Mercredi 22 Novembre 2017
(RFI 09/08/17)
L'ancien dictateur gambien Yahya Jammeh a beau être parti en exil en Guinée Equatoriale, les habitants ont encore son image sous les yeux tous les jours. Avant de quitter le pays, il a laissé en souvenir des billets de banque tout neufs et tous à son effigie. Reportage au marché de Serrekunda, où les pros et les anti-Jammeh ont des avis bien tranchés à propos de ce visage sur lequel ils tombent nez à nez à chaque paiement en dalasis. Entre les stands, les billets passent de main en main. Sur le recto, on aperçoit un homme, grand sourire, coiffé d’un bonnet blanc.
(AFP 04/08/17)
Les autorités gambiennes ont retiré les passeports diplomatiques à l'ex-président Yahya Jammeh, son épouse et plusieurs de ses anciens ministres, a annoncé jeudi à l'AFP le ministère des Affaires étrangères. Yahya Jammeh est soupçonné par les autorités d'avoir détourné plus de 50 millions de dollars (environ 44 millions d'euros), avant son exil en Guinée équatoriale en janvier, après 22 ans au pouvoir. Une commission chargée d'enquêter sur ses biens a été mise en place en mai. La Gambie, petit pays anglophone totalement enclavé dans le Sénégal, à l'exception d'une étroite façade côtière prisée des touristes, a été dirigée d'une main de fer pendant 22 ans par M. Jammeh, un ancien militaire. Le gouvernement gambien a retiré "les passeports diplomatiques à...
(BBC 04/08/17)
Le gouvernement de Adama Barrow a décidé jeudi de retirer à Yahya Jammeh son passeport diplomatique. L'ancien président gambien perd donc tous les privilèges que son pays accorde à certaines personnes de haut rang, lors de leurs déplacements. La mesure confirmée par le ministère gambien des affaires étrangères touche aussi l'épouse de l'ex-président gambien en exil, ainsi que ses deux enfants. Au total, ce sont 271 membres du régime de Yahya Jammeh qui n'ont plus de passeports diplomatiques. Les services de communication du ministère gambien des Affaires étrangères indiquent que les autorités gambiennes sont en train de mettre de l'ordre dans la délivrance de ce document. Lire la suite sur: http://www.bbc.com/afrique/region-40823717
(RFI 03/08/17)
Le monde fête la journée de la capoeira ce jeudi 3 août. Mélange de sport et d’art, la pratique est inscrite au patrimoine immatériel de l’Unesco. C’est au Brésil qu'elle est née, devenant une tradition nationale. Mais ses origines sont métissées : la capoeira est liée à la traite d’esclaves africains, qui ont créé cette danse de combat en s’inspirant des luttes traditionnelles. Et aujourd’hui, la discipline s’exporte et s’implante notamment en Afrique. En Gambie, par exemple. En Gambie, les adeptes de la capoeira sont de plus...
(AFP 02/08/17)
Deux associations représentant les habitants du village de Gunjur, en Gambie, ont porté plainte contre une pêcherie industrielle chinoise qu'elles accusent de polluer leur côte, a indiqué mardi leur avocat. Les villageois de Gunjur, au sud de la capitale, Banjul, reprochent à la société Golden Lead, spécialisée dans la production de farine de poisson destinée à la consommation d'animaux d'élevage, de rejeter en mer des déchets toxiques détruisant la faune et la flore aquatiques locales. Au bout de quelques mois d'activité de l'usine, qui s'est installée en septembre, la population a commencé à remarquer une odeur nauséabonde, puis des traces rouges dans l'eau, avant de retrouver des bancs de poissons morts sur le rivage. Les nageurs du lagon ont aussi...
(Xinhua 02/08/17)
La Chine est prête à renforcer sa coopération avec la Gambie dans les domaines, entre autres, des infrastructures, de l'agriculture et du tourisme, a déclaré mardi le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi. M. Wang a expliqué que la reprise des liens diplomatiques entre les deux pays a remis non seulement les relations bilatérales dans le droit chemin, mais a ouvert aussi de belles perspectives en matière de coopération. La Chine salue l'adhésion ferme du nouveau gouvernement gambien au principe d'une seule Chine ainsi que son engagement dans l'amitié avec la Chine, a affirmé le ministre chinois lors de sa rencontre avec son homologue gambien Ousainou Darboe. Le gouvernement et le peuple de la Gambie apprécient les idées et...
(AFP 31/07/17)
Lorsqu'une fabrique chinoise de farine de poisson s'est installée dans leur village, les habitants de Gunjur, en Gambie, se sont réjouis. Mais les déchets qu'elle rejette détruisent la faune et la flore aquatiques, selon la population et des organisations écologiques. Arrivé au pouvoir en janvier après 22 ans du régime sans partage de Yahya Jammeh, le président Adama Barrow est soucieux d'attirer les investissements, notamment chinois, pour relancer l'économie de ce petit pays d'Afrique de l'Ouest.
