| Africatime
Lundi 27 Mars 2017
(Setal 16/02/17)
La Cour suprême gambienne a un nouveau président. Le magistrat gambien, Hassan Bubacar Jallow, a été nommé ce mercredi à la tête de la juridiction supérieure gambienne. Il a automatiquement prêté serment. Il devient ainsi le premier juge gambien à occuper ce poste qui était jusqu'ici réservé à des juges étrangers. Ancien ministre de la Justice sous le régime du président Dawda Jawara, il a siégé de 1998 à 2002 en tant que juge de la Cour suprême de la Gambie. De 2002 à 2003, il a servi au Tribunal spécial pour la Sierra Leone comme juge de la Chambre d'appel. Il est devenu ensuite Procureur du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) siégeant à Arusha (Tanzanie). "Nous devons...
(La Croix 16/02/17)
Un mois après l’élection du nouveau président Adama Barrow, les autorités gambiennes ont annoncé qu’elles ne souhaitaient plus quitter la Cour pénale internationale. Le départ de la juridiction internationale avait été décidé en novembre 2016 par l’ancien président Yahya Jammeh. Depuis son élection le 1er décembre 2016, le nouveau président gambien Adama Barrow semble bien décidé à tout faire pour se démarquer de son prédécesseur. Au pouvoir pendant 22 ans, Yahya Jammeh avait annoncé en novembre 2016 vouloir sortir de la Cour pénale internationale (CPI), coupable selon lui de « persécution envers les Africains, en particulier les dirigeants ». Mardi 14 février, les nouvelles autorités gambiennes ont manifesté leur désir de rester membre de la juridiction internationale, en fonction depuis...
(Dakaractu 16/02/17)
En conférence de presse en Gambie, le mouvement solution by spirituality reconnait les efforts déployés par les acteurs de la diplomatie africaine en général et sénégalaise en particulier. « Grâce à leur patience et leur fermeté, l’ancien président Yaya Jammeh a quitté le pouvoir sans qu’aucun coup de feu ne soit tiré. Cette victoire est celle de la démocratie et celle du peuple gambien. Nous nous en félicitons car le Mouvement Solution By Spirituality, dans sa quête permanente de la paix, de la solidarité et de l’amour universel ne pouvait espérer une meilleure issue », proclame le président Cheikh Baba Diallo. L’alternance politique que les Gambiens ont toujours voulue est maintenant une réalité. Cependant, elle cristallise beaucoup d’espoir exigeant de...
(AFP 15/02/17)
Le magistrat gambien Hassan Bubacar Jallow, qui a occupé de hautes fonctions au sein de tribunaux de l'ONU, est devenu mercredi le nouveau président de la Cour suprême de Gambie, pays où des juges étrangers étaient traditionnellement nommés à des postes-clés. M. Jallow, nommé par le nouveau président de Gambie Adama Barrow à ce poste qui en fait le premier magistrat du pays, fut de 2002 à 2003 juge de la Chambre d’appel du Tribunal spécial pour la Sierra Leone, puis Procureur du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) siégeant à Arusha (Tanzanie). Les nouvelles autorités gambiennes, issue de la présidentielle du 1er décembre qui a mis fin à 22 ans de règne autoritaire du président Yaya Jammeh, a...
(AFP 15/02/17)
Près d'un mois après son départ de la présidence, son successeur n'a toujours pas pris possession des lieux. Même en exil, Yahya Jammeh continue d'inspirer l'effroi en Gambie, après 22 ans d'un pouvoir aussi implacable qu'imprévisible. La peur instillée à toutes les couches de la société par le caractère arbitraire de son régime a brouillé les frontières entre réalité et fiction, alimentant les rumeurs les plus folles, dans un pays où les superstitions sont déjà vivaces.
