Vendredi 20 Avril 2018
(Agence Ecofin 07/11/17)
Selon le ministre gambien de l’information et des infrastructures de communications, Demba Jawo (photo), le gouvernement a décidé de doter le pays d’un réseau national à haut débit. Le chantier viendra résoudre les problèmes de fracture numérique au niveau local. La réalisation de ce chantier d’importance nationale a été confiée à l’opérateur historique Gamtel. Le ministre a révélé que la construction du réseau coûte 25 millions de dollars US. Il est financé grâce à un prêt concessionnel d’Eximbank qui sera totalement remboursé dans 20 ans. Le projet intervient après l’atterrissement avec succès du câble sous-marin de fibre optique sur les côtes nationales en 2012, dans le cadre du programme d’infrastructure régionale de communication d'Afrique de l'Ouest (WARCIP). Au réseau national...
(Le Monde 06/11/17)
Ousman Sonko, qui fut aussi chef de la garde spéciale de Yahya Jammeh et de la police est visé par une enquête. S’il y a procès, il risque la réclusion à perpétuité. C’était l’un des bras armés du régime autoritaire de Yahya Jammeh. Ousman Sonko, ministre de l’intérieur gambien de 2006 à 2016, est visé par une enquête du parquet fédéral suisse pour soupçons de « tortures et crimes contre l’humanité » depuis le 28 janvier. Mercredi 1er novembre, estimant que les charges qui pesaient contre lui étaient suffisantes, le tribunal des mesures de contrainte bernois a prolongé sa détention une troisième fois pour une durée de trois mois afin de poursuivre l’investigation. Une décision qui fait notamment suite aux...
(RFI 03/11/17)
Pendant 22 ans en Gambie, le vert a été la couleur de l’APRC, le parti de Yahya Jammeh. Les monuments, les bâtiments, les affiches, tout devait être peint de la couleur officielle de l’ancien dictateur. Les vêtements n’étaient évidemment pas en reste. Porter une jupe ou un tee-shirt verts dans la rue était jusqu’à il y a peu vu comme un signe de soutien au pouvoir en place. Aujourd’hui, le vert redevient peu à peu neutre, et se retrouve parfois sur les habits de Gambiens loin de partager les idées politiques de l’ancien président, désormais en exil en Guinée équatoriale. Pour se rendre à la mosquée, ou assister à des cérémonies officielles, Namory s’est fait récemment tailler un costume traditionnel...
(Xinhua 03/11/17)
Le Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD) est en train d'élaborer de nouvelles stratégies pour aider à transformer l'agriculture du continent, a déclaré jeudi un haut responsable de l'organisation. Diran Makinde, Conseiller principal du NEPAD pour l'industrialisation, la science, la technologie et l'innovation, a déclaré que les stratégies visent à répondre aux défis de développement auxquels fait face le secteur agricole en Afrique subsaharienne. "Les stratégies devraient contribuer à l'amélioration de la science, la technologie et l'innovation commerciale pour la transformation agricole rurale", a déclaré Makinde jeudi à Xinhua lors d'un symposium sur la bioéconomie régionale à Kigali. Il a ajouté que le NEPAD prévoit la promotion d'une nouvelle génération de jeunes entrepreneurs en fournissant un environnement de...
(Le Monde 02/11/17)
Portées par l’exemple du procès Habré, des Gambiens s’associent pour que l’ex-dictateur, en exil à Malabo, ait un jour à répondre de ses actes. Le samedi 21 octobre, à Banjul en Gambie, les victimes du régime de Yahya Jammeh ont lancé, avec le soutien d’organisations internationales comme Human Rights Watch, TRIAL International et la Fondation pour l’égalité des chances en Afrique, la « Campagne internationale pour le procès de Yahya Jammeh et de ses principaux complices ». Cette campagne est une réponse concrète à la soif de justice exprimée par les victimes gambiennes. Elle est à la hauteur de la demande des Gambiens qui avaient fait respecter leur vote après que Yahya Jammeh a refusé de reconnaître sa défaite à...
(Jeune Afrique 31/10/17)
Dans son dernier rapport sur les perspectives régionales de l'économie de l'Afrique subsaharienne, le Fonds monétaire international confirme la reprise économique dans la zone, mais s'inquiète de voir dans certains pays le revenu par habitant se dégrader et l'endettement augmenter. C’est un tableau en demi-teinte que dresse le Fonds monétaire international (FMI) de l’économie de l’Afrique subsaharienne en cette fin d’année. Dans ses Perspectives régionales intitulées « Ajustement budgétaire et diversification économique » publiées le 30 octobre, le Fonds confirme que la zone est en cours de rétablissement. Son taux de croissance annuel se raffermit de 1,4% en 2016, à 2,6% en 2017 et à 3,4% en 2018. Si l’on exclut les deux géants malades que sont le Nigeria et...
