Dimanche 24 Septembre 2017
(Dw-World 28/07/17)
Le président Adama Barrow incite les exilés à rentrer au pays pour participer au développement du pays. C'est un appel qu'il lance notamment dans une interview accordée à la Deutsche Welle. Il promet la justice pour tous. Un peu plus de six mois maintenant que le président Adama Barrow est au pouvoir, un premier bilan de son action révèle une certaine déception dans la population gambienne. Beaucoup de jeunes Gambiens continuent d'ailleurs de prendre la route de l'exil. Adama Barrow incite les exilés à rentrer pour participer au développement du pays, l'un des plus pauvres au monde. C'est le volet économique, qui est peut-être le plus préoccupant pour une majorité de Gambiens. Les nouvelles autorités accusent Yaya Jammeh d'avoir vidé...
(La Tribune 28/07/17)
En Gambie, le parlement a adopté mercredi une modification de la Constitution qui supprime la limite d'âge pour les candidats à la présidence de la République. Les députés ont aussi fait passer l'âge de la retraite des juges de la Cour suprême de 65 à 75 ans. L'opposant historique Oussaino Darboe, 69 ans, est le chef du parti au pouvoir dans lequel milite le président Adama Barrow. La suppression de la limite d'âge a donc des relents de calculs politiques. Il pourrait permettre à M. Darboe de se présenter à la prochaine présidentielle. Lire la suite sur: http://www.bbc.com/afrique/region-40741144
(APA 28/07/17)
Le président gambien, Adama Barrow a annoncé qu’il va, au cours des deux prochains mois, quitter le bureau provisoire qu’il occupe depuis son arrivée au pouvoir, pour occuper le palais présidentiel, à Banjul. Le président Barrow a fait cette annonce lors d’une conférence de presse jeudi à son actuel bureau à Fajara, une localité située à environ 15 km de Banjul. C’est le deuxième bureau provisoire du Président depuis qu’il est rentré dans le pays en provenance de Dakar, la capitale sénégalaise, où il avait prêté serment. Le bureau officiel du président serait en train de subir des contrôles sécuritaires et des vérifications par les services de renseignements après le départ de son ex-locataire, l’ancien président Yahya Jammeh en janvier...
(AFP 27/07/17)
Au pouvoir en Gambie depuis six mois, le président Adama Barrow considère comme "exagérée" la menace que feraient peser les partisans de son prédécesseur Yahya Jammeh, et se dit confiant dans les perspectives économiques du pays, dans un entretien à l'AFP. M. Barrow est rentré à Banjul le 26 janvier en provenance du Sénégal voisin - où il avait prêté serment à l'ambassade de Gambie une semaine auparavant - cinq jours après le départ de Yahya Jammeh pour un exil en Guinée Equatoriale, qui a marqué l'épilogue d'une crise à rebondissements. Depuis, le mandat de la force mobilisée par la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) pour contraindre M. Jammeh à céder le pouvoir à M. Barrow, déclaré...
(Afrique sur 7 26/07/17)
L’évolution de la situation sociopolitique en Gambie, a favorisé le rapprochement du parti de l’ex-président Yahya Jammeh de l’Alliance Patriotique pour la Réorientation et la Construction (APRC) avec celui de l’actuel Président Adama Barrow. Acculés et désemparés, les partisans de Yahya Jammeh broient du noir en Gambie et sont accusés, à tort ou à raison, de tous les péchés d’Israël. Délaissés par leur mentor en exil, ils subissent au quotidien des menaces et des intimidations de toutes sortes.
(Xinhua 26/07/17)
Le président gambien Adama Barrow a déclaré lundi que le gouvernement travaillait à réformer le secteur de la sécurité. Le président Barrow s'est adressé lundi à l'Assemblée nationale pour discuter de la sécurité, de la situation financière et des relations internationales. Le gouvernement travaille actuellement à réformer le secteur de la sécurité, qui est étroitement lié à la prestation de la justice et à la restauration d'une démocratie libre et équitable, a-t-il dit. "Les forces armées gambiennes sont actuellement confinées dans leurs baraquements. Les membres de l'ex-Bataillon de la garde de l'État ont été redéployés dans d'autres unités, et les forces armées ont été déchargées des questions civiles", a dit M. Barrow, soulignant qu'il "est aussi important de noter que...
(Xinhua 26/07/17)
Le gouvernement gambien a passé en revue mardi avec les parties prenantes locales et internationales le projet de Plan de développement national (NDP) qui doit servir de guide pour l'action du pays de 2018 à 2021. Le ministre gambien des Finances, Amadou Sanneh, a indiqué que le NDP était l'instrument par lequel le gouvernement cherche à définir les stratégies et actions à poursuivre pour répondre aux défis économiques et sociaux dont il a hérité. "Ce document servira de modèle pour nous guider dans nos efforts pour réaliser nos promesses de bonne gouvernance, de transparence et de redynamisation et transformation de l'économie pour nos concitoyens", a-t-il dit, ajoutant qu'une approche participative et incluante avait été adoptée pour impliquer les groupes de...
(RFI 25/07/17)
Le président gambien Adama Barrow s’est exprimé lundi 24 juillet devant une Assemblée nationale pleine à craquer. Une clause de la Constitution gambienne veut qu’une fois par an, le président s’adresse à l’unique chambre du Parlement. Un discours qui marque l’ouverture de la session parlementaire. Et l’occasion de faire le point sur les réformes en cours. Economie, armée, libération de prisonniers politiques (500 au total), le président a fait le tour des mesures en train d’être mises en place. Mais le moment était avant tout symbolique, car c’est la première fois, au cours de la seconde République, que le traditionnel discours n’est...
(APA 25/07/17)
Les Forces armées de la Gambie (GAF), dans un communiqué publié récemment, ont déclaré qu’elles regrettaient le coup d’Etat du 22 juillet 1994 qui a permis l’arrivée au pouvoir de Yaya Jammeh, ajoutant qu’elles s’excusaient de ce putsch ‘’qui n’a apporté que terreur et chaos aux Gambiens’’. Prenant ‘’ses distances’’ avec le défunt régime de Jammeh, les Forces armées gambiennes disent "regretter ce qui s’est passé le 22 juillet et souhaitent que cela ne puisse jamais se reproduire". Dorénavant, souligne le communiqué, l’armée ‘’reconnaît qu’elle est sous les ordres de l’autorité civile, qu’elle se sent tout à fait à l’aise, et souhaite redire aux Gambiens qu’elle a appris de ses erreurs et reste convaincue que l’armée n’a rien à voir...
(RFI 25/07/17)
La Gambie post-Yahya Jammeh entend bien aujourd’hui s’ouvrir sur le monde et développer son commerce extérieur. Et le pays a beau être entouré par le Sénégal, il peut compter sur un atout majeur : son ouverture sur l’Atlantique. Le nouveau gouvernement espère faire du port de Banjul un moteur de son économie. Mais des travaux de modernisation vont être nécessaires pour que ce port, construit en 1972 et à 100% public, puisse rivaliser avec les autres ports de la région. Intéressés par ce chantier prometteur, rendu possible par le changement de gouvernement, des investisseurs étrangers se sont déjà fait connaître… À l’entrée du port, des murs de conteneurs forment un labyrinthe. Au bout se trouvent deux quais, trop petits pour...
(Xinhua 25/07/17)
Le Conseil de sécurité des Nations Unies a pris note lundi avec satisfaction de l'évolution politique positive récente dans plusieurs pays d'Afrique de l'Ouest, en particulier de la passation pacifique des pouvoirs en Gambie et de la tenue d'élections législatives libres et transparentes le 6 avril 2017. Dans une déclaration de la présidence du Conseil de sécurité adoptée lundi, les membres du Conseil de sécurité encouragent "les partenaires bilatéraux et multilatéraux à appuyer comme il se doit les mesures prises par le gouvernement gambien pour rétablir l'Etat de droit et promouvoir la réconciliation et le développement dans l'intérêt des Gambiens". Le Conseil de sécurité note également avec satisfaction les progrès notables faits par la Côte d'Ivoire pour ce qui est...
(Agence Ecofin 25/07/17)
Equilibrer le taux de croissance économique des pays à l’évolution démographique. C’est le but que se sont fixés les parlementaires de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cedeao) Lors d’une rencontre sous régionale (avec la participation de la Mauritanie et du Tchad) sur la démographie samedi, à Ougadougou, les parlementaires ont affirmé leur volonté de limiter le taux de fécondité à trois les enfants par femme. « Les parlementaires de la Cédéao ont convenu que, d’ici 2030, les parlements devaient inciter les gouvernements à mettre en place des politiques tendant à faire en sorte que chaque femme (...) ait au plus trois enfants pour maîtriser le boom démographique, » a laissé entendre le Président de l’Assemblée nationale...
(Xinhua 25/07/17)
La Commission de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) remettra le mercredi 2 août prochain, aux autorités nigérianes des vivres, d'une valeur d'un million de dollars, soit environ 1.650 tonnes de céréales constituées de maïs blanc, de sorgho, de mil et de riz, annonce un communiqué de l'organisation sous-régionale publié lundi à Cotonou. Selon cette même source, cette cérémonie fera suite aux diverses concertations entre l'organisation régionale et la National Emergency Management Agency (NEMA) sur la crise alimentaire et nutritionnelle qui sévit au Nord-Est du Nigeria et à un mémorandum signé entre les deux parties le 22 mai 2017. "La crise alimentaire et nutritionnelle dans ces Etats du Nord-Est du Nigéria touche environ 4,7 millions de...
(RFI 24/07/17)
Le 1er décembre 2016, Yahya Jammeh, au pouvoir en Gambie depuis 22 ans, perd les élections présidentielles. Il quittera le pays le 21 janvier, après avoir tenté de s’accrocher au pouvoir. Un bouleversement politique pour le petit pays, rendu possible grâce à la mobilisation de nombreux Gambiens, exaspérés par les années de dictature. Et pour rassembler et fédérer toutes ces voix, les réseaux sociaux ont servi de catalyseur. Lire la suite sur: http://www.rfi.fr/emission/20170724-gambie-reseaux-sociaux-presidentiell...
(AFP 24/07/17)
Les parlementaires de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao, 15 pays), de la Mauritanie et du Tchad ont affirmé samedi vouloir limiter à trois le nombre d'enfants par femme afin de faire baisser de moitié, d'ici 2030, le taux de fécondité le plus élevé au monde. "Les parlementaires de la Cédéao, de la Mauritanie et du Tchad ont convenu que, d’ici 2030, les parlements devaient inciter les gouvernements à mettre en place des politiques tendant à faire en sorte que chaque femme (...) ait au plus trois enfants pour maîtriser le boom démographique", a déclaré le président du Parlement burkinabè, Salifou Diallo, lors d’une rencontre régionale sur la démographie samedi à Ouagadougou. Avec un taux de fécondité...
(RFI 22/07/17)
Voilà six mois que l’ancien président gambien Yahya Jammeh a quitté le pays après sa défaite électorale. Dans la nuit du 21 au 22 janvier, il s’envolait en Guinée Equatoriale où il est toujours en exil. Hasard du calendrier, ce 22 juillet est aussi très symbolique pour les partisans de l’ancien dictateur: chaque année est célébrée l’arrivée au pouvoir de Yahya Jammeh par un coup d’état, le 22 juillet 1994, renversant le président en place Dawda Jawara. Alors que depuis 22 ans la date anniversaire est célébrée en grande pompe, avec des concerts et d’importants rassemblements, cette année, la journée devrait être très calme. L’APRC, le parti de l’ancien président, a bien essayé d’organiser une grande fête. Mais la police...
(AfricaNews 22/07/17)
Le ministre gambien de la Justice, Abubacarr Tambadou, a annoncé qu’une nouvelle Constitution pour remplacer celle de l’ex-président Yahya Jammeh, serait préparée et soumise à référendum dans un délai de deux ans. L’actuelle Constitution, en vigueur depuis 1997, avait permis à Yahya Jammeh, arrivé à la tête de la Gambie par un coup d’Etat le 22 juillet 1994, de consolider son pouvoir sur ce petit pays anglophone totalement enclavé dans le Sénégal, à l’exception d’une étroite façade côtière prisée des touristes. Une commission de révision de la Constitution va consulter un large échantillon de la population pendant une période de 18 mois à deux ans pour “refléter fidèlement l’opinion des Gambiens dans le pays et à l‘étranger”, a déclaré le...
(AFP 21/07/17)
Le ministre gambien de la Justice, Abubacarr Tambadou, a annoncé qu'une nouvelle Constitution pour remplacer celle de l'ex-président Yahya Jammeh, serait préparée et soumise à référendum dans un délai de deux ans. L'actuelle Constitution, en vigueur depuis 1997, avait permis à Yahya Jammeh, arrivé à la tête de la Gambie par un coup d'Etat le 22 juillet 1994, de consolider son pouvoir sur ce petit pays anglophone totalement enclavé dans le Sénégal, à l'exception d'une étroite façade côtière prisée des touristes. Une commission de révision de la Constitution va consulter un large échantillon de la population pendant une période de 18 mois à deux ans pour "refléter fidèlement l'opinion des Gambiens dans le pays et à l'étranger", a déclaré le...
(RFI 21/07/17)
En Gambie, en janvier 2017, alors que Yahya Jammeh défait par les urnes s’accrochait au pouvoir, un hashtag a émergé pour exiger son départ : #GambiaHasDecided, un slogan qui a fleuri sur les t-shirts et les affiches. Aujourd’hui, six mois après l’exil de l’ancien président en Guinée équatoriale, le slogan est encore très présent dans la rue, et beaucoup de citoyens portent fièrement ce symbole d’une nouvelle Gambie. De notre correspondante à Banjul, Sainey ne se sépare jamais de son bracelet bleu nuit. Dessus, il reste quelques légères traces d’une inscription autrefois écrite en blanc, impossible aujourd’hui...
(APA 20/07/17)
Les exportateurs d’Afrique de l’Ouest ont une opportunité d’introduire leurs mangues dans certain pays de l’Union Européenne (UE), selon une étude de la base de données CBI sur l'information des marchés rendue publique mercredi par l’Agence sénégalaise de promotion des exportations (ASEPEX). Toutefois, souligne l’étude, ces exportateurs doivent « se conformer aux strictes réglementations européennes ». En 2013, les importations de mangues de l’UE ont augmenté de 5,1 %, passant de 387 000 à 407 000 tonnes, avec des importations croissantes pour presque tous les pays. Les approvisionnements provenant de pays extracommunautaires se sont renforcés avec un pic observé entre 2012 et 2013 pour les volumes venant du Pérou (plus 28%) et des pays d’Afrique de l’Ouest (plus 20%), la...

Pages