(RFI 15/02/17)
Près d'un mois après son départ de la présidence, son successeur n'a toujours pas pris possession des lieux. Même en exil, Yahya Jammeh continue d'inspirer l'effroi en Gambie, après 22 ans d'un pouvoir aussi implacable qu'imprévisible. La peur instillée à toutes les couches de la société par le caractère arbitraire de son régime a brouillé les frontières entre réalité et fiction, alimentant les rumeurs les plus folles, dans un pays où les superstitions sont déjà vivaces. La semaine dernière, les soldats de la force ouest-africaine chargés d'assurer la protection du nouveau président Adama Barrow, et dont le mandat...
(BBC 15/02/17)
Le ministre des Affaires étrangères de la Grande Bretagne, Boris Johnson, en visite à Banjul, a annoncé la nomination d'un conseiller spécial pour aider la Gambie à réformer le secteur de la justice. Le chef de la diplomatique britannique, Boris Johnson, a salué mardi à Banjul le nouveau gouvernement Barrow, se félicitant notamment du retour annoncé de la Gambie dans le Commonwealth. M. Jonhson a promis d'appuyer les efforts de la Gambie pour réintégrer le Commonwealth, qui regroupe 52 Etats, pour la plupart, d'anciennes colonies britanniques. Premier chef de la diplomatie britannique à se rendre en Gambie depuis l'indépendance de cette ex-colonie britannique en 1965, il a rencontré le nouveau président Adama Barrow, élu le 1er décembre, ainsi que le...
(AFP 15/02/17)
Le chef de la diplomatique britannique, Boris Johnson, a salué mardi à Banjul le nouveau gouvernement Barrow, se félicitant notamment du retour annoncé de la Gambie dans le Commonwealth. Il a également promis le soutien de Londres à la réforme du système judiciaire en Gambie, à laquelle se sont engagées les nouvelles autorités du pays. Premier chef de la diplomatie britannique à se rendre en Gambie depuis l'indépendance de cette ex-colonie britannique en 1965, il a rencontré le nouveau président Adama Barrow, élu le 1er décembre, ainsi que le nouveau ministre de l'Intérieur, Mai Fatty. Les récentes élections en Gambie ayant mis fin aux 22 ans de pouvoir autoritaire de Yaya Jameh, "soulignent le renforcement continue de la démocratie en...
(Jeune Afrique 15/02/17)
Qui a donné l’ordre, en décembre 2004, de tuer Deyda Hydara, directeur du journal The Point et correspondant de l’AFP à Banjul ? Au lendemain de la chute de Yahya Jammeh, la famille du défunt réclame justice. À l’époque, cet assassinat avait profondément choqué un cadre du régime gambien, Landing Badjie, alors directeur général de la police. Méfiant, Jammeh l’avait éloigné de Banjul et envoyé au Soudan rejoindre la mission hybride des Nations unies et de l’UA au Darfour (Minuad). Douze ans plus tard, Badjie, toujours en poste à Ed Da’ein, pourrait bien avoir des confidences à faire devant un juge. Juste après le meurtre, il avait juré devant RSF de retrouver les assassins de son « ami Deyda Hydara ».
(RFI 15/02/17)
Adama Barrow en avait fait une promesse de campagne. Le nouveau président gambien confirme son intention de rester au sein de la Cour pénale internationale. Il revient donc sur une décision prise par l'ex-chef de l'Etat, Yahya Jammeh. C'est désormais officiel : la Gambie ne quittera pas la Cour pénale internationale. Le président Adama Barrow l'a confirmé il y a quelques jours à un diplomate européen, et dans la foulée, son ministre des Affaires étrangères a envoyé une lettre au secrétaire général de l'ONU. Pourquoi les Nations unies ? Parce que l'institution est garante de la plupart des traités internationaux, dont le fameux Statut de Rome qui fixe les règles de la CPI. En novembre dernier, la Gambie avait adressé...
