Vendredi 23 Juin 2017

Guinée : lancement d'un nouveau vaccin contre la maladie à virus Ebola

Guinée : lancement d'un nouveau vaccin contre la maladie à virus Ebola
(Xinhua 30/03/17)

CONAKRY, (Xinhua) -- Les autorités guinéennes à travers l'agence nationale de sécurité sanitaire (ANSS) qui a remplacé la cellule nationale de lutte contre Ebola, a lancé mercredi, un nouveau vaccin contre la fièvre hémorragique à virus Ebola.

L'essai de ce nouveau vaccin qualifié d'efficace par les spécialistes a déjà commencé dans les centres d'études de l'épidémie à virus Ebola installés à Conakry pour la vaccination des personnes volontaires.

Le vaccin sera administré à plus de 5.000 personnes (2.500 en Guinée) réparties entre les trois pays ouest-africains ayant connu l'épidémie d'Ebola, la Guinée, le Libéria et la Sierra Lion.

En Guinée, plus de 2.500 personnes seront vaccinés dont des adultes et des enfants, identifiés à travers le pays.

Une première dose du vaccin Ad26. ZEBOV sera administrée aux personnes volontaires et sera suivie huit semaines plus tard d'une dose de rappel avec le vaccin. MVA-BN-Filo et la deuxième étape démarrera au deuxième semestre de 2017.

A l'occasion du lancement de l'essai clinique, Sakoba Keita, directeur de l'ANSS, a précisé qu'en décembre 2014, face au nombre croissant de cas d'Ebola en Guinée et à l'échec de toutes les stratégies qui n'ont pas permis d'inverser la tendance d'évolution de l'épidémie, il avait été décidé d'explorer des nouvelles stratégies de contrôle de cette épidémie.

Selon lui, cette action de recherche se situe dans le cadre d'un partenariat de recherche sur la vaccination contre Ebola.

La première phase d'essais clinique du vaccin étant terminée, cette deuxième phase est l'oeuvre d'un consortium qui regroupe les autorités sanitaires des trois pays d'Afrique de l'ouest, la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone.

Habib Béavogui, l'investigateur principal de l'essai clinique en Guinée a estimé que la spécificité de ce nouvel essai vaccinal, contrairement à celui utilisé précédemment par l'OMS, se justifie par sa durabilité de la protection contre le virus et la rapidité de la réaction du corps humain qui reçoit la dose de vaccin.

Selon le dernier rapport de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), plus de 4.900 personnes sont mortes à cause du virus Ebola en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone, sur plus de 13.000 cas répertoriés.

Commentaires facebook