Mardi 20 Février 2018

La CEDEAO condamne l'expansion de la violence postélectorale en Guinée

La CEDEAO condamne l'expansion de la violence postélectorale en Guinée
(Xinhua 13/02/18)
Le président de la commission de la Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) Marcel Alain de Souza.

Dans un communiqué dont Xinhua a reçu une copie lundi, le président de la commission de la Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) Marcel Alain de Souza a condamné l'expansion de la violence postélectorale en Guinée.

Le président de la Commission de la CEDEAO a déclaré qu'il suit avec un "grand intérêt le processus électoral en cours en Guinée qui, par la tenue d'élections communales le 4 février 2018, consacre l'élection des conseillers locaux et municipaux".

Par ailleurs, il a salué "le bon déroulement du scrutin dans le calme", tout en exprimant sa préoccupation par l'évolution de la situation en Guinée caractérisée par des vives tensions émaillées de "violences causant des pertes en vies humaines et des blessés".

"Cette violence postélectorale est préjudiciable à la paix et à la quiétude qui prévaut dans le pays et dans la région", a dit M. de Souza.

Face à la situation, il a lancé un appel aux partis politiques et aux candidats indépendants ainsi qu'à leurs partisans "de s'abstenir de tout recours à la violence et de privilégier les voies de dialogue".

Quant aux contentieux électoraux, le président de la commission de la CEDEAO a rappelé qu'il faille privilégier les recours pacifiques prévus et définis par les dispositions légales en vigueur.

De même, il a souhaité un prompt rétablissement aux blessés et a exprimé sa compassion et sa solidarité aux familles éplorées, ainsi qu'au gouvernement et au peuple guinéen.

Les violences postélectorales enregistrées le lendemain du scrutin électoral du 4 février dernier ont fait 7 morts dont 5 enfants et un étudiant.

Après plus de 10 ans, la Guinée a organisé le dimanche 4 février les élections communales et communautaires pour le choix des élus locaux à la base.

Commentaires facebook