(Agence Ecofin 15/02/17)
Le ministre britannique des Affaires étrangères, Boris Johnson, a annoncé ce mardi que la Gambie sera réadmise le plus rapidement possible au Commonwealth. Boris Johnson a rencontré le président Adama Barrow et plusieurs ministres pour marquer formellement le début du processus de retour de la Gambie au sein de l’organisation qui regroupe la Grande-Bretagne et la plupart de ses anciennes colonies. En 2013, l'ancien chef de l'Etat, Yahya Jammeh avait décidé de retirer la nation d'Afrique de l'Ouest du Commonwealth. L’ex-président avait qualifié à cette époque, l’organisation intergouvernementale d '«institution néo-coloniale». « Hier soir, j'ai parlé à la secrétaire générale du Commonwealth, et elle est déterminée à accélérer le processus de réadmission de la Gambie », a déclaré M. Johnson...
(APA 15/02/17)
Le nouveau ministre de l’Information, de la communication et des technologies de la Gambie, Demba Ali Jawo, a déclaré mardi, quelques heures après sa nomination, que le paysage médiatique difficile dans son pays allait se réinventer et devenir un contributeur efficace à l’amélioration de la légitimité démocratique. Img : La presse gambienne va se réinventer, promet le nouveau ministre de l’information Réagissant par téléphone à sa nomination depuis Banjul, l’affable ancien président du Syndicat de la presse gambienne (GPU) a déclaré à APA que sa nomination lui offrait une excellente occasion de servir avec désintéressement son pays à un moment aussi favorable de son histoire caractérisée par une vague générale d’optimisme quant à l’avenir du pays suite à l’alternance du...
(AFP 14/02/17)
Les nouvelles autorités gambiennes ont saisi l'ONU pour l'informer que leur pays va rester membre de la Cour pénale internationale (CPI), après l'annonce en novembre 2016 d'un retrait de cette juridiction internationale par le régime de l'ex-président Yahya Jammeh. M. Jammeh avait annoncé son retrait de la CPI en l'accusant de "persécution envers les Africains, en particulier leurs dirigeants". Cette décision avait été prise après que la Gambie eut tenté en vain d'amener la CPI à poursuivre les pays européens pour la mort de nombreux migrants africains en Méditerranée, avait indiqué le ministre gambien de l'information Sheriff Bojang. La procureure de la Cour, Fatou Bensouda, est Gambienne et a été ministre de la Justice de M. Jammeh. "Le gouvernement gambien...
(Belga 14/02/17)
(Belga) La Gambie, qui vient de traverser une importante crise politique, souhaiterait réintégrer la communauté d'Etats du Commonwealth, a annoncé lundi Boris Johnson, le ministre britannique des Affaires étrangères. Le petit pays d'Afrique de l'Ouest, qui compte près de 2 millions d'habitants, s'était retiré de cette organisation en 2013. Il avait annoncé à l'automne 2013 son retrait "avec effet immédiat", justifiant sa décision en estimant que le Commonwealth représente "un prolongement du colonialisme". Les Etats membres en sont en effet en majorité issus de l'Empire britannique, même si les différents Etats qui font partie du "Commonwealth of Nations" sont désormais considérés comme égaux au sein de cette organisation. La création du Commonwealth est, historiquement, étroitement liée au processus de décolonisation...
(BBC 14/02/17)
Le ministre britannique des affaires étrangères, Boris Johnson, se rend mardi en Gambie. Sa visite qui est une première, intervient quelques semaines seulement après le départ de Yahya Jammeh du pouvoir sous une pression militaire suite à sa défaite aux élections. L'ancien président gambien s'est exilé en Guinée équatoriale. M. Johnson rencontrera le nouveau président gambien, Adama Barrow qui s'est engagé à faire revenir la Gambie dans le Commonwealth. Boris Johnson se réjouit de la volonté de la Gambie de réintégrer le Commonwealth. ''La Grande Bretagne, précise-t-il, s'assurera de l'effectivité de cette démarche dans les prochains mois.'' C'est sous le régime de Yahya Jammeh que la Gambie avait quitté en 2013 le Commonwealth. Yahya Jammeh avait estimé alors que l'organisation...
