti ferrailleur âgé de 15 ans, a été tué "par balle par un membre des forces de l'ordre" dans le quartier de Cosa, dans la banlieue de la capitale guinéenne, a expliqué un à l'AFP un témoin ayant souhaité conserver l'anonymat. Interrogé par l'AFP, un porte-parole de la gendarmerie, le colonel Alpha Barry, a "confirmé un mort", affirmant néanmoins que ce n'était "pas le fait des gendarmes", pas présents dans ce quartier selon lui. Un porte-parole de la police interrogé par l'AFP...
(APA 22/11/17)
APA Conakry (Guinée) - Les temps de coupure d’électricité en Guinée ont été réduits de 40%, ces deux dernières années, a-t-on appris mercredi, de bonne source. Ces résultats ont été rendus possibles grâce au partenariat conclu en 2015, entre le gouvernement guinéen, la Banque Mondiale et Veolia-Seureca. D’une durée de 4 an, le contrat de gestion entre Electricité de Guinée (EDG) et Veolia-Seureca vise notamment à faciliter l’amélioration de la performance commerciale, accroitre la performance technique et la transformation d'entreprise. Les premiers résultats démontrent l'évolution positive de tous les axes de la transformation. Pour les populations cela représentent 90 000 compteurs posés afin de mieux maitriser les consommations et réduire les problèmes de facturation par forfait. Aussi, la remobilisation des...
(AFP 21/11/17)
Une quinzaine de personnes au moins ont été blessées mardi à Conakry, où des affrontements ont opposé pour le deuxième jour consécutif, les forces de l'ordre à de jeunes manifestants dénonçant la situation dans l'éducation, ont rapporté des témoins et des journalistes. Au lendemain du décès d'un jeune de 17 ans, tué par balle lors d'une manifestation par la police, selon sa famille et un membre de la Croix Rouge, ces incidents violents ont éclaté dans plusieurs quartiers de la capitale guinéenne, selon un correspondant de l'AFP. Des centaines de jeunes, scolarisés ou non, ont brûlé des pneus, renversé des poubelles et affronté les forces de l'ordre à l'aide de pierres et de frondes. Celles-ci ont répliqué en faisant usage...
(AFP 21/11/17)
Un jeune homme de 17 ans a été tué par la police lors de heurts lundi à Conakry au cours de manifestations de milliers d'élèves du primaire et du secondaire dénonçant la situation de l'éducation en Guinée, ont indiqué un membre de sa famille et une source hospitalière. Le jeune homme, Souleymane Diakité, "revenait de son école (...) lorsqu'il a rencontré, en compagnie de ses camarades, un contingent de policiers qui avait du mal à contenir les furies d'autres manifestants et a tiré à balles réelles, dont une l'a fauché", a déclaré un oncle de l'élève à un correspondant de l'AFP. "Ses camarades ont alors crié et les policiers n'ont même pas pris la peine de le secourir", a-t-il ajouté...
(APA 21/11/17)
APA-Conakry (Guinée) - Des heurts violents enregistrés, lundi dans plusieurs quartiers de Conakry, entre des élèves et des forces de l’ordre, ont provoqué la mort d’un élève à Dabompa situé dans la plus grande commune de la capitale, Matoto. Selon les témoins, la victime était un jeune collégien, qui aurait reçu une balle à Dabompa. Depuis la semaine dernière, les cours sont perturbés dans plusieurs écoles publiques de Conakry, à la demande d’une partie du syndicat de l’éducation, qui appelle à l’arrêt des cours jusqu’à la satisfaction du contenu de sa plateforme revendicative. Ce week-end, au moins trois leaders syndicaux à l’origine du mouvement dans les milieux scolaires, ont été interpellés par les autorités. D’où l’escalade des émeutes. Ce lundi,...
(La Tribune 21/11/17)
Les autorités guinéennes ont fait arrêter au moins trois responsables du syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée à Conakry en fin de semaine. Détenus dans un lieu tenu secret, les sources gouvernementales et syndicales expliquent que leurs arrestations sont dues au "déclenchement d'une grève illégale". La grogne des acteurs de l'éducation en Guinée fait déjà des victimes. Ce samedi 18 novembre 2017, au moins trois responsables du syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG) ont été arrêtés et conduit dans un lieu inconnu. D'après les sources officielles et du syndicat, les trois syndicalistes sont écroués pour « déclenchement d'une grève illégale ».
