Jeudi 19 Avril 2018
(AFP 19/03/18)
Un incendie a ravagé dans la nuit de samedi à dimanche le plus grand marché de Guinée, à Conakry, détruisant des centaines échoppes, selon un journaliste de l'AFP et des responsables de commerçants. Le feu d'origine inconnue s'est déclaré peu après minuit au marché de Madina, dans la proche banlieue de Conakry, selon des témoins. Des centaines d'échoppes ont été emportées par le feu, selon des usagers. Une épaisse fumée noire s'élevait dimanche matin au dessus du marché où des sapeurs pompiers et d'autres secouristes s'affairaient à maitriser le feu résiduel, a constaté un journaliste de l'AFP.
(RFI 19/03/18)
En Guinée, un grand incendie s'est déclaré, dans la nuit du samedi 17 au dimanche 18 mars, et a ravagé une partie du marché de Madina, le plus grand de la capitale guinéenne, Conakry. Au moins 300 commerces, étals et kiosques ont été détruits par les flammes. Dans la matinée de ce dimanche, l’incendie n’était pas encore maîtrisé mais la zone était « circonscrite ». Le feu s’est déclaré peu avant minuit, dans un atelier de couture, semble-t-il. On ne connaît pas encore les causes de l’incendie même si certains parlent d’un « court-circuit ».
(Agence Ecofin 19/03/18)
Le consortium SMB-Winning annonce son partenariat avec Louis Berger, société mondiale de conseil en ingénierie, pour renforcer les études d’impact environnemental et social (EIES) qui lui permettront d’actualiser et de dynamiser son plan de gestion environnementale et sociale (PGES). Le PGES a pour but d’encadrer les travaux liés aux activités d’exploitation minière dans les permis de la SMB afin d’identifier les mesures de mitigations additionnelles nécessaires pour mieux gérer les impacts environnementaux et de maximiser la sauvegarde de la biodiversité et les retombées bénéfiques pour les communautés. Louis Berger élaborera également un plan de mesures additionnelles prioritaires et assistera SMB-Winning dans la mise en place d’un véritable système de management environnemental (SME) répondant à ses obligations de Développement durable. Détenant...
(RFI 19/03/18)
En Allemagne, le Guinéen Naby Keita a grandement contribué à la victoire de Leipzig contre le Bayern Munich. En Angleterre, l’Egyptien Mohamed Salah a été encore époustouflant avec un quadruplé. Voici les buteurs africains du 12 au 18 mars 2018. ALLEMAGNE / BUNDESLIGA – 27e journée Une frappe à bout portant et une passe décisive pour Timo Werner : le Guinéen Naby Keita a été le grand artisan de la victoire 2-1 du RB Leipzig contre le Bayern Munich. Une défaite sans conséquence pour les Munichois, largement en tête de la Bundesliga, mais un succès précieux pour le RBL dans la course à la qualification en Ligue des champions. Le Ghanéen Kevin-Prince Boateng a ouvert le score pour l’Eintracht Francfort...
(Jeune Afrique 17/03/18)
Après le défilé d'un groupe se présentant comme des « donzos » en marge d'une rencontre du parti au pouvoir, dimanche à Conakry, de nombreuses voix s'élèvent au sein de la classe politique et de la société civile pour s'inquiéter de l'instrumentalisation de ces chasseurs traditionnels. Le terme est sur toutes les lèvres en Guinée : les « donzos ». Leurs photos alimentent les réseaux sociaux, qui résonnent de l’écho des inquiétudes et des fantasmes. Ces chasseurs traditionnels de la région de la Haute-Guinée – ou supposés tels – ont en effet paradé dimanche 11 mars au siège du RPG Arc-en-Ciel, le parti au pouvoir.