(Senego 14/02/17)
A en croire Libération, le général Bora Colley, ex-patron de la tristement célèbre prison de Mile 2, a été libéré par la Dic après plusieurs jours d’interrogatoire. Il a automatiquement rallié la Guinée-Bissau, sa terre d’exil. Son audition a permis, selon les enquêteurs, d’obtenir «des informations précieuses». Celles-ci auraient-t-elles permis la découverte d’une cache d’armes à Kanilaï, le village natal de Jammeh ? L’ex-patron de Mile 2 a été arrêté à Mpack, en territoire sénégalais, juste après le départ en exil de Yaya Jammeh. Son arrestation a été suivie de celle de quatre (4) autres proches du prédécesseur d’Adama Barrow dont son photographe officiel et un cameraman de la télévision publique gambienne (Grts). Ces derniers étaient du voyage lors du...
(AFP 13/02/17)
Un soldat gambien, ancien membre de la garde rapprochée de l'ex-président Yahya Jammeh obligé de s'exiler, a été trouvé en possession d'une armé à feu dans une mosquée de Banjul dans laquelle se trouvait le nouveau chef de l'Etat Adama Barrow, selon la force ouest-africaine en Gambie (Ecomig). "Lors de la prière du vendredi 10 février 2017 à la mosquée King Fahd de Banjul, à laquelle participait Son Excellence Monsieur Adama Barrow, président de la République de Gambie, la force Ecomig avait déployé un dispositif de sécurité conformément à son mandat", précise dimanche un communiqué de la force en Gambie de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao). "Au cours de la fouille des fidèles, effectuée par les...
(RFI 13/02/17)
En Gambie, la mission de la Cédéao, la Micega, annonce l'arrestation vendredi 10 février d'un jeune en détention d'une arme. Cette arrestation s'est produite à la mosquée où le président Adama Barrow devait assister à la grande prière du vendredi. Cette arrestation intervient au moment où la Micega prolonge son mandat de trois mois dans le pays, à compter du 21 février. Vendredi, de nombreux fidèles affluent aux portes de la mosquée King Fahad. A l'entrée, chaque fidèle est minutieusement fouillé par un détachement de la gendarmerie sénégalaise, chargée de la sécurité du président, au sein de la Micega...
(Jeune Afrique 13/02/17)
Amateur de dossiers sulfureux, l’enfant terrible du barreau dakarois, El Hadji Diouf, a défendu jusqu’au bout l’ex-dictateur gambien Yahya Jammeh. Envers et contre tous. «Il est excessif et tapageur mais c’est un vrai tribun. » « Il a toujours eu ce style, c’est un avocat qui dit ce qu’il pense. » « Il n’a aucune limite, et la vulgarité de ses sorties salit la profession. » Au palais de justice de Dakar, les confrères d’El Hadji Diouf, 57 ans, naviguent entre respect, admiration et agacement lorsqu’on évoque l’enfant terrible du barreau sénégalais. Silhouette trapue et voix rocailleuse, adepte depuis toujours de la provocation XXL, Diouf a enfourché en décembre un cheval de bataille controversé en devenant l’avocat médiatique – et...
(Le Quotidien (Sn) 13/02/17)
La Gambie célèbre samedi prochain, le 52e anniversaire de son accession à la souveraineté internationale. Comme invité d’honneur, le nouveau Président gambien, Adama Barrow, a choisi le Sénégal. Selon les sources dignes de foi, son homologue sénégalais, Macky Sall, marquera l’événement de sa présence. Ce choix de Barrow sonne comme un geste de reconnaissance à l’endroit d’un pays qui a joué un rôle central dans la résolution de la crise post-électorale qui a secoué son pays. En effet plus d’avoir dénoncé très tôt le refus de Jammeh de reconnaître les résultats de la présidentielle, le Sénégal a abrité la prestation de serment du Président élu, qui s’est déroulée à l’ambassade de la Gambie à Dakar, et compte des soldats dans...

Pages