| Africatime
Mardi 25 Avril 2017
(BBC 13/03/17)
Le président gambien Adama Barrow est attendu du 14 au 16 mars à Paris puis à Bruxelles. Il s'agira de son premier voyage officiel hors du continent africain. L'invitation avait été lancée par François Hollande lors du sommet Afrique-France qui s'est tenu le 13-14 janvier à Bamako. A Paris, Adama Barrow ira à la rencontre de la diaspora gambienne et s'entretiendra avec Jean-Marc Ayrault, Ministre des Affaires étrangères et Jean-Claude Le Drian, ministre de la Défense. Il aura l'occasion de rencontrer quelques hauts cadres des partis politiques français. Il sera reçu le 15 Mars par François Hollande. Adama Barrow effectuera le 16 Mars une visite à Bruxelles où il sera accueilli par Federica Mogherini, chef de la diplomatie européenne, Donald...
(Agence Ecofin 13/03/17)
Face à une Europe bunkerisée, en panne de croissance et de perspectives, le Maghreb semble aujourd’hui davantage tenté de traverser le Sahara que la Méditerranée. Dans 7 mois, la Tunisie deviendra le 20eme pays de la COMESA (Common Market for Eastern and Southern Africa). Elle s’intégrera dans un marché africain de 625 millions d’habitants qui, depuis le 10 juin 2015, rassemble également la SADC (Southern African Development Community) et l’EAC (East African Community) pour un PIB supérieur à 1000 milliards de $. Dans le même temps, le Maroc a exprimé sa volonté de rejoindre la CEDEAO, une perspective qui divise l’Afrique de l’Ouest. Des résistances s’expriment tout d’abord sur le plan économique. Le niveau de développement agricole et industriel du...
(AFP 11/03/17)
La Commission électorale gambienne (IEC) a commencé à enregistrer les candidatures au scrutin législatif du 6 avril, le premier de l'ère post-Yahya Jammeh, selon un de ses responsables vendredi, alors que la coalition de l'ex-opposition menace de se défaire. M. Jammeh a dirigé la Gambie plus de 22 ans, jusqu'à son départ en exil en janvier à la suite de sa défaite, qu'il a contestée pendant six semaines, à la présidentielle du 1er décembre 2016 face à Adama Barrow, candidat d'une large coalition d'opposition. Au premier jour, jeudi, du dépôt des candidatures qui se poursuit jusqu'à dimanche, l'IEC a reçu des dossiers de deux partis politiques et d'indépendants, a indiqué à l'AFP le porte-parole de la Commission, Joe Colley. Ces...
(Jeune Afrique 11/03/17)
Le nouveau président gambien effectuera, du 14 au 16 mars, une visite officielle à Paris, où il sera reçu par François Hollande, et à Bruxelles, où il rencontrera les dirigeants européens. Il s'agit de son premier déplacement hors du continent depuis qu'il est entré en fonctions. Adama Barrow commencera sa tournée européenne par une visite officielle à Paris, les mercredi 14 et jeudi 15 mars. François Hollande avait lancé l’invitation à son homologue gambien mi-janvier, lors de leur rencontre au 27e sommet Afrique-France de Bamako. Le 14, Barrow, qui séjournera dans un grand hôtel de la capitale, doit s’entretenir avec Jean-Marc Ayrault, le ministre des Affaires étrangères, Rémy Rioux, le directeur général de l’Agence française de développement (AFD), et Michel...
(BBC 11/03/17)
Le corps de l'opposant gambien Solo Sandeng, assassiné en avril 2016, a été exhumé le 4 mars, ont annoncé les autorités gambiennes. Sa mort en détention en avril 2016 a été suivie d'une série de manifestations marquées pour la plupart par des arrestations. Solo Sandeng, responsable du Parti démocratique unifié (UDP, alors principale formation de l'opposition au président Jammeh), avait été arrêté le 14 avril 2016 avec plusieurs autres personnes lors d'un rassemblement pour réclamer des réformes politiques. Il est décédé peu après son arrestation par l'Agence nationale du renseignement (NIA), rebaptisée "Service de renseignements d'Etat" par le nouveau président Adama Barrow, élu en décembre. La NIA était considérée comme l'instrument de répression du régime de Yahya Jammeh, qui a...
(Autre média 10/03/17)
Yahya Jammeh a quitté le pouvoir pour l’exil après d’âpres négociations assorties de garanties sous l’égide des Nations unies. Seulement, le document portant accord politique n'a pas été signé et l'initiative d'amnistie n'a pas été prise par le parlement gambien qui en détient l'exclusive prérogative. Ainsi, près de deux mois après le départ de l'ancien président gambien, les promesses faites par la communauté internationale semblent être dépourvues de tout fondement juridique. TweetShare13ShareShareE-mail Une quarantaine de jours et déjà, des révélations sur la valeur juridique des garanties données à l’ancien...