(Xinhua 21/11/17)
En Guinée, plus de 1,5 millions d'enfants et adolescents âgés de 6 à 16 ans n'ont jamais été à l'école pour apprendre à lire, écrire et compter, selon les statistiques du ministère de l'Enfance publiées ce lundi 20 novembre, à l'occasion de la Journée mondiale de l'enfance. De même, 25% des enfants de moins de 5 ans n'ont pas été enregistrés à l'état civil en 2016 et seulement 26% des enfants âgés de moins de 5 ans ont reçu tous les vaccins requis contre certaines maladies à potentiel épidémique. La Guinée, qui a ratifié la convention relative aux droits des enfants, a mobilisé les partenaires au développement, les ONG défendant les droits des enfants et les autorités guinéennes pour célébrer...
(APA 21/11/17)
APA-Conakry (Guinée) - Plusieurs jeunes manifestants guinéens ont protesté ce lundi à Conakry, devant l’ambassade de Libye en Guinée, pour dénoncer l’esclavage des migrants subsahariens en Libye. Cette mobilisation, la deuxième du genre à Conakry en trois jours, est consécutive à la diffusion d'une vidéo, tournée par la chaîne américaine CNN, montrant des migrants noirs vendus sur le sol libyen. Ce week-end, plusieurs activistes guinéens ont protesté devant l’ambassade de Libye à Conakry pour protester contre la vente des migrants africains comme esclaves en Libye. Parmi les manifestants figuraient entre autres le ministre de l’unité nationale et de la Citoyenneté, Gassama Diaby, des artistes comme Djani Alpha, des activistes de la société civile et de simples citoyens. Massés entre les...
(Xinhua 21/11/17)
La grève déclenchée ce lundi par une partie des enseignants guinéens réclamant une augmentation salariale a fait un mort (un élève) et plusieurs blessés graves, avec le viol d'une élève de dix ans dans une école en banlieue de Conakry. Cette information a été annoncée par le ministre guinéen de l'Enseignement pré-universitaire et de l'Alphabétisation Ibrahima Kalil Konaté, lors d'une conférence de presse. La victime a été touchée par balle et plusieurs autres ont été blessés dans le quartier de Dabompa en banlieue de Conakry, lors des affrontements entre les élèves et les forces de l'ordre (policiers et gendarmes). Dans une école de Conakry, un enseignant aurait profité de l'agitation générale dans les écoles pour violer une fillette de dix...
(AFP 20/11/17)
Des heurts se sont produits lundi à Conakry lors de manifestations de milliers d'élèves du primaire et du secondaire dénonçant la situation de l'éducation en Guinée, où des syndicalistes du secteur ont été arrêtés pour avoir lancé une grève il y a une semaine. Le mouvement était également assez largement suivi en province, notamment dans le nord du pays, à Koundara, Mali et Gaoual, ainsi qu'à Fria (ouest) et, dans une moindre mesure, dans l'est, à Kankan, Siguiri et Faranah, a appris l'AFP de sources syndicales jointes sur place. La tension était vive en début d'après-midi à Conakry autour du domicile du ministre de l'Education nationale, Ibrahima Kalil Konaté, où les jeunes jetaient des pierres contre les forces de l'ordre...
(RFI 20/11/17)
En Guinée s'ouvre une nouvelle semaine de tension dans l'éducation nationale. Une partie des enseignants maintiennent leur mot d'ordre de grève et entame ce lundi 20 novembre leur deuxième semaine d'action. Malgré les appels du pied du gouvernement et des principaux syndicats pour lever le mouvement et malgré l'arrestation de plusieurs syndicalistes ce week-end. Le bras de fer continue. Les grévistes, des syndicalistes du SLECG, le syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée, réclament une augmentation de salaire et contestent l'accord sur la nouvelle grille salariale signé en février...
