Samedi 27 Mai 2017
(Dakaractu 05/04/17)
Nous, défenseurs de la mer, considérons comme précipité, ce que le Ministère de la pêche trouve comme étant une bonne moisson obtenue par le Sénégal, en allant signer un accord de pêche avec la Gambie. Préservez nous de cette situation qui n'aura que des conséquences. La Gambie est notre seul parc halieutique. C'est un pays souverain, qui peut offrir toute sorte de licences et autant qu'il le veut au Sénégal, un pays frère. Le secours apporté par le Sénégal est un geste salué de partout dans le monde. C'est très bien, aider est un acte bénit par le Tout Puissant. Après cette aide, vous demandez une contre-partie. Et quel type de contre-partie,? La déportation de cette patate chaude qui vous...
(AFP 04/04/17)
Les Gambiens sont appelés aux urnes jeudi pour choisir leurs députés, premières élections depuis le départ de Yahya Jammeh, suscitant l'espoir d'un réel changement au sein de l'Assemblée nationale auparavant perçue comme une simple chambre d'enregistrement. En Gambie, pays anglophone enclavé dans le territoire sénégalais hormis sa façade atlantique...
(RFI 04/04/17)
Le procès des neuf anciens agents des services secrets sous l’ancien régime de Yahya Jammeh a une nouvelle fois été reporté. Lundi 3 avril, pour la cinquième fois, les accusés de la NIA (National Intelligence Agency) étaient présentés à la juge, notamment pour le meurtre d’un opposant politique. Mais la défense a remis en cause la légitimité de la haute cour à se saisir de ce dossier. Un procès qui n’arrive décidément pas à démarrer et qui est emblématique des difficultés pour le nouveau gouvernement d’Adama Barrow. La transition prendra du temps et en attendant, au sein de la NIA et plus globalement dans toutes...
(Le Monde 04/04/17)
Pour Mohamed Ibn Chambas, représentant du secrétaire général de l’ONU en Afrique de l’Ouest, les élections législatives du 6 avril seront un test pour la coalition au pouvoir. L’Afrique de l’Ouest a connu une série d’élections présidentielles et législatives qui s’est déroulée pacifiquement et, surtout, dans le respect des normes démocratiques reconnues par l’Union africaine, la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) et les Nations unies. Rompant définitivement avec des pratiques antidémocratiques dominées par des alternances de coups d’Etat et de pouvoirs monopolisés sans limite de temps, la région s’est lancée sereinement dans la voie du changement politique qui s’appuie sur le principe d’élections libres garantissant le choix du peuple. Désormais, plus qu’une tendance, c’est une réalité politique,...
(Actusen 04/04/17)
Quelques mois après sa défection du pouvoir, Yaya Jammeh fait encore parler de lui. Selon EnQuête, la police et l’armée ont découvert des corps, preuves des horreurs commis par le boucher de Kanilai. Lors d’une opération, elles ont trouvé dans une foret les corps de Lamine Snneh et Cie, lesquels étaient suspectés par le Président d’avoir participé à la tentative avortée de coup d’Etat. D’autres fouilles sont prévues pour dévoiler les secrets de Yeya Jammeh.
(Enquête 04/04/17)
Ce que FAR Ltd n’obtient pas au Sénégal, il le cherche en Gambie. A défaut d'annuler la cession de ConocoPhilips à Woodside qui lui aurait donné un leadership incontesté sur le champ pétrolifère SNE, le groupe australien n’a fait que poser un pied de l'autre côté de la frontière maritime avec la Gambie où les gisements offshores jouxtent ceux du Sénégal, pour combler ses ambitions. A la suite d'un accord de cession soumis à l'approbation du Gouvernement de Gambie, FAR Ltd a acquis une participation de 80% sur l'exploitation des blocs A2 et A5 offshore de la firme américaine Erin Energy Corp en Gambie. Erin Energy conservera un intérêt de 20% dans les deux blocs. Selon les termes de l'entente,...
(RFI 03/04/17)
La police et l'armée ont mené ces derniers jours, jeudi et vendredi, une nouvelle opération, dans la région de Foni, au sud-est de Banjul, pour tenter de retrouver les corps de victimes enterrées secrètement sous l'ancien régime de Yahya Jammeh. Les enquêteurs ont exhumé le corps de trois hommes et pensent qu'il pourrait s'agir de Lamin Sanneh, Njaga Jagne et Alhagie Jaja Nyass, suspectés par Yahya Jammeh d'avoir participé à la tentative avortée de coup d'Etat du 30 décembre 2014. Il aura fallu deux jours de recherche. Deux jours entiers à remuer la terre pour retrouver ces trois corps. Ils ont été enterrés dans la forêt de Tintiba, près d'un champ de tir, fréquenté à l'époque par les très proches...
