Guinée : le dossier sur le massacre du 28 septembre 2009 suit son cours (ministre) | Africatime
Jeudi 27 Avril 2017

Guinée : le dossier sur le massacre du 28 septembre 2009 suit son cours (ministre)

Guinée : le dossier sur le massacre du 28 septembre 2009 suit son cours (ministre)
(Xinhua 16/03/17)
Le ministre guinéen de la Justice Cheik Sacko

CONAKRY, (Xinhua) -- Le dossier concernant le massacre perpétré le 28 septembre 2009 au stade de Conakry, provoquant la mort de plus de 150 personnes, suit son cours dans l'observation scrupuleuse des règles d'une procédure juste et équitable à l'endroit de toutes les parties, a déclaré mercredi le ministre guinéen de la Justice Cheik Sacko dans une note d'information.

A propos de l'extradition d'Aboubacar Sidiki Diakité dit "Toumba", l'un des présumés auteurs des tueries du 28 septembre 2009 en Guinée, le ministre de la Justice a porté à "la connaissance de l'opinion nationale et internationale qu'en réponse à la demande d'extradition présentée par les autorités judiciaires guinéennes, un acte d'extradition des autorités sénégalaises a permis le transfèrement, le 12 mars 2017, à la maison centrale de Conakry, d'Aboubacar Sidiki Diakité".

Le ministre a rappelé les charges retenues contre Toumba dans ce dossier sensible. Il s'agit des "faits de meurtres, de viols, de pillages, d'incendies volontaires, de vols à main armée, de coups et blessures volontaires, d'outrages à agents de la force publique, de tortures, d'enlèvements, de séquestrations, d'agressions sexuelles, d'attentats à la pudeur, de responsabilité de commandement des chefs hiérarchiques et militaires et de complicité".

Par ailleurs, dès son arrivée en Guinée le 13 mars 2017, les autorités ont procédé à "la vérification de son identité afin de s'assurer de la conformité aux renseignements portés dans les pièces du dossier d'extradition".

Le 14 mars, le présumé a été présenté aux juges d'instruction chargés de l'information des infractions commises le 28 septembre 2009.

L'Organisation des victimes des événements du 28 septembre 2009 et plusieurs ONG de défense des droits de l'Homme en Guinée ont salué l'extradition du principal accusé, qui vivait jusque-là à Dakar.

Commentaires facebook