(RFI 16/03/18)
Trois jeunes gens ont été assassinés lors de la dernières manifestation de l'opposition, mercredi dernier, ce qui a provoqué un déferlement d'une foule de mères de familles jusque dans les bureaux du médiateur de la République, Mohamed Saïd Fofana. Jeudi 15 mars, au cours d'un point de presse, le parquet de Conakry a essayé de défendre les forces de l'ordre en accusant des manifestants armés dont un a été mis aux arrêts en février 2018. Si les forces de l’ordre sont pointées du doigt dans ces assassinats, un porte-parole du parquet de Conakry affirme qu’un suspect a été mis aux arrêts et qu’il pourrait être utile pour la connaître la vérité. « Il a été présenté au juge d’instruction en...
(Xinhua 16/03/18)
Au total 1 017 personnes qui avaient fui la Guinée pour se réfugier dans les villages ivoiriens de Mahanadougou, Konigolo Barabarasso et Vayabidougou du département de Touba, dans le nord-ouest de la Côte d'Ivoire, à la suite d'un conflit, sont repartis au pays jeudi, a appris Xinhua de source proche des autorités locales. "Nous sommes allés dans ces villages pour voir la situation. Les familles d'accueil étaient débordées. Nombreux sont ces réfugiés qui sont retournés chez eux", a déclaré le président du Conseil régional de Touba, Diomandé Lassina. Le groupe composé d'hommes, de femmes et d'enfants a quitté la localité de Mahanadougou, lieu de leur rassemblement, en présence des autorités locales. Un conflit entre civils et militaires avait éclaté le...
(AFP 15/03/18)
Un millier de femmes de l'opposition guinéenne ont occupé jeudi une autoroute urbaine de la capitale Conakry pour protester contre les violences policières meurtrières lors de manifestations et réclamer une révision des résultats des récentes élections locales officiellement remportées par le pouvoir. Un jeune homme de 25 ans, Mamadou Saïdou Diallo, blessé par balle mercredi à Conakry par un gendarme lors d'une manifestation, a succombé dans la nuit, a indiqué jeudi sa famille. Son décès porte à trois morts le bilan des manifestations de mercredi qui ont également fait une quinzaine de blessés...
(AFP 15/03/18)
Deux jeunes hommes ont été tués mercredi à Conakry lors de nouvelles manifestations de l'opposition en Guinée, où s'est achevée une grève des enseignants de plus d'un mois, après un accord avec le gouvernement. Des partisans de l'opposition, qui conteste les résultats des élections locales du 4 février, officiellement remportées par le parti du président Alpha Condé, ont manifesté mercredi dans la capitale et en province, notamment dans le centre et l'ouest du pays, selon des témoins joints par l'AFP. Un jeune identifié comme Mamadou Baïlo Diallo, 22 ans, a été tué par balles dans la même grande banlieue de Conakry où un autre avait péri en milieu de journée, a brièvement annoncé la télévision...
(Jeune Afrique 15/03/18)
Le Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG) et le gouvernement ont signé mardi soir un accord qui met fin à un mois de grèves, de cours suspendus dans les établissements scolaires et de manifestations. La crise sociale étant jugulée, reste la crise politique. Il était aux environs de 23 heures, mardi soir, lorsque la fumée blanche s’est élevée au-dessus de la salle du Palais du Peuple, à Conakry, où se tenaient les négociations. La signature d’un accord entre le gouvernement et le Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG, principal syndicat d’enseignants) a été obtenue de haute lutte, grâce à la médiation de l’ancien Premier ministre et nouveau médiateur de la République, Mohamed Saïd Fofana...
(Jeune Afrique 15/03/18)
Reprise bien amorcée et aura internationale retrouvée, le pays affichait ces deux dernières années un front plutôt serein. Mais depuis janvier, la grogne sociale monte. Quant au climat politique, après les locales et avant les législatives, en septembre, il est de nouveau agité. Sur un écran d’ordinateur, avec ses courbes et diagrammes dynamiques, la Guinée semble avoir retrouvé la forme. Une croissance de plus de 6 % depuis deux ans, un déficit budgétaire maîtrisé, une inflation réduite à 8 %, contre 21 % en 2010… La plupart de ses indicateurs sont au vert. Après deux années de crise sanitaire, puis deux autres marquées par une conjoncture internationale difficile, chamboulée par la chute des cours des matières premières, l’économie guinéenne va...
