Dimanche 19 Novembre 2017

Claudio Descalzi présente une mise à jour des activités d’Eni sur OCTP au président Akufo-Addo

Claudio Descalzi présente une mise à jour des activités d’Eni sur OCTP au président Akufo-Addo
(Agence Ecofin 07/11/17)

Au Ghana, la construction de l‘installation de traitement onshore de Sanzule ainsi que le réseau pipelinier y afférent ont atteint un taux d’exécution de 63%. L’annonce a été faite par Claudio Descalzi (photo), le PDG d’Eni, le vendredi dernier, lors d’une rencontre avec le chef de l’Etat ghanéen, Nana Akufo-Addo. Ces activités entrent dans la phase 2 du développement du projet intégré de pétrole et de gaz Offshore Cape Three Points (OCTP).

Le FPSO John Agyekum Kufuor, qui extraira le combustible sera relié à l’Onshore Receiving Facility (ORF) par un pipeline long de 63 km qui aura une capacité de 180 millions de pieds cube par jour. La production quant à elle démarrera en 2018.

Il y a quelques mois, le gouvernement ghanéen a indiqué que le gaz d’OCTP sera destiné à générer plus d’électricité afin de juguler le délestage électrique auquel font souvent face les consommateurs. Après son traitement à Sanzule, le gaz sera donc convoyé par les réseaux de distribution de la Ghana Gas Company, la société publique mandaté pour construire et exploiter l'infrastructure requise pour la collecte, le traitement, le transport et la commercialisation des ressources de gaz naturel.

Cependant, les centrales qui recevront le gaz d’OCTP n’ont pas encore été portées à la connaissance du public. Il faut toutefois noter que la production gazière sur OCTP permettra au Ghana de générer un supplément de 900 MW qui pourrait augmenter à 1 500 MW à pleine production. Le Ghana bénéficiera de ce projet pendant 15 ans, ce qui selon le président, « stimulera réellement le développement ».

OCTP ne devrait produire que 2,8 millions de barils en 2017, mais Eni a signalé au président que la production monte à 5,2 millions de barils (22 320 b / j), atteignant un plateau de 45 000 b / j fin 2017, précise Natural Gas World.

Lundi, le chef d’entreprise a rencontré le nouveau président angolais, Joao Lurenço avec qui la question du gaz a largement été abordée. Comme l’indique Natural Gas World, le groupe italien y produit 155 000 barils d’équivalent pétrole par jour comprenant sa part dans l’usine de production de gaz naturel liquéfié Angola GNL.

Olivier de Souza

Commentaires facebook