Samedi 27 Mai 2017
(AFP 07/04/17)
Le principal parti d'opposition à l'ex-président gambien Yahya Jammeh a remporté la majorité absolue aux élections législatives de jeudi, premier scrutin depuis le départ en exil de M. Jammeh, a annoncé vendredi la Commission électorale (IEC). Le Parti démocratique unifié (UDP) a remporté 31 des 53 sièges à pourvoir lors de ce scrutin, a déclaré le président de l'IEC Alieu Momar Njie, proclamant les "résultats définitifs" au siège de la commission. Le parti de M. Jammeh, l'Alliance patriotique pour la réorientation et la construction (APRC), qui détenait...
(RFI 07/04/17)
Les bureaux de vote ont fermé leurs portes à 17h heure locale. Place maintenant au décompte. Les résultats seront compilés par la Commission électorale indépendante (IEC). 238 candidats se disputent les 53 sièges de l'Assemblée nationale, jusqu'à présent massivement dominée par des députés du parti de l'ancien président. Le scrutin s'est déroulé dans le calme. La participation est moins importante que lors des dernières présidentielles, mais pour ceux qui se sont déplacés, ces premières élections depuis le départ du dictateur Yahya Jammeh étaient très importantes.
(RFI 07/04/17)
C’est une journée particulière pour la Gambie. Une journée historique pour ce petit pays anglophone enclavé au coeur du Sénégal : une journée d’élections législatives. La première après 22 ans d’autoritarisme sous la présidence de Yaya Jammeh, la première après sa défaite et sa fuite en Guinée Equatoriale il y a quelques mois. 886 000 électeurs sont appelés aux urnes pour choisir leurs députés parmi 238 candidats, issus de neuf partis politiques ou de listes indépendantes. Gambie : est-ce le début d’une nouvelle ère ? C’est notre sujet de ce soir Pour en débattre : Fatou Jagne Senghor, Directrice Régionale de ARTICLE 19 Afrique de l'Ouest (organisation de droits humains qui œuvre pour la promotion et la protection de la...
(Autre média 07/04/17)
Au moment où les gambiens allaient voter tranquillement et pensant que le nouveau pouvoir incarné par Adama Barrow allait procéder aux ruptures du défunt régime de Yaya Jammeh ,dakarposte est en mesure de vous prouver que la coalition au pouvoir dans ce pays semble être plongé dans une logique de partage du gâteau comme cela semble être le cas sous nos cieux. En effet nos radars chez nos voisins ont capté au passage le bulletin de salaire de l'un des ministres parmi les plus décriés de l'équipe du président Adama Barrow en l'occurrence Hamat N.K.Bah ministre du Tourisme qui frise la honte dans un pays aussi pauvre que la Gambie. Alors que les gambiens avaient salué unanimement la publication du...
(Le Monde 07/04/17)
Alioune Tine, d’Amnesty International, demande aux futurs députés d’abroger les lois liberticides adoptées sous Yahya Jammeh. Il faut fouler le sol de la nouvelle Gambie pour saisir la réalité du changement intervenu le 1er décembre 2016. Le peuple gambien s’est bien réapproprié ses droits et est en train de construire ce qu’il peut valablement considérer comme sa nouvelle indépendance. Ce pays, je l’ai fréquenté de nombreuses fois en tant que défenseur des droits humains. Pendant dix ans, avec plusieurs collègues du continent, nous avons assisté à Banjul aux premiers pas de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP), qui était l’un des rares espaces où l’on pouvait déposer nos plaintes contre les Etats ayant violé les...
(TV5 07/04/17)
En Gambie, le président Adama Barrow, a voté pour les élections législatives jeudi 6 avril 2017. Les résultats des premières élections libres depuis son arrivée au pouvoir, sont attendus. Près de 900 000 électeurs étaient appelés aux urnes, mais il n'y a pas eu d'affluence dans les bureaux de vote. Ce scrutin est pourtant synonyme d'espoir pour les Gambiens après 22 ans de régime de Yaya Jammé. La coalition dont Adama Barrow avait pris la tête pour la présidentielle de décembre 2016 n'est plu. Les différents partis qui la composait, concourent séparément à ces législatives : "Il n'y a pas de division. C'est de démocratie dont il s'agit. Nous sommes dans la nouvelle Gambie. Je crois que chacun est libre...
(AFP 06/04/17)
Les Gambiens sont appelés aux urnes jeudi pour choisir leurs députés, premières élections depuis le départ de l'autocrate Yahya Jammeh, suscitant l'espoir d'un réel équilibre des pouvoirs après 22 ans de toute-puissance de l'exécutif. En Gambie, pays anglophone enclavé dans le territoire sénégalais, hormis sa façade atlantique, le Parlement monocaméral compte 58 députés: 53 élus et cinq nommés par le président pour un mandat de cinq ans. Les opérations de vote sont prévues de 08H00 à 17H00 (locales et GMT). Les premiers résultats sont attendus vendredi, selon la Commission électorale (IEC). Un peu plus de 886.000 électeurs, sur près de 2 millions d'habitants, doivent choisir leurs députés parmi 238 candidats...