(SeneNews 10/03/17)
Les restes du corps de l’opposante pro-démocratie Solo Sandeng ont été découverts dans une tombe peu profonde à Tanji, un village côtier situé à 33 kilomètres à l’extérieur de Banjul, la capitale de la Gambie. Selon le journal «LES ECHOS» qui reprend le communiqué de la police gambienne, l’endroit a été porté à la connaissance des limiers par des anciens de l’Agence national de renseignement (NIA), qui auraient joué un rôle dans la disparition de l’opposant. Des tests médico-légaux ont été effectués sur les restes pour déterminer la cause du décès de Solo Sandeng qui fut jeune dirigeant de l’opposition et membre du Parti démocratique uni. Il a été arrêté en avril dernier alors qu’il était dans la rue avec...
(Leral 10/03/17)
Le bac qui assure la liaison entre le Sénégal la Gambie à l’arrêt la semaine prochaine pour une durée de 30 mois et pour cause la construction du pont tant réclamé par les transporteurs. Ainsi le secrétaire des transporteurs du Sénégal Gora Khouma qui approuve la décision, invite les transporteurs à faire le contournement pour laisser les travaux du pont continuer convenablement. Landing Jef Diédhiou
(Setal 10/03/17)
Le général François Ndiaye, commandant la Force de la Cedeao dépêchée en Gambie, va bientôt terminer sa mission sur le territoire gambien, suite à la décision de la Cedeao de réduire ses effectifs au pays de Adama Barrow. Il sera remplacé par le colonel Magatte Ndiaye, qui se chargera de la mise en œuvre du nouveau mandat de trois mois de cette force. Aussi, le Commandant Saliou Ngom, Chef de la Division Médias Stratégies de la Dirpa, jusqu’ici officier chargé de communication de la mission de la Cedeao en Gambie, termine sa mission en même temps que le général. La communication sera confiée au Ghana, un des pays contributeurs de troupes. Le capitaine de corvette (Grade à la Marine qui...
(AFP 09/03/17)
Les autorités gambiennes ont exhumé le corps d'un opposant au régime de Yahya Jammeh, dont la mort en détention en avril 2016 a suscité une série de manifestations politiques dans le pays, a appris l'AFP jeudi auprès de la police. Solo Sandeng, un responsable du Parti démocratique unifié (UDP, alors principale formation de l'opposition au président Jammeh), avait été arrêté le 14 avril 2016 avec plusieurs autres personnes lors d'un rassemblement pour réclamer des réformes politiques. Il est décédé peu après son arrestation par l'Agence nationale du renseignement (NIA), rebaptisée "Service de renseignements d'Etat" par le nouveau président Adama Barrow, élu en décembre.
(AFP 09/03/17)
Une enquête a été ouverte sur l'agression la semaine dernière d'un journaliste gambien par des militants de la coalition soutenant le président Adama Barrow, a-t-on appris mercredi de source policière. Kebba Jeffang, du journal privé Foroyaa, a été pris à partie dimanche lors d'une conférence de presse à laquelle participaient les ministres des Affaires étrangères, Ousainou Darboe, de l'Intérieur, Mai Fatty, et du Tourisme, Hamat Bah, appartenant à trois partis de la coalition présidentielle, selon des témoignages et le récit du journaliste. Selon ces sources, M. Keffang aurait été agressé pour avoir posé une question, qui a déplu aux militants de ces partis, sur un éventuel éclatement de la coalition du président Barrow à l'approche des élections législatives. Le journaliste...
(Afrique sur 7 09/03/17)
À mille lieux de sa Gambie natale, Yahya Jammeh continue de faire parler de lui. Après son départ du pouvoir et son exil en Guinée-équatoriale, le « dictateur du développement » veut désormais se lancer dans l’agriculture. En exil depuis le 21 janvier dernier à Malabo, Yahya Jammeh semble s’ennuyer quelque peu. Aussi, l’ex-président gambien entend se lancer dans des activités agricoles dans son pays d’exil. Bien entendu, ces projets, éloignés de la politique, trouvent d’ores et déjà l’assentiment des autorités équato-guinéennes. Car « le pays regorge de terres fertiles disponibles » pour accompagner la vision de Jammeh, rassure un diplomate de ce pays. Une telle proposition est une suite logique à la volonté manifestée de l’ex-homme fort gambien durant...
(BBC 09/03/17)
En Gambie, l'agression du journaliste Kebba Jeffang, du journal privé Foroyaa, lors d'une conférence de presse à laquelle participaient notamment le ministre des Affaires étrangères, Ousainou Darboe, et celui de l'Intérieur, Mai Fatty, provoque l'émoi des professionnels de la presse. Selon le Syndicat de la presse gambienne, cela rappelle les périodes sombres sous Yahya Jammeh. Les journalistes gambiens demandent des signes évidents de changements au gouvernement d'Adama Barrow. Selon des témoignages et le récit du journaliste, Kebba Jeffang aurait été agressé pour avoir posé une question, qui a déplu aux militants du pouvoir. Ces militants du président Barrow l'ont frappé avant l'expulser de la salle. " Il s'est rendu lui-même à l'hôpital pour se faire soigner, puis il est allé...