(Xinhua 20/11/17)
Le président en exercice de l'Union Africaine (UA), président de la Guinée Conakry Alpha Condé a exprimé vendredi, son indignation face au commerce abject de migrants qui prévaut actuellement en Libye. Dans un communiqué publié par le bureau de presse de la présidence de la république, le président Condé a condamné "fermement cette pratique digne d'un autre âge". "L'Union Africaine invite instamment les autorités libyennes à ouvrir une enquête, situer les responsabilités et traduire devant la justice les personnes incriminées", a dit dans un ton plutôt ferme le président en exercice de l'UA. L'institution panafricaine a invité parallèlement les autorités libyennes à revoir les conditions de détention des migrants.
(APA 20/11/17)
APA-Conakry (Guinée) - La journée mondiale consacrée aux toilettes publiques ce dimanche, pour sensibiliser le grand public sur les questions d'hygiène publique à l'échelle planétaire est célébrée dans une quasi indifférence en Guinée, a constaté APA Et pourtant le manque criard des latrines publiques constitue à la fois le talon d’Achille des autorités sanitaires et un déficit majeur de santé publique en Guinée. A Conakry, par exemple, ce besoin se fait sentir surtout au niveau des lieux publics comme dans les écoles, les universités, les stades, les marchés, les bureaux, les sièges des ministères, les lieux de culte, les gares routières, les cimetières, les hôpitaux. Dans ces endroits, les latrines sont ou insuffisantes, ou fermées, ou sales et puantes. Par...
(Xinhua 20/11/17)
Le président de la Commission de l'Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, a appris avec consternation les rapports sur la vente aux enchères des migrants africains en Libye comme esclaves, affirme un communiqué publié ce week-end par l'UA. Le président "condamne fermement ces actes méprisables qui sont en contradiction avec les idéaux des Pères fondateurs de notre Organisation et des instruments africains et internationaux pertinents, y compris la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples", selon le communiqué. Le président a appelé à la fin immédiate de ces pratiques et d'autres actes criminels de traite des êtres humains. Il a appelé à une action rapide pour identifier tous les auteurs et complices...
(Agence Ecofin 20/11/17)
Le 20 novembre, la Guinée accueillera la 46e édition des assisses de l’Union de la Presse Francophone (UPF). Environ 300 journalistes sont attendus pour cet évènement qui a pour objectif une réflexion sur les sujets de préoccupation pour la profession journalistique dans l’espace francophone et dans le monde. La première édition des assises de l’UPF date de 1950 et est donc aussi vieille que l’organisation. L’Union Internationale de la Presse Francophone (UPF) est, en fait, la plus ancienne association francophone de journalistes reconnue par les organisations internationales. Elle a été créée le 13 mai 1950 sous le nom d’Association internationale des journalistes de langue française (AIJLF). « Le thème de cette année c’est ‘’le journaliste, investigation et transparence’’ », explique...
(AFP 19/11/17)
Au moins trois responsables du syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée ont été arrêtés à Conakry pour "déclenchement d’une grève illégale" et sont détenus depuis dans un lieu tenu secret, apprend-on dimanche de sources syndicale et gouvernementale. Selon Aboubacar Soumah, membre du SLECG, ses "trois camarades ont été arrêtés samedi soir alors qu’ils sortaient d’une réunion de négociations au bureau de l’ancienne secrétaire générale de la CNTG (confédération nationale des travailleurs de Guinée), ex-centrale unique et présidente du Conseil économique et social...
(APA 18/11/17)
APA-Conakry (Guinée) - La Commission européenne a annoncé, dans un communiqué transmis vendredi à APA, l’octroi d’un appui de 400 millions d'euros au Plan national de développement économique et social (PNDES) de la Guinée présenté à Paris lors du Groupe consultatif. Cette annonce intervient, alors que la Guinée cherche auprès de ses partenaires financiers des fonds estimés à 13,6 milliards de dollars pour financer son PNDES qui va de 2016 à 2020. Selon le communiqué, la Commissaire chargée de la coopération internationale et du développement, Neven Mimica a rappelé, en signant l’octroi de financement, qu’il y a trois ans, la Guinée était frappée par l’épidémie Ebola.

Pages