| Africatime
Jeudi 23 Mars 2017
(RFI 09/03/17)
En Guinée, l'action du gouvernement est désormais scrutée de près par une plateforme citoyenne. A travers le site lahidi.org, les blogueurs de Guinée, Ablogui, lancent un rapport partiel d'évaluation. Et il suffit d'un clic pour connaître l'avancée de la promesse : réalisé, ou bien en cours, ou bien aux oubliettes. Du fact checking qui passe déjà au crible les engagements des secteurs de la justice et de la culture, pour commencer. « Là, on arrive sur le site internet lahidi.org, la plateforme du suivi et des relations des promesses du président et de son gouvernement ». Sayon Idovic Loua, membre de l'association des blogueurs de Guinée, surfe sur la page d'accueil. Un compte à rebours défile, il reste trois ans...
(RFI 09/03/17)
« Les cas de décès sont essentiellement dus aux manifestants ». C'est la petite phrase qui crée la polémique en Guinée. Une petite phrase de l'avocat général près la cour d'appel de Conakry en conférence de presse, deux semaines après les violentes manifestations en marge de la grève des enseignants qui ont fait huit morts et une trentaine de blessés. Ibrahima Diallo, président des jeunes de l'Axe est l'un des porte-parole des manifestants. Il se déclare indigné par ces propos.
(Jeune Afrique 09/03/17)
L’une des priorités du gouvernement est de redynamiser les filières agricoles, qui, contrairement à celles des mines, redistribuent énormément et font vivre 80 % de la population du pays. Objectif : atteindre l’autosuffisance alimentaire d’ici à 2020 et, à moyen terme, devenir une puissance agro-industrielle. Avec plus de 6 millions d’hectares de terres arables et une pluviométrie de 1 200 à 4 000 mm/an, le potentiel est là… Pour doper la production, en particulier celle des petites exploitations familiales, le groupe marocain OCP travaille avec le ministère de l’Agriculture sur plusieurs projets, notamment dans le cadre du protocole de coopération pour le soutien du dévelop­pement agricole de la Guinée, signé en mars 2014 lors de la première visite de Mohammed VI à Conakry.
(Agence Ecofin 09/03/17)
Agence Ecofin) - Les Guinéens ont renoué avec les coupures d’électricité en ces débuts de saison sèche. Plusieurs quartiers de la capitale sont même alimentés par rotation : entre 18heures et 00 heure dans certaines localités et 00 heure et 08 heures pour d’autres, rapporte Guinée 28 Info. Cette situation est principalement due à la baisse des niveaux de l’eau dans les barrages du pays qui fournissent l’essentiel de l’énergie consommée. Une situation qui ralentit fortement l’activité économique du pays. « S’il n’y a pas d’électricité, nous ne pouvons même pas souder un fil. Quand ils coupent le courant à 8 heures, même si les clients viennent, nous serons obligés de travailler la nuit jusqu’à 23 heures ou 00 heure...
(Jeune Afrique 09/03/17)
Encore anecdotique, le tourisme d’agrément pourrait se développer rapidement. Balnéaire, mémoriel, rural ou d’aventure… La palette est large. La capitale guinéenne est certes loin d’avoir résolu ses problèmes d’aménagement, mais elle est déjà transformée. Chaque jour, on répare la corniche. On commence à nettoyer les plages. De nouveaux hôtels ont apparu… Dès leur arrivée à l’aéroport international de Conakry-Gbessia, les voyageurs constatent le changement. Finie la vieille aérogare miteuse aux ventilateurs faiblards brassant une chaleur suffocante, avec des agents pas toujours très honnêtes ni très avenants. Les travaux de modernisation ont permis de mettre l’aéroport aux normes internationales et l’ont doté des capacités indispensables à l’accueil d’un tourisme d’affaires jusqu’alors quasi inexistant. Le tourisme d’affaires qui entraîne le tourisme d’agrément...
