Examen du Budget 2014 à l’Hémicycle : l’agriculture et la présidence en hausse, la CENI, la défense en nette baisse | Africatime
Mercredi 03 Septembre 2014

Examen du Budget 2014 à l’Hémicycle : l’agriculture et la présidence en hausse, la CENI, la défense en nette baisse

Examen du Budget 2014 à l’Hémicycle : l’agriculture et la présidence en hausse, la CENI, la défense en nette baisse
(Guinée News 26/12/13)
Le vote du budget en Guinée

L'examen du projet de lois des finances pour l'exercice 2014 se poursuit de plus belle à l'Hémicycle avec des fortunes diverses pour les départements concernés. Si le ministère de l'agriculture et la présidence sont aux anges après leur passage au Conseil national de la transition (CNT), tel n'est pas le cas pour la Ceni, l'administration du territoire, les travaux publics et la défense, qui ont vu leur budget grignoté, a-t-on appris mercredi à Conakry. Au ministère de l'agriculture, par exemple, Marc Yombouno est aux anges. Et pour cause ? Son budget de 2013 de l'ordre de deux cent milliards de francs (200.000.000.000 GNF) a été rehaussé de six pour cent. Il passe ainsi entre deux cent soixante cinq à deux cent quatre vingt milliards de francs, alors qu'il réclamait deux cent quarante cinq milliards francs (245.000.000.000 GNF). A la présidence également, Kiridi Bangoura a obtenu une légère hausse de son budget. Un budget, qui met en avant les missions constitutionnelles du chef de l’État, qui insiste sur la nécessaire décontraction de certains services et qui donne enfin toute l’autorisation aux organes personnalisés de compétences nationales comme l’agent judiciaire de l’État, a-t-il affirmé. " En 2014, il y a la réalisation des grands projets que ce soit dans les domaines routiers, les infrastructures, l’énergie, l’agriculture et aussi des secteurs sociaux comme l'éducation et la santé", affirme-t-on.

Contrairement aux deux départements, la CENI (commission électorale nationale indépendante) a connu un gap de soixante dix milliards de francs (70.000.000.000 GNF) entre la prévision budgétaire déposée par le gouvernement et sa proposition financière à elle, a-t-on appris. Pourtant, 2014 est aussi une année électorale, a fait savoir Pathé Dieng, le chef du département de la CENI, qui pense qu'à la différence des législatives, les résultats des consultations communales et communautaires, seront publiées au niveau de la base par les juridictions locales. L’une des particularités de ces élections, il y aura aussi les candidatures indépendantes". Au ministère délégué de la défense, Abdoul Kabèlè Camara a obtenu un budget réduit estimé à 1,86 pour cent, certes, mais qui lui permettrait de réaliser des investissements en 2014. Tout comme le ministère de la défense, les ministres Alhassane Condé de l’administration du territoire et de la décentralisation, ainsi que Dorval Doumbouya du commerce ont vu une réduction drastique de leur budget, soit 13,93 pour cent pour le premier et 7,06 pour cent pour le second. Dans la même lancée, le ministre d’État chargé des travaux publics et des transports, Bah Ousmane, qui a présenté un budget de quatre cent quatre vingt quatre milliards quatre cent quatre vingt seize millions trois cent cinquante neuf mille francs guinéens (484.496.359.000 GNF) en 2014 se contentera d'un montant estimé de l'ordre de quatre cent soixante onze milliards six cent quinze millions quatre cent mille francs guinéens (471.615.400.000 GNF)

COMMENTAIRES
0
Commentaires
Connectez - vous afin de pouvoir commenter ce contenu