Dimanche 24 Septembre 2017
(BBC 19/07/17)
L'un des procureurs dans le procès des présumés meurtriers de Solo Sandeng, un opposant au président Yahya Jammeh parti en exile, vient d'être récusé après la diffusion audio de propos qui lui sont attribués. Un enregistrement audio non authentifiée diffusée sur internet expose une conversation supposée entre le procureur Sheriff Tambedou et l'épouse de Yankuba Badjie, l'ancien directeur de la NIA, la police secrète de Yahya Jammeh. Une voix d'homme supposée être celle du procureur Tambedou explique à la dame qu'il n'y aurait pas eu de procès devant les tribunaux si le dossier Solo Sandeng n'était que...
(Dw-World 19/07/17)
Rarement une élection n’a suscité autant d’espoir sur le continent africain que celle de Adama Barrow à la tête de la Gambie, au mois de décembre dernier après 22 ans de gestion très critiquée de Yaya Jammeh. Mais six mois plus tard, à l'exception notable de la liberté d’expression, les autres changements escomptés tardent à prendre forme. Certains acquis seraient même en train de s’effriter. La nouvelle Gambie que le président gambien Adama Barrow avait promise à son peuple, il y a six mois, quand il s'est installé à la tête du pays, reste encore un rêve. En dehors de la liberté d’opinion, rien de significatif n’a changé dans le pays. C’est du moins le constat fait par bon nombre...
(APA 17/07/17)
Le président Adama Barrow, a qualifié ‘’d’inconcevable’’, l’intention des membres de l’Alliance pour la réorientation et la construction patriotiques (APRC, opposition) de célébrer, le 22 juillet prochain, l’anniversaire de l’accession au pouvoir il y a 23 ans, de l’ex-président Yahya Jammeh, suite à un coup d’Etat sans effusion de sang. Dans un article publié sa page officielle Facebook, intitulé “La démocratie ne peut pas célébrer l'autocratie”, Barrow a déclaré: “En tant que Gambiens, nous connaissons tous l’importance de cette date, une date de prise illégale du pouvoir d’un gouvernement constitutionnel et démocratiquement élu ... C’est un jour que les démocrates ne peuvent pas célébrer comme un jour férié pour commémorer le coup d’Etat militaire de 1994 dirigé par l’ancien président...
(La Tribune 17/07/17)
Une commission chargée de mener une enquête sur les biens de l'ancien président Yahya Jammeh a été mise sur pied, sur décision du président gambien, Adama Barrow. L'ancien homme fort de Banjul est soupçonné d'avoir détourné plus de 50 millions de dollars. L'attente aura duré à peine six mois. Le nouveau président gambien, Adama Barrow, vient d'ouvrir une enquête contre son prédécesseur Yahya Jammeh. Le numéro 1 gambien a désigné cette fin de semaine une commission qui sera chargée d'enquêter sur les biens de l'ancien président.
(UN.org 15/07/17)
La communauté internationale doit continuer de soutenir le processus de transition pacifique en Gambie, cinq mois après la prise de fonction du nouveau Président Adama Barrow, selon le Représentant spécial du Secrétaire général en Afrique de l'Ouest, Mohamed Ibn Chambas. « Nous travaillons très étroitement avec le Président et nous allons continuer de travailler et donner tout le soutien », a expliqué M. Chambas dans un entretien à ONU Info, en marge d'une visite à New York, au cours de laquelle il a fait un exposé devant le Conseil de sécurité jeudi. Elu le 1er décembre 2016, le Président Adama Barrow n'a pas pu immédiatement prendre ses fonctions en raison du refus de l'ex-Président Yahya Jammeh de transférer le pouvoir...
(Financial Afrik 15/07/17)
La Banque mondiale a approuvé, mardi 11 juillet 2017, un financement de 56 millions de dollars pour la Gambie. L’enveloppe est destinée à restaurer les prestations de services publics, essentiels dans le pays. Le montant est divisé en deux tranches : 55% étant un crédit pour une durée de 40 ans, et 45% pour une subvention au budget de la Gambie qui vise à appuyer le processus de reconstruction économique de transition en Gambie. Il faut noter que la croissance est estimée à 2,2% contre 4,3% en 2015. Les experts imputent cette situation économique difficile à la disponibilité limitée des devises étrangères, la faiblesse de la production agricole et l’impact de l’impasse politique sur le tourisme en haute saison. Lire...
(AFP 14/07/17)
Le président gambien Adama Barrow a désigné jeudi une commission chargée d'enquêter sur les biens de son prédécesseur Yahya Jammeh, parti en janvier en exil pour la Guinée équatoriale et accusé de détournement de fonds. En mai, le ministre de la Justice, Abubacarr Tambadou, avait annoncé le gel des biens de M. Jammeh, soupçonné par les autorités d'avoir détourné plus de 50 millions de dollars (environ 44 millions d'euros). La Gambie, petit pays anglophone totalement enclavé dans le Sénégal, à l'exception d'une étroite façade côtière prisée des touristes, a été dirigée d'une main de fer pendant 22 ans par Yahya Jammeh, un ancien militaire. "Cette commission a pour mandat d'examiner la gestion de certaines entreprises publiques, ainsi que les biens...
(RFI 14/07/17)
En Gambie, une commission d'enquête va se pencher sur les biens de l'ancien dictateur Yahya Jammeh, ainsi que les activités de sa famille et de ses associés, aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur du pays. Le gouvernement gambien a officiellement présenté les trois membres de cette commission, jeudi 13 juillet. Ils ont prêté serment en présence du président Adama Barrow. Yahya Jammeh est soupçonné d'avoir vidé les caisses de l'Etat, juste avant son départ pour la Guinée équatoriale, en détournant près de 44 millions d'euros (50 millions de dollars).
(APA 14/07/17)
L’Alliance pour la Réorientation et la Construction patriotiques (APCR, opposition) en Gambie s’apprête à fêter le 22 juillet prochain, l’anniversaire de l’accession au pouvoir de l’ex-président Yahya Jammeh, a –t-on appris auprès des responsables de ce parti. L'APRC a obtenu à cet effet, l’autorisation de la police pour célébrer cet évènement, a révélé Musa Amul Nyassi, un député de ce parti pour la circonscription de Foni Kansala (ouest). S’exprimant jeudi à Banjul devant les journalistes, Nyassi a ajouté que les militants du parti comptent célébrer en grande pompe l'anniversaire pour montrer à « toute la Gambie que l'APRC est bel et bien en vie » Il a déclaré que le parti saisira cette opportunité pour consolider les acquis réalisés au...
(Xinhua 14/07/17)
Le président gambien, Adama Barrow, a présidé jeudi la cérémonie de prestation de serment pour les quatre membres de la Commission d'enquête chargés d'enquêter sur les biens et les propriétés de l'ancien président Yahya Jammeh et ses associés. Le président Adama Barrow a déclaré à cette occasion que la commission était conforme à la Constitution de Gambie de 1997. "Cette commission a pour mandat de se pencher sur la gestion de certaines entreprises publiques ainsi que sur les actifs et les transactions financières de l'ancien président Yahya Jammeh et de certains de ses associés", a-t-il déclaré. La commission doit présenter un rapports sur les résultats de l'enquête et ses recommandations, qui sera rendu public d'ici trois mois.
(La Tribune 14/07/17)
La question relève autant de la promotion de la liberté d’expression que d’un solde de tout compte d’un passé douloureux et récent. Faut-il célébrer (ou pas) le coup d’Etat du 22 juillet 1994 qui porta Yahya Jammeh au pouvoir ? Alors que l’APRC, le parti de l’ancien président, en dégringolade politique, règle les derniers préparatifs de l’événement, la question a déclenché, en Gambie et au sein de la diaspora, une vive polémique et même un débat constitutionnel ! 22 juillet 1994 sur les bords de la côte atlantique. Dans le calme et la fraîcheur de la nuit estivale, un jeune officier de 29 ans, à la tête d'un commando de quatre hommes réalise ce que l'on osait à peine imaginer...
(BBC 14/07/17)
La Gambie pourrait devenir le premier pays d'Afrique subsaharienne à éliminer le paludisme, rapporte Reuters. La prévalence du paludisme chez les enfants de moins de cinq ans a chuté à 0,2% par rapport à 4% en 2011, selon le Programme national de lutte contre le paludisme (NMCP). Le nombre total de nouveaux cas de paludisme dans le pays a baissé d'environ 40% dans cette période - à 155.450 l'année dernière contre 262.000 en 2011, selon les données fournies par le NMCP. Pour arriver à ce résultat, renseigne Carla Fajardo de l'agence du secours catholique, la Gambie a utilisé avec succès les modernes technologies de lutte contre le paludisme. Lire la suite sur: http://www.bbc.com/afrique/region-40599776
(RFI 13/07/17)
En Suisse, le ministère public de la Confédération helvète vient d'entendre deux victimes dans l'enquête visant Ousman Sonko. Ex-bras droit de Yahya Jammeh, Ousman Sonko a été arrêté le 26 janvier, suite à une dénonciation pénale de l'ONG Suisse Trial. La justice le soupçonne d'être impliqué dans des crimes contre l'humanité lorsqu'il était ministre de l'Intérieur de 2006 à 2016. L’audition de ces deux victimes par le procureur marque le début d’une longue enquête. Pour des raisons de sécurité, aucune information bien précise n’a pu filtrer sur l’identité de ces personnes, qui ont fait le déplacement depuis Banjul pour témoigner. Depuis le début de la procédure, la justice enquête sur de présumés crimes contre l’humanité commis par Ousman Sonko, entre...
(RFI 12/07/17)
En juillet 2006, le journaliste Ebrima Manneh surnommé Chief Manneh, était arrêté dans les locaux de son journal, le Daily Observer. De probables agents de la NIA, les services de renseignements du temps de Yahya Jammeh, sont venus le chercher après sa tentative de publication d'informations critiques à l'égard du régime. Depuis, malgré la mobilisation de la société civile et de soutiens dans le monde entier, sa famille n'a jamais retrouvé sa trace. En 2008, la Cour de Justice de la Cédéao avait ordonné à la Gambie de relâcher le journaliste et de le dédommager à hauteur de plus de 80 000 euros mais depuis, rien. Une lecture du Coran était organisée mardi 11 juillet en sa mémoire par sa...
(La Tribune 12/07/17)
Alors que les caisses de l’Etat gambien sont vides, la Banque mondiale vient d’approuver ce mardi 11 juillet un financement de 56 millions de dollars visant à renforcer la situation financière de la Gambie. Seulement, cet appui financier est loin d’être suffisant car ce petit pays de l’Afrique de l’ouest doit faire face à d’autres défis, notamment sécuritaires. L'engagement de la Banque mondiale en Gambie se concrétise. L'institution de Bretton woods vient de signer un acte de financement de 56 millions de dollars. Une enveloppe destinée à restaurer les prestations de services publics, essentiels dans le pays d'Adama Barrow. Divisé en deux parties, 55% étant un crédit pour une durée de 40 ans, et 45% pour une subvention au budget...
(24 Heures.ch 12/07/17)
AfriqueLa Gambie souhaite juger chez elle son ex-ministre de l'Intérieur, et elle peaufine sa demande d'extradition. La Gambie promet un procès équitable à son ex-ministre de l'Intérieur détenu en Suisse pour soupçons de crimes contre l'humanité. Le gouvernement du nouveau président Adama Barrow finalise une demande d'extradition et veut ouvrir une ambassade à Berne pour début 2018. Ousman Sonko, qui séjournait dans un centre de transit pour requérants d'asile dans le canton de Berne, avait été arrêté en janvier dernier après l'examen d'une dénonciation pénale déposée par Trial International, ONG établie à Genève. Le Tribunal pénal fédéral (TPF) a validé son maintien en détention provisoire jusqu'au 25 juillet.
(Agence Ecofin 12/07/17)
La Banque mondiale fournira à la Gambie un appui budgétaire d’environ 56 millions de dollars pour aider le nouveau gouvernement à combler son déficit et fournir des services publics de base. Le pays de l’Afrique de l’ouest fait actuellement face une situation économique sans précédent. Malgré les nombreuses promesses faites par les donateurs étrangers au gouvernement nouvellement élu démocratiquement, la Gambie a encore du mal à équilibrer ses comptes nationaux. Le pays se bat pour rester sous le plafond du milliard de dalasis (21,75 millions $) de déficit prévu pour cette année. Mais la situation économique du pays marquée par un déficit de trésorerie à l’installation du gouvernement Barrow, a fortement affecté le fonctionnement quotidien de l'Etat. Selon le ministre...
(APA 12/07/17)
Mécontents de l’absence d’un système de collecte appropriée des ordures dans la plus grande municipalité de Gambie, ont déversé un gros tas d’ordures à l’entrée du bureau du maire de Kanifing, Yankuba Colley, Ils reprochent à leur maire de ne rien faire pour le ramassage des ordures qui s’amoncellent au niveau du marché principal de la ville. Les manifestants, principalement des vendeurs du marché, ont déclaré que le bureau du maire avait failli à son devoir de nettoyer le marché , en dépit du fait que ces contribuables payent des dizaines de millions de dalasi, la monnaie locale, en taxes. Une vidéo des manifestants utilisant un énorme camion pour décharger les ordures à la devanture de la porte du bureau...
(24 Heures.ch 12/07/17)
AfriqueBanjul cherche à renforcer la valeur ajoutée sur les chaînes de production ou encore ses capacités en terme de commerce électronique. Le gouvernement du nouveau président gambien Adama Barrow souhaite attirer les technologies suisses pour développer son économie. Il reste prudent mais juge une croissance de 7% possible cette année, a expliqué à l'ats sa ministre du commerce. Selon ses projections, la Gambie a besoin de plus de 90 milliards de dollars (environ 87 milliards de francs) pour redémarrer son économie après «22 ans de dictature», a déclaré Isatou Touray dans un entretien en marge de la session «Aide pour le commerce» à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) à Genève. En janvier dernier, le gouvernement avait hérité d'une situation où...
(RFI 11/07/17)
Le port de Banjul attire les convoitises, plusieurs investisseurs étrangers ont déposé des offres afin de le moderniser. Construit en 1972, ce port emploie plus de 1000 personnes et est à 100% public, géré par une agence du gouvernement (la GPA—: Gambia Ports Authority). Malgré son potentiel, ses infrastructures vieillissantes et sa trop petite taille l'empêchent de devenir un atout pour le pays. Les navires doivent parfois attendre des jours avant de pouvoir déposer leurs marchandises. Le nouveau gouvernement d'Adama Barrow étudie donc les possibilités de financement de son extension. L'entreprise française Bolloré, déjà installée depuis plus de 20 ans en Gambie, a déposé une offre pour développer un partenariat public-privé. Selon des responsables de l'entreprise, le montant de l'offre...

Pages