(Jeune Afrique 09/03/17)
Un vaste chantier d’assainissement est en cours à Conakry. Et il y a du travail… Objectif : libérer la ville des embouteillages et, surtout, des monceaux de déchets qui la défigurent. Pour que Conakry puisse être aménagée et commence à ressembler à une métropole, Louncény Camara, le ministre de la Ville et de l’Aménagement du territoire (nommé en mai 2015 et reconduit dans le gouvernement Youla), a engagé fin 2015 un vaste programme de lutte contre l’occupation illégale des domaines de l’État. Depuis, dans tous les quartiers – à commencer par ceux de Kaloum, au centre-ville –, nombre de maisons, boutiques et lieux de cultes sont chassés à coups de bulldozers des sites qu’ils occupaient sans autorisation. Une opération qui devait,...
(Agence Ecofin 09/03/17)
Agence Ecofin) - La police fédérale australienne (AFP) a lancé une enquête pour élucider les « allégations de corruption » émises à l’encontre de Rio Tinto, après l’annonce d’un paiement de 10,5 millions $ à un consultant pour des « services de conseil » à Simandou. L’information a été confirmée par la police, qui a déclaré avoir été approchée par le géant minier en novembre pour enquêter sur l’affaire. « L'AFP enquête sur des allégations liées à cette affaire. L'AFP est activement engagée avec Rio Tinto qui fournit son assistance concernant l’enquête », a déclaré l’agence de police. Elle a précisé qu’en tant que membre de l’International Foreign Bribery Taskforce, elle travaille en étroite collaboration avec ses homologues nationaux et...
(Agence Ecofin 09/03/17)
Tunisair va lancer de nouvelles lignes vers Conakry, Cotonou, Douala, N’Djamena et Libreville, a annoncé lé PDG de la compagnie, Elyes Mnakbi, le 7 mars. A partir du 27 mars, la compagnie publique tunisienne lancera une ligne Tunis-Conakry à raison de trois fréquences par semaine. Une ligne à destination de Cotonou sera lancée avant la fin de l’année en cours à raison de deux fréquences par semaine. Tunisair reliera également Tunis à Douala et à N’Djamena grâce à un vol combiné à raison de 2 fréquences par semaine dès l'été 2018. A partir de l'été 2019, la compagnie desservira aussi Libreville à raison de 2 vols par semaine. Tunisair compte, par ailleurs, renforcer certaines de ses liaisons existantes vers l’Afrique...
(Jeune Afrique 09/03/17)
Nature préservée, pêche sportive ou farniente, histoires de pirates en prime. À quelques kilomètres au large de Conakry, les îles de Loos sont un petit paradis. Sur l’embarcadère situé au pied de l’hôtel Petit Bateau, au bout de la presqu’île artificielle construite sur le littoral nord de Kaloum, protégés par l’immense digue de la Prudente, les pêcheurs conakrykas retapent leurs pirogues ou remaillent des filets en sifflotant au rythme des sirènes de cargos. Lorsque, bercé par le crachotement du moteur Diesel, on s’éloigne de la capitale pour les îles de Loos, on a l’impression d’embarquer pour le bout du monde. Entre le phare de la Prudente et l’île de Kassa, la plus à l’est de l’archipel, les pirogues dépassent les...
(Jeune Afrique 09/03/17)
La créatrice du centre culturel Le Petit Musée a plus d'une corde à son arc. Réalisatrice, comédienne, peintre, elle a été désigné vice-commissaire de l'événement de cette année : Conakry Capitale mondiale du livre. Quand elle parle de son pays, elle dit « notre Guinée ». Avec parfois une pointe de nostalgie, cette brisure de l’éternelle exilée qui, lorsqu’elle était enfant, a dû quitter sa terre natale pour fuir au Sénégal le régime de Sékou Touré. Ce qui la privera de son père, emprisonné pour conspiration en novembre 1961, juste avant sa naissance. « J’avais trois ou quatre ans lorsque je l’ai vu pour la première fois, se souvient Fifi Tamsir Niane. Il m’en reste une sensation de force, de...