(Jeune Afrique 09/03/17)
Installé dans une villa de Malabo, en Guinée équatoriale, depuis son départ de Banjul le 21 janvier, Yahya Jammeh a fait connaître quelques-uns de ses projets aux autorités locales. L’ex-président gambien souhaiterait se lancer dans… l’agriculture, et Malabo n’y verrait pas d’inconvénient car « le pays regorge de terres fertiles disponibles », selon un diplomate équato-guinéen. Au lendemain de sa défaite à la présidentielle, déjà, Jammeh avait annoncé son intention de se retirer dans sa ferme de Kanilaï, dans le sud de la Gambie. Détournements de fonds ? Mais un autre sujet préoccupe davantage l’ancien autocrate : depuis quelques jours, la justice gambienne enquête sur le détournement présumé de 8 millions de dollars au profit de sa fondation. Si Banjul déposait...
(Setal 09/03/17)
La Gambie s'apprête à organiser une série de procès pour punir certaines exactions du régime de Yaya Jammeh. C'est ainsi que Yankuba Badjie, l'ancien Directeur de l'ex-NIA, les services secrets de l'ancien président Gambien, et quelques-uns de ses hommes, seront jugés le 18 mars prochain. Ils ont été inculpés pour assassinat et tentative d’assassinat et sont présentement en détention à la prison de Mile 2. Selon «Libération», le dossier a été discrètement évoqué avant-hier à Banjul avant d’être renvoyé à cette date.
(AFP 08/03/17)
L'ancien chef du système pénitentiaire gambien, David Colley, interpellé fin février pour une enquête sur des disparitions forcées, a été inculpé d'abus de pouvoir et libéré sous caution, a appris l'AFP mardi auprès de la police. La semaine dernière, une source policière à Banjul avait rapporté à l'AFP que M. Colley avait été interpellé le 27 février dans le cadre d'une enquête sur la disparition en 2006 d'un ex-chef du renseignement et de militaires accusés de complot contre le président Yahya Jammeh, qui est parti en exil en janvier après plus de 22 ans à la tête du pays. "David Colley a été libéré sous caution jeudi (2 mars) et il lui a été demandé de se présenter tous les...
(Autre média 08/03/17)
En Gambie, Yahya Jammeh a quitté le pays depuis quelques semaines, mais on ne cesse de parler de lui. Dans une interview à RFI, le président de la Commission de la Cedeao, Marcel de Souza est revenu sur les dernières rumeurs concernant l’ancien président gambien. Yahya Jammeh beneficie-t-il d’une immunité négociée avec la CEDEAO et l’ONU? Non répond M. De Souza: On n’a rien signé. Et on ne signera pas, dans la mesure où c’est seul le Parlement, c’est-à-dire l’Assemblée gambienne, qui peut accorder des amnisties, faire voter des lois, etc. L’ancien président, toujours selon le président de la commission de la CEDEAO, peut être donc poursuivi si certaines preuves sont réunies contre lui. Toutefois, il affirme que dans un...
(Les Echos 08/03/17)
Pour la réalisation de vœux de voir toute l’Afrique éclairée en énergie propre et durable, Akon était en Gambie, avec son projet “Akon Lighting Africa” dans ses valises. Cette visite est aussi liée à un projet d’autonomisation des jeunes, intitulé : “le rôle des jeunes dans la construction d”une nouvelle Gambie”. Le programme est dirigé par Thione Niang, fondateur du projet Give 1 et Samba Bathily de Solekta Energy Group. En Gambie où Akon aura un agenda chargé, il profitera de son séjour pour lancer son projet d’énergie solaire. Mais bien avant, Akon et le nouveau président du pays, Adama Barrow, vont s’entretenir. Après avoir mobilisé plus d’un milliard de dollars en vue de financer des projets en Afrique, le...
(AFP 07/03/17)
Le Syndicat de la presse gambienne (GPU) a protesté mardi contre l'agression d'un journaliste par des sympathisants du président Adama Barrow au cours du dernier week-end à Banjul. Kebba Jeffang, du journal privé Foroyaa, a été pris à partie dimanche lors d'une conférence de presse à laquelle participaient notamment le ministre des Affaires étrangères, Ousainou Darboe, et celui de l'Intérieur, Mai Fatty, selon des témoignages et le récit du journaliste. Selon ces sources, il aurait été agressé pour avoir posé une question, qui a déplu aux militants du pouvoir, sur un éventuel éclatement de la coalition formée autour du président Barrow à l'approche des élections législatives. Le journaliste a ensuite été frappé puis sorti de la salle par un groupe...
(Jeune Afrique 07/03/17)
Pour son premier déplacement à l’étranger depuis sa prise de fonctions, Adama Barrow, le président gambien, a effectué une visite officielle de trois jours au Sénégal, du 2 au 4 mars. Un déplacement décidé à la suite du voyage de Macky Sall à Banjul, le 18 février, où le chef de l’État sénégalais avait été l’invité d’honneur de la cérémonie d’investiture de son hôte. « Cela faisait plus de vingt ans que nous n’avions plus de relations normales. La situation va enfin changer, et il était donc important qu’Adama Barrow vienne ici pour le montrer », explique une source ministérielle sénégalaise. Selon elle, Macky Sall et Adama Barrow ont pris soin de ne jamais parler de Yahya Jammeh lors de...

Pages