(RFI 03/04/17)
Dernière répétition pour les responsables des bureaux de vote de Gambie. Dans trois jours, le jeudi 6 avril, ils seront embauchés par l’IEC (Independant Electoral Commission) pour assurer le bon déroulement des élections législatives, les premières de l’ère post-Jammeh. Ce dimanche, un entraînement était organisé dans tout le pays pour rappeler les règles de bon déroulement des élections. Les salles de classes de l’école de Latrikunda ont été réquisitionnées pour l’occasion. Sur les bancs, les futurs assesseurs sont très attentifs à la lecture des règles du bon déroulement de l’élection.
(Afrique sur 7 03/04/17)
Alhaji Boye est l’ex-putschiste condamné par un juge fédéral dans le District Est de la Caroline du Nord aux États-Unis (USA). Il est reproché au jeune gambien d’avoir participé en décembre 2014, alors que l’ex-président Yayah Jammeh était au pouvoir, à une tentative de coup d’Etat. Un ex-putschiste sous Yayah Jammeh condamné par les Etats-Unis Les Etats-Unis viennent de condamner le jeune gambien de 46 ans, Alhaji Boye à neuf mois de prison,suivi de trois ans de liberté sous surveillance. C’était le lundi 27 mars 2017 dernier qu’un juge fédéral dans le District Est de la Californie du Nord, aux Etats-Unis, a rendu ce verdict. Le jeune gambien Alhaji Boye, a été reconnu coupable d’avoir participé à un coup d’Etat...
(RFI 03/04/17)
Une association pour les victimes de la dictature de l’ancien président Yahya Jammeh vient d’être créée à Banjul. Leur réunion de présentation a eu lieu ce jeudi 30 mars. Le Comité pour les victimes des atrocités de Jammeh regroupe des proches ayant perdu un frère, une mère, un mari. Réunis derrière le slogan « #Gambia Justice must prevail ! », ils souhaitent aujourd’hui mettre la pression sur le nouveau gouvernement d’Adama Barrow, pour obtenir justice. Dans la salle, chacun a une histoire à raconter. Abdoulie Bojang, par exemple, est venu avec une photo de son fils de 18 ans, Lamine, tué lors d’une manifestation d’étudiants en 2000 par les forces de l’ancien régime. « Voici Lamin, c’est la photo de...
(AFP 02/04/17)
Les corps de trois des instigateurs d'une tentative de coup d'Etat en 2014 contre l'ex-président gambien Yahya Jammeh ont été mis au jour grâce aux informations d'anciens membres de sa garde rapprochée, a indiqué samedi à l'AFP la police gambienne. Le colonel Lamin Sanneh, qui faisait partie de la garde présidentielle, et les militaires Alagie Nyass et Njaga Jagne - qui avait combattu en Irak avec l'armée américaine - avaient été tués lors de la tentative de coup d'Etat de décembre 2014, mais les circonstances de leur décès n'avaient pas été clairement établies. C'est grâce aux informations fournies par d'anciens membres d'un corps d'opérations spéciales, connus localement comme les "Junglers" et accusés par les Nations unies d'avoir pratiqué tortures et...
(Autre média 31/03/17)
Le nouveau président Adama Barrow s’est engagé dans une série de réformes visant à faire souffler un nouveau vent de démocratie dans le pays. A cet effet, le régime annonce l’abolition prochaine de la peine de mort et l’émergence de juges nationaux dans le pays pour juger des affaires en lieu et place de leurs collègues expatriés. Mettre la législation gambienne aux normes avec les réalités internationales. C’est l’objectif que s’est fixé le nouveau président gambien, Adama Barrow, à travers les nouvelles réformes engagées dans le secteur judiciaire. En effet, le procureur général et ministre gambien...
(Les Afriques 31/03/17)
En Afrique de l’Ouest, le peuple a par deux fois montré au monde sa maturité démocratique. Au Ghana, l’alternance est consommée sans heurts, au mois de décembre dernier, tandis que la Gambie s’est débarrassée, tant bien que mal, du dictateur Yahya Jammeh qui y faisait la pluie et le beau temps. Dans ce dernier pays, blotti au sein du Sénégal, le président légalement élu, Adama Barrow, promet de rendre à la nation sa souveraineté. Sa récente visite de travail et d’amitié, la première à «l’étranger», depuis son investiture, va dans cette direction. En se rapprochant de son voisin sénégalais, c’est un réel pied de nez qui est fait au colon d’antan – en train de se retourner dans sa tombe...