(Jeune Afrique 09/03/17)
Du Théâtre de poche au Bar bleu en passant par sa galerie et sa cour foisonnantes, le centre culturel privé fait la part belle à l’art contemporain et au spectacle vivant. Lorsqu’on entre au Petit Musée, on a l’impression de pénétrer dans une grotte secrète. Le décor de faux rochers peints en bleu, créé par l’artiste sud-africain Prince Malatsi, en fait un lieu unique, à mi-chemin entre le conte de fées et le film fantastique. Tel un labyrinthe, il happe le visiteur pour le conduire jusqu’aux voix puissantes qui s’élèvent du Théâtre de poche. Ce jour-là, la troupe de Prince Malatsi, The Messengers of Messages, répète son spectacle Les lions lisent et font rire. Une vingtaine d’artistes, pour la plupart...
(Xinhua 09/03/17)
Selon Nkosazana Dlamini Zuma, présidente sortante de la Commission de l'Union africaine (CUA), l'autonomisation des femmes est essentielle au développement des générations futures en Afrique. La présidente de la CUA a fait ces remarques en commémorant la Journée internationale de la femme lors d'une cérémonie mercredi au siège de l'Union africaine à Addis-Abeba, capitale de l'Éthiopie. La présidente sortante a souligné l'importance de célébrer la détermination des femmes dans le monde entier pour l'égalité des droits et de faire entendre la voix des femmes. "Il y a encore des défis, même au travail, que les femmes doivent toujours affronter", a-t-elle mis en garde. "Ce sont des défis que nous devons examiner". Le bloc panafricain a rejoint la communauté internationale pour...
(Jeune Afrique 08/03/17)
Le climat politique tendu de ces dernières années s’est apaisé, le rythme de croissance s’accélère, et, un an après sa constitution, le gouvernement Youla continue de suivre sa feuille de route. De quoi enfin rassurer tout le monde ? Sur la corniche de Conakry, de jeunes travailleurs sont à la tâche. Ils ont entre 18 et 30 ans. Ici, ils cassent les rochers au burin pour en faire des plages de sable fin. Là, ils ramassent les détritus qui jonchent les trottoirs autour des hôtels de luxe. Chaque jour, ces enfants de Guinée, en sueur, côtoient les hommes et les femmes d’affaires vaquant à leurs rendez-vous à Kaloum. Certains travaillent bénévolement, les autres sont embauchés pour 45 000 francs guinéens (moins de...
(Jeune Afrique 08/03/17)
Après une sérieuse réorganisation du secteur, les résultats de 2016 semblent plutôt positifs selon le ministre des Mines, qui explique les enjeux des investissements et des négociations en cours. Économiste expert en projets de développement, Abdoulaye Magassouba, 40 ans, a quitté le secteur privé en 2013 pour intégrer l’équipe de conseillers du président Alpha Condé, au sein de laquelle il était chargé des grands projets d’investissements internationaux, notamment dans le secteur minier. En janvier 2016, il s’est vu confier le portefeuille des Mines et de la Géologie au sein du gouvernement de Mamady Youla. Ses principaux dossiers : le suivi des nouveaux investissements dans la filière bauxite-alumine, dans l’Ouest, et l’aboutissement des négociations relatives au développement des gisements de fer du...
(Jeune Afrique 08/03/17)
Alpha Condé appartient à une espèce en voie de disparition : celle des panafricanistes dont le parcours ravive la mémoire des combats fondateurs contre le colonialisme, l’apartheid et les partis uniques ; celle aussi des militants qui ont payé d’un passage par la case prison le droit d’être démocratiquement élus, puis réélus, à la tête de leur pays. C’est cette double et rare légitimité qui lui a permis d’accéder, en cette année 2017, à ce qu’il a sans doute vécu comme une consécration personnelle : la présidence en exercice de l’Union africaine. Chacun a pu remarquer, lors du sommet d’Addis-Abeba, en janvier, ce que le retour historique du Maroc au sein des instances panafricaines devait à la personnalité hors normes d’Alpha Condé. Son...