(Jeune Afrique 30/10/17)
Nana-Jo N'Dow, fille d'un opposant gambien disparu sous le régime de Yahya Jammeh, est une des figures de la campagne récemment lancée en Gambie pour juger l'ancien président, exilé en Guinée équatoriale depuis son départ du pouvoir, en janvier dernier. Interview. Du 19 au 21 octobre, plusieurs ONG gambiennes et internationales de défense des droits humains se sont réunies à Banjul avec un objectif : parvenir à juger Yahya Jammeh pour les nombreux crimes présumés commis par son régime, de 1994 à 2017. Nana-Jo N’Dow est la fille d’un ex-opposant à Jammeh, disparu en 2013.
(La Tribune 30/10/17)
L’emballement s’est vite accompagné de messages de condamnation ou d’approbation. Dans sa crise avec l’Etat central espagnol, la Catalogne a déclaré unilatéralement son indépendance après l’annonce de sa suspension par le gouvernement de Mariano Rajoy. Tout de suite après, beaucoup se sont précipité pour annoncer la reconnaissance de la Catalogne par la Gambie d’Adama Barrow. Il n’en est rien. En rupture du tact diplomatique, le Ministère gambien des Affaires étrangères n'a pas hésité à qualifier l'information de « mensonge ».
(Xinhua 28/10/17)
L'Union africaine (UA) et ZTE, une entreprise chinoise spécialisée dans le secteur de l'information et des télécommunications, ont lancé jeudi un projet de système de surveillance de la santé intelligente au siège de l'UA à Addis-Abeba. Les deux parties avaient signé l'année dernière l'accord sur le projet, pour renforcer la coopération dans le domaine des TIC et de la transformation numérique intelligente, et fournir à la Commission de l'UA un centre de surveillance de la santé intelligente. Le Centre de surveillance de la santé intelligente offre une plate-forme opportune pour contribuer aux efforts de développer une solution de soins de santé durable, a déclaré Albert M. Muchanga, Commissaire à l'Industrie et au Commerce de l'UA, à la cérémonie d'inauguration. Le...
(AFP 27/10/17)
Neuf anciens agents des services de sécurité gambiens accusés du meurtre en 2016 d'un opposant au président de l'époque, le très autoritaire Yahya Jammeh, ont plaidé non-coupable lors de la reprise de leur procès jeudi, après plus de six mois d'interruption. Ces neuf anciens responsables de la défunte Agence nationale du renseignement (NIA, l'instrument de répression du régime Jammeh) sont notamment accusés de "meurtre et complot en vue de commettre un meurtre" de Solo Sandeng, opposant à Jammeh décédé en avril 2016 alors qu'il était détenu par la NIA.
(Agence Ecofin 26/10/17)
Selon la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), si la question du changement climatique n'est pas abordée, il y aura des conséquences désastreuses. « Comme je l'ai déjà dit, si nous ne faisons rien en ce qui concerne le changement climatique maintenant, dans 50 ans, nous serons, grillés et rôtis.», a déclaré Christine Lagarde (photo), lors d'un débat mardi à la Future Investment Initiative de Riyad, en Arabie saoudite. « Des décisions sont nécessaires à ce stade, ce qui implique que probablement dans 50 ans, le pétrole sera une matière première de second rang.», a ajouté Mme Lagarde. Selon la dirigeante, le changement climatique et l'inégalité croissante sont les deux questions clés imminentes. « Si nous n'abordons pas ces...
(APA 25/10/17)
APA-Banjul (Gambie) – Le mauvais approvisionnement en électricité que connait actuellement la Gambie devrait prendre fin en décembre prochain grâce à l’installation de générateurs de nouvelle génération à Kotu, localité située à 15 kilomètres de Banjul, la capitale, a annoncé un ingénieur de la Compagnie nationale de l’eau et d’électricité (NAWEC). Selon Momodou Dem, un nouveau générateur de 11 mégawatts, acheté par l’ancien régime de Yahya Jammeh, est sur le point d’être installé en attendant d’autres qui le seront incessamment et ce avant décembre. La plupart des générateurs de la NAWEC datent du milieu des années 1980 et n’ont pas été utilisés depuis plus d’une décennie. La NAWEC a fait l’objet de vives critiques par les consommateurs gambiens en raison...
(APA 25/10/17)
APA-Niamey (Niger) - Les chefs d’Etat de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont recommandé une approche graduelle privilégiant le démarrage de la monnaie unique avec les pays qui respectent les critères de convergence. Cette recommandation a été été faite à l’issue de la 4ème réunion de la Task Force présidentielle sur le Programme de la monnaie unique de la CEDEAO(15 Etats membres), réunie mardi à Niamey. Dans son exposé à la réunion, le président de la Commission de la CEDEAO, Marcel de Souza, faisait état de ‘’faibles résultats’’ des Etats ouest africains en ce qui concerne les critères de convergence. Ce qui, selon lui, risque de compromettre la mise en circulation de cette monnaie en 2020...