(AFP 31/07/17)
Dans la nuit de samedi à dimanche 30 juillet, une forte pluie s’est abattue sur la préfecture de Tougué causant d’importants dégâts matériel, a-t-on appris. Les dégâts ont été enregistrés dans le secteur de Dilé situé à 8 kilomètres de Koubia mais relevant du district de Hamdallaye dans la commune rurale de Konah préfecture de Tougué. Joint au téléphone par notre rédaction, Boubacar Dilé Diallo, le chargé de la formation continue de la DPE (direction préfectorale de l’éducation) de Koubia en sejour dans son village explique : » Dans la nuit de ce samedi 29 juillet, il y a eu une grande pluie qui s’est abattue sur notre village. Au petit matin, on a constaté les dégâts causés. Des champs...
(APA 31/07/17)
La décision du nouveau gouvernement gambien de construire un pont sur le fleuve Gambie pour relier la capitale Banjul à la ville de Barra, sur la rive nord, suscite des réactions controversées du grand public. Dans un entretien exclusif avec APA, samedi, un certain Biran Touray de Kunkujang, près de Serekunda, attribue ce projet de pont à un lobbying exercé par le Sénégal voisin. Il a déclaré que le Sénégal utilisait les liens fraternels de la Sénégambie pour promouvoir leurs intérêts en Gambie. “Tout ce dont ils (les Sénégalais) ont besoin, c’est de relier les deux parties de leur pays en passant par la Gambie”, a-t-il soutenu. Malick Jobe, un mécanicien de Serekunda, a salué l’idée estimant que le pont...
(RFI 29/07/17)
En Gambie, cela fait six mois que l’ancien président Yahya Jammeh a été forcé de quitter le pays, laissant le vainqueur de l’élection de décembre, Adama Barrow, accéder au pouvoir et mettre fin à 22 ans de dictature. Très discret, le président, ancien agent immobilier, s’est tenu à l’écart des médias depuis son investiture. Mais ces six mois au pouvoir sont l’occasion de faire le point sur les premières mesures mises en place pour la « Nouvelle Gambie ». Il répond aux questions de Claire Bargelès. RFI : Parmi la population, certains Gambiens montrent des premiers signes de frustration, ils voudraient que les choses aillent plus vite : que leur répondez-vous ? Adama Barrow : Nous espérons que les Gambiens...
(BBC 29/07/17)
En Gambie, plus de quatre mois après l'exhumation d'une douzaine de corps de victimes supposées du régime de Yahya Jammeh, les enquêtes sur les circonstances de leurs décès sont au point mort. Une situation préoccupante pour les familles de ces personnes dont l'inhumation des restes dépend des réponses sur les causes du blocage. Le gouvernement gambien évoque un manque de laboratoire scientifique et d'un personnel qualifié pour mener des enquêtes aussi complexes. Selon les chiffres du ministère gambien de l'Intérieur, 34 dossiers d'enquête sont au point mort. Lire la suite: http://www.bbc.com/afrique/region-40752983
(La Tribune 28/07/17)
Le Parlement gambien a adopté ce mercredi 26 juillet la modification constitutionnelle faisant supprimer la limite d’âge pour les candidats à la présidence. La mesure va particulièrement bénéficier à l’actuel chef de la diplomatie gambienne Ousseinou Darboe, président du parti du chef d’Etat Adama Barrow et opposant historique de l’ancien président Yahya Jammeh. C'est une mesure législative taillée sur mesure ! Les députés gambiens ont adopté mercredi dernier, une modification constitutionnelle qui supprime désormais la limite d'âge pour les candidats à la présidence.
(Dw-World 28/07/17)
Le président Adama Barrow incite les exilés à rentrer au pays pour participer au développement du pays. C'est un appel qu'il lance notamment dans une interview accordée à la Deutsche Welle. Il promet la justice pour tous. Un peu plus de six mois maintenant que le président Adama Barrow est au pouvoir, un premier bilan de son action révèle une certaine déception dans la population gambienne. Beaucoup de jeunes Gambiens continuent d'ailleurs de prendre la route de l'exil. Adama Barrow incite les exilés à rentrer pour participer au développement du pays, l'un des plus pauvres au monde. C'est le volet économique, qui est peut-être le plus préoccupant pour une majorité de Gambiens. Les nouvelles autorités accusent Yaya Jammeh d'avoir vidé...