(Jeune Afrique 08/03/17)
Les locales ont été reportées. Mais, déjà, la candidature de personnalités de la société civile et d’ex-militants du RPG ou de l’UFDG à la tête de listes indépendantes change la donne. L’accord politique du 12 octobre 2016 entre pouvoir et opposition prévoyait que les élections communales et communautaires (non tenues depuis 2005) seraient organisées en février 2017. Fin janvier, le scrutin a été reporté sine die, les délais d’organisation étant trop courts. De plus, le projet de loi relatif aux scrutins communautaires (élection directe des chefs de quartier et de district au prorata des résultats obtenus par chaque candidat) doit être examiné par le Parlement. Ce report ne semble cependant pas avoir démotivé les candidats déjà déclarés, parmi lesquels de...
(Jeune Afrique 08/03/17)
En pleine convalescence après l’épidémie d’Ebola et la chute des cours des matières premières, la Guinée commence à afficher des résultats positifs. Le Fonds monétaire international (FMI) lui prédisait une croissance de 4 % pour 2016 ; il semblerait que celle-ci ait atteint 5,2 %. L’inflation annuelle se situerait aujourd’hui entre 8 % et 9 %, contre 21 % en 2011. Les réserves de la Banque centrale, qui étaient tombées à moins d’un mois d’importations, se sont regonflées à environ trois mois. Les taxes et les impôts rentrent un peu mieux grâce aux télécoms et aux mines. Le déficit budgétaire semble contenu. Mieux, la conjoncture mondiale frémit. Le prix du minerai de fer a doublé en un an, ce qui a...
(RFI 08/03/17)
Les 19 et 20 février derniers, de violentes manifestations en marge de la grève des enseignants ont éclaté à Conakry, faisant huit morts, de nombreux blessés et d'importants dégâts matériels. La justice guinéenne a invité la presse locale pour un éclairage sur ces évènements. Le procureur pointe les manifestants comme principaux responsables de ces violences. C’est l’avocat général près la cour d’appel de Conakry, Yaya Kaïraba Kaba, qui s’est fait le porte-voix de la justice guinéenne. En une heure et quelques minutes, il a essayé avec ses proches de faire le bilan de ces violentes manifestations, qui ont causé la mort de huit personnes.
(Jol Press 08/03/17)
Le président Alpha Condé a profité de la COP22 pour afficher ses engagements en matière de développement durable. Mais de nombreuses voix dénoncent l'incohérence entre les discours du dirigeant et l'absence de véritables politiques de protection de l'environnement. Si le bilan de la COP22, qui s’est tenue en novembre dernier à Marrakech, est plutôt mitigé, le président guinéen semble en revanche avoir su en tirer tous les bénéfices possibles. Alpha Condé, également à la tête de l’Union africaine, a en effet reçu le Trophée de la planète des mains de Ségolène Royal, présidente de la COP21. La ministre française de l’environnement a salué les efforts réalisés par l’Initiative de l’Afrique pour les énergies renouvelables (IAER) dont l’objectif est d’installer, d’ici...
(Jeune Afrique 08/03/17)
Pour l’édition 2017 de la Journée internationale des femmes, des structures de la société civile guinéenne se démarquent des traditionnelles commémorations organisées par les autorités. C’est le 8 mars à Conakry. Comme d’habitude, groupements de femmes, ministres et autres personnalités publiques convergent au Palais du peuple, où « la Première dame devrait faire un discours, ainsi que la présidente du Conseil économique et social, Hadja Rabiatou Sérah Diallo », confie une source proche du gouvernement. La ministre de la Promotion des Femmes, Sanaba Kaba, ne sera pas en reste. Elle aussi devrait se réjouir « des efforts du chef de l’État avec notamment la mise en place des Mutuelles financières des femmes africaines en Guinée (Muffa) pour renforcer leur pouvoir...

Pages