(Jeune Afrique 15/03/18)
Relance économique, inégalités sociales, emploi des jeunes, infrastructures, place de la Guinée sur le plan international... Le Premier ministre guinéen répond à Jeune Afrique sur les grands défis face auxquels le pays est confronté. Nommé à la fin de décembre 2015 pour conduire le gouvernement du second quinquennat d’Alpha Condé, Mamady Youla, 56 ans, est un Premier ministre actif. Redéploiement des activités dans les secteurs minier, agricole et énergétique, mobilisation des investisseurs, amélioration de la gouvernance… Il tient la barre du Plan national de développement économique et social (PNDES) 2016-2020. Titulaire d’un DEA en macroéconomie de l’université Félix-Houphouët-Boigny d’Abidjan, Mamady Youla a commencé sa carrière au sein de la Banque centrale de Guinée, avant de devenir conseiller du ministre des...
(Jeune Afrique 15/03/18)
Avec un nouveau plan stratégique, des dépenses maîtrisées et des investissements en forte hausse, la croissance est de retour et semble pérenne. Le grand défi, désormais, est qu’elle soit partagée. Bitumage d’axes routiers, nouvelles infrastructures dans les secteurs de l’énergie, des mines et de la logistique, construction de tours de bureaux à Conakry… Les chantiers se multiplient dans la capitale comme à l’intérieur du pays, preuve que l’économie guinéenne se relève progressivement de l’épidémie d’Ebola et de la chute des prix des matières premières qui l’ont frappée de plein fouet en 2014 et 2015. Le pays s’est doté d’un Plan national de développement économique et social (PNDES) 2016-2020, dont l’une des priorités est la transformation durable et inclusive de l’économie...
(Jeune Afrique 15/03/18)
Alpha Condé en a fait l'un de ses chantiers prioritaires : développer la culture de café et d'anacarde. L'objectif est à la fois social - développer un secteur à fort besoin de main-d'oeuvre - et économique - faire rentrer des devises dans les caisses de l'État. Depuis 2016, une double initiative présidentielle met l’accent sur deux cultures de rente : le café arabica (dans le Fouta et en Guinée forestière) et l’anacarde, alias noix de cajou (en Basse-Guinée et Haute-Guinée). L’objectif est évidemment de déployer deux filières qui permettent aux exploitants guinéens de vivre de leur production et à l’État de faire rentrer des devises. Derrière le Centre de recherche agronomique de Bareng, entre Timbi-Madina et Timbi-Tounni (préfecture de Pita), une...
(Jeune Afrique 15/03/18)
Le scrutin local du 4 février a déçu nombre d’électeurs et d’observateurs, qui l’ont estimé trop politisé. Les partis vont-ils pour autant se remettre en question ? Les élections communales et communautaires, les premières depuis 2005, ont eu lieu le 4 février. Beaucoup voyaient dans ce scrutin de proximité, le seul ouvert aux candidatures indépendantes, l’occasion de dépasser les clivages bipartisans et de mobiliser les citoyens. Mais les 6 millions d’inscrits ne se sont pas bousculés pour élire les 342 conseils communaux (plus de 46 % d’abstention) ; pis, beaucoup se disent fiers de n’avoir pas voté. Succession de danses, de défilés et d’accrochages partisans, la campagne a laissé peu de place aux débats de fond La plupart regrettent que les...