(Actusen 31/03/17)
En marge du lancement du projet de « free-roaming » ce jeudi 30 mars 2017, qui sera effectif le 31 du même mois, le Directeur de l’Agence de régulation des télécommunications et postes (Artp) a invité son homologue de la Gambie à adopter le projet. Prenant part à la cérémonie, le Directeur de l’Agence de régulation des Télécommunications et Postes (Gambie) a salué l’initiative qu’il juge favorable dans le processus de l’intégration africaine. A cet effet, Abdou Karim Sall, a exprimé son souhait de voir la Gambie adopter le «one network area » ou réseau africain unique. Car, soutient-il, « la Gambie est un pays frère et nous partageons les frontières et les déplacements sont fréquents ». Ndèye Aminata Diaham
(Agence Ecofin 31/03/17)
Dans un communiqué publié vendredi, le pétro-gazier australien Far Ltd a annoncé avoir signé avec CNOOC UK Ltd, la filiale britannique du pétrolier chinois CNOOC, un accord de zone d'intérêt mutuel (AMI) qui couvre les licences des deux compagnies dans les eaux du Sénégal et de la Gambie. Il s’agit des permis Djiffere et Sangomar offshore contrôlés par Far au Sénégal et les permis A2 et A5 contrôlés par CNOOC UK Ltd, au large de la Gambie. Il convient de souligner qu’un AMI est défini par un contrat qui décrit la zone géographique (principal objet de l’accord), les droits de chaque partie (le pourcentage d'intérêt attribué à chaque entreprise), la durée du contrat et la manière dont les dispositions contractuelles...
(RFI 30/03/17)
La Gambian Bar Association, l'association des avocats du barreau, s'insurge contre le renouvellement de contrat de quatre juges nigérians à la Haute cour de justice. Une décision insupportable, estiment-ils, car ces juges officiaient déjà sous l'ancien dictateur Yahya Jammeh. C'était une promesse du nouveau président Adama Barrow et de son ministre de la Justice, Aboubacar Tambadou : nommer plus de juges gambiens dans les différents tribunaux. Une promesse pour mettre fin à la pratique de l'ancien président Yahya Jammeh qui recrutait des juges étrangers, très souvent nigérians, prêts à le supporter dans toutes ses décisions. Mais avec ces nominations, sur les six juges qui siègent à la Haute cour de Banjul, aujourd'hui...
(Setal 30/03/17)
Ancien ministre de l’Intérieur sous Jammeh, réfugié en Suisse et soupçonné d’actes de torture, d’arrestations arbitraires et assassinats, entre autres crimes, Ousmane Sonko risque d’être extradé dans les prochains jours, de la Suisse vers la Gambie, son pays d’origine qu’il avait fui peu avant la chute du président Jammeh. Le nouveau pouvoir d’Adama Barrow, déterminé à faire la lumière sur de multiples affaires qui portent l’empreinte de l’ancien régime, a demandé à Berne, l’extradition de l’ancien ministre de l’Intérieur soupçonné de crimes multiple
(Dakaractu 30/03/17)
L’affaire de l’ancien patron de la NIA et de ses huit collaborateurs accusés d’avoir tué Solo Sendeng, membre de la coalition qui a porté au Pouvoir Adama Barrow, a été encore appelée hier mais c’était pour être reportée jusqu’au 3 avril. N’empêche, il y a eu un rebondissement de taille. Selon les radars sensibles de Libération, le parquet gambien a formulé de nouvelles accusations contre Yankuba Badgie, l’ex boss de la NIA, mais aussi Louie Richard Leese Gomez, Saihou Omar Jeng, Baboucarr Sallah, Yusupha Jammeh, Haruna Susso, Tamba Mansary et Lamin Darboe. Le parquet accuse désormais les concernés d’avoir aussi agressé et causé des lésions corporelles à Nogoi Njie, Kafu Bayo, Modou Ngum et Ebrima Jabang en les attaquant et...
(Afrique sur 7 28/03/17)
Le Gouvernement de la Gambie veut construire sa paix tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de son territoire. Pour éviter toute surprise désagréable, le Gouvernement vient de demander l’extradition de l’ancien ministre de l’intérieur sous Yayah Jammeh, à savoir M. Ousman Sonko. L’ex-ministre de l’intérieur sous le président sortant Yayah Jammeh, en Gambie, a le sommeil trouble en ce moment. Le Gouvernement gambien le veut tout entier sur sa terre natale, pour répondre de faits graves qui lui sont reprochés. Un mois avant la chute de son mentor Yayah Jammeh, M. Ousman Sonko avait fui la Gambie pour se réfugier en Suisse. Homme de main de l’ex- président déchu, Ousman Sonko est soupçonné d’avoir ordonné des actes de torture, des arrestations...
(SeneNews 28/03/17)
Pour demander l’extradition de certains cadres de l’ex régime dont l’ex ministre de l’intérieur Ousman Sonko, des émissaires du gouvernement gambien se sont rendus en Suisse et dans certains pays de l’Union Européenne. Cependant pour qu’il soit extradé, les autorités locales demandent des preuves étalant l’implication du dit ancien ministre aux actes de torture qui lui sont prêtés. En effet, Ousman Sonko, avait fui la Gambie en s’installant durant deux mois dans un centre d’accueil bernois où il avait demandé une demande d’asile, et ce, un mois avant que Yaya Jammeh ne perde la présidentielle. Pour actes de torture, arrestations arbitraires, tortures et assassinats d’opposants donc, Ousman Sonko est poursuivi par les autorités gambiennes qui tiennent à ce que justice...

Pages