Samedi 20 Janvier 2018

Akufo Addo dote le Ghana d'une loi spéciale anti-corruption

Akufo Addo dote le Ghana d'une loi spéciale anti-corruption
(La Tribune 04/01/18)
Le chef de l'Etat ghanéen Nana Dankwa Akufo-Addo

Le chef de l'Etat ghanéen Nana Dankwa Akufo-Addo vient de promulguer en ce début d'année, une loi spéciale anti-corruption. Les dispositions prévoient la mise en place d'un bureau national de lutte contre la corruption avec un procureur spécial qui devra enquêter sur les actes de corruption impliquant des fonctionnaires, des personnes politiquement exposées et des personnes du secteur privé au Ghana.

La corruption est l'un des gros problèmes qu'affronte l'administration Akufo-Addo au Ghana. « La corruption est l'un des pires fléaux qui s'opposent au développement du Ghana », indiquait d'ailleurs le président ghanéen lui-même. Pour endiguer ce fléau et conformément à sa promesse de campagne en 2016, il vient de promulguer une loi dite spéciale anti-corruption. Adoptée le 14 novembre 2017 par le parlement, cette loi anti-corruption selon le président ghanéen, devra aboutira à la création du nouveau Bureau du Procureur spécial (OSP).

Au cours de la cérémonie de signature de cette loi à Flagstaff House à Accra, Nana Dankwa Akufo-Addo a souligné qu'il garde espoir et souhaiterait que la création de ce bureau contribue à franchir une nouvelle étape dans la ''lutte collective contre la corruption au sein de la vie publique ghanéenne''. « Mon espoir et mes attentes sont que la création de ce bureau va constituer une étape importante dans notre détermination collective à éradiquer la corruption de la vie publique de notre pays. Nous savons tous que cela a été un fléau majeur dans le développement du Ghana », a déclaré le chef d'Etat ghanéen.

L'OSP sous l'autorité d'un procureur spécial, aura pour mission principale de mener des investigations sur les actes de corruption impliquant des fonctionnaires, des personnes politiquement exposées et des personnes du secteur privé impliquées dans la corruption afin de combattre le phénomène au Ghana. Ce bureau pourra aussi, d'après Nana Akufo-Addo, poursuivre les personnes impliquées dans des actes de corruption, sous l'autorité du procureur général.

Lire la suite sur: https://afrique.latribune.fr/politique/gouvernance/2018-01-04/akufo-addo...

Commentaires facebook