(Xinhua 15/03/18)
Un jeune a été tué et trois gendarmes blessés au cours des heurts entre manifestants et forces de l'ordre mercredi à Wanidara (fief de l'opposition), un quartier en banlieue de Conakry, a-t-on appris de source sécuritaire. Le jeune victime, Boubacar Diallo, âgé de 26 ans, aurait été tué par balle lors des accrochages violents entre les jeunes militants de l'opposition et un groupe de gendarme en patrouille pour rétablir l'ordre dans la zone de Wanidara. Selon le lieutenant-colonel Mamadou Alpha Barry, porte-parole de la gendarmerie nationale, les trois gendarmes blessés appartiennent à l'escadron mobile No 16 de Samatran. Ils ont été blessés par balles par un jeune qui a utilisé un fusil Calibre 12 et qui a ouvert le feu...
(RFI 15/03/18)
Après un mois de tensions sociales, une sortie de crise a finalement été trouvée dans la nuit mardi 13 mars. Après la signature d’un accord surprise avec le gouvernement, les enseignants ont suspendu leur grève, déclenché le 12 février. Le syndicat SLECG réclamait et a obtenu des revalorisations de salaire. Pourtant, pendant les négociations l’État s’y opposait, faute de budget. Alors comment l’État va pouvoir respecter cet accord et payer les fonctionnaires ? Satisfait, le syndicat SLECG affirme que les prochaines fiches de paye des enseignants augmenteront de 40% par rapport à celles de janvier 2018. Il faudra donc trouver dans les caisses de l’État 550 milliards de francs guinéens, soit 50 millions d’euros, explique Mohamed Lamine Doumbouya, le ministre...
(Jeune Afrique 15/03/18)
Avocats, médecins ou fonctionnaires la semaine, chefs d’exploitation le week-end… Enquête sur la double vie active de ces néoentrepreneurs qui font des affaires à la ferme. Ils préfèrent qu’on les appelle « agripreneurs », contraction d’« agriculteurs » et d’« entrepreneurs ». Jeunes, actifs, urbains, âgés de 20 à 35 ans pour la plupart, ils mènent une double vie active. Fonctionnaires, avocats, banquiers, journalistes ou médecins à Conakry, ils sont aussi agriculteurs, planteurs ou éleveurs. Une vingtaine d’entre eux se sont rencontrés via Facebook et ont décidé, à la mi-2016, de créer la Plateforme d’agripreneurs pour l’émergence de la Guinée (Page), qui met en relation ces néoexploitants agricoles déjà installés, ou en passe de l’être, avec des propriétaires terriens, des...
(RFI 15/03/18)
Suite de notre série sur la bauxite, l’or rouge guinéen. Avec l’accroissement des activités minières et de la population dans la région de Boké, il y a de plus en plus de besoins médicaux. Les traumas, les accidents de la circulation sont plus nombreux. Les riverains se plaignent également de la poussière qui se dégage des activités minières. Mais dans les postes de santé ruraux ou dans les hôpitaux, les moyens et le personnel augmentent lentement. Pour faire face aux demandes en hausse, quelques sociétés minières, comme la SMB, société minière de Boké, investissent dans des centres de santé. Des centres qui, sans subvention de l’administration, ont parfois des difficultés à fonctionner. Lire sur: http://www.rfi.fr/emission/20180315-guinee-industrie-bauxite-entraine-be...
(Jeune Afrique 15/03/18)
Le ministre de la Communication revient pour Jeune Afrique sur les récentes critiques dont le gouvernement guinéen a été la cible, après la suspension d'une radio privée en novembre, et l'interdiction par le chef de l'État de donner la parole à un leader syndical. Début novembre, la radio privée Espace FM est suspendue pendant une semaine par la Haute Autorité de la communication (HAC) pour avoir consacré une émission aux forces armées nationales. À la fin du même mois, le chef de l’État menace de fermeture toute radio qui donnerait la parole à Aboubacar Soumah, leader syndical à l’origine de la grève qui a secoué le secteur de l’éducation. Depuis, les relations entre les médias et l’exécutif sont tendues. Jeune...

Pages