(Jeune Afrique 24/10/17)
Des victimes de Yahya Jammeh, soutenues par des ONG gambiennes et internationales, se sont réunies du 19 au 21 octobre à Banjul pour réfléchir au meilleur moyen de traduire l'ex-président gambien en justice pour les crimes commis par son régime. Inspirées par la bataille juridique qui a permis aux victimes tchadiennes de faire juger l’ancien président Hissène Habré, condamné à la perpétuité par les Chambres africaines extraordinaires de Dakar, plusieurs victimes gambiennes entendent aujourd’hui obtenir justice pour les crimes qu’elles ont subi sous le régime de Yahya Jammeh, de 1994 à 2017. Du 19 au 21 octobre, des dizaines d’entre elles se sont réunies à Banjul avec plusieurs ONG gambiennes...
(APA 24/10/17)
APA-Dakar (Sénégal) - Les victimes du régime de l’ex-président gambien Yahya Jammeh, en collaboration avec des activistes locaux et internationaux, lancent une campagne internationale pour le traduire en justice, lui et ses complices. La campagne est dirigée par le Centre pour les victimes des violations des droits de l’homme mis en place plus tôt cette année pour les aider à se battre et à obtenir justice. Les victimes de Jammeh et les activistes se sont rencontrés à Banjul le samedi 21 octobre pour discuter des stratégies visant à traduire Jammeh et ses complices en justice. La campagne ''Jammeh2Justice'' a été lancée ce week-end, lors d’une conférence de presse. Yahya Jammeh, qui vit en exil en Guinée équatoriale, est accusé d’avoir...
(AFP 23/10/17)
Des victimes du régime de l'ancien président gambien Yahya Jammeh, soutenues par des ONG locales et internationales, ont annoncé samedi le lancement d'une "campagne internationale" pour qu'il soit traduit en justice, mais prévenu que cela pourrait prendre des années. Yahya Jammeh, un ancien militaire, a dirigé d'une main de fer ce petit pays anglophone d'Afrique de l'Ouest enclavé dans le Sénégal de 1994 à janvier 2017. Il vit aujourd'hui en exil en Guinée équatoriale. Son régime est accusé par les défenseurs des droits de l'homme d'avoir eu recours à des actes systématiques de torture contre des opposants politiques et des journalistes, à des exécutions extra-judiciaires...
(Agence Ecofin 19/10/17)
La Gambie a signé avec la Corporation islamique internationale de financement du Commerce (ITFC) un accord de prêt d’une valeur de 45 millions $. Ce financement viendra en appui aux opérations, notamment l’importation du fioul lourd par la National Water and Electricity Company (NAWEC), la compagnie nationale gambienne en charge de la fourniture de l’électricité. « L’octroi de ce prêt entre dans le cadre de l’accord triennal signé avec la Gambie en mai 2017, lors de la 42ème conférence annuelle de la Banque islamique de développement qui a eu lieu en Arabie Saoudite, et portant sur le financement à hauteur de 210 millions $...
(Xinhua 19/10/17)
Mercredi, la firme exploratoire African Petroleum a annoncé avoir déposé auprès du Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (CIRDI) les documents relatifs à sa demande d’arbitrage dans le cadre du conflit qui l’oppose au gouvernement gambien. La compagnie reste décidée à ne pas se plier à l’injonction du nouvel exécutif gambien de quitter le pays car n’ayant pas respecté ses engagements de travail sur les blocs A1 et A4, situés au large de la Gambie et adjacents à des périmètres ayant fait l’objet de découvertes du côté des eaux sénégalaises. Séparément, elle revendique également ses droits sur des blocs d’exploration sénégalais attribués à Total, indique Natural Gas World. Il faut rappeler que, deux jours plus tôt,...
(La Tribune 19/10/17)
Le Fonds britannique de développement (CDC Group) vient d’annoncer un nouvel investissement massif en Afrique de l’Ouest. Sur les 2 600 milliards de Fcfa que le gouvernement du Royaume-Uni vient de mettre à la disposition du Fonds, 60% du montant seront réservés à Afrique de l’Ouest où le groupe est encore peu présent. Pays prioritaires de cette sous-région : le Sénégal et la Côte d’Ivoire où le fonds compte investir dans des secteurs stratégiques. Le Commonwealth development group (CDC-Group), le fonds de financement du développement du Royaume-Uni monte en puissance en Afrique de l'Ouest, une région dans laquelle il était jusque-là peu présent. Et pour montrer la couleur, le CDC entend faire les choses en grand à travers l'annonce d'un...
(AFP 18/10/17)
La Cédéao (15 pays) a demandé aux premières dames d'Afrique de l'Ouest réunies mardi à Abidjan de lutter contre une démographie galopante qui, mal maîtrisée, génère la pauvreté dans cette région qui compte 330 millions d'habitants. "Nous avons une croissance démographique très dynamique, une des plus élevées au monde", a rappelé le président de la Commission de la Cédéao, Marcel Alain de Souza. "Notre région a un taux de fécondité général de 5,6 enfants par femme (7 au Niger, pays très pauvre, NDLR), le plus élevé au monde", a-t-il ajouté. Selon lui, "tant que nous n'arrivons pas à arrimer la croissance démographique avec la croissance économique, la lutte contre la pauvreté est vaine. Au contraire, chaque fois, la pauvreté s'accroit"...

Pages