(La Tribune 28/07/17)
En Gambie, le parlement a adopté mercredi une modification de la Constitution qui supprime la limite d'âge pour les candidats à la présidence de la République. Les députés ont aussi fait passer l'âge de la retraite des juges de la Cour suprême de 65 à 75 ans. L'opposant historique Oussaino Darboe, 69 ans, est le chef du parti au pouvoir dans lequel milite le président Adama Barrow. La suppression de la limite d'âge a donc des relents de calculs politiques. Il pourrait permettre à M. Darboe de se présenter à la prochaine présidentielle. Lire la suite sur: http://www.bbc.com/afrique/region-40741144
(APA 28/07/17)
Le président gambien, Adama Barrow a annoncé qu’il va, au cours des deux prochains mois, quitter le bureau provisoire qu’il occupe depuis son arrivée au pouvoir, pour occuper le palais présidentiel, à Banjul. Le président Barrow a fait cette annonce lors d’une conférence de presse jeudi à son actuel bureau à Fajara, une localité située à environ 15 km de Banjul. C’est le deuxième bureau provisoire du Président depuis qu’il est rentré dans le pays en provenance de Dakar, la capitale sénégalaise, où il avait prêté serment. Le bureau officiel du président serait en train de subir des contrôles sécuritaires et des vérifications par les services de renseignements après le départ de son ex-locataire, l’ancien président Yahya Jammeh en janvier...
(AFP 27/07/17)
Au pouvoir en Gambie depuis six mois, le président Adama Barrow considère comme "exagérée" la menace que feraient peser les partisans de son prédécesseur Yahya Jammeh, et se dit confiant dans les perspectives économiques du pays, dans un entretien à l'AFP. M. Barrow est rentré à Banjul le 26 janvier en provenance du Sénégal voisin - où il avait prêté serment à l'ambassade de Gambie une semaine auparavant - cinq jours après le départ de Yahya Jammeh pour un exil en Guinée Equatoriale, qui a marqué l'épilogue d'une crise à rebondissements. Depuis, le mandat de la force mobilisée par la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) pour contraindre M. Jammeh à céder le pouvoir à M. Barrow, déclaré...
(Afrique sur 7 26/07/17)
L’évolution de la situation sociopolitique en Gambie, a favorisé le rapprochement du parti de l’ex-président Yahya Jammeh de l’Alliance Patriotique pour la Réorientation et la Construction (APRC) avec celui de l’actuel Président Adama Barrow. Acculés et désemparés, les partisans de Yahya Jammeh broient du noir en Gambie et sont accusés, à tort ou à raison, de tous les péchés d’Israël. Délaissés par leur mentor en exil, ils subissent au quotidien des menaces et des intimidations de toutes sortes.
(Xinhua 26/07/17)
Le président gambien Adama Barrow a déclaré lundi que le gouvernement travaillait à réformer le secteur de la sécurité. Le président Barrow s'est adressé lundi à l'Assemblée nationale pour discuter de la sécurité, de la situation financière et des relations internationales. Le gouvernement travaille actuellement à réformer le secteur de la sécurité, qui est étroitement lié à la prestation de la justice et à la restauration d'une démocratie libre et équitable, a-t-il dit. "Les forces armées gambiennes sont actuellement confinées dans leurs baraquements. Les membres de l'ex-Bataillon de la garde de l'État ont été redéployés dans d'autres unités, et les forces armées ont été déchargées des questions civiles", a dit M. Barrow, soulignant qu'il "est aussi important de noter que...
(Xinhua 26/07/17)
Le gouvernement gambien a passé en revue mardi avec les parties prenantes locales et internationales le projet de Plan de développement national (NDP) qui doit servir de guide pour l'action du pays de 2018 à 2021. Le ministre gambien des Finances, Amadou Sanneh, a indiqué que le NDP était l'instrument par lequel le gouvernement cherche à définir les stratégies et actions à poursuivre pour répondre aux défis économiques et sociaux dont il a hérité. "Ce document servira de modèle pour nous guider dans nos efforts pour réaliser nos promesses de bonne gouvernance, de transparence et de redynamisation et transformation de l'économie pour nos concitoyens", a-t-il dit, ajoutant qu'une approche participative et incluante avait été adoptée pour impliquer les groupes de...
(RFI 25/07/17)
Le président gambien Adama Barrow s’est exprimé lundi 24 juillet devant une Assemblée nationale pleine à craquer. Une clause de la Constitution gambienne veut qu’une fois par an, le président s’adresse à l’unique chambre du Parlement. Un discours qui marque l’ouverture de la session parlementaire. Et l’occasion de faire le point sur les réformes en cours. Economie, armée, libération de prisonniers politiques (500 au total), le président a fait le tour des mesures en train d’être mises en place. Mais le moment était avant tout symbolique, car c’est la première fois, au cours de la seconde République, que le traditionnel discours n’est...

Pages