Mercredi 13 Décembre 2017

Hydrocarbures : la Guinée ouvre le bal pour l'octroi des licences d'exploitation

Hydrocarbures : la Guinée ouvre le bal pour l'octroi des licences d'exploitation
(La Tribune 16/06/17)

La Guinée lancera son premier cycle d'octroi des licences pétrolières et gazières en octobre prochain. Étalé sur une durée de six mois pour la réception des offres, le cycle aboutira à l'annonce des noms des bénéficiaires en octobre 2018. D'ici à là, le Pacific Sirocco est déjà dans les eaux maritimes pour entamer le prospect dans le puits de Fatala.

C'est une nouvelle très attendue par les opérateurs des secteurs pétrolier et gazier. La Guinée vient de lancer son premier cycle d'octroi de licences pétrolières et gazières. D'après Diakaria Koulibaly, le PDG de l'Office national du pétrole (ONAP) qui en a fait l'annonce lors d'une rencontre à Paris, l'opération d'octroi sera ouverte à partir d'octobre 2017 et durera six mois, avec des résultats prévus en 2018. Les entreprises auront la possibilité de soumettre des offres sur tous les blocs ouverts.

«C'est un moment passionnant pour la République de Guinée. Les récents succès dans le bassin du MSGBC du nord ont augmenté l'intérêt de l'industrie dans cette région relativement en cours d'exploration, et cette chaîne de succès continuera et va inévitablement vers le sud chez nous. Nous avons actuellement une plateforme active dans nos eaux, forçant ce que nous espérons être le premier de nombreux succès commerciaux », a ajouté Diakaria Koulibaly.

En évoquant plateforme active, le patron de l'ONAP fait ainsi allusion au Pacific Scirrocco, un bateau de forage affrété par les groupes Hyperdynamics et Sapetro, le 21 mai dernier et qui devra assurer la mise en œuvre du puits pétrolier Fatala.

Il faut préciser que l'information sur le lancement du cycle de licences a d'abord été divulguée par TGS Nopec, le spécialiste des données sismiques maritimes. Le contractant norvégien avait déclaré en début de semaine qu'il avait relevé des données sismiques 2D de très bonne qualité, et modernes de 14 000 kilomètres sur les blocs proposés.

Lire la suite sur: http://afrique.latribune.fr/entreprises/industrie/energie-environnement/...

Commentaires facebook