Mercredi 25 Avril 2018

Incendie du marché de Madina à Conakry : plus d’un millier de sinistrés

Incendie du marché de Madina à Conakry : plus d’un millier de sinistrés
(Jeune Afrique 20/03/18)

Un violent incendie a ravagé le marché de Madina, à Conakry, dans la nuit de samedi à dimanche. Aucune victime n'est à déplorer, mais les flammes ont causé d'important dommages matériels, notamment en raison des difficultés d'accès.

Madina, le plus grand marché du pays, est traversé d’est en ouest par l’unique route « Niger », elle-même envahie par des dizaines d’étalages. S’y ajoutent une corniche, qui passe au sud, et des petites ruelles innombrables, certaines sans issues, toutes en mauvais état et sans aucun éclairage public, que se disputent piétons, charretiers et autres gros-porteurs qui déchargent leurs marchandises.

C’est dans ce dédale chaotique, qui est aussi l’un des principaux poumons économiques de Conakry, qu’un violent incendie a démarré peu avant minuit, dans la nuit de samedi à dimanche. Le feu a pris au marché M’Balia, situé à l’ouest de Madina. Les flammes ont ravagé plus de 1500 mètres carrés, et plusieurs dizaines de boutiques et échoppes de vendeurs sont parties en fumées en quelques minutes.
La thèse du court-circuit

L’origine du feu reste encore à élucider. Mais Mohamed Lamine Camara, administrateur adjoint du marché, évoque l’hypothèse d’un court-cuit. Selon lui, « le courant faisait des vas-et-viens, et l’incendie a démarré après la troisième coupure ». Dans un communiqué publié dimanche, le gouvernement guinéen a lui-aussi avancé l’hypothèse du court-cuit, tout en promettant « des investigations complémentaires pour déterminer la cause exacte du sinistre ».

Électricité de Guinée (EDG), la société publique, se défend d’avoir manqué à ses obligations. « Aucun de ceux qui sont installés à cet endroit n’est abonné à EDG. Mais ils ont du courant. Il y a des producteurs privés qui leur donnent du courant, en utilisant des câbles qui ne répondent pas aux normes. Avec l’échauffement, la variation de tensions, l’absence de fiabilité des groupes électrogènes entraînent souvent des problèmes », affirme Madiou Diallo, le directeur de communication d’EDG – une société dont le contrat de gestion a été remporté en 2015 par le français Veolia.

« En cas d’incendie, ils accusent EDG. Or, EDG ne donne pas du courant sans les normes », assure encore Madio Diallo. « Aucun commerçant d’ici n’a un abonnement ou une facture. Ce sont les producteurs privés qui alimentent à 90% le marché. La preuve, la zone est isolée depuis hier par EDG, mais vous voyez bien qu’il y a du courant. »

Lire la suite sur: http://www.jeuneafrique.com/543660/politique/incendie-du-marche-de-madin...

Commentaires facebook