Mercredi 13 Décembre 2017

Au Ghana, Macron réitère son message aux jeunes Africains pour qu’ils restent et réussissent en Afrique

Au Ghana, Macron réitère son message aux jeunes Africains pour qu’ils restent et réussissent en Afrique
(Le Monde 04/12/17)
Emmanuel Macron à Accra, Ghana, le 30 novembre 2017

Lors de cette dernière étape de sa tournée africaine, le chef de l’Etat a notamment déploré que « l’Europe » soit « derrière la Chine » au Ghana. Ultime étape de la tournée africaine d’Emmanuel Macron, la courte visite au Ghana de
jeudi 30 novembre a été pensée comme un passage obligé. L’Elysée insiste sur le fait que les vieux schémas coloniaux d’Afrique francophone, anglophone ou lusophone doivent désormais être dépassés, que la francophonie doit être « moins défensive » et constituer « un facteur d’intégration ».

Coincé entre trois pays francophones, présidé par Nana Akufo-Addo, francophile revendiqué, à la différence de certains de ses prédécesseurs, modèle démocratique qui a connu trois transitions pacifiques, loué pour le dynamisme économique de son secteur privé, le Ghana semblait tout désigné pour accueillir la première visite d’un président français depuis son indépendance, il y a soixante ans.

M. Macron a salué en son hôte l’incarnation d’« une nouvelle génération de leaders en Afrique qui croit dans une nouvelle histoire pour l’avenir et la jeunesse. » Accompagné du premier ministre néerlandais, Mark Rutte — une façon de souligner que la diplomatie française entend impliquer davantage les Européens dans les questions africaines —, le chef de l’Etat a notamment estimé anormal que « l’Europe » soit « derrière la Chine » au Ghana.

Pour sa part, Nana Akufo-Addo a rendu hommage à « la détermination d’Emmanuel Macron » à poursuivre l’engagement militaire de la France au Sahel et a tracé les contours de son ambition pour le Ghana : s’émanciper de l’aide occidentale et suivre le modèle de l’Irlande, passée de terre d’émigration à un statut d’île start-up.

Les deux présidents ont plaidé pour que les jeunes Africains restent et réussissent en Afrique, plutôt que de « croire à un eldorado en Europe », pour le Français, ou que de « mendier l’aide » des pays riches, pour le Ghanéen. M. Macron a insisté sur le fait que « l’Europe doit avoir une politique de coopération pour qu’un jeune Africain puisse se dire qu’il va réussir formidablement dans son pays », par exemple y « développer son entreprise ».

Lire la suite sur: http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/11/30/au-ghana-macron-reitere...

Commentaires facebook