(RFI 06/04/17)
Les Gambiens votent depuis ce jeudi matin 6 avril 2017 pour élire leurs députés. Ce sont les premières élections depuis la chute de Yahya Jammeh qui a dirigé le pays d'une main de fer pendant plus de 22 ans. 886 000 électeurs, sur près de 2 millions d'habitants, sont appelés à choisir leurs députés parmi 238 candidats issus de 9 partis ou de listes indépendantes. Reportage. A l’ouverture du bureau de vote de Bakau, ce jeudi matin à Banjul, une longue file s’était formée devant les isoloirs. A la mi-journée, les électeurs arrivaient plutôt au compte-gouttes. L’un d’eux était d'ailleurs particulièrement attendu : le nouveau président, Adama Barrow. Les électeurs qui se sont déplacés ne voulaient vraiment pas manquer ce...
(RFI 06/04/17)
La Gambie organise ses premières élections législatives depuis l’arrivée d’Adama Barrow et le départ du pouvoir de Yahya Jammeh, qui a dirigé le pays d'une main de fer pendant 22 ans. Près de 886 000 électeurs sont appelés aux urnes pour choisir leurs députés pour un mandat de cinq ans. Les électeurs votent avec des billes dans 53 circonscriptions. Au total, 239 candidats issus de neuf partis politiques et de listes indépendantes briguent ce scrutin. Principal enjeu de cette élection : le renouvellement de l'Assemblée nationale. Le Parlement se compose de 53 députés, dont cinq nommés par le président.
(Le Monde 06/04/17)
Le petit pays anglophone d’Afrique de l’Ouest organise ses premières élections législatives depuis le départ en exil du dictateur Yahya Jammeh. Après avoir été maintenue dans les fers, la Gambie hume de nouveau le parfum de la liberté. Ce jeudi, le petit Etat anglophone enclavé dans le territoire du Sénégal (hormis sa façade atlantique) organise ses premières élections législatives depuis le départ en exil du despote Yahya Jammeh.Affranchi du joug imposé, vingt-deux années durant, par le « fou de Kanilaï » (en référence à son lieu de naissance), le pays peut enfin regarder vers l’avenir et, comme le souligne opportunément le webzine AfrikaNews, écrire un nouveau chapitre politique du grand roman national. Un peu plus de 886 000 électeurs, sur...
(APA 06/04/17)
Le vote pour les élections législatives en Gambie a débuté à 8h (locales et GMT) dans la plupart des bureaux ouverts à Banjul et devant lesquels le correspondant de APANEWS a constaté de longues files d’électeurs. Au total, 850.000 Gambiens sont appelés à désigner parmi 239 candidats 51 députés auxquels s’ajouteront cinq autres députés choisis par le chef de l’Etat, le tout formant les 56 parlementaires devant siéger au sein de l’Assemblée nationale. Ce scrutin a lieu quatre mois après la dernière élection présidentielle, remportée par la coalition dirigée par Adama Barrow, l'actuel président. Les principaux partis prenant part aux législatives sont le Congrès démocratique de Gambie (GDC), le Parti démocratique uni (UDP de l’actuel président Barrow), l’Alliance pour la...
(BBC 06/04/17)
Selon la Commission électorale (IEC), les premiers résultats sont attendus vendredi. Les opérations de vote vont se dérouler de 08H00 à 17H00 GMT. Un peu plus de 886.000 électeurs, sur près de 2 millions d'habitants, choisiront leurs députés parmi 238 candidats, issus de neuf partis politiques ou de listes indépendantes. Ce sont les premières élections depuis le départ en exil de Yahya Jammeh en janvier dernier. En Gambie, le Parlement compte 58 députés dont 53 sont élus et cinq sont nommés par le président pour un mandat de cinq ans. Selon des observateurs, contrairement aux présidentielles, les formations politiques competissent séparément sans logique de coalition. Conséquence, aucune formation n'a la certitude de remporter une majorité confortable.
(AFP 05/04/17)
La police gambienne a ouvert des enquêtes sur plus de 30 cas de disparitions durant les 22 ans de présidence de Yahya Jammeh, parti en exil en janvier, a affirmé mardi à la presse un de ses responsables. "Trente-trois dossiers ont été constitués" à ce stade sur les disparitions de l'ancien régime, dont le nombre est inconnu, a déclaré ce responsable de la police, Babucarr Sarr. Sur ces dossiers, "nous avons environ sept cas dans lesquels nous avons beaucoup avancé jusqu'à présent", a ajouté M. Sarr, indiquant s'attendre à ce que d'autres cas soient découverts. A ce jour, a-t-il poursuivi, dix personnes sont en détention en lien avec ces disparitions forcées, incluant des membres des "Junglers" ("Jongleurs"), une unité considérée...
(RFI 05/04/17)
Les premières élections législatives post-Jammeh se déroulent jeudi 6 avril 2017, en Gambie. Il s'agit du tout premier scrutin depuis la victoire d'Adama Barrow et la fuite de l'ancien dictateur Jammeh en Guinée Equatoriale. En quatre mois, le pays s'est transformé et les langues commencent à se délier. Dix « jungulars », l'armée secrète de Yahya Jammeh qui effectuait la plupart des exactions, ont été arrêtés par l'armée gambienne, et, grâce à leurs indications, les forces de l'ordre ont commencé à exhumer les corps d'opposants disparus, un soulagement pour leurs familles. Malleh Jagne a assisté, le 31 mars 2017, à l'exhumation de trois corps dans la région de Foni. Parmi eux se trouve sans doute son frère, Njaga Jagne, disparu...
(La Tribune 05/04/17)
Ce jeudi 06 avril 2017 est un grand jour pour la démocratie en Gambie. Des milliers d’électeurs sont appelés à voter pour choisir leurs représentants à l’assemblée nationale. Le pouvoir et l’opposition doivent se partager cinquante-trois postes de députés. Les pronostics ont commencé depuis le mois de mars, début de la campagne pour les élections législatives. Mais déjà, tout le monde ou presque s’accorde à dire que la chambre va désormais changer de visage quelque soit l’issue du vote. Une première après la fin du règne de Yahya Jammeh. Jour de vérité en Gambie demain dès l'aube. Plus de 800.000 électeurs partiront jeter leurs billes pour choisir leurs représentants à l'assemblée nationale de leur pays. Pas moins de 239 candidats...
(RFI 05/04/17)
J-1 avant les élections législatives en Gambie. La campagne s'est officiellement terminée mardi soir 4 avril 2017. L'enjeu de ces premières élections depuis le départ du dictateur Yahya Jammeh est très important pour les sept partis de la coalition qui ne présentent pas de candidat commun. Beaucoup de réformes promises par le président Adama Barrow auront besoin de l'accord des parlementaires pour être appliquées, et parmi les réformes qui tiennent le plus à cœur aux habitants de cette « Nouvelle Gambie », la justice a une place primordiale. « Justice doit être faite », déclarent les habitants de Banjul, quand on leur demande quelle doit être la priorité des hommes politiques. Marion, dans sa robe traditionnelle blanche et or, s'emporte...
(AfricaNews 05/04/17)
Les nouvelles autorités gambiennes veulent faire la lumière sur les disparitions qui ont cours lors du règne de Yahya Jammeh qui a gouverné le pays 22 ans durant. Ce mercredi, la police gambienne a annoncé avoir ouvert 33 dossiers sur des cas de disparition. “Nous avons environ sept cas dans lesquels nous avons beaucoup avancé jusqu‘à présent”, a précisé Babucarr Sarr, un responsable de la police gambienne, indiquant s’attendre à ce que d’autres cas soient découverts. Des anciens serviteurs du régime Jammeh sont actuellement détenus en lien avec cette affaire. Parmi eux, des membres du redouté groupe des “Junglers” (“Jongleurs”), une unité considérée comme les escadrons de la mort du régime de M. Jammeh. Ces derniers, de même que ceux...
(Dakaractu 05/04/17)
Au menu des entretiens entre Adama Barrow, chef d’état gambien et Marcel de Souza président de la Commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), la relance économique et la consolidation de la situation sécuritaire en Gambie ont dominé la visite de travail effectuée par ce dernier à Banjul. En effet, selon la note qui nous a été transmise à l’issue de cette visite, au plan sécuritaire, le président de la Commission a indiqué que des instructions idoines ont été données au Haut commandement des forces de la Cedeao en Gambie (ECOMIG). Concernant la relance économique, Marcel de Souza a informé son hôte des initiatives en cours en vue de la création d’un Groupe de contact...
(SeneNews 05/04/17)
Les troupes de l’ECOMIG ont été stoppées par les villageois et les rebelles à Kanilai. Ils avaient comme mission de découvrir les tombes secrètes du dictateur Yaya Jammeh mais à peine arrivées dans la villa de Jammeh ce lundi, les villageois et les rebelles se sont opposés à cette mesure signalant aux militaires que la maison est remplie de mines et la fouille n’a pas été soulignée dans les accords. Selon les informations de freedom papers , ce sont les villageois de Kanilai en premier qui se sont opposés à cette demande avant que les rebelles n’entrent dans la danse et pourtant les soldats étaient nombreux, ils sont même venus à bord de trois camions. N’empêche, les habitants ont empêché...
(Africa Presse 05/04/17)
Invitée d’honneurde ce 57 éme anniversaire de la fête de l’Indépendance du Sénégal, la Gambie a été bien représentée par sa Vice-présidente accompagnée d'un important détachement de l’armée gambienne. Au terme de cette parade militaire et civil, Madame Fatumata Jallow-Tambajang a salué la pertinence du thème de ce défilé du 4 avril 2017 qui porte sur la protection de l’environnement. « Rôle des Forces de Défense et de Sécurité dans la Protection de l’Environnement ». Thème ne pouvait être plus pertinent aux yeux de la Vice-présidente de la Gambie pour interpeller tout le monde sur la protection de l’environnement. «Je salue la pertinence du thème qui porte sur l’environnement qui est très important dans la vie de tous les jours...

Pages