Dimanche 24 Septembre 2017

Au Ghana, le mobile aide les agriculteurs à anticiper

Au Ghana, le mobile aide les agriculteurs à anticiper
(La Croix 05/09/17)

Alloysius Attah a lancé en 2013 sa start-up, qui envoie des messages pratiques vocaux à 200 000 agriculteurs dans dix pays différents.

Quand ses parents ont divorcé, le jeune Alloysius Attah est allé vivre chez sa tante, dans un village du Ghana. Elle était responsable d’une petite exploitation agricole de cacao, manioc, riz, cacahuètes… Au Ghana, l’agriculture emploie plus de quatre actifs sur dix. Et selon la Banque mondiale, environ 80 % de la production agricole provient de petits paysans installés dans des exploitations familiales dont la superficie moyenne est inférieure à deux hectares.

Un diplôme en sciences plus tard, Alloysius Attah veut « rendre la pareille aux gens qui lui ont tout apporté. » En 2011, au cours d’un séminaire pour jeunes entrepreneurs, il lui est demandé de soumettre une idée pour changer le Ghana, en utilisant le potentiel des nouvelles technologies. Le projet Farmerline prend corps.

« Il s’agit d’améliorer l’accès à l’information des petits exploitants agricoles via les téléphones portables, pour améliorer le rendement des récoltes », explique-t-il. L’agriculteur reçoit sur sa messagerie vocale un message dans sa langue locale sur les prévisions météo et les cours du marché. Des conseils pour mieux cultiver les terres et gérer le budget sont aussi donnés.

Le projet Farmerline a été lancé avec son associé Emmanuel Owusu Addai officiellement en mars 2013, après avoir récolté plus de 9 000 € auprès de fondations. L’application est aujourd’hui utilisée par 200 000 agriculteurs dans dix pays différents.

Lire la suite sur: http://www.la-croix.com/Journal/Au-Ghana-mobile-aide-agriculteurs-antici...

Commentaires facebook