Lundi 18 Décembre 2017

Cellou Dalein : la Présidence de la République ou la retraite politique !

Cellou Dalein : la Présidence de la République ou la retraite politique !
(Guinée News 19/06/17)
Cellou Dalein Diallo, chef de file de l'opposition guinéenne

Il est connu de tous que Cellou Dalein Diallo est l’actuel chef de file de l’opposition républicaine en Guinée. Ce statut de chef de file pose un certains nombre de questions et nous amène à examiner sa position actuelle face aux enjeux sociopolitiques qui couvent derrière les prochaines échéances électorales d’ici 2020: les élections communales et locales prévues dans le courant 2017, les législatives de 2018.

Sans même mentionner les élections présidentielles pour lesquelles Alpha Conde aura terminé son deuxième et dernier mandat (selon notre constitution) et qui sont prévues pour le courant 2020.

Cellou Dalein saura-t-il être pragmatique en se basant sur la real politik et en acceptant la logique qui exige de renouer le fil du dialogue avec toutes les forces politiques de l’opposition républicaine pour les fédérer autour de la perspective d’une alternance démocratique libre, transparente et apaisée? Il est aisé de comprendre que seule une stratégie politique adéquate axée sur la réconciliation et la mobilisation de toutes les forces politiques de l’opposition, à l’image de ce qu’elle était entre 2010 et 2014 avant son éclatement récent, peut conduire à une transition démocratique civilisée et favorable à l’accession au pouvoir de l’opposition républicaine.

Entre le marteau et l’enclume :

Est-il besoin de rappeler la longue liste – non exhaustive- des éléments de l’UFDG et de l’opposition républicaine avec lesquels le chef de file est en contradiction depuis 2010?

Cet état de fait, illustre les difficultés du chef de file à mobiliser des acteurs politiques qui, il faut le dire, portent parmi eux des grands idéaux de changement politique et démocratique en Guinée.

Le tournant historique

Seule une entente au tour des principes fondamentaux de la démocratie et de l’Etat de droit pourrait éviter à la Guinée les velléités politiciennes qui inciteront les Hommes en kaki à invoquer les motifs de préservation de la paix sociale et de la sécurité des citoyens pour s’emparer du pouvoir au nom d’une transition démocratique fallacieuse.

Une telle voie conduirait le pays à fouler aux pieds l’héritage les 25 ans d’acquis démocratiques obtenus dans la douleur par le peuple de Guinée.

Ni juge ni juré

Nul n’a le droit de juger ou de donner des leçons à autrui, mais – je persiste et signe – l’hypothèse selon laquelle la passion et l’émotion que suscitent les égos surdimensionnés des uns et des autres n’apporteront absolument rien à la Guinée. Par ailleurs, notre pays risquerait à nouveau d’être exposé à la captation du pouvoir par des militaires qui invoqueront l’aberrant principe de l’intégrité nationale et de la sécurité civile pour exercer leur pouvoir discrétionnaire.

Proposition de solutions:

Force est de rappeler que nous sommes en 2017 et la Guinée est exposée à 3 échéances électorales majeures d’ici 2020. Les acteurs politiques guinéens n’augurent rien de rassurant face à ces enjeux démocratiques. Pour toutes ces raisons, nous estimons indispensable de se défaire de ces égos et de privilégier l’intérêt supérieur de la nation qui passe par le dialogue et une entente de l’opposition à l’image de ce qui se passe d’autres pays africains notamment au Sénégal, Gabon, Burkina et maintenant en RDC pour sortir le pays de ces petites crises politiciennes. Tous les acteurs politiques de l’opposition doivent se remettre sur la voie de la raison et du dialogue pour s’entendre afin de favoriser la consolidation de notre démocratie – seul socle du développement socio-économique d’un pays qui a pris un regrettable retard de développement au regard d’autres nations de la sous-région.

Cellou Dalein, en sa qualité de leader de l’UFDG et chef de file de l’opposition républicaine saura-t-il entamer les démarches nécessaires à fédérer les forces politiques de l’opposition ou accepterait-il que d’autres leaders de l’opposition ou de la société civile les amènent à entendre raison sur l’impérieuse nécessité de se réconcilier, s’unir et faire face aux prochaines échéances électorales qui mèneront la Guinée vers la terre promise? À bon entendeur …

Thierno Brel Barry

Commentaires facebook