Lundi 23 Octobre 2017
(Dw-World 06/10/17)
L'accord entre la Chine et la Guinée passe mal auprès de la population. Pékin va financer la construction d'infrastructures en échange de six milliards de tonne de bauxite sur 20 ans. Pour désamorcer les critiques, le gouvernement a s’est lancé dans une tournée visant à expliquer le bien fondé de cet accord. Pékin va financer un programme de constructions d'infrastructures routières pour une valeur de 20 milliards de dollars. En échange de quoi la Guinée s'est engagée à livrer aux Chinois, six milliards de tonne de bauxite sur 20 ans. Que prévoit l'accord cadre? L’accord signé le 6 septembre dernier doit être exécuté en trois phases. La première phase prévoit la construction du tronçon routier Coyah-Dabola sur la route nationale...
(Vision Guinée 06/10/17)
Le numéro un guinéen a fait un reproche aux enseignants de Guinée. Alpha Condé trouve qu’ils n’ont pas assez pour enseigner aux élevés et étudiants l’histoire de notre pays. Il l’a dit ce jeudi 5 octobre au Palais du peuple lors de la célébration de la journée mondiale des enseignants. S’adressant à des enseignants dans la salle de congrès du Palais du palais, le chef de l’Etat a rappelé qu’une de leurs premières responsabilités, ‘’c’est d’éduquer les enfants, mais aussi en les disant la vérité sur l’histoire de la Guinée et de l’Afrique’’. Très souvent, selon Alpha Condé, les gens sont amnésiques. ‘’Vous devez expliquer aux enfants l’évolution de ce pays. C’est votre premier devoir, mais vous ne le faites...
(Vision Guinée 06/10/17)
Lors de la marche du 4 octobre qui s’est déroulée de la Tannerie au rond-point de Bambeto, notre reporter a tendu son micro à des responsables des formations politiques membres de l’opposition. Parmi eux figure l’ancien ministre de l’agriculture devenu l’un des farouches opposants au régime d’Alpha Condé qu’il a servi. Pour Jean Marc Telliano, la mobilisation du mercredi 4 octobre prouve à suffisance que ‘’le peuple de Guinée a en marre de ce gouvernement fantôme et de ce président criminel’’. ‘’Un président qui n’intente pas une action judiciaire contre les tueries, la gabegie, le vol et tous les maux qui les accompagnent, je dirai que c’est un criminel. On ne peut pas comprendre qu’on tue vos citoyens, vos compatriotes...
(BBC 06/10/17)
Des milliers de partisans de l'opposition guinéenne ont manifesté mercredi à Conakry et dans certaines villes de l'intérieur pour dénoncer l'usage des armes à feu par les forces de l'ordre lors des manifestations politiques. Ils ont aussi dénoncé "l'impunité dans le pays et la mauvaise gouvernance". L'opposition exige également que les autorités fassent la lumière sur les tueries de ses militants lors des manifestations politiques. Lire sur: http://www.bbc.com/afrique/region-41512113
(Vision Guinée 06/10/17)
Le porte-parole de l’opposition s’est confié à VisionGuinee. Pour Aboubacar Sylla, l’opposition n’a pas été contrainte de modifier l’itinéraire de sa marche du 4 octobre qui s’est déroulée de la Tannerie au rond-point de Bambeto alors qu’elle était prévue de la Tannerie au stade de Bonfi. Selon l’ancien ministre de la communication, suite à l’interdiction de la marche par le gouvernement de Conakry, il a fallu couper la poire en deux. ‘’Nous voulions marcher de la Tannerie au stade de Bonfi en passant par l’aéroport. On nous a dit qu’il fallait qu’on délocalise notre marche’’, explique-t-il à notre reporter. Dans un premier temps, dit-il, les autorités ont suggéré à l’opposition de débuter sa marcher à Wanindara et se limiter à...
(Vision Guinée 06/10/17)
Le président Alpha Condé a laissé exploser sa colère ce jeudi 5 octobre au Palais du peuple. Venu célébrer la journée mondiale de l’enseignant, il s’en est pris à ses adversaires politiques qui critiquent sa gouvernance. Selon le maitre de Sékhoutouréyah, le moment est venu pour les gens qui qualifient sa gouvernance de mauvaise de parler de leur gestion quand ils étaient aux affaires. ‘’Quand un gouverneur de la Banque centrale place de l’argent dans une ONG, il faut qu’on en parle clairement. Ces gens qui bavardent ont construit des maisons de plus de 2 millions de dollars dans leurs villages’’, révèle-t-il. Alpha Condé s’indigne de voir d’anciens ministres ou Premiers ministres occuper encore des maisons de l’Etat. ‘’On n’a...
(Guinee7 06/10/17)
Le ministre du Tourisme, de l’Hôtellerie et de l’Artisanat ,Thierno Ousmane Diallo, s’est récemment exprimé sur les relations bilatérales sino-guinéennes, vu l’intérêt de plus en plus visible des investisseurs chinois pour les ressources et le développement de la Guinée. C’était au cours d’un entretien qu’il a accordé aux hommes de médias. Etant le premier pays à avoir reconnu la Guinée indépendante, en 1958, Thierno Ousmane Diallo a rappelé que la Chine a toujours entrepris des actions pérennes en Guinée. « Quand vous prenez le Palais du peuple, il a ouvert en 1968 ; en ce moment, il était très petit, mais jusqu’à présent, il est là. La Chine a fait des centrales électriques dans ma ville natale, par exemple à...
(APA 06/10/17)
La communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) fait partie des institutions nominées pour le prix Nobel de la paix, pour son rôle dans la résolution de la crise politique en Gambie sans effusion de sang en début de cette année. Le comité du Nobel dévoilera le récipiendaire du prestigieux prix ce vendredi. Le prix Nobel de la paix est l'une des plus prestigieuses distinctions au monde qui récompense les contributions individuelles ou collectives pour un monde plus pacifique. La Cedeao a été fortement impliquée dans la résolution de la crise politique en Gambie, lorsque l’ex-président Yahya Jammeh a refusé de céder le pouvoir après avoir perdu la présidentielle de décembre 2016 devant l’actuel chef d’Etat, Adama Barrow...
(AFP 05/10/17)
Des milliers de partisans de l'opposition guinéenne ont manifesté mercredi à Conakry pour dénoncer l'usage des armes à feu par les forces de l'ordre lors de leurs manifestations politiques, ont rapporté des correspondants de l'AFP. 83 personnes ont, selon l'opposition, été tuées par les forces de l'ordre lors de manifestations contre le pouvoir, depuis l'arrivée au pouvoir du président Alpha Condé en 2010. Ces décès n'ont pas été suivis d'enquêtes ou de procès, selon elle. Deux jeunes opposants tués lors d'une récente manifestation de l'opposition dans la capitale y ont été inhumés le 27 septembre en présence d'une foule nombreuse.
(RFI 05/10/17)
C'est la troisième marche en trois semaines à Conakry. L'opposition guinéenne a appelé dans les rues ses sympathisants mercredi 4 octobre pour marcher contre l'utilisation des armes à feu par les forces de l'ordre les jours de manifestations. Il y a deux semaines, deux manifestants ont succombé à leurs blessures par balle. D'abord interdite puis finalement autorisée par les pouvoirs publics, ce mercredi, la marche sous haute tension à cause des risques de dérapages était très encadrée. Au rond-point de l'aéroport, quelques véhicules de la police contrôlent les accès.
(APA 05/10/17)
APA-Conakry (Guinée) - L’opposition guinéenne a marché ce mercredi, pour lutter contre l’impunité et la non utilisation des armes à feu contre les manifestants, a constaté APA. La marche s’est déroulée sur un itinéraire allant de la Tannerie sur l’Autoroute, en passant par l'Aéroport, situé dans la commune de Matoto pour prendre fin au rond-point de Bambeto, sur la route Le Prince, dans la commune de Ratoma. Elle a démarré avec, en tête le chef de file de l’opposition guinéenne, Cellou Dalein Diallo, entouré par d’autres leaders des partis Au-delà des messages qui s’affichaient sur des pancartes de certains manifestants ont pouvait lire : « justice pour toutes les victimes », « non à l’utilisation des armes à feu contre...
(La Voix de l'Amérique 05/10/17)
Plusieurs milliers de manifestants sont à nouveau sortis mercredi dans les rues de Conakry pour protester contre l’impunité en Guinée. Les manifestants sont venus de plusieurs axes de la capitale guinéenne, répondant ainsi à l’appel de l’opposition. La marche a démarré en banlieue de Conakry, à la Tanerie. Elle s'est poursuivie jusqu'à Hamdallaye en passant par l'aéroport Conakry Gbessia. "Nous manifestons pour exiger qu'on mette un terme à l'impunité, pour réclamer justice pour les 83 personnes tuées lors des manifestations," a déclaré à VOA Afrique le leader de l’opposition Cellou Dalein Diallo présent au milieu de manifestants. "Non à l’utilisation des armes à feu contre les Guinéens," indiquaient certaines pancartes brandies par dans la manifestation. Lire la suite sur: https://www.voaafrique.com/a/poursuite-des-manifestations-contre-l-impun...
(Agence Ecofin 05/10/17)
(Agence Ecofin) - Moustapha Mamy Diaby, le ministre guinéen des Postes, Télécommunications et de l’Economie numérique, a déclaré que « les 50 millions $ prévus pour relancer la Sotelgui ne suffisent pas ». D’après le patron du secteur national des télécoms, « même 100 millions de dollars ne suffiront pas. Il faut un partenariat dynamique public-privé pour donner vie à ce patrimoine, afin qu’il concurrence les opérateurs téléphoniques implantés dans le pays». Moustapha Mamy Diaby a fait ces révélations à la délégation de la commission Communication, Arts et Culture de l’Assemblée Nationale, lors de la réunion de travail organisée la semaine dernière à son ministère, rapporte le site d’information mosaiqueguinee. Au cours des échanges, les parlementaires ont en effet interpellé...
(APA 04/10/17)
APA - Conakry (Guinée) - La Fédération Syndicale et Assurance des Banques de Guinée (FESABAG), menace d’aller en grève si l’Etat et les directeurs des banques ne prennent pas en compte leurs revendications d’ici le 5 octobre 2017. La secrétaire générale adjointe de la FESABAG, également secrétaire générale de la Banque Populaire Maroco-Guinée, Marie Yvonne Coumbassa, dénonce dans un entretien a la presse ce mardi, certaines attitudes malsaines des patrons des Banque vis-à-vis de certains travailleurs des entreprises bancaires de la place et certains membres actif de la FESABAG.
(Vision Guinée 04/10/17)
L’ancien Premier ministre, Cellou Dalein Diallo a salué la décision des autorités donnant le feu vert à l’opposition pour sa marche du mercredi 4 octobre. Pendant que le leader de l’UFDG se réjouit de cette autorisation, des heurts sont signalés à Wanindara dans la haute banlieue de Conakry. Selon la figure de proue de l’opposition, la marche d’aujourd’hui vise à attirer l’attention des autorités pour mettre fin à l’impunité. Les opposants au régime d’Alpha Condé exigent des enquêtes sérieuses pour identifier les auteurs des crimes commis lors des manifestations. Cellou Dalein Diallo a mis l’occasion à profit pour rappeler à l’ordre les fauteurs de troubles dans la haute banlieue de Conakry. ‘’Ceux qui sont en train de commettre des violences...
(Vision Guinée 04/10/17)
C’est le ministre d’Etat conseiller personnel du président de la République qui a annoncé sur les antennes de la télévision nationale l’autorisation de la marche de l’opposition prévue ce mercredi 4 octobre 2017. Selon Tibou Kamara, ce feu vert donné à l’opposition est intervenu après concertation et le souci exprimé par toutes les parties pour que les droits et libertés reconnus aux citoyens s’exercent dans le respect de l’ordre public, de la sécurité, des personnes et des biens. L’itinéraire initialement prévu par l’opposition de la Tannerie au stade de Bonfi a connu une légère modification. Les opposants sont autorisés à marcher de la Tannerie à l’Aéroport Gbessia en passant par Bambéto pour se limiter au rond-point de Hamadallaye. Par la...
(Guinée News 04/10/17)
Réunis ce mardi 3 octobre au QG (quartier général) de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), les leaders de l’opposition ont décidé de tenir leur marche sur l’autoroute Fidel Castro. Cette marche débutera au rond-point de la Tannerie à Matoto pour aboutir au stade de Bonfi, dans la commune de Matam. Ce mot d’ordre de l’opposition est élargi à tout le pays pour dénoncer “l’impunité dont sont victimes les Guinéens”. L’opposition tient cette marche contre la volonté des autorités de Conakry qui l’ont interdit. Mais le porte-parole de l’opposition, Aboubacar Sylla, a fait savoir que c’est en dernière minute qu’ils ont reçu les courriers des mairies de Matoto et de Matam (ce 3 octobre à 15h et 16h) leur...
(Vision Guinée 04/10/17)
Devant ses partisans réunis samedi dernier au siège de son parti, le président de l’Union des forces du changement (UFC) a fait un bilan sur le nombre de morts enregistrés lors des différentes manifestations de l’opposition depuis l’avènement d’Alpha Condé au pouvoir. ‘’Nos manifestations ont donné lieu à trop de morts. Nous sommes à 83 morts depuis 2011. 83 personnes qui ont été tuées, la plupart, à balles réelles’’, affirme Aboubacar Sylla. Il accuse ‘’des militaires, policiers ou gendarmes’’ qui, selon lui, ont ‘’tiré sur des manifestants dans l’intention évidente de donner la mort’’. ‘’Quand on fait du maintien d’ordre avec des armes de guerre, ça veut dire qu’on part pour tuer’’, assure le porte-parole de l’opposition, rappelant qu’il existe...
(Aminata 04/10/17)
En prélude des élections présidentielles prévues en 2020, le Parti Nouvelle Génération pour le Panafricanisme Guinéen pose sa valise sur la scène politique guinéenne. Certains membres du parti à l’absence de leur président, Alpha Kabinet Baro, ont procédé samedi 30 septembre 2017 au siège national de NGPG sis à Kobaya dans la commune de Ratoma au lancement officiel de leurs activités. Selon le secrétaire national chargé de la communication, Bangaly Bafodé Djoubaté, le parti est un parti révolutionnaire et panafricaniste qui se fixe comme objectif l’union des guinéens et le développement du pays à travers ses propres ressources, mais aussi assuré la sécurité de tous les guinéens partout où il se trouve. Le poursuivant, il a tenu à préciser que...
(Financial Afrik 04/10/17)
À l’issue de son dernier mouvement de grève pour l’amélioration de l’indice salarial, la FESABAG, la fédération syndicale des banques et microfinances de Guinée avait signé un protocole d’accord tripartite avec le gouvernement et le patronat des banques. L’un des points du protocole accordait l’immunité et la protection contre d’éventuelles représailles des patrons des banques, mais les responsables de certaines banques ne l’entendent pas de cet oreille, plusieurs plaintes viennent d’être déposées contre 9 syndicalistes et un employé pour « intimidations, violences et menaces de mort » en rapport avec la grève de mai 2017. Si certains patrons accusent des syndicalistes d’avoir outrepassé leur droit en s’attaquant physiquement à leur intégrité lors de la dernière grève qui a abouti à...

Pages