Dimanche 20 Août 2017

Ghana: le Président Akufo-Addo très ferme face à sa jeunesse indisciplinée

Ghana: le Président Akufo-Addo très ferme face à sa jeunesse indisciplinée
(Afrique sur 7 15/04/17)

Le Président du Ghana, Nana Akufo-Addo, est resté très ferme face à sa jeunesse de parti réunie au sein du groupe Delta Force, qui s’est montrée indisciplinée à son égard et à l’endroit des Ghanéens qui ont été victimes de l’euphorique zèle amer de cette jeunesse mal formée.

Le Président ghanéen Nana Akufo-Addo ne s’est pas laissé fléchir devant l’attitude indisciplinée de sa jeunesse de parti du groupe Delta Force, qui a attaqué de paisibles autorités du Ghana qui ne sont pas du NPP, le parti au pouvoir.

Pour le Président Akufo-Addo, nul n’est au-dessus de la loi, et qui qu’ils soient, ces jeunes coupables seront traduits devant les juridictions compétentes pour répondre de leurs crimes et de leur mauvais comportement. Point question de les caresser dans le sens du poil même s’ils sont issus du NPP, son parti:

« Je regrette tellement l’incident malheureux qui s’est récemment produit à Kumasi. Dans la mesure où les institutions légales et le pouvoir judiciaire ont proposé d’appliquer les lois de notre pays, permettez-moi de répéter qu’il ne sera question sous mon administration que les gens agissent en toute impunité. Il ne sera pas non plus possible que sous mon administration les lois de notre pays ne soient pas respectées », a t-il déclaré.

Poursuivant, Nana Akufo-Addo a ajouté ceci: « Nous sommes une nation régie par la règle de droit et la loi sera appliquée sans crainte ni faveur », a t-il tranché.

Pour rappel, des jeunes réunis au sein du Groupe dénommé « Delta Force » ont violenté le Coordonnateur du Conseil régional Ashanti à son siège même, se plaignant de ce qu’il ait été nommé par leur Président alors qu’il n’est pas membre du NPP, leur parti au pouvoir. Ensuite, quelques uns de ce groupe ont été interpellés par la Police et mis en détention. Leurs camarades restés en liberté ont franchi les portes de la prison, y ont fait la loi et ont remis en liberté les détenus…

Aujourd’hui, la justice ghanéenne a rétabli l’ordre en condamnant depuis le mardi dernier 11 avril 2017, les coupables à une amende de 2.400 Ghana cedis pour fuite de la garde légale, assortie de la signature d’ un engagement de bonne conduite pour une période de mise en observation de six mois.

Commentaires facebook