Jeudi 18 Janvier 2018

Accord de pêche Maroc-UE devant la Cour de justice de l’UE : les réactions se multiplient

Accord de pêche Maroc-UE devant la Cour de justice de l’UE : les réactions se multiplient
(Jeune Afrique 13/01/18)

L'avis de l'avocat général demandant à la Cour de justice de l'Union européenne d'invalider l'accord de pêche entre le Maroc et l'UE a déclenché de nombreuses réactions. Bruxelles qualifie le Maroc de "partenaire stratégique", tandis que l'Espagne réfléchit à des pistes de sorties.

L’avis de l’avocat général de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) ouvrant la voie à une possible remise en cause de la validité de l’accord de pêche entre le Maroc et l’UE ne cesse de susciter la polémique. Si la diplomatie marocaine ne s’est pas officiellement prononcée sur cet avis « à caractère consultatif », plusieurs sources marocaines n’ont pas caché leur désapprobation de « la position radicale » adoptée par l’avocat et qui ne tient pas compte de l’évolution qu’a connue le dossier du Sahara occidental sur la scène internationale.

En réaction à cet avis, l’UE a émis un message à teneur politique. « En attendant la décision finale de la Cour de Justice, nous nous abstenons de commentaires sur le cas ou son résultat », affirme à Jeune Afrique une porte parole de la Commission européenne. Et d’ajouter: « L’UE rappelle que le Maroc est un partenaire essentiel dans notre politique de voisinage sud, partenaire avec lequel nous avons bâti au fil des années un partenariat riche et multidimensionnel. Nous comptons non seulement préserver la relation privilégiée qui est la nôtre mais aussi la renforcer ».

En Espagne, principal pays européen bénéficiant de cet accord de pêche, l’avis de l’avocat Melchior Wathelet a été jugé suffisamment inquiétant pour que le gouvernement décrète une réunion d’urgence, ce vendredi 12 janvier, avec les trois régions autonomes concernées par l’accord de pêche avec le Maroc (Andalousie, Galicie et les Iles Canaries). Pas moins de 74 chalutiers espagnols pêchent en effet dans les eaux marocaines. Les Espagnols veulent réfléchir à des pistes de sortie au cas où la Cour se range du côté de son avocat dans sa décision finale.

Lire la suite sur: http://www.jeuneafrique.com/509473/politique/accord-de-peche-maroc-ue-de